Plongeurs sous haute surveillance à Sipadan

Sipadan. Une île explorée par Cousteau. Un rêve de plongeurs. Mais un rêve sous surveillance militaire, pour la sécurité des touristes et la sauvegarde du récif.

Pour les fous de plongée

Sipadan, petite île au large de Bornéo, en Malaisie orientale, est l’un des spots de plongée les plus réputés en Asie. Réputation pas usurpée.

Bien sûr, mieux vaut aimer les poissons pour apprécier l’endroit comme il le mérite…  😀

Banc de carangues à Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Moi qui suis irrémédiablement accro aux bulles et aux poissons, je suis retournée à Sipadan, pour la 3e fois, en juillet 2013, après deux premiers voyages en 2006 et 2009.

J’ai déjà mis en ligne quelques articles sur ce nouveau périple de 2013 :

Pour voir à quoi ça ressemble sous l’eau → Sipadan sous l’eau en images
Pour voir un requin de près → Sipadan : une vidéo, un requin, une minute
Pour voir mon périple de juillet 2013 à Bornéo → Plonger dans le bleu de Bornéo

C’est où et comment on y va ?

Quelques petites précisions pratiques et géographiques pour commencer, car je suis inondée d’e-mails me demandant des informations sur Sipadan… 😉

Sipadan est une île minuscule, située en Malaisie orientale, dans le nord-est de Bornéo, tout près de la frontière avec l’Indonésie. L’île fait partie de l’État malaisien du Sabah.

Avantage non négligeable de ce spot de plongée fabuleux, c’est sa facilité d’accès, via l’aéroport de Tawau : il y a notamment des connexions directes avec Kuala Lumpur en Malaisie péninsulaire, ou Kota Kinabalu en Malaisie orientale sur Bornéo (voir les sites d’Air Asia et Malaysia Airlines).

Kuala Lumpur - Tawau.

Avion MAS Wings, filiale de Malaysia Airlines pour les vols domestiques. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Une fois à Tawau, il faut se rendre à Semporna, le port d’où partent les bateaux pour Sipadan et Mabul, l’île voisine. Le trajet par la route prend environ une heure.

La traversée de Semporna à Mabul prend à peu près une heure aussi. Ensuite, il faut compter encore une vingtaine de minutes pour rejoindre l’île de Sipadan même (attention, pour peu qu’il y ait des vagues, le temps des traversées est facilement doublé).

Une île océanique explorée par Cousteau

Sipadan, quand on approche, ça ressemble à ça :

Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Le ponton de Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Le ponton de Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Eau turquoise et sable blanc… Effet « wow » garanti quand il fait grand soleil.

Sipadan est une île bien particulière. C’est la seule île océanique de Malaisie. Cela signifie que ce n’est pas juste une zone émergée dans le prolongement d’un continent, mais une île d’origine volcanique, créée par l’activité de la croûte terrestre au niveau du plancher océanique.

Sipadan elle-même est toute petite. L’île est juchée sur un vaste récif corallien, au sommet d’un ancien volcan.

Celui-ci forme un à-pic sous-marin vertigineux, qui s’enfonce à environ 600 m sous la surface. Ces conditions géologiques particulières ont favorisé un foisonnement de vie et une biodiversité sous-marine incroyables. (Cliquez sur les images pour les voir en grand.)

Les Malaisiens Clement Lee et Samson Shak, le Britannique Ronald Holland et l’Américain Randy Davis sont considérés comme les « découvreurs » des richesses subaquatiques de l’île et les « pionniers » de la plongée à Sipadan. En 1984, ils y ont démarré la toute première opération commerciale de plongée, qui existe toujours, Borneo Divers.

