Il faut déclencher dès qu'on aperçoit sa robe flamboyante aux motifs orange et bleus, car la seconde d'après, il a disparu dans les profondeurs du substrat corallien . (Pulau Bangka, Sulawesi, Indonésie, juillet 2010)
Il faut déclencher dès qu'on aperçoit sa robe flamboyante aux motifs orange et bleus, car la seconde d'après, il a disparu dans les profondeurs du substrat corallien . (Pulau Bangka, Sulawesi, Indonésie, juillet 2010)

Un mandarin au crépuscule

#Bangka #Sulawesi #Indonésie

Édité le

C’est une rareté. Un petit poisson timide qui ne se montre qu’à la fin du jour. C’est sur le house-reef du resort Mimpi Indah, à Bangka Island, que j’ai retrouvé le poisson-mandarin. C’était lors de mon séjour à Sulawesi (Indonésie), en juillet 2010.

Insaisissable

Robe mandarine flamboyante, rayures bleu électrique, nageoires ondoyantes… Si tôt aperçu, si tôt disparu. Le poisson-mandarin est vif, insaisissable. Quasi impossible à photographier.

Le mandarin est un tout petit poisson et un grand timide, qui préfère rester caché dans les entrelacs des débris coralliens. (Pulau Bangka, Sulawesi, Indonésie, juillet 2010)
Le mandarin est un tout petit poisson et un grand timide, qui préfère rester caché dans les entrelacs des débris coralliens. (Pulau Bangka, Sulawesi, Indonésie, juillet 2010)

Il préfère rester planqué sous les entrelacs protecteurs du corail, bien sûr. Là où l’objectif de mon Canon Eos 7D a bien du mal à faire la mise au point.

D’autant que sous l’eau la lumière décline encore plus vite, au fur et à mesure que la nuit tombe.

Plongée de nuit

Mais Jemi, mon guide indonésien, m’a promis un mandarin pour finir le séjour. Et moi, la frileuse qui rechigne habituellement à retourner dans l’eau après le crépuscule, j’ai donc consenti à une plongée de nuit !

Je ne regrette pas.

Nous avons passé un temps infini à faible profondeur, suspendus au-dessus du récif, immobiles, à l’affût, les yeux écarquillés, bercés par un léger ressac.

À intervalles réguliers, Jemi balaye l’amas de branches de corail  avec le pinceau de sa lampe-torche. Il a pris soin d’en atténuer la trop vive lumière avec un sac plastique rouge. Il procède sans geste brusque, en ménageant des pauses obscures.

Notre patience finit par payer. Nous en apercevons plusieurs.

Jeu de patience

Sans trop m’acharner, je tente de leur tirer le portrait, à ces petits poissons-mandarins effarouchés par notre présence.

Résultat : pas mal de ratages et une seule photo vaguement montrable. Qui ne traduit guère l’enchantement de cette longue attente en apesanteur, de ce jeu de patience dans une ambiance subaquatique crépusculaire.

Il faut déclencher dès qu'on aperçoit sa robe flamboyante aux motifs orange et bleus, car la seconde d'après, il a disparu dans les profondeurs du substrat corallien . (Pulau Bangka, Sulawesi, Indonésie, juillet 2010)
Il faut déclencher dès qu’on aperçoit sa robe flamboyante aux motifs orange et bleus, car la seconde d’après, il a disparu dans les profondeurs du substrat corallien . (Pulau Bangka, Sulawesi, Indonésie, juillet 2010)

C’est la deuxième fois, dans ma vie de plongeuse, que j’ai la chance de rencontrer des poissons-mandarins : il y avait eu, en 2008, cette autre plongée aux Philippines, sur le récif de l’île de Siquijor, que j’avais tant aimée.

Mais je suis sûre qu’il y en aura d’autres !

  Indonésie : Sulawesi - juillet 2010

  1. L’été dernier à bunaken j’ai eu la chance d’aller observer ces petits mandarins, par deux fois j’ai eu droit à un spectacle magique. Lors de la deuxième plongée il y a même une petite sèche toute mignonne qui est venue faire sa coquette devant mon objectif ! Tout ça pour dire que de jour comme de nuit le monde sous marin est féerique même pour une claustro qui a peur du noir comme moi !!
    En tout cas merci de nous faire partager ces récits et photos (trop rares à mon goût !!), continue !! Et puis ça me donne des idées pour préparer les prochaines vacances !!N.

