Édité le

Hop ! Retour à Bornéo. Voici ma petite vidéo tournée en juillet 2013, à l’entrée de la fameuse caverne sous-marine de Sipadan appelée « Turtle Tomb ».

J’avoue, j’ai survendu le truc… En fait de tombe de tortues, je n’ai visité que l’entrée de la grotte, où il n’y a pas un squelette à voir.

Il est où, le cimetière de tortues ?

Ma palanquée a seulement fait la classique petite boucle que font tous les touristes-plongeurs à l’intérieur de la vaste salle de l’entrée, située entre -17m  et -23 m de profondeur, où l’on garde à vue le rassurant triangle bleu qui donne sur l’extérieur.

Turtle Tomb Cave. Sipadan, Bornéo, Malaisie, juillet 2013.

Je ne suis pas allée jusqu’au « cimetière des tortues », popularisé par le film de Cousteau (j’en parlais dans un précédent post), où l’on peut voir les crânes et carapaces blanchâtres sur fond sablonneux . Pour y accéder, il faut s’enfoncer dans des boyaux au fond de la grotte. Les malheureuses tortues s’y sont bêtement égarées et sont mortes là, asphyxiées, faute d’avoir pu retrouver le chemin vers la surface pour respirer…

😱

Le panneau orné d’une tête de mort à l’entrée de la caverne et qu’on voit au début de ma vidéo est là pour rappeler aux intrépides tentés de s’improviser spéléologues subaquatiques, que quelques humains aussi ont déjà péri à l’intérieur…

Pour explorer la caverne de Sipadan plus en profondeur, jusqu’au cimetière des tortues, il faut organiser les choses à l’avance, avec un guide sérieux, qui connaît les lieux. Et puis, bien sûr, se sentir d’attaque pour une plongée souterraine.

Pour vous faire une idée de ce à quoi ça ressemble, je vous mets ci-dessous une vidéo d’un autre plongeur, dénichée sur YouTube :

J’avoue, ça ne m’a pas trop tentée. Je ne raffole déjà pas des cavernes terrestres. Alors je ne crois pas que ce soit mon truc, d’aller faire des bulles dans des boyaux où on ne voit plus la surface…

Turtle Tomb Cave. Sipadan, Bornéo, Malaisie, juillet 2013.Moi, la salle d’entrée suffit déjà bien à m’impressionner.

Nous y sommes allés plusieurs fois. Et toujours, mon pouls s’accélère, quand je m’enfonce dans la pénombre, puis dans l’obscurité intimidante de cette grotte assez vaste dont on ne voit pas le fond.

Quelques petits poissons surgissent parfois dans le faisceau lumineux de nos lampes et phares, mais le plus beau, le plus spectaculaire – et le plus réconfortant – c’est quand on fait demi-tour pour revenir vers l’entrée.

Là, il y a souvent un petit banc de carangues, qui tournoie sans hâte, indifférent aux plongeurs qui vont et viennent. Plongeurs et poissons se découpent en ombres chinoises sur la bouche bleue de la grotte.

C’est comme ça que j’aime les cavernes. Avec une immense ouverture photogénique vers la lumière ! ! !

😬

À la sortie, un barracuda solitaire veille et montre aux retardataires le chemin à suivre pour continuer la plongée, le long du récif, à main droite.

Barracuda solitaire. Sipadan, Bornéo, Malaisie. Juillet 2013.

Sympa, le barracuda. C’est mon pote, celui-là !

😊

  Bornéo : Indonésie + Malaisie - juillet 2013

89 Partages
Partagez52
Tweetez27
Enregistrer2
Partagez8