Une magnifique gorgone "survolée" par une nuée d'anthias. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Une magnifique gorgone "survolée" par une nuée d'anthias. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Sali Kecil, un autre bout du monde en Indonésie

#Indonésie #Moluques

  Indonésie : Alor + Halmahera + Sumbawa - juillet 2018

Envie d’Indonésie  ? Je vous emmène plonger dans les eaux de Sali Kecil, petite île loin de tout située sur la côte ouest d’Halmahera. Magnifique  !

Cap sur Halmahera

Juillet 2018, Indonésie. Je sais, je suis trèèès en retard dans mes récits… 😜 Cet été-là, après l’archipel d’Alor (voir les précédents articles : Tous à l’eau à Alor  ! et Le dugong est une drôle de sirène), j’ai mis le cap sur Halmahera, située dans les Moluques du Nord (Maluku Utara, en Indonésien).

Halmahera, c’est la grande île biscornue qui se trouve entre l’immense Sulawesi appelée aussi Île de Célèbes (à l’ouest) et l’énorme Papouasie (à l’est). On y arrive généralement via Ternate, une île-volcan de cinéma, flanquée d’un aéroport au ras de l’eau.

L'arrivée à Ternate, l'île-volcan, est toujours spectaculaire... On aperçoit la piste de l'aéroport, au ras de l'eau, en bas à droite. (Indonésie, Moluques du Nord, juillet 2018)
L’arrivée à Ternate, l’île-volcan, est toujours spectaculaire… On aperçoit la piste de l’aéroport, au ras de l’eau, en bas à droite. (Indonésie, Moluques du Nord, juillet 2018)
Pulau Tidore, autre impressionnante île-volcan, voisine de Ternate. (Moluques du Nord, Indonésie, juillet 2018)
Pulau Tidore, autre impressionnante île-volcan, voisine de Ternate. (Moluques du Nord, Indonésie, juillet 2018)

Je n’ai pas grand-chose à raconter de Ternate, car je ne fais qu’y passer (avec un bref aller-retour en taxi entre deux avions, de l’aéroport à la grande pharmacie centrale, pour acheter des antibiotiques afin de soigner une vilaine ampoule de palmes infectée… 😱 #nocomment). Pour en savoir plus sur Ternate et sa région, je vous renvoie sur l’excellent blog One Chai.

Moi, pour ce nouveau voyage indonésien dédié à la plongée, j’ai choisi de me poser durant une semaine un peu plus au sud, à Sali Kecil, une île minuscule située dans le détroit de Bacan.

Je ne suis pas venue jusque-là par hasard. Un hôtel à plongeurs, le Sali Bay Resort, a ouvert depuis peu sur cette île loin de tout. C’est là :

Luxe, calme et volupté à Sali Kecil

Je fais la traversée entre l’île de Bacan et Sali Kecil au crépuscule. J’arrive donc sur l’île de nuit et ne découvre mon nouvel environnement que le lendemain  : une dizaine d’immenses bungalows face à la mer dans un beau jardin ombragé de cocotiers, tout en longueur, au pied d’une colline couverte de jungle. 😲

Le manager du Sali Bay Resort, un Suisse italien polyglotte très sympa, m’accueille en français. Il m’apprend que les travaux ne sont pas finis dans le bâtiment du resort au bout de la plage baptisé Divers Lodge, où j’avais réservé une chambre (plus petite et moins chère qu’un bungalow Beach Front Villa).

Résultat : me voici gracieusement « upgradée » pour toute la durée du séjour dans un de ces immenses bungalows ! ! !

La grande classe… J’ai vraiment de la chance. Mais ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, de bénéficier ainsi d’une chambre de catégorie supérieure, sans rien avoir demandé. Princesse un jour, princesse toujours  ? 😂 (Quelques exemples  : Mon bateau de princesse à Komodo et Vis ma vie de princesse à Raja Ampat.)