Mais c’est le Français Jacques-Yves Cousteau qui a fait la célébrité de l’île, après son passage avec la Calypso, en 1988. Émerveillé, il aurait dit, en substance : « J’ai déjà vu des endroits comme Sipadan, mais c’était il y a 45 ans. Ce que nous avons là, c’est une œuvre d’art intacte. »

À Sipadan, Cousteau a notamment tourné un documentaire intitulé Le spectre de la tortue (1989), dont les images spectaculaires de la grotte abritant un cimetière de tortues, avec crânes et carapaces blanchâtres sur fond sablonneux, ont marqué les esprits. Il y a une explication rationnelle, à cette tombe de tortues : égarées dans les boyaux de la grotte, elles y auraient péri asphyxiées, faute d’avoir pu retourner à la surface respirer.

Turtle Tomb Cave. Sipadan, Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Je ne m’appelle pas Cousteau et je n’ai visité que l’entrée de la Turtle Tomb Cave, une vaste salle à l’obscurité intimidante. J’en ai tout de même ramené une petite vidéo, que je posterai dans un prochain article…

Une île sous haute surveillance

Sipadan est aussi connue hors du petit monde de la plongée à cause de la dramatique histoire des otages de Jolo, en 2000.

Une vingtaine de personnes – un groupe de plongeurs étrangers et des Malaisiens – avaient été kidnappées à Sipadan, par des Philippins du groupe séparatiste islamiste Abu Sayyaf, puis emmenées et séquestrées sur l’île de Jolo, située non loin de là, dans l’extrême sud de l’archipel des Philippines.

Depuis, l’armée malaisienne a déployé des hommes à Sipadan et dans les îles alentour. Ils sont là en permanence, des patrouilles sillonnent les eaux de la région. La sécurité des touristes est ainsi assurée, mais ça fait toujours un peu bizarre de voir des gars avec armes et treillis sur les plages de sable blanc… J’en parlais déjà lors de mon premier séjour en 2006.

MISE À JOUR DU 15.05.2014 : suite à de nombreuses questions qui me sont posées sur la sécurité à Semporna / Mabul / Sipadan, après de nouveaux enlèvements de touristes, survenus en novembre 2013 et avril 2014, dans deux resorts isolés de la région, j’ai publié un long commentaire compilant quelques infos sur ce sujet, que vous pouvez lire au bout de ce lien :
https://petitesbullesdailleurs.fr/2013/12/15/plongeurs-securite-sipadan/comment-page-1/#comment-6754

Un soldat en faction sur la petite île de Sibuan, au large de Semporna. Bornéo, Malaisie, juillet 2006.

Un soldat en faction sur la petite île de Sibuan, au large de Semporna. Bornéo, Malaisie, juillet 2006.

Diverses mesures ont été prises aussi pour la protection environnementale de Sipadan et de son récif, après que l’île, objet d’un litige avec l’Indonésie voisine, a été officiellement attribuée à la Malaisie en 2002 : fermeture des quelques hôtels construits sur Sipadan même en 2004 ; instauration d’un quota de plongeurs et snorkelers (nageurs en palmes-masque-tuba), limité à 120 par jour.

À l'intérieur du bureau d'enregistrement de Sipadan, la liste des opérateurs de plongée autorisés, avec, pour chacun, le nombre de permis accordés pour la journée. Total : 120. (Bornéo, Malaisie, juillet 2013.)

À l’intérieur du bureau d’enregistrement de Sipadan, la liste des opérateurs de plongée autorisés, avec, pour chacun, le nombre de permis accordés pour la journée. Total : 120. (Bornéo, Malaisie, juillet 2013.)

Aujourd’hui, la plupart des touristes-plongeurs logent sur Mabul, l’île voisine de Sipadan – où les hébergements, du plus cheap au plus chic, s’entassent autour du village. D’autres font la sortie à la journée, depuis Semporna, le port sur la terre ferme à Bornéo.

→ Lire aussi : A brief history of Pulau Sipadan

Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Les seuls résidents permanents de Sipadan sont désormais des militaires-rangers et quelques varans et lézards pas farouches…

Le poste des militaires-rangers à Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Varan à Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Ces mesures semblent porter leurs fruits – pour autant que je puisse en juger à l’échelle de mes trois visites, à quelques années d’intervalle (2006, 2009, 2013)…

Sur le plan de la sécurité, les touristes sont vite revenus – et un impressionnant business s’est développé autour de la plongée, à Mabul et Semporna.

