Miyo, fascinée par la vie du récif corallien. Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2012.
Miyo, fascinée par la vie du récif corallien. Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2012.

Papua, plongée dans un autre monde

Édité le

Papouasie, Papua en indonésien. Un nom plein de jungles et de plages, de corail exubérant et de poissons géants. Un autre monde… qui m’a émerveillée.

Cap sur Raja Ampat

Mars 2012. L’archipel des Raja Ampat, les « Quatre Rois » est un rêve que j’avais depuis longtemps. Un paradis sauvage. Unique, encore préservé.

Comment aller à Raja Ampat ? J’explique tout et j’ai compilé toutes les informations utiles dans l’article dont je vous mets le lien ci-dessous. Je l’ai mis à jour et enrichi au fil des années et de mes différents voyages à Raja Ampat (c’est officiel, c’est désormais mon spot de plongée préféré dans la zone Indo-Pacifique) :
→ Raja Ampat : infos pratiques pour organiser son voyage

Raja Ampat est un archipel semé d’îles verdoyantes, inexplorées pour certaines. J’y ai passé une dizaine de jours. La moitié sur un bateau, l’autre moitié à terre.

L’endroit m’a subjuguée. Comme je disais dans mon précédent post, je crois que c’est l’un de mes plus beaux voyages. Je n’ai qu’une envie, qu’une idée en tête, depuis que je suis rentrée : y retourner !

Les îlots karstiques parsèment l'eau turquoise. (Raja Ampat. Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2012.)
Les îlots karstiques parsèment l’eau turquoise. (Raja Ampat. Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2012.)

MISE À JOUR : ce premier voyage à Raja Ampat date de mars 2012 et, depuis, j’y suis retournée…  plusieurs fois ! ! ! 🤗 Je vous mets les liens vers mes autres voyages ci-dessous :

→ 2012 – juillet : Alor + Raja Ampat
→ 2015 – janvier : Raja Ampat – séjour sur Kri Island
→ 2015 – octobre : croisière Banda – Raja Ampat à bord du Waow
→ 2016 – juillet : Komodo + Raja Ampat

Sorong

Mais c’est loin, la Papouasie. Très loin. C’est au fin fond de l’Indonésie, tout à l’est de l’archipel. Et il faut enquiller plusieurs vols, pour rallier Sorong, la « capitale »…

→ Lire aussi : infos pratiques pour organiser son voyage à Raja Ampat

À mon arrivée dans le minuscule aéroport de Sorong [MISE À JOUR : il y a désormais un nouvel aéroport, plus grand et plus moderne], il fait déjà chaud. Il n’est que 7h du matin, mais c’est la cohue. Je trouve que l’air est plus gluant qu’à Sulawesi, plus moite qu’à Bali. C’est très tropical, très humide, la Papouasie. On est quasiment sur l’équateur.

Sorong Airport. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Les porteurs en chemise bleue et rouge se précipitent sur les bagages au fur et à mesure qu’ils sont déposés. Des hommes à la peau très sombre, aux cheveux crépus. Les « natifs » n’ont vraiment rien d’asiatique. Leur apparence physique me fait davantage penser aux aborigènes d’Australie, aux peuples des îles du Pacifique… Eh oui ! Ici, on est en Papouasie occidentale : c’est la Mélanésie, l’Océanie. La région a beau être passée sous l’autorité de l’Indonésie dans les années 1960, ce n’est pas du tout l’Asie…

Petit rappel historico-politique : la moitié ouest de l’île de Nouvelle-Guinée, autrefois colonisée par les Néerlandais, a été annexée par l’Indonésie en 1963. Les Indonésiens se sont comportés en envahisseurs et l’armée a commis des massacres. Un mouvement séparatiste papou continue de mener des actions et les autorités indonésiennes n’hésitent pas à réprimer brutalement toute manifestation, même pacifique. Tout récemment encore, en 2017, soit près de vingt ans après la tuerie de Biak (1998), les militaires et policiers indonésiens ont procédé à des arrestations de masse à Nabire et Sentani, tandis qu’une pétition pour la Papouasie occidentale tente de faire entendre la voix des Papous sur la scène internationale. Je referme la parenthèse, mais quand on va là-bas en tant que touriste, il faut avoir conscience que la région est instable et pas tout à fait un « paradis » pour tout le monde…

Quand l’avion de Sriwijaya Air amorce sa descente, après avoir passé les nuages, on aperçoit quelques îlots ceinturés d’eau turquoise.