La petite cocoteraie qui abrite le Sali Bay Resort, vue du large. (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
La petite cocoteraie qui abrite le Sali Bay Resort, vue du large. (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
On n'est pas dérangé par la foule, sur la jolie plage du Sali Bay Resort... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
On n’est pas dérangé par la foule, sur la jolie plage du Sali Bay Resort… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Ma "maison" pour une semaine... (Sali Bay Resort, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Ma « maison » pour une semaine… (Sali Bay Resort, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Vue panoramique de Sali Kecil depuis le ponton du Sali Bay Resort. (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Vue panoramique de Sali Kecil depuis le ponton du Sali Bay Resort. (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Le ponton du Sali Bay Resort côté pile... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Le ponton du Sali Bay Resort côté pile… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Le ponton du Sali Bay Resort côté face... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Le ponton du Sali Bay Resort côté face… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Une végétation dense couvre la majeure partie de l'île. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Une végétation dense couvre la majeure partie de l’île. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Cette fois-ci, je ne suis pas la seule privilégiée. Une Italienne, qui voyage en solo comme moi et qui sera ma binôme de plongée le temps du séjour a bénéficié du même traitement de faveur, pour la même raison. Bref, on peut dire que nous sommes tombées pile au bon moment… Il y a même du wifi (intermittent) et une petite piscine. J’avoue : je savoure béatement ce luxe incroyable en un lieu si isolé.

Les rares touristes qui ont décidé de faire le long voyage jusqu’à Sali Kecil sont pour la plupart des plongeurs qui connaissent déjà l’Indonésie. Au fil des jours, je copine avec les autres photographes sub dans la Camera Room, installée en face du ponton qui enjambe le corail.

Mais nous ne sommes pas très nombreux en cette mi-juillet et presque tous mes petits camarades de bulles ne plongent que le matin, si bien j’ai souvent le bateau et mon guide pour moi toute seule l’après-midi… Un petit luxe supplémentaire, fort appréciable.

Nous sommes donc en petit comité, ce qui rend l’ambiance très sympa, presque familiale. Le soir venu, on se retrouve avant le repas autour d’un verre dans la salle du restaurant ouverte sur la plage.

Il y a même une piscine de poche... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Il y a même une piscine de poche… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
La Camera Room du Sali Bay Resort. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
La Camera Room du Sali Bay Resort. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Intervalle de surface. Le tas, à gauche, c'est une combi 5mm, une souris 2,5mm et un petit lycra moletonné à col roulé... Devinez qui a besoin de tout ça pour être à l'aise dans une eau à 27-28°C ? (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Intervalle de surface. Le tas, à gauche, c’est une combi 5 mm, une souris 2,5 mm et un petit lycra molletonné à col roulé… Devinez qui a besoin de tout ça pour être à l’aise dans une eau à 27-28°C  ? (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Ce si lointain Mondial de foot 2018

Petite parenthèse footballistique, avant de vous parler de corail et de poissons… Car la finale de la Coupe du monde tombe le 15 juillet, à la fin de mon séjour, la veille de mon départ de Sali Kecil.

Je suis la seule Française et mon manque de passion pour le ballon rond fait rigoler tout le monde. Les Indonésiens qui, les années passées, me parlaient tous de Zidane comme si c’était mon pote chaque fois que je déclinais ma nationalité, adorent maintenant Mbappé !

Mais avec le décalage horaire, vers 23h30, le match n’a toujours pas commencé. On se couche et on se lève tôt, ici. Seuls quelques mordus de foot (des employés indonésiens du resort et un plongeur allemand) patientent autour de l’unique télé près des logements du staff.

Comme je dois me lever avant l’aube pour attraper mon vol Labuha-Ternate, je me contente de prendre les pronostics des uns et des autres avant d’aller rejoindre une dernière fois mon lit de princesse…

23h30... Seulement cinq mordus de foot au Sali Bay Resort, prêts à veiller après minuit pour regarder la finale de la Coupe du monde, dans la nuit du 15 au 16 juillet. (Halmahera, Indonésie, 2018)
23h30… Seulement cinq mordus de foot au Sali Bay Resort, prêts à veiller après minuit pour regarder la finale de la Coupe du monde, dans la nuit du 15 au 16 juillet. (Halmahera, Indonésie, 2018)

Je n’apprendrai donc la victoire des Bleus que le lendemain ! 🇫🇷 😂

J’en découvrirai tout de même quelques images au JT indonésien, lors de mon escale à l’aéroport de Ternate, où j’ai plusieurs heures d’attente avant le vol suivant. Il y a là de quoi patienter confortablement, dans un super petit resto-bijouterie-boutique de souvenirs, avec télé, wifi, grands canapés où se vautrer et bouffe (très) épicée servie par un personnel adorable.