  2. Tout simplement magnifique, j’ai croisé une petite famille pas trop timide cette année sur l’ile de Bantayan aux Philippines … Une plongée mémorable je vous invite à jeter un oeil aux clichés presents sur mon blog 8)

  3. Ah, les mandarins… encore une beauté miniature comme les nudibranches… mais tellement plus difficile à photographier!
    Je les aime tellement que je leur ai dédié une galerie de photos: http://www.mantaleau.fr/galeries/2006_oct_bunaken_mandarins/N4_Galerie_2006_oct_bunaken_mandarins.html
    C’était à Bunaken, pas très loin…
    A Bangka, j’ai eu la surprise d’en voir de jour… mais encore plus furtivement et cachés que la nuit! Lembeh était aussi un endroit sympa pour les voir, comme sur le house Reef de divers Lodge

  4. Outre la beauté ce ce petit poisson, son nom est plein de séduction; il fait inévitablement penser aux mandarins chinois, et si de surcroît, c’ est un timide, quel beau conte subaquatique on pourrait imaginer! 💡 🙂

    Merci pour ces photos! 😉

  5. @nani: Cette plongée de nuit a été fantastique. Après les mandarins, nous sommes encore restés très longtemps sous l’eau, et comme toi, nous avons croisé tout un tas d’autres bestioles…
    Je vais m’atteler à de nouveaux billets, promis !
    😉

    @fabrice: Ils ne sont pas faciles à voir, il faut qu’un guide t’emmène au bon endroit, et ensuite, c’est une question de patience…
    🙄

    @OLeev: Je reviens ton blog : tes photos de la petite famille de mandarins (et les autres) sont magnifiques !!! Merci pour le lien. Ce trip philippin me rappelle de bons souvenirs…
    🙂

    @manta: Merci pour le lien, et bravo pour toutes ces photos des mandarins. Ils méritaient bien une galerie entière ! Je n’ai pas plongé sur le housereef de Divers Lodge à Lembeh… La prochaine fois !
    🙄

    @ysbilia: J’ai découvert qu’on l’appelle aussi poisson-cachemire, ce qui est tout aussi élégant.
    🙂

  6. J’ai bien aimé le trip philippines cette année un peuple vraiment très ouvert !!!
    Concernant les photos merci du compliment au passage 8) mais il faut vraiment que je pense à investir dans un caisson pour mon reflex !!! les photo des mandarins ont été prises avec le petit Olympus MJU 8000 de ma copine qui tiens les 10m mais je pense l’avoir noyé après cette descente entre 8 et 9m, il à commencé à prendre la flotte par la suite 🙁 mais bon les photos sont là 🙂 en attendant je te laisse jeter un œil à ma galerie Underwater Photography sur mon blog photo.
    Les photos sont shootées avec le matos que l’on veux bien me prêter sur la route 😀 du bon et du moins bon enfin je te laisse seule juge !
    en espérant pouvoir te lire encore et encore et puis peut être qui sait te croiser un jour prochain lors de nos pérégrinations communes, cette année nous nous sommes croisés de peu tu as eu le beau temps sur Sulawesi et moi la flotte 😀 mais quel pays !!!

    Ps: Je suis passé par l’island retreat cette année et ai tiré mes potes de chez Fadilah Cottage pour aller voir du coté de Bomba aussi mais quelle déception la cuisine a apparemment radicalement changée, je me rappelai de tes photos de pizza et autres jolis mets nous sommes arrivés sur un coin complètement laissé à l’abandon et une cuisine de base assez moyenne !!! mais bon prés de 3 ans sont passés depuis !!! Donc enfin bref voilà histoire de dire quoi.
    Bonne année et longue vie la p’tite bulle 😉
    à très bientôt

  7. @OLeev: J’ai eu beau temps au début, mais à la fin de mon séjour à Sulawesi, il a pas mal plu aussi… Les gens du coin me disaient qu’ils n’y comprenait rien, que ce n’était pas la saison des pluies, normalement, que le climat était détraqué, etc. etc.

    À propos de ton PS : oui, tout peut changer très vite en Asie. Je ne sais pas si Sylvie Manley est toujours là, à superviser les bungalows et la cuisine comme elle le faisait à l’époque… Lors de mon passage, grâce à elle, l’endroit était charmant et la bouffe grandiose.

    Bons périples en Asie !
    8)

  8. Wahou, je vais à Bangka et à Siladen en mars prochain (au Coral Eyes et au Bobocha), pensez-vous que l’on peut voir des mandarins en snorkeling ? (je ne plonge pas).
    Catherine (Rennes aussi)

    1. @Catherine : ne pratiquant guère le snorkeling, je ne me rends pas bien compte s’il est facile d’approcher les mandarins juste en palmes-masque-tuba à l’heure du crépuscule. C’est sûrement faisable s’il y a un coin à mandarins peu profond et j’imagine qu’un nageur est moins bruyant qu’un plongeur-bouteille qui fait des bulles. Demandez une fois sur place…

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

17 Partages
Partagez17
Tweetez
Enregistrer
Partagez