Raja Ampat, Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Puis arrive la côte et les bicoques sur pilotis de Sorong. Vu d’en haut, un amas de toits de tôles rouillées. Dans le port, beaucoup de cargos, certains à l’abandon, qui rouillent aussi.

Sorong, Papouasie, Indonésie. Mars 2012.

Le port de Sorong. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Je n’ai pas vu grand-chose de Sorong, que je n’ai fait que traverser à l’aller et au retour, comme la plupart des touristes qui viennent ici.

Une ville sans forme, traversée de routes plus ou moins vagues, où alternent cahutes misérables et bâtisses de béton plutôt moches. Rien de bien attirant, hormis les sourires des gosses qui jouent et des passants qui vous regardent filer vers la mer. C’est un port industriel et minier en plein développement. Et la porte d’entrée pour Raja Ampat.

Émerveillement

L’émerveillement vient donc un peu plus tard…

D’abord sur le pont du Black Manta, le bateau de plongeurs où j’ai été transférée, avec d’autres visages pâles débarqués de l’avion.

Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Ensuite sous la mer, où nous ferons des bulles avec les poissons dans une eau à 29°C.

Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Puis, quelques jours plus tard, depuis le ponton du magnifique Sorido Bay Resort, où j’aurai la chance de prolonger mon séjour…

Sur le ponton du Sorido Bay Resort. Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Opération « je suis une princesse »

Eh oui ! Quand je voyage en Indonésie, je me métamorphose désormais en princesse. Vous vous rappelez la fois où j’ai eu un bateau pour moi toute seule, le Pascha, à Komodo ? À nouveau, pour ce séjour à Raja Ampat, j’ai eu un énorme coup de bol…

J’avais réservé un bungalow au Kri Eco Resort, pour prolonger le séjour après la croisière. Et c’est sur le Black Manta, entre deux plongées, que j’apprends la bonne nouvelle : le Kri Eco est en maintenance, je vais être « upgradée », sans frais, au beaucoup plus chic Sorido Bay Resort voisin, qui a le même propriétaire.

Une princesse, je vous dis ! ☺️ Mais je vous raconterai ça plus en détail dans un prochain post…

Il est en ligne ! Lire ici → Vis ma vie de princesse à Raja Ampat

Raja Ampat en croisière

Revenons sur le bateau, pour la première partie de ce séjour à Raja Ampat…

Sur le Black Manta, nous sommes 16 plongeurs. Un groupe de 14 Américains, qui se connaissent déjà. Et puis ma nouvelle amie, Miyo, une Japonaise qui vit à Bangkok, hôtesse de l’air de profession, et qui est comme moi mordue de plongée.

Miyo. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Je suis ravie d’apprendre que je partage ma cabine avec elle. On a fait connaissance à l’aéroport de Makassar, à 4h du matin. Nos cartes d’embarquement à la main, on cherchait la bonne porte pour notre vol, un peu troublées par le numéro du tableau, le numéro sur le boarding-pass et le numéro de l’annonce sonore qui n’étaient pas les mêmes… On a engagé la conversation et vite sympathisé, en découvrant qu’on partait toutes les deux plonger, et sur le même bateau !

Le « cruise-leader » du Black Manta est un Français, Cédric Lesenéchal. Adorable, calme et patient, tout sourire, il veille à mettre tout le monde à l’aise. Au moment des briefings de plongée, on oublie le traditionnel tableau blanc. Son truc à lui, c’est de faire des maquettes en 3D des sites !

Sur la table, il couche des bouteilles de Ketchup et de soja, dispose un bocal, étale une serviette dessus pour composer un relief, agrémente le paysage avec quelques accessoires : feutres, cure-dents, salière… Et voilà, le travail !