C'est à la télé indonésienne : les  Français (Perancis) célèbrent leur victoire au Mondial 2018 de foot ! (Ternate, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
C’est à la télé indonésienne : les Français (Perancis) célèbrent leur victoire au Mondial 2018 de foot ! (Ternate, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Wifi, pancake, kopi... Parfait pour patienter à l'aéroport de Ternate. (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Wifi, pancake, kopi… Parfait pour patienter à l’aéroport de Ternate. (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Le petit tas de piments que j'ai retiré de mon "nasi goreng" (riz frit), excellent par ailleurs, au petit resto de l'aéroport de Ternate... (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Le petit tas de piments que j’ai retiré de mon « nasi goreng » (riz frit), excellent par ailleurs, au petit resto de l’aéroport de Ternate… (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Des courants impressionnants

Revenons à Sali Kecil… Sous l’eau, c’est somptueux. Mais sur certains sites, le courant n’est pas une plaisanterie et la plongée peut devenir sacrément dérivante…

Les îles de Sali Kecil (la petite) et Sali Besar (la grande) sont en effet au beau milieu du détroit entre Bacan et Halmahera (voir les Google Maps plus haut). En fonction des marées et des sites, le « jus » propulse notre palanquée d’un « corner » du récif à l’autre, façon boules de flipper… Parfois, ça devient mission impossible de s’arrêter pour des photos !

Le profil du récif en contre-jour, avec, au premier plan, le photogénique "bosquet" rouge d'une gorgone Ellisella cercidia, parfois surnommée "fouet des mer". (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Le profil du récif en contre-jour, avec, au premier plan, le photogénique « bosquet » rouge d’une gorgone Ellisella cercidia, parfois surnommée « fouet des mer ». (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Ces courants puissants sont typiques de l’archipel indonésien. Bien connus des plongeurs à Komodo, Lombok, Bali et Raja Ampat, ils sont notamment liés au phénomène appelé Indonesian Throughflow ou ITF (voir cet article en anglais sur le site BirdsHeadSeascape → The Indonesian Throughflow : Fitfteenth Thousand Rivers).

Pour faire simple, l’ITF c’est un méga-courant engendré par les masses d’eau énormes de l’océan Pacifique qui se déversent dans l’océan Indien, via les détroits entre les îles de l’archipel indonésien…

Indonesian Throughflow (Source : by ehackert, own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17445468)
Schéma représentant le courant appelé Indonesian Throughflow ou ITF. (Source : Wikimédia, by ehackert, own work, CC BY-SA 4.0)
Les sites de plongée accessibles depuis Sali Kecil (la petite île au milieu). (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Les sites de plongée accessibles depuis Sali Kecil (la petite île au milieu). (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Des îles encore préservées du tourisme de masse... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Des îles encore préservées du tourisme de masse… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Ici, dans ce détroit sur la côte sud-ouest d’Halmahera, les courants que l’on peut observer depuis la surface au gré des marées sont effectivement très impressionnants  : on dirait un torrent en crue, mais au beau milieu de la mer… 😱 Le bateau qui me transporte avec les autres plongeurs entre Sali Kecil et les sites alentours (un vaste bateau de pêche aménagé pour la plongée et pourvu de moteurs puissants) peine parfois à franchir ces flots impétueux !

Grâce au brassage de l’Indonesian Throughflow, l’Indonésie (avec les Philippines et la Papouasie Nouvelle-Guinée) est la région de la planète la plus riche en biodiversité marine. La zone détient notamment le record d’espèces de coraux, ce qui lui vaut l’appellation de Triangle de Corail.