Sur le plan environnemental, la vie sous-marine sur le récif de Sipadan est restée spectaculaire ! Ça réconforte, après ma déception à Maratua et Sangalaki, côté indonésien de Bornéo.

Des panneaux sur le ponton de Sipadan rappellent les règles à observer dans la réserve marine de l'île. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Des panneaux sur le ponton de Sipadan rappellent les règles à observer dans la réserve marine de l’île. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Liberté contrôlée

À Sipadan, chaque visiteur doit d’abord débarquer et signer le registre des permis, avant de pouvoir plonger, nager ou se balader. Chaque bateau reçoit un fanion pour la journée, permettant de l’identifier comme étant autorisé à naviguer autour de l’île.

Signature du registre à Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Il est interdit de circuler sur l’île au-delà d’un périmètre restreint à la grande plage près du ponton et à l’aire aménagée pour les plongeurs sous les arbres – avec tables, auvents en bois et sanitaires. Autant pour assurer la tranquillité des tortues qui pondent sur le sable tout autour de l’île, que pour garder les touristes à portée de vue.

L’ambiance est plus insolite que pesante. On revient sur l’île entre les plongées pour manger, se reposer, prendre des photos souvenirs…

La portion de plage autorisée aux touristes, à Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Pause-déjeuner entre deux plongées, sur Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Sur place, les militaires-rangers, souvent en tongs mais avec des armes à portée de main, surveillent les allées et venues des touristes, entre deux siestes.

Parfois la sirène retentit, quand un intrépide ou un étourdi s’aventure au-delà de la limite. Mieux vaut ne pas rigoler avec ça, avertissent les guides avant de débarquer un groupe. Une infraction et c’est tout le bateau qui se retrouve non seulement expulsé mais interdit de plongées…

 :- ?

Avouez que ç’eût été dommage…

Un requin pointe blanche à Sipadan. Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

(Merci à Vicente Garcia pour la photo ci-dessus ! Et la vidéo qui va avec est ici.)

Voyage en Indonésie et Malaisie : Bornéo - juillet 2013

  Bornéo : Indonésie + Malaisie - juillet 2013

44 commentaires

  1. Pierre-Alain

    Bonjour Corinne,
    Pour nous c est presque fait.
    Ton article a fini de nous convaincre
    Nous avons pris aujourd hui les billets et l hotel pour 6 jours a kampalai en août puis voyage sur terre.
    J ai compris que la plongee a sipadan était limitée. Comment peut on être sur d avoir le droit de plonger ?
    Doit on réserver un permis a l avance ?

    Merci
    Pierre-Alain

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Pierre-Alain : demandez à la structure qui vous accueille, combien de jours avec permis ils peuvent vous garantir pour plonger à Sipadan. Chaque structure se voit allouer par les autorités une certaine quantité de permis par jour, en fonction de sa taille. C’est une bonne idée de demander au centre de plongée à l’avance quels sont les jours où ils prévoient de pouvoir vous faire plonger à Sipadan et de se le faire confirmer par écrit. Voire d’insister pour obtenir un ou deux jours de plus, ça peut marcher.

      Répondre
  2. Pascal

    Bonjour
    Super page, bravo!
    Après les Philippines de long en large (de Palawan à Malapascua en passant par MualBoal, Dumaguette et Boracay), nous sommes à 80% décidé pour Mabul Island et Sipadan.
    Je pars avec mon fils et connaissant bien l’histoire des séparatistes philippins liés à Al Quaïda, c’est vrai que ce voyage me stress un peu (pour pas dire beaucoup).
    Nous avons reçu des autorités l’assurance que la sécurité de l’armée préservait les lieux.
    Mabul Island est plus au sud que Pom Pom Island et Singamat Island où se sont déroulés les 2 derniers enlèvements et assassinat (novembre 2013 et le 2 avril 2014).
    ça donne quand même des frissons et faits réfléchir.
    Impossible de se décider …
    Toutes mes félicitations pour ce magnifique blog.

    Répondre
    • AntoineP

      Bravo pour le blog.