Sur le Black Manta. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Son plus grand succès : le briefing pour les plongées à « Manta Spa », le site où les mantas, par dizaines, viennent tournoyer dans les bulles des plongeurs.

Voir la vidéo et les photos ici → Manta Spa

Cédric fabrique des mini-mantas dans des serviettes en papier pliées en triangle, avec un cure-dent piqué dedans. Les Américains adorent. Moi aussi.

On adorera encore plus quand on verra les vraies mantas… Pas du tout format « serviette en papier », même qu’elles ne tiennent pas dans le cadre des photos ! ! !

Raie manta. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Bref, l’ambiance est bonne. Les palanquées sont des petits groupes de quatre. Miyo fait de la photo sous l’eau, comme moi. On trinque à la Bintang, la bière indonésienne, le soir. Le staff du bateau est aux petits soins. Tout est parfait.

Et, surtout, surtout, les plongées sont grandioses. Raja Ampat figure désormais à la place de numéro 1 dans mon petit top 3 des sites asiatiques, devant Komodo et Sipadan…

Les photos !

La preuve en images… J’avais déjà posté une première série de photos sub, ici :

Rajat Ampat, l’archipel sauvage

Voici un autre échantillon, pioché parmi les 2383 photos et vidéos que j’ai ramenées de Raja Ampat. Comme d’hab, un clic sur l’image permet de l’afficher en grand et vous pouvez ensuite naviguer de l’une à l’autre avec les flèches du clavier.

Je savais, pour l’avoir lu, que la « biodiversité » sous-marine était exceptionnelle à Raja Ampat. Le voir de ses propres yeux, c’est autre chose. Un autre monde, vraiment…

Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Requin bambou. Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Nudibranche. Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Barracudas. Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Plongée à Raja Ampat. Papouasie, Indonésie, mars 2012.

Raies mantas. Raja Ampat. Papouasie, Indonésie. Mars 2012.

Pour voir tous les articles sur mes plongées à Raja Ampat : un clic ici !

  Indonésie : Raja Ampat + Bali - mars 2012

    1. Oui, non seulement c’est loin (et long, pour y aller), mais je pense que ce n’est pas vraiment le genre d’endroit où emmener de jeunes enfants. Si on a un souci de santé, notamment, il n’y a pas de structures médicales dignes de ce nom à proximité… Mieux vaut attendre que ton petit bout soit un peu plus grand !
      8)

  1. J’adore ta dernière photo avec la raie. Tu nous avais déjà fait bavé en nous disant que tu partais là-bas, ta découverte d’un paradis « moins » exploré est confirmée.
    Je note ! Tu tiens pas un top 10 des lieux de plongée ? 😉

    1. Attends de voir les autres photos et surtout les vidéos des raies à « Manta Spa »… Spectaculaire !!!

      Mon top 10 des sites de plongée en Asie ? Au feeling, vite fait, voilà ce que ça donnerait :
      1. Raja Ampat
      2. Komodo
      3. Sipadan + Mabul
      4. Nord Sulawesi (Bunaken + Bangka + Lembeh)
      5. Pulau Weh
      6. Bali (Tulamben / Amed + Nusa Penisa / Lembongan + Pemuteran / Menjangan)
      7. Derawan + Sangalaki + Kakaban (pas vu Maratua)
      8. Similan Islands + Richelieu Rock + Koh Bon
      9. Perhentian + Redang
      10. Koh Phi Phi Island + Hin Dong / Hin Muang

      Faudrait que je fasse un post là-dessus, un jour… 😉

      Je constate aussi que ce « top » que je te livre comme ça, au débotté, correspond à peu de chose près à ma découverte progressive des sites (de 10 à 1) : donc, en fait, je monte en puissance au fil des ans, ou bien je suis chaque année encore plus émerveillée par les nouveaux sites découverts…

      Ah, et je m’aperçois que j’ai oublié les îles Togian (Sulawesi), mais les sites où j’avais plongé ne m’ont pas laissé une impression aussi forte que d’autres, avec le recul (beaucoup de corail mort et dégâts avec la pêche à la dynamite pratiquée dans le coin). Peut-être que ça s’est arrangé depuis ?

