Dans le lagon de Maupiti, Polynésie, octobre 2012. (Photo par Marie Toumit)
Dans le lagon de Maupiti, Polynésie, octobre 2012. (Photo par Marie Toumit)

Mais qui est derrière ce blog ? À propos de Corinne Bourbeillon

  Entre deux voyages

Je suis Corinne Bourbeillon et vous êtes ici sur mon blog personnel, un blog de plongée intitulé Petites Bulles d’Ailleurs. J’y mets en ligne mes photos et vidéos sous-marines, je raconte mes aventures sous la surface de l’océan. J’espère ainsi sensibiliser les plongeurs (mais aussi les gens qui ne mettent jamais la tête sous l’eau) à la beauté et à la fragilité de la vie marine, tellement méconnue…

Petites Bulles d’Ailleurs en bref
Création du blog : 2006
Autrice : Corinne Bourbeillon
Thématique : plongée sous-marine et voyage
Contact : corinne@petitesbullesdailleurs.fr

1. Qui je suis dans « la vraie vie »

Je vis à Rennes (Ille-et-Vilaine) en Bretagne, où je suis journaliste pour le quotidien Ouest-France. Je suis actuellement en poste à l’édition du soir, l’un des services internet du journal. Avant cela, j’ai aussi travaillé pour divers magazines et des maisons d’édition à Paris. J’ai également été traductrice littéraire (anglais → français).

Quand je ne bosse pas, je fais de la photo sous l’eau… Certains collègues m’ont surnommée « la Coco palmée » ou, plus élégamment, « la naïade ». C’est cette double passion pour la plongée et la photographie sous-marines que je partage ici.

Petites Bulles d’Ailleurs est mon site personnel, un petit lopin de web que je cultive pour le plaisir, en toute indépendance, sur mon temps libre. Ce que je publie ici n’a donc le plus souvent rien à voir avec mon « vrai boulot » et ma « vraie vie » de tous les jours. Notez d’ailleurs que j’ai bien meilleure mine dans l’eau qu’au bureau…

Corinne Bourbeillon, journaliste, Ouest-France
À mon bureau à la rédaction d’Ouest-France à Rennes en 2012. (Photo par Jean-Michel Niester)
Corinne Bourbeillon, lagon de Maupiti, Polynésie française
Dans le lagon de Maupiti, en Polynésie (octobre 2012). (Photo par Marie Toumit)

2. Comment je suis devenue blogueuse plongée

J’ai commencé à publier mes premiers articles de blog en 2006, comme un hobby de vacances, pour donner des nouvelles à ma famille et mes amis, pendant mes voyages et mes plongées au bout du monde. Au fil des ans, ce blog est un peu devenu mon carnet de bord, puis son audience s’est élargie au-delà du cercle privé et a pris une ampleur incroyable !

Je tiens ce blog pour le plaisir, je ne gagne pas ma vie avec. Il est cependant devenu une sorte de « vitrine » de mes aventures sous l’eau, ce qui me vaut d’être régulièrement sollicitée par des médias, livres et magazines, pour des reportages et des photos sous-marines, en plus du journal Ouest-France pour lequel je travaille.

Pas peu fière… Ma photo d’un apnéiste face aux mantas de Komodo en Indonésie (ci-dessus à gauche) a été publiée dans ce livre National Geographic, intitulé 100 Dives of A Lifetime (2019).

Reportage de Corinne Bourbeillon sur l'expédition Tara Pacific dans le magazine Plongez ! (n°15, mai-juin 2018)
Mon reportage sur l’expédition Tara Pacific dans le magazine Plongez ! (n°15, mai-juin 2018)
Au nom des requins : interview de François Sarano par Corinne Bourbeillon dans l'édition du soir d'Ouest-France
Mon interview de François Sarano dans l’édition du soir d’Ouest-France, le 21 janvier 2022, pour la parution de son nouveau livre : Au nom des requins (Actes Sud).

Ci-dessus : en 4 colonnes à la une dans Ouest-France, le 8 juin 2022, pour la Journée mondiale de l’océan, une de mes images, prise dans la « mangrove bleue » de Raja Ampat. L’occasion d’évoquer dans un article le travail de l’association The Sea People.

3. Mon expérience de plongeuse (avec des bulles et parfois sans)

Je pratique la plongée sous-marine (avec bouteille) depuis plus de vingt ans. J’ai fait mes toutes premières bulles sous l’eau lors de vacances en Thaïlande… Une révélation. Chaque fois que je repasse sous la surface, je ressens le même bonheur immense, intense !

À ce jour, j’ai plus de 1 000 plongées bouteille au compteur et mon niveau est celui d’un PA40 (plongeur autonome jusqu’à 40 mètres de profondeur). J’ai fait ma formation de « plongée loisir » un peu à la FFESSM et beaucoup chez PADI jusqu’au niveau Rescue Diver avec les spécialités Deep Diver + Enriched Air Diver (Nitrox). Sur le plan professionnel je suis titulaire d’un Certificat d’aptitude à l’hyperbarie (CAH) Classe 1 mention B (jusqu’à 30 mètres). Je me suis aussi un peu initiée à l’apnée (niveau AIDA 2).

Grande frileuse, je préfère nettement les mers chaudes intertropicales aux eaux fraîches bretonnes… Mais en 2020 (merci le Covid), je me suis mise à la combinaison étanche, ce qui m’a incitée à retourner explorer les fonds marins en France près de chez moi. Vive les petites bulles d’ici !!! 😂 Un sacré changement d’ambiance par rapport aux archipels de l’Indo-Pacifique (Indonésie, Malaisie, Philippines), au cœur du fabuleux Triangle de Corail, où j’ai eu la chance de plonger souvent.