      Pascal, vous êtes-vous décidés ? Quelles sont les autorités que vous avez contactées et comment vous y êtes-vous pris ?
      Je suis sur Palawan et envisage de prendre un vol pour Bornéo en juillet mais moi aussi l’enlèvement d’avril dernier me fait réfléchir. Quant au permis pour Sipadan, où faut-il le demander exactement ?
      Merci d’avance pour les réponses ?
      Antoine

      Répondre
      • Corinne Bourbeillon

        @Antoine : les permis sont alloués par les autorités locales aux structures de plongée, en fonction de leur taille (voir la photo du tableau que j’ai prise au poste des rangers à Sipadan, dans mon article ci-dessus). Ce ne sont pas les touristes qui « prennent » les permis. Il faut demander aux opérateurs de plongée sur place quel jour ils ont de la disponibilité pour Sipadan. Si on réserve à l’avance, on peut ainsi s’assurer d’avoir la garantie de plonger à Sipadan. Si on vient en « walk-in », il faut souvent faire plusieurs dive-shops avant d’en trouver un qui dispose d’un permis non-alloué pour le lendemain ou les jours à venir.

        Enfin, pour les questions de sécurité, je viens de mon côté d’ajouter une réponse plus bas :
        http://petitesbullesdailleurs.fr/2013/12/15/plongeurs-securite-sipadan/comment-page-1/#comment-6754

    • Corinne Bourbeillon

      @Pascal : merci de votre message et désolée de ne répondre que maintenant. Les attaques récentes contre des touristes ont eu lieu dans deux resorts isolés, en effet, ce n’est pas la même situation que Mabul. Mais comme vous, et bien d’autres voyageurs, ça me donne à réfléchir. Je reçois beaucoup de questions à ce sujet et je ne peux évidemment pas décider à la place des gens, aussi ai-je fini par poster un long commentaire compilant quelques infos :
      http://petitesbullesdailleurs.fr/2013/12/15/plongeurs-securite-sipadan/comment-page-1/#comment-6754
      Mais je vois que vous êtes assez au fait de la situation. Qu’avez-vous décidé, pour finir ?

      Répondre
      • marc

        bonjour , nous revenons , ce lundi , de sipadan; nous étions sur le bateau mv célébes; 4 plongées par jour sur 6 jours: le site est Super et son top 10 est validé; des bans de poissons, des requins , des tortues en pagaille et un requin léopard; un marteau vite fait etc.. + 1 plongée 0 mabul et 1 0 kapalai qui change un peu.paS de pb particulier ( sauf nos connections aériennes un peu difficile mais tout est rentré dans l ordre) l équipage du bateau nous a juste dit de ne pas laisser trainer nos affaires quand on était dans le port de semporna ;c est tout. tres bonnes plongées . au plaisir; en nov c esera similan; quelqu un a t il des infos? AMICALEMENT MARC

  3. Corinne Bourbeillon

    Je m’aperçois que je n’ai pas pris le temps de répondre à tous les commentaires ci-dessus, sur les questions de sécurité… Une lectrice du blog, qui envisage d’aller à Sipadan, au cours de cet été 2014, m’a envoyé un e-mail, posant les mêmes questions. Du coup, je vous remets ci-dessous les éléments de la réponse que je lui ai faite. Je ne me permets pas de faire ici de recommandation dans un sens ou dans l’autre. C’est à chacun de prendre sa décision, ses responsabilités.

    Dites-vous bien aussi que je vis en Bretagne, pas à Bornéo. Je n’ai pas mené d’enquête sur la situation là-bas et je n’ai pas d’autres informations que celles qu’on peut trouver sur internet…

    * * *

    Petite remarque pour commencer : les communiqués sur le site « conseils aux voyageurs » du ministère des Affaires étrangères sont toujours très inquiétants. Si on suivait toutes leurs recommandations, on n’irait plus nulle part, bien sûr… Mais ils font leur boulot d’information, c’est normal qu’ils rapportent les problèmes de sécurité qui ont été signalés et qu’ils émettent des mises en garde proportionnelles à la gravité des faits rapportés. Quand je suis allée à Sipadan en juillet 2013 (voir mon post de blog, ci-dessus), ils déconseillaient déjà d’aller dans la région nord et est du Sabah, à Bornéo, en Malaisie (c’était avant les attaques et enlèvements de novembre 2013 et avril 2014 mentionnés dans vos commentaires et que j’évoque ci-dessous).