      Quant à Koh Tao, où j’ai beaucoup plongé à mes débuts, je le rajouterais quand même quelque part, pour Chumphon + Southwest Pinnacle + Sail Rock… Mais ça fait un bail que je n’y suis pas allée, alors je ne sais pas trop dans quel état sont les sites aujourd’hui.
      😀

    2. c’est marrant j’ai fait dans le meme ordre:
      10 PhiPhi
      9 Perhentian
      6 Bali
      4 Nord Sulawesi à suivre cet ete
      et l’envie de faire Komodo et Sipadan pour les prochains sejours en Indonesie

      🙂

    3. Ouh là…

      Je vous arrête tout de suite…

      Sur le Top 10 en Asie…vous oubliez parmi les plus beaux spots. Allez donc à l’est de Sulawesie (tukangbesi). Bien plus impressionnant que Raja.

      Mais, Corinne, quand on va aussi loin que la papouasie (Paris-Singapour-Makassar et Sorong), est ce vraiment encore l’Asie? Pour moi on est en Océanie et alors, il faut compter avec la Nouvelle Calédonie, le Vanuatu Fiji, la Polynésie et là croyez moi, vous allez totalement remettre en question ce top 10!

    4. @Ben:
      Ah, là là… Tu me donnes bien envie, je ne connais pas encore ce coin au large de Sulawesi… Je note sur la « to-do-list » !!! 😉

      Et tu as bien raison, on n’est déjà plus en Asie, même si cette partie de la Papouasie est « indonésienne »… Et comme j’ai tendance à aller de plus en plus vers l’Est, il ne devrait pas s’écouler beaucoup de temps avant que je finisse par découvrir un autre genre de « méga top de la plongée »…
      😀

    5. Carrément Raja Ampat dame le pion à Komodo dans ton classement !? Tu pourrais mettre le top ten sur le bord du site 😉

      De ton classement j’ai vu Komodo, Sipadan, Mabul, Bali (Nusa Lembongan) plus ou moins en détail, quoi qu’il en soit de manière plus éphémère que toi qui voyage vraiment pour plonger. Champhon et Sail Rock m’avaient laissé une excellente impression, largement du niveau des autres sites bien que très différent !

    6. Oui, car-ré-ment !!! Raja Ampat devant Komodo !!!
      Je pense que je ferai un petit article un de ces jours, sur mon classement perso et subjectif des sites de plongée en Asie… 😉

    7. au sujet du top 10
      pour la Thaïlande, j’ai trouvé beaucoup de coraux morts dans l’ensemble (l’eau est chaude entre 30 et 31°C) 😥 , sur les Hin c’est surtout très beau grâce aux alcyons rouges…..
      Aucune place aux Visayas dans ton top??
      j’ai envie de tester Sipadan l’an prochain… 🙂

    8. @Laurence: oui, j’ai entendu dire que les sites de Thaïlande s’étaient pas mal dégradés, dans l’ensemble, mais ça fait un bail que je n’ai pas replongé là-bas… Des sites restent beaux, heureusement.
      Pour ce « top », je l’ai fait à la va-vite, il manque des trucs, dont les Philippines, bien sûr !!! Je ferai un vrai post sur mes sites de plongée préférés un de ces jours… Quant à Sipadan, oui, c’est absolument à découvrir !!! 🙂

    9. Mmmm… Je ne connais pas assez bien les sites des Philippines, à dire vrai. Je n’y suis allée qu’une fois, en 2008. J’avais été enchantée lors de mon voyage là-bas, en particulier par les sites autour de Dumaguete. Beaucoup de nouveaux nudibranches, pour moi, à l’époque. Mais question macro, des sites comme Lembeh dépassent, à mes yeux, ce qu’on peut observer aux Philippines.