Corinne Bourbeillon, photographe sous-marine
Moi essayant d’avoir l’air cool et détendue avec ma cagoule et ma combi étanche dans les eaux bretonnes, beaucoup trop fraîches à mon goût… (Grottes du cap Fréhel, Saint-Cast, Côtes-d’Armor, juillet 2021, photo par Olivier Delorieux)

4. Ma passion, l’image sous-marine

La beauté du monde aquatique ne cesse de m’émerveiller et la photographie sous-marine est devenue ma grande passion. J’ai commencé en 2005, en autodidacte, lors de mes périples avec sac à dos en Asie du Sud-Est, équipée à l’époque d’un modeste appareil compact numérique.

En 2010, je suis passée au reflex, avec le Canon Eos 7D que j’emmène sous l’eau dans un caisson étanche adapté. Il m’accompagne désormais dans toutes mes plongées ! J’en parle aussi ici sur mon autre site :

→ À propos de Corinne Bourbeillon, photographe subaquatique

Corinne Bourbeillon, photographe sous-marine
Oui, je ne ressemble pas vraiment à une sirène avec tout mon bazar photographique sous l’eau ! (Philippines, mai 2018, photo par Steven Weinberg)

5. Protéger l’océan

Je m’efforce d’encourager une pratique de la plongée sous-marine aussi responsable que possible. Je plonge régulièrement en mer, depuis longtemps, et je me dis que j’ai bien de la chance d’avoir pu observer tant d’espèces dans leur milieu naturel… Ce ne sera peut-être pas le cas des prochaines générations, qui risquent de ne voir du corail et des poissons vivants qu’en aquarium.

J’observe déjà l’impact de la surpêche, de la pollution et du changement climatique, en quelques années seulement, sur la densité des poissons et les écosystèmes coralliens. L’impact du tourisme, aussi…

Voir aussi → Plonger et protéger l’océan

Cela me renvoie à mes propres contradictions. Je suis beaucoup plus consciente qu’auparavant de l’énorme empreinte carbone de mes trajets en avion. Aujourd’hui, après des années de voyage, je me remets en question, un peu aidée par la pandémie de Covid, qui a mis un gros stop aux déplacements à l’étranger, et surtout par les nouveaux rapports du Giec (le Groupement international d’experts sur le climat) qui n’envoient pas du rêve… Alors pour continuer à faire des bulles, j’ai recommencé à plonger en France. Je ne prendrai certainement plus l’avion aussi souvent qu’avant. Sur ce thème, je vous renvoie sur ce post très complet publié par Louise Ascher, instructrice de plongée et autrice du blog SeaMerveilleuse, qui rejoint mes préoccupations : Voyager pour plonger, ou comment détruire ce qu’on veut tous préserver

Acropora, Tubbataha, Philippines, mai 2018
La splendeur des récifs de Tubbataha. (Philippines, mai 2018, photo par Corinne Bourbeillon)

6. Voyager en solo

Quand je voyage, j’adore partir seule, c’est vraiment la liberté. Ceux qui n’ont jamais tenté l’expérience ne s’en rendent pas compte, mais le voyage en solo est rarement synonyme de solitude. On ne fait jamais autant de rencontres que lorsqu’on n’est pas accompagné(e). C’est encore plus vrai quand on pratique une activité comme la plongée, qui permet de « socialiser » facilement autour d’une passion commune. J’en ai déjà longuement parlé dans ce post → Voyager en solo.

J’aime mon indépendance et internet facilite bien les choses. Si je ne voyage plus en mode « sac à dos » comme quand j’avais 20 ans, je continue d’organiser la plupart de mes petites expéditions plongée tout seule, sans forcément passer par une agence ni un tour-opérateur. En général, quelques échanges d’e-mails suffisent pour caler mes réservations d’hébergements et de plongées. Et puis, préparer un voyage, c’est déjà voyager…

Ondoliang, la plage parfaite... (Centre-Sulawesi, Indonésie, juillet 2017)
Ondoliang, la plage parfaite… (Centre-Sulawesi, Indonésie, juillet 2017)

7. Une bulle de liberté et d’évasion

Ce blog, c’est ma bulle de liberté, ma bulle d’évasion !  Je l’alimente sur mon temps libre, sans contrainte, au gré de mon inspiration, de mes envies, de mes destinations… J’ai plaisir à raconter ici mes escapades pour faire de la plongée sous-marine, en direct ou en différé. À discuter avec ceux d’entre vous qui me laissent un commentaire. Mais je peux passer de longues périodes sans rien publier aussi, et le site continue de vivre sa vie !

Comme j’ai souvent publié des articles entre deux voyages, même sous le crachin breton, certains m’ont prise à tort pour une plongeuse globe-trotteuse à temps plein. J’avoue, j’aurais adoré pouvoir voyager en permanence, mais tranquillement, en me posant longuement à certains endroits, sans aller-retour en avion au début et à la fin des vacances ni empreinte carbone démentielle…

Entre deux plongées, quelque part au large de Sumbawa, en Indonésie (juillet 2018).
Entre deux plongées, quelque part au large de Sumbawa, en Indonésie (juillet 2018).

8. Photos et droits d’auteur

Sauf indication contraire, je suis l’autrice des photos publiées sur Petites Bulles d’Ailleurs. Ces images ne sont pas libres de droits et il est interdit de les utiliser sans mon accord.

J’autorise généralement la reprise d’une image pour une mention ou une courte citation, à condition que mon nom, Corinne Bourbeillon, apparaisse en crédit, avec un lien vers la source. Pour toute autre demande d’utilisation de photos, n’hésitez pas à me contacter !

→ Page de contact

  Entre deux voyages

326 Partages
Partagez
Tweetez3
Partagez323