    Ces kidnappings (accompagnés d’un meurtre) ont effectivement de quoi inquiéter, car ils ont visé directement des touristes. D’après ce que j’ai pu lire çà et là, ce sont, comme en 2000, des Philippins se réclamant du mouvement séparatiste Abu Sayyaf qui en sont les auteurs.

    Les deux enlèvements récents ont eu lieu dans des resorts isolés (que je ne connais pas) :
    – L’un à celui de Pom Pom Island : une touriste taïwanaise enlevée et son mari tué, en novembre 2013.
    – L’autre au Singamata Reef Resort : une touriste chinoise et une employée philippine enlevées, en avril 2014.
    Les deux attaques ont eu lieu de nuit.
    La première femme a été récupérée à Jolo, aux Philippines, en décembre 2013 :
    http://news.asiaone.com/news/malaysia/semporna-kidnap-taiwanese-tourist-freed
    Les deux autres femmes on été relâchées en mai dans la province de Sulu aux Philippines :
    http://www.mindanaoexaminer.com/news.php?news_id=20140530113057

    Je me fais la réflexion qu’il vaut sans doute mieux éviter de séjourner dans ce genre d’hébergements trop isolés et donc très vulnérables. Cet article rapporte d’ailleurs que l’éventualité de fermer les quelques resorts situés sur de petites îles loin de tout a été envisagée :
    http://www.thestar.com.my/News/Nation/2014/04/08/Semporna-resort-kidnap-Sabah-will-not-close-island-resorts/

    Maintenant, pour ce que je connais des lieux : je ne crois pas que ce genre d’attaque aurait été possible sur Mabul même, ni à Sipadan, ni au port de Semporna (trop de monde sur place et présence visible de l’armée malaisienne). Ces trois lieux sont très touristiques, très fréquentés et très sécurisés. L’armée patrouille autour des deux îles de Mabul et Sipadan, minimisant sérieusement l’éventualité d’un raid, à mon humble avis. En revanche, vu le contexte des précédentes attaques, je serais plus circonspecte concernant Kapalai, qui est un resort sur pilotis un peu au large de Mabul, isolé au milieu de la mer.

    J’ai des amis qui sont allés plonger à Sipadan au mois de mai 2014, sans souci particulier. Ils logeaient sur l’île de Mabul, chez Scuba Junkie, tout s’est bien passé. Je n’ai pas l’impression que les récents événements aient pour l’instant eu beaucoup de répercussions sur le business de la plongée là-bas, mais je peux me tromper (peut-être y a-t-il déjà moins de touristes, chinois en particulier ?). Les autorités malaisiennes disent vouloir encore renforcer les mesures de sécurité, je suis tombée sur cet article récent (5 juin 2014) :
    http://www.channelnewsasia.com/news/asiapacific/malaysia-to-boost-sabah/1138282.html

    Quoi qu’il en soit, il faut garder à l’esprit que les gars d’Abu Sayyaf n’ont pas hésité à reprendre leurs incursions en Malaisie, pour kidnapper des touristes, et qu’ils peuvent donc recommencer. Ce qui explique le message particulièrement alarmant du site du ministère des Affaires étrangères pour les voyageurs dans cette région, dont je vous remets le lien :
    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/malaisie-12284/

    Répondre
  4. Corinne Bourbeillon

    Toujours concernant la sécurité : je découvre, via les médias sur internet, ce 13 juillet 2014, qu’une attaque a cette fois eu lieu sur l’île de Mabul même, à l’hôtel de luxe Mabul Water Bungalows Resort. Un policier a été tué, un autre enlevé…