      Et depuis, j’ai découvert d’autres fonds qui surpassent dans mon souvenir l’impression laissée par les Philippines… Il faudrait que j’y retourne et découvre d’autres sites de plongée, notamment Tubbataha Reef et Moalboal / Pescador Island…
      🙄

    1. Faut que je trie et monte tout ça… Il va falloir patienter un peu. Mais j’ai quelques petits rushes sympathiques, je crois…
      😉

    1. Oui, c’est exactement ça : on en prend plein les mirettes !!!
      Je n’en reviens pas non plus, d’avoir vu tout ça… Les sites sont extraordinaires, au-delà de ce à quoi je m’attendais.
      🙄

  2. Bonjour,

    C’est toujours avec un grand intérêt que je lis vos articles. Ayant plonger à Raja Ampat l’an dernier (zone nord – Dampier Strait), j’aimerais si c’est possible avoir un complément d’informations sur votre séjour. Avec la croisière, avez-vous plongé dans le sud (Misool, Daram, Boo, …) et si oui, quelles sont les différences entre le nord et le sud? Toujours dans le sud, avez-vous testé les plongées en « blue mangrove »? Ce serait une singularité du coin, le corail pousse sur les pieds de la mangrove, mais je n’ai jamais pu obtenir une information plus compléte sur la différence entre blue et green mangrove.

    Vu l’accès peu aisé (nombreux vols, peu de correspondances) et les budgets élevés, j’hésite à retourner à Raja Ampat ou à découvrir Komodo. D’autant que j’ai une préférence pour les séjours plutôt que les croisières. Même si votre préférence va à Raja Ampat, pourriez-vous citer quelques différences notables entre les deux régions? Faune biodiversité et quantité? Courant?

    Pour compléter vos informations sur Raja Ampat, j’ai trouvé à Lembeh (lorsque je le cherchais un Europe, ce livre n’était pas distribué) un petit guide sur les sites de plongée de Raja Ampat, auteurs: Burt Jones et Maurine Shimlock, Diving Indonesia’s Raja ampat, 2009, Saritaksu editions, 145 pages en anglais, avec description des sites, photos et quelques schémas).

    Merci pour votre réponse

    1. Bonjour Myriam,

      RAJA AMPAT : NORD
      La croisière que j’ai faite avec le Black Manta était une croisière courte, et donc seulement dans le nord. Je ne connais donc pas le sud de l’archipel (Misool, etc.) et je ne peux pas vous donner de comparaison… Après la croisière, je suis restée une semaine au Sorido Bay Resort (Kri Island, située dans le nord près de Pantar Island, en plein milieu des sites les plus intéressants). Comme vous, je préfère être basée à terre plutôt que sur un bateau. Pour profiter des sites nord de Raja Ampat, je pense que la croisière n’est pas indispensable, qu’il est plus agréable d’être dans un resort.

      BLUE MANGROVE
      Tant pendant la croisière qu’avec le resort, j’ai pu découvrir des sites correspondant vraisemblablement à ce que vous appelez « blue mangrove » (je ne connaissais pas l’expression). Je posterai un article à ce sujet prochainement (et je vais vous envoyer une ou deux photos par email pour vous montrer). C’est vraiment étonnant, en effet : le corail pousse au pied des arbres, dont on voit les racines sous l’eau ou le reflet du feuillage en surface. Nous avons fait notamment du snorkeling dans une mangrove dont je n’ai pas retenu le nom avec le Black Manta, et j’ai aussi plongé au site appelé « The Passage » avec le resort. Je pense que la « green mangrove » correspond à un type de mangrove plus traditionnel (comme on en voit aussi à Raja Ampat), avec ces espèces de gros brins d’herbe-algue tapissant le fond, parsemés de débris végétaux qui abritent toute une petite faune sympathique.