Mais ces puissants courants nourriciers ont aussi un revers : ils charrient d’innombrables déchets plastiques, qui reviennent s’échouer à chaque marée, spectacle hélas devenu « banal » un peu partout en Indonésie.

La solution à ce problème ? En Asie comme partout ailleurs dans le monde, elle est surtout à terre : c’est le flux de nos déchets qu’il faut tarir (les éviter, les réduire, les recycler) pour diminuer le volume qui finit dans l’océan. Une fois en mer, les plastiques se dégradent en minuscules particules impossibles à « nettoyer » et finissent par se retrouver dans la chaîne alimentaire… La Fondation Tara Océan, qui m’avait accueillie début 2018 à bord de sa goélette scientifique pour un reportage aux Philippines, lance en cette année 2019 une nouvelle mission sur ce thème. Pour en savoir plus, c’est ici → Aux origines de la pollution plastique.

Diversité des espèces coralliennes dans le monde. (Source : rapport du WWF Australia, mai 2009)
Diversité des espèces coralliennes dans le monde. (Source : rapport du WWF Australia, mai 2009)
Le corail à fleur d'eau, sous le ponton, à marée basse. Entre deux plongées... (Sali Bay Resort, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Le corail à fleur d’eau, sous le ponton, à marée basse. Entre deux plongées… (Sali Bay Resort, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
La marée du jour a ramené ensemble déchets naturels et déchets de plastique... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
La marée du jour a ramené ensemble déchets naturels et déchets de plastique… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Retour à Sali Kecil après une plongée dans l'après-midi. Heureusement, le capitaine connaît bien les courants autour de l'île. (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Retour à Sali Kecil après une plongée dans l’après-midi. Heureusement, le capitaine connaît bien les courants autour de l’île. (Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Certains matins, la mer est incroyablement calme. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Certains matins, la mer peut aussi être incroyablement calme… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Explosion de vie sous la surface

Mais les sites sous-marins autour de Sali Kecil sont splendides. Partout, il y a des récifs blindés de corail et de poissons. Le coin semble avoir échappé à la pêche à la dynamite qui a détruit tant d’autres côtes en Indonésie.

Que de vie ! Que c’est beau ! 😲 Dès que nous repassons sous la surface, je m’émerveille.

Les récifs grouillent de vie. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Les récifs grouillent de vie. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Globalement, en cette saison, nous avons eu une visibilité assez bonne. À chaque plongée ou presque, on croise d’inoffensifs requins-corail à pointes blanches (Triaenodon obesus), qui roupillent sur le fond ou qui se baladent peinards dans le courant, indifférents à nos détendeurs qui vibrent et nos bulles qui fusent. D’impressionnantes gorgones géantes, orange vif ou rose fushia, s’arcboutent face au courant. Des nuées d’anthias et des bancs frétillants de poissons de verre se font et se défont, inlassablement…

Il y aussi de petites baies abritées, des pentes et des tombants protégés du courant, pour des immersions plus tranquilles, ainsi que des sites à muck-dive (plongée au ras du substrat, pour observer la toute petite faune qui s’y cache).

Les habitants de la région ne voient pas passer des masses de touristes. Alors forcément, quand au pied du ponton d’un village voisin, je me mets à l’eau pour une muck-dive avec mon guide « œil de lynx » Jemmy, ils m’observent avec curiosité.

Sous un ciel gris, les gars du village voisin m'observent avec un sourire en coin dégainer mon iPhone pour une photo souvenir. Aujourd'hui, c'est muck-dive sous leur ponton. (Sali Islands, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Sous un ciel gris, les gars du village voisin m’observent avec un sourire en coin dégainer mon iPhone pour une photo souvenir. Aujourd’hui, c’est muck-dive sous leur ponton. (Sali Islands, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Mon super guide de plongée Jemy prend la pose à mes côtés. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Mon super guide de plongée Jemmy prend la pose à mes côtés. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Mon guide est allé prendre la pose dans la "fenêtre" formée par le récif où se meuvent des nuées de poissons de verre. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Mon guide est allé prendre la pose dans la « fenêtre » formée par le récif où se meuvent des nuées de poissons de verre. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

Indonésien originaire de Manado (Sulawesi), Jemmy est un guide de plongée très expérimenté, qui connaît bien les attentes des photographes sous-marins comme moi. Et je suis capable de me laisser fasciner très longtemps par une énorme gorgone comme par un minuscule nudibranche… Patient, attentif, il ne ménage pas ses efforts sous l’eau pour m’aider à réussir mes images. Il me conduit aux endroits stratégiques quand je suis en grand angle et me déniche des petites curiosités qui valent le détour quand j’ai basculé sur l’objectif macro.