    Un raid d’hommes armés sur Mabul, l’île où logent les touristes-plongeurs, est vraiment inquiétant. Voici des liens (en anglais) :
    http://online.wsj.com/articles/gunmen-attack-borneo-diving-resort-1405235722
    http://www.skynews.com.au/news/world/asiapacific/2014/07/13/gunmen-attack-diving-resort-on-borneo.html
    http://www.huffingtonpost.co.uk/2014/07/13/al-qaeda-linked-militants_n_5581878.html

    Répondre
    • François

      En effet c’est inquiétant. Je me rends en principe à Mabul début août en couple et ce raid du 13 juillet fait peur! Je ne me pose même plus la question de savoir si le risque existe (la réponse est oui!). Je m’interroge maintenant sur les mesures que les autorités malaisiennes ont prises pour (davantage) sécuriser les lieux et si elles ne sont pas « dépassées » par ces attaques répétées des séparatistes philippins, dont on ne sait pas s’ils envisagent de les renouveler en visant des zones « clés »(touristiques). S’il quelqu’un a des info, je suis preneur, merci.

      Répondre
      • François

        Je reviens de Malaisie où j’ai plongé la première quinzaine d’août dans l’archipel de Semporna et tout s’est bien passé.
        Le resort/centre de plongée où je me trouvais (qui affichait complet) ne semblait pas s’inquiéter plus que cela, pas plus que les clients.

        J’en profite pour le recommander chaudement : Scuba Junckie. Super rapport qualité/prix sur le logement/service et guide de plongée au top. Mention spécial à Dave pour m’avoir fait découvrir les sites de Sipadan (qui sont vraiment exceptionnels)

        L’attaque en juillet 2014 s’est produite sur au Mabul Water Bungalows sur un des pontons avec bungalows sur piloti. Compte tenu de l’importante présence militaire sur l’île, j’imagine mal une attaque sur la « terre ferme » de Mabul. Il faut tout de même rester vigilent et suivre l’actualité dans cette zone.

        Quoi qu’il en soit, si certains hésite à y aller, mon message a vocation les rassurer 😉

      • Pierre-Alain

        Bonjour,
        nous avons été avec mon épouse à Sipadan du 14 août au 21 août.
        Nous avons au la chance de pouvoir nous installer dans le grand luxe au resort de KAPALAI.

        La sécurité physique était une des préocuppations palpables. plus d’une trentaine de militaire armés de M16 qui évoluaient parmi nous.
        un destroyer au large de Mabul permettant d’avoir une couverture radar H24 de ce qui se passait dans les airs et sur la mer.
        Des survols réguliers en hélicoptère et un couvre feu pendant la nuit. Par ailleurs dans la plupart des bungalows dispos d’un dispositif d’urgence (bouton rouge) qui déclenche l’intervention des militaires.
        Enfin suite aux évènements de juillet le resort avait renforcé lui même la sécurité en postant la nuit du personnel de sécurité supplémentaire.

        Chose extraordinaire, cette atmosphère loin d’être pesante était totalement transparente si ce n’est les militaires armés mais forts sympathiques et le décallage de la première plongée à SIPADAN qui se faisait à 6h au lieu de 5h30.
        Donc pour moi c’est confirmé le risque est réel mais les mesures prises étaient totalement satisfaisantes.

        Les plongées :
        extraordinaires : bal des tortues, nage avec les requins, tourbillons de baraccudas, jack fishs en veux tu en voilà, diner avec les poissons perroquets à bosse, les coraux, la multitude d’aures poissons. Certainement parmi les plus belles plongées que nous pourrons réaliser.

        Le resort :
        Dans la mesure où les moyens financiers le permettent, c’est le top.
        10% d’occidentaux. cependant les chinois sont loin d’être désagrables : le resort est connu comme étant un des must pour les photos de lune de miel et pour le snorkling. Donc des gens plutot détendus et qui se jettent sur le buffet au même titre que les occidentaus.
        Les bungalows grands, ventilés et disposant d’une totale intimité visuelle.
        Le service avec des malais très souriants et aux petits soins pour leurs clients.