      KOMODO vs RAJA AMPAT
      — Contrairement à Raja Ampat Nord, pour bien profiter des sites de Komodo, il me semble préférable d’être en croisière (pour autant que je puisse en juger). Les sites intéressants de Komodo sont assez éloignés de Labuan Bajo et des îles proches de Labuan Bajo où on trouve quelques resorts.
      — Komodo m’a fait forte impression quant à la densité de poiscaille sur les sites. La profusion de vie est vraiment spectaculaire (comme à Batu Bolong, par exemple). Raja Ampat offre des sites spectaculaires aussi (comme Blue Magic). J’ai toutefois le sentiment qu’à Raja Ampat la biodiversité et la variété des espèces représentées est supérieure : outre la faune tropicale habituelle, très riche, j’y ai vu des nudibranches jamais rencontrés auparavant, le fameux requin tapis tacheté (wobbegong, jamais vu ailleurs, et rencontré sur plusieurs plongées), des requins bambous, des mantas y compris sur des sites qui ne s’appellent pas « Manta Point », des requins pointe blanche, des tortues, etc. Ce n’est pas pour rien que tant d’expéditions scientifiques viennent à Raja Ampat. Ils continuent, encore aujourd’hui, à découvrir de nouvelles espèces… Le corail aussi, m’a semblé plus beau à Raja Ampat qu’à Komodo.
      — J’ai trouvé les sites de Komodo plus « sportifs » à plonger, globalement, que ceux de Raja Ampat. Les courants sont réellement impressionnants, voire un peu effrayants à mon goût (et quand on est encombrée d’un caisson-photo comme moi, on est encore plus sensible à la violence du courant). J’ai trouvé le courant globalement plus « gérable » à Raja Ampat, où j’ai utilisé mon crochet moins souvent qu’à Komodo. Mais bon, tout ça dépend aussi de tout un tas de facteurs (Lune, marée, saisons, choix des sites, etc.).
      — Komodo est aussi un peu plus fréquenté par les bateaux de plongée que Raja Ampat, me semble-t-il (encore que ce soit très tranquille, comparé à la Thaïlande ou d’autres lieux de plongée très touristiques). Il arrive parfois qu’on ne soit pas seuls sur les sites (ce qui ne m’est jamais arrivé à Raja Ampat).
      — Côté paysages et visites terrestres, les îles de Komodo sont moins « belles » à mes yeux (mais c’est évidemment très subjectif) que celles de Raja Ampat : les premières sont très sèches, les secondes couvertes de jungle. À Komodo, bien sûr, on peut voir les impressionnants dragons du même nom (varans géants). À Raja Ampat, les amoureux de la nature pourront observer quantité de bestioles pas banales : oiseaux de paradis, couscous, varans divers et variés, etc.
      — Prix : Komodo, c’est cher aussi, mais tout de même plus abordable que Raja Ampat, je pense. Il faut un sacré budget pour plonger en Papouasie… Je dois bien avouer que c’est l’un des voyages les plus dispendieux que j’aie jamais fait.

      LIVRES
      — J’ai celui que vous citez, « Diving Indonesia’s Raja Ampat : The Planet’s Most Bio-diverse Reefs », par Jones & Simlock, ainsi qu’un autre qui fait référence, par les mêmes auteurs : « Diving Indonesia’s Bird’s Head Seascape ».
      — Les deux sont en vente à la librairie de l’aéroport de Bali. Je les ai achetés au retour et même pas encore trouvé le temps de me plonger sérieusement dedans…

      CONCLUSION
      — Si vous n’avez encore jamais plongé à Komodo, je vous recommanderais d’y aller, sans hésiter. Ça en vaut vraiment la peine! Les sites sont exceptionnels. Et éventuellement de revenir plus tard, lors d’un prochain voyage, à Raja Ampat…
      — Je vais compléter peu à peu mes impressions de Raja Ampat avec de nouveaux articles, dans les prochaines semaines, qui seront réunis au bout de ce lien :
      http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-raja-ampat-bali-indonesie-2012/
      — Sur Komodo, si vous ne les avez pas déjà parcourus, vous trouverez mes articles, avec photos et vidéos, réunis ici :
      http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-flores-bali-indonesie-2011/

      Voilà ! Alors, Komodo ou Raja Ampat ? Dur de choisir, je sais…
      🙄

  3. Héééé … 😮 … Tu l’as fait finalement! 😉
    Bon alors ça vaut VRAIMENT le coup, je veux dire vraiment, vraiment?… tout bien pesé avec les à côtés du voyage en plus? L’expérience locale et pas juste la croisière? Je cherche toujours le resort qui sera suffisment au gout de tout le monde et pas trop dispendieux, bien sur Sorido aurait été numéro 1 sur ma liste (quelle veinarde!). As tu entendu parlé en bien ou en mal des nouveaux resort pas trop chers Waiwo dive resort et autres challengers à prix raisonnables?