Je lui dois notamment d’avoir réussi à photographier mon premier nudibranche « Shaun The Sheep », Shaun le mouton : cette minuscule limace de mer (Costasiella kuroshimae de son nom scientifique) est ainsi surnommée en raison de sa ressemblance avec le personnage du dessin animé…

Je vous laisse avec quelques images sous-marines ramenées de là-bas, qu’il était temps que je sorte de mon disque dur… 😉 👌

Shaun le mouton, alias "Costasiella kuroshimae" est un nudibranche minuscule d'à peine quelques milimètres, très difficile à repérer. Particularité de cette limace de mer : elle est capable de photosynthèse, comme un végétal. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Shaun le mouton, alias « Costasiella kuroshimae » est un nudibranche minuscule d’à peine quelques milimètres, très difficile à repérer. Particularité de cette limace de mer  : elle est capable de photosynthèse, comme un végétal. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Une magnifique gorgone "survolée" par une nuée d'anthias. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Une magnifique gorgone « survolée » par une nuée d’anthias. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Cette gorgone géante rose se déploie comme une coupole face au courant, pour attraper dans son entrelacs de polypes les nutriments en suspension dans l'eau. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Cette gorgone géante rose se déploie comme une coupole face au courant, pour attraper dans son entrelacs de polypes les nutriments en suspension dans l’eau. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un adorable hippocampe pygmée Bargibanti.. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un adorable hippocampe pygmée Bargibanti.. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un autre mini-cheval de mer, l'hippocampe Pontohi. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un autre mini-cheval de mer, l’hippocampe Pontohi. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Toujours aux aguets, monsieur le gobie... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Toujours aux aguets, monsieur le gobie… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un gros hippocampe épineux (Hippocampus histrix) prend timidement la pose sur le fond de sable noir. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un gros hippocampe épineux (Hippocampus histrix) prend timidement la pose sur le fond de sable noir. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Trop mignon, ce poisson-lime miniature (Rudarius minutus). (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Trop mignon, ce poisson-lime miniature (Rudarius minutus). (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Oui, cette petite boule orange est un poisson... Un poisson-ballon étoilé juvénile Arothron stellatus ? (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Oui, cette petite boule orange est un poisson… Un poisson-ballon étoilé juvénile « Arothron stellatus » ? (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
La lumière blanche de mes flashs révèle le beau rouge orangé des gorgones. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
La lumière blanche de mes flashs révèle le beau rouge orangé des gorgones. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Combien d'espèces différentes sur cette "patate" corallienne ? (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Combien d’espèces différentes sur cette « patate » corallienne  ? (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Ça frétille... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Ça frétille… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un bijou coloré dans le substrat : une limace de mer (nudibranche) de la famille des Flabellinidés. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un bijou coloré dans le substrat : une limace de mer (nudibranche) de la famille des Flabellinidés. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un nudibranche "Chromodoris magnifica" plutôt commun, dans la zone indo-pacifique, mais toujours très photogénique. Notez la "dentelle de Neptune" à côté... Son repas ? (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Un nudibranche « Chromodoris magnifica » plutôt commun, dans la zone indo-pacifique, mais toujours très photogénique. Notez la « dentelle de Neptune » à côté… Son repas  ? (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Flabellina exoptata, délicate petite limace de mer. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Flabellina exoptata, délicate petite limace de mer. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
"Gymnodoris sp. Broome", un nudibranche orange électrique ! (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
« Gymnodoris sp. Broome », un nudibranche orange électrique ! (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Dans la famille Pokemon, voici le "Thecacera picta". (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Dans la famille Pokemon, voici le « Thecacera picta ». (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Orange et bleu sont des couleurs qui vont si bien ensemble... (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Orange et bleu sont des couleurs qui vont si bien ensemble… (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Une autre superbe gorgone orange vif et sa nuée d'anthias. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)
Une autre superbe gorgone orange vif et sa nuée d’anthias. (Sali Kecil, Halmahera, Indonésie, juillet 2018)