        Le club : TOP pas de bouteille à porter, 4 plongées par jour à SIPADAN, 3 plongées par jour sinon + 1 le matin ou le soir à partir du resort (poissons garantis)

        Donc sans doute un de nos plus beaux voyages.
        A faire en dépit des risques de piraterie/terrorisme.

        Pierre-Alain

  5. Sevan

    Bonjour,
    Nous sommes rentrés
    aujourd’hui d’un séjour de 5 nuits surd Mabul
    (Sipadan Mabul Resort).
    Je confirme les dires de Pierre Alain, superbes plongés et des militaires dans l’hôtel.
    Toutefois, il règne un
    Atmosphère assez pesant et
    On a l’impression qu’on ne nous dit pas tout.
    Le soir, la police est tellement discrète que nous ne les voyons pas.
    Pour finir, je ne sais pas si il s’agit d’un concours de circonstances ou pas mais les hôtels ne sont vraiment pas remplis sur Mabul.
    En résumé, très bon site de plongée mais ambiance malsaine.

    Répondre
  6. Catherine

    Bonjour et merci pour toutes les infos trouvées sur le blog, c’est vraiment instructif…
    Vais aller lire de plus près les liens en anglais car nous avons dans l’idée de partir en octobre avec notre fiston de bientôt 10 ans – en décembre –
    Donc, un, il faut que je vois ce qui est possible niveau plongée pour lui, car selon les infos le Padi est possible à partir de 10 ans et parfois avant…
    2/ par rapport à la sécurité,
    3/ palu
    bref, tout ca donne rééellement envie mais quand même pas mal de paramètres à checker avant 😉
    Et sinon, suis preneuse pour des jolis spots où faire le PADI avec un p’tit gars dans les parages…
    Comme on a un vol sur Bangkok, c’est assez open ensuite.

    Répondre
    • François

      Sommes à Mabuĺ en ce moment. Sécurité au max mais les fonds nous le rendent bien !!
      La plate forme reconvertie en base de plongée est idéale pour alligner 4-7 plongées par jour.
      Très bien organisée, efficace, service « quasi » inexistant. Comparé aux autres resorts le prix est attractif.
      8 Militaires en permanence durant la nuit pour notre sécurité. Avons pris la chambre VIP … Pas de vue, mais spacieuse !
      Après avoir vu beaucoup durant mes 31 ans de plongée … je dois dire que l’on passe un cap incroyable ici … !!!
      François
      OWSI – SWITZERLAND
      08.12.2014

      Répondre
  7. Gaël Café du voyage

    Salut Corinne,
    Je vais avec deux amis sur Mabul du 21 au 28 février 2016. Au programme, 3 jours de plongée sur Sipadan notamment 😀
    Nous prenons le risque car Sipadan reste vraiment l’un des plus fabuleux endroits de plongée au monde…
    Pour le resort, on hésite entre Billabong et Uncle Chang…
    A bientôt pour des nouvelles au retour 😉
    Gaël, fan de ton blog et de plongée

    Répondre
    • Sylvie

      Bonjour,
      J’adore le blog sur la plongée …
      Je suis à actuellement en train de préparer moi prochain voyage en Asie pour 1 mois, et j’aurai aimé faire la plongée à Sipadan…..pourriez-vous me faire un retour sur votre voyage du mois de Février (Gaël café du voyage)
      Ça donne tellement envie de voir toute cette richesse sous marine 🙂
      Merci

      Répondre
  8. technbio

    j’ai réservé à borneo divers en juin mais j’hésite encore merci pour le suivi…en fait avec les derniers événements j’hésite même pour la malaisie…

    Répondre
    • Fronty

      Votre récit me touché énormément car ma fille lucie 26 ans vient de faire un ADD après 3 plongées à Semporna en Malaisie et actuellement elle se trouve à l hôpital de Garches en rééducation pour des difficultés à la marche . Ou en êtes vous actuellement ? Avez vous récupéré de votre accident ?merci

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

208 Partages
Partagez157
Tweetez23
+122
Épinglez6