    Sinon sur ta liste… je suis assez d’accord (sauf pour Raja Ampat évidemment… 🙄 ). Peut être que je mégoterai sur Weh que je trouve trop haut placé et qui ne vaut pas la moitié d’un demi-Bali, selon mes propres références.
    Mais moi, j’ai ma botte secrète en numéro 1 … héhéhé… 😛 (ta prochaine découverte?)…J’en suis revenu en février, encore mieux que l’année dernière, minimum un rhinopias par plongée!!! 😆
    (PS : et Maumere, tu as oublié Maumere dans ton classement? 7ème place non?)

    1. @ Wet&Sea / Ludovic : Oui, oui, oui… Je l’ai fait!! Oui, oui, oui, ça vaut VRAIMENT le coup!!! 😀

      Alors, oui, c’est vrai, Raja Ampat, c’est hors de prix si on veut à la fois un peu de confort et une structure de plongée correcte… Et oui, j’ai étudié le cas des autres resorts, dont ceux dont tu parles, avant de partir, mais je n’ai pas tellement trouvé de retours ni compte-rendus… (vu le nombre de questions que je reçois aussi par email, je pense que je ferai un post plus tard qui compilera tout ce que j’ai trouvé lors de mes recherches d’avant le départ).

      Et non, c’est un peu dommage, je n’ai pas eu tellement le temps de réellement profiter des plaisirs et à-côtés terrestres du voyage (mais je compte bien me rattraper un jour très prochain, crois-moi, je ne vais pas en rester là)…

      Alors, tout bien pesé ? Tout bien pesé, je me dis qu’il faut que j’y retourne. C’est déjà prévu. Hé, hé… 😛

      Quant à ma liste « top des ploufs en Asie », elle est à peaufiner, bien sûr. C’était juste un premier jet, comme ça… Et c’est vrai que j’ai oublié Maumere, qui serait bien là où tu dis. (Ça va finir en top 15, cette affaire, voire en top 20…) Quant à Weh, je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi… Les sites sont top. Mais moins « faciles » sans doute (profondeur, courant). Mais bon… On ne va pas mégoter, vu que je ne peux m’empêcher, à chacun de mes voyages ou presque, de retourner aussi faire un petit plouf à Bali en chemin… (Hein, pourquoi se priver, si c’est sur la route ? 😆 )

      Quant à ta botte secrète pleine de rhinopias, compte sur moi pour aller y traîner un de ces jours. L’année prochaine, vraisemblablement… Ambon et Moluques, si je ne m’abuse? 😉

  4. 2383 photos et vidéos!
    Mais je suis maso en venant sur ton site… cela ne me donne qu’une envie, bouleverser à nouveau mon non-itinéraire et rester un mois dans l’eau pour passer mon Dive Master. Un jour, un jour.

    Merci à toi de nous faire partager tes découvertes.

    NowMadNow

    1. @Laurence: Détrompe-toi, l’eau n’était pas si « claire »… Beaucoup de plancton en suspension, qui restreint un peu la visibilité. Mais qui dit plancton, dit poissons en abondance !!! Après, pour les photos, c’est la qualité des objectifs et les réglages qui font la différence…
      😉

  5. Salut Princesse,
    C’est toi qui nous le dit : tu as un bol monstre!…
    La chance arrive à ceux qui vont la chercher, donc bravo!
    Encore merci pour ces récits et photos qui font rêver. On attend les videos…
    Cordialement
    Patrice

    1. @Patrice: ça, oui, j’étais comme une vraie princesse ! Patience pour la suite, les vidéos sont en cours… 😉