  Indonésie : Alor + Halmahera + Sumbawa - juillet 2018

  1. Je pense que je vote pour le nudibranche orange électrique. Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve dans son attitude un air ultra snob et sûr de lui vraiment extra 🙂 Mais le reste n’est pas mal non plus. Dingue ce qu’on trouve sous l’eau (et que je n’explore pas plus que ça) dans ce coin du monde.
    Merci pour le lien vers mon article sur Ternate. J’y retournerais bien aux Moluques ! Quelle merveille, et à tout point de vue, cet endroit.

    1. @Laurent : 😀 Oui, quel snob, ce nudi !!! Pour les voyageurs qui voudraient se balader dans le coin, tu es une bien meilleure source d’infos que moi… Je dois arbitrer entre mon insatiable envie de plonger et le temps à ma disposition, ce qui laisse moins de place au voyage purement terrestre… Oui, les Moluques, du moins le peu que j’en connais, j’adore ! Je vais d’ailleurs y retourner cet été, dans un autre coin, tout au nord d’Halmahera… 😉

    1. @Marine : certains courants sont très impressionnants vus de la surface… Il suffit de ne pas aller se mettre dedans ! Oui, le snorkelling est évidemment possible, dans les endroits abrités et au bon moment (gare aux marées) à condition évidemment de ne pas se baigner tout seul dans son coin par sécurité. Une personne, un ami d’une famille de plongeurs allemands présents quand j’y étais, nous accompagnait parfois sur le bateau pour faire du snorkelling.

  2. Est-ce qu’il semblait aussi ravi que vous en plongée? J’imagine qu’il n’a pas vu les mêmes choses! La grande gorgone rose, ou les nudibranches par exemple ! Quelle beauté!

    1. @Marine : difficile à dire… Il avait l’air content, mais c’est tout ce que je peux dire. Je ne pratique pas le snorkeling, donc je ne me rends absolument pas compte, pendant nos plongées, de ce qui peut être sympa pour les nageurs près de la surface… Les photos que j’ai postées ici sont toutes à des profondeurs trop importante pour des snorkelers…

  3. Vous évoquer très rapidement la logistique pour se rendre… Pouvez-vous me dire de quel aéroport on rejoint Ternate ? Merci d’avance

    1. @Nadia : de mémoire, en vol domestique direct, on peut rallier Ternate depuis Jakarta (la capitale) ou depuis Makassar (la grosse ville du sud de Sulawesi, par où je suis passée), peut-être aussi Manado (nord-Sulawesi) je ne suis pas allée vérifier. Mais en vols domestiques avec escales et/ou changements d’avion, il y a moyen de rejoindre Ternate depuis la plupart des aéroport indonésiens.

      Le mieux c’est d’explorer les sites internet des deux grosses compagnies aériennes indonésiennes que sont Garuda (et sa filiale Citilink qui a repris Sriwijaya et Nam Air) et Lion Air (qui gère aussi les filiales Wings et Batik) pour voir les destinations et correspondances possibles, en fonction de l’endroit où vous êtes en Indonésie.

  4. Merci Corinne de nous faire encore voyager, superbe…! Une nouvelle destination à explorer pour nous, mais cette année en juillet, direction Raja Ampat au Raja Ampat Dive Lodge que tu avais mentionné dans un précédent article, puis Siladen / Onong Resort! Hâte d’y être et merci pour tous ces tuyaux,cela m’aide vraiment à chaque planification de voyages !!

    1. @Pascal : et merci de ce petit message très sympa ! Ravie de t’inspirer pour tes voyages ! N’hésite pas à me faire part de vos impressions sur le RADL et Siladan par e-mail au retour. Profitez-en bien 🙂

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

284 Partages
Partagez275
Tweetez7
Enregistrer2
Partagez