  6. Bonsoir Corinne. Merci pour ce superbe post… J’ai moi aussi séjourné au Kri Eco resort (et non au Sorido Bay resort je n’ai pas eu ta chance ;-)) et rien que de lire ton post j’en ai la chair de poule tellement cet endroit m’a profondément marqué… J’ai beaucoup plongé en Asie mais Raja Ampat est juste (avec Komodo) vraiment spécial et exceptionnel. On a l’impression d’être des pionniers, des privilégiés de pouvoir admirer cette nature encore à l’état vierge. Je ne rêve que d’y retourner et cette fois en Liveboard si possible pour aller jusqu’à l’Ile de Wayag. Espérons que Raja Ampat reste encore longtemps cet ilot intemporel de communion avec la Nature. Je me revois encore à Manta Sandy allongé sur le sable avec les Raies Manta volant tout autour… « The Passage » aussi est fantastique!

  7. Bonjour Corinne,

    Je reviens de quelques jours à Murex Bangka, suite à tes précieux conseils (et ceux de Luko/Ludo). Merci encore pour tes messages qui nous ont permis de prendre l’option Murex. Vraiment, c’était super TOP!!! AU point de vue des plongées comme au point de vue du dépaysement et de la gentillesse du staff.

    Ensuite, quelques jours à Lembeh avec un guide qui nous a donné des nouvelles d’un autre guide, Gayus, qui bosse sur le Black Manta. T’as plongé avec lui? On l’avait eu à Lembeh il y a 6 ans, il devait peser 50kgs tout mouillé. Et là, selon les infos, il s’est un peu épaissi 😛 … Bref, il est toujours aussi bon comme guide??

    1. @Fred: ah, oui ! Que de bons souvenirs chez Murex Bangka. Mes posts à ce sujet sont là :
      http://petitesbullesdailleurs.fr/2010/07/04/lacher-prise/
      http://petitesbullesdailleurs.fr/2010/07/05/le-petit-peuple-du-recif/
      http://petitesbullesdailleurs.fr/2010/12/01/balade-subaquatique-a-bangka-island/

      Je n’ai pas le souvenir d’un « Gayus » sur le Black Manta… En même temps, les équipes tournent, sur les croisières, entre la période Raja Ampat et la période Komodo, et puis il y a aussi des périodes de congé. Ou bien alors il se faisait appeler autrement…

  8. Ah là là Raja Ampat…
    Maintenant que tu as fait ça, il reste quoi? Les Galapagos?
    Sinon je suis content j’ai fait 4 sites de ton top 10! Ultra fan de Komodo!! Je rêve d’y aller en février (quand il y a des centaines de mantas qui débarquent).

  9. Bonjour Corinne.
    Je viens de trouver et de lire ton récit sur Raja, et j’en suis encore émerveillé.
    En fait, je serai sur Kri Eco en Février prochain, et je pense ne pas regretter la destination.
    Pour la comparaison avec les philippines, je verrai bien , après avoir fait Moalboal, Apo et Negros
    Pour le visas d’entrée en papousie et le « pass Rajat », est-ce que tu les a pris à ton arrivée à l’aéroport de Sorong, ou est-ce que cela était compris dans ton forfait plongée?
    Si tu as des infos ou des conseils sur des choses à voir ou à éviter sur Kri, n’hésite pas.
    Encore Bravo pour tes récits, et bonnes bulles à toi

    1. @Claude: je suis sûre que tu reviendras enchanté ! Ça n’a rien à voir avec les Philippines, question plongée, c’est vraiment au-dessus…

      Pour le pass Raja Ampat (valable un an) et le travel permit, c’est le resort qui se charge de ça. Attention, le prix du pass a ou va doubler, il sera autour de 1 million de roupies désormais. Ça n’était pas compris dans ma croisière avec le Black Manta, j’ai versé la somme correspondante en sus. Le travel permit n’est pas payant, c’est juste de la paperasse.

      Le mieux, c’est que tu envoies un mail chez Papua Diving pour te renseigner précisément…

      Je vais continuer à raconter Raja Ampat dans les semaines à venir, vu que j’y suis retournée en juillet 2012… À suivre prochainement au bout de ce lien :
      http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-alor-raja-ampat-indonesie-2012/
      🙄

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

88 Partages
Partagez60
Tweetez19
Enregistrer7
Partagez2