Cenote Ponderosa ou Jardín del Edén. Magnifiques jeux de lumière aquatiques, entre le végétal et le minéral. (Mexique, juillet 2014)
Corinne Bourbeillon / Petites Bulles d'Ailleurs

Plonger dans les mystérieux cénotes des Mayas

#Mexique

  Mexique : Yucatán - juillet 2014

Au Mexique, la péninsule du Yucatán est comme un gruyère, transpercée de trous d’eau douce, appelés « cénotes ». Sacrés pour les Mayas, les cénotes sont aujourd’hui des lieux de baignade… et des spots de plongée !

Les cénotes, c’est quoi ?

Le mot maya « tzonot » ou « d’zonot » a donné « cenote » en espagnol (prononcez cé-no-té). Ce sont des trous, des gouffres, formés par l’effondrement de la roche calcaire, remplis d’eau douce.

La plus grande concentration de cénotes se trouve au Mexique, dans la péninsule du Yucatán. Il y en a partout, de toutes tailles, éparpillés dans la jungle, mais aussi au cœur des villes et villages, qui se sont développés autour de ces puits naturels.

Le cenote Ponderosa, appelé aussi le Jardin d’Eden… (Mexique, juillet 2014)

Le cenote de Valladolid, attenant à un bar-resto, se trouve au cœur de la ville. (Mexique, juillet 2014)
Le cenote de Valladolid, attenant à un bar-resto, se trouve au cœur de la ville. (Mexique, juillet 2014)

Quand les cénotes sont au milieu de la jungle, on voit parfois sortir du couvert des arbres une drôle de bestiole. Nez allongé, pattes griffues, longue queue touffue. Un coati. La version mexicaine du raton-laveur. 

Les touristes qui pique-niquent les attirent. Ils n’hésitent pas à quémander un bout de sandwich, dressés sur les pattes arrière. L’animal m’a rappelé les couscous indonésiens… Mais revenons aux cénotes.

Dressé sur ses pattes arrière, ce coati a pris l’habitude de quémander de la nourriture aux touristes. Ce drôle d’animal est un cousin du raton laveur. (Mexique, juillet 2014)

Un phénomène géologique unique

Dans le nord de la péninsule du Yucatán, il y a une série de cénotes disposés en anneau, tout autour du cratère Chicxulub. C’est pourquoi l’on pense qu’ils auraient été créés par l’impact d’une météorite, tombée à cet endroit il y a environ 65 millions d’années… Ce serait peut-être même la météorite qui aurait provoqué l’extinction des dinosaures !

Je vous mets ci-dessous quelques schémas trouvés sur des sites web, qui permettent de visualiser le truc.

Les cénotes du Yucatán seraient nés de l'impact d'une météorite. [Sources : Dailymail.co.uk / Secretebase.free.fr / Timwilko.com / Mayantreasure.net]
Les cénotes du Yucatán seraient nés de l’impact d’une météorite. [Sources : Dailymail.co.uk / Secretebase.free.fr / Timwilko.com / Mayantreasure.net]

Les fractures souterraines reliant les cénotes mexicains forment un immense réseau de galeries et de grottes englouties, qui communiquent avec les nappes phréatiques, ou, près de la côte, avec la mer. Pour les Mayas, ces trous d’eau étaient des endroits sacrés, une bouche ouverte sur l’autre monde. Certains cénotes étaient des lieux de culte, on y jetait des offrandes et on y faisait des sacrifices, d’animaux et d’être humains.

Pour en savoir plus → Fiche Wikipédia sur les cénotes

Des lieux de baignade

Aujourd’hui, les cénotes sont devenus des attractions touristiques. Les abords des plus connus sont aménagés pour permettre la baignade, le snorkeling, la plongée. La douche est obligatoire avant d’aller nager dans certains cénotes, pour éviter que les crèmes solaires et produits antimoustiques ne polluent l’eau.

Cenote Ponderosa ou Jardín del Edén. Mexique, juillet 2014.

Les cénotes les plus fréquentés par les baigneurs sont en plein air, environnés d’arbres, ouverts sur l’extérieur. Mais on peut aussi barboter à l’intérieur de cénotes carrément enfouis sous terre : on accède à ces grottes via un escalier qui descend en colimaçon ou à pic dans la roche. En bas, un générateur fournit la lumière… J’en ai visité plusieurs, dont un à 18 m sous terre !

Nager dans une eau incroyablement claire et pure, sous un plafond de stalactites, le long desquelles pendent parfois des racines d’arbres, est une expérience extraordinaire. Mais pour ressentir la magie des lieux, mieux vaut éviter les groupes, toujours bruyants…

Ci-dessus, un cénote souterrain. (Mexique, juillet 2014)

Cénote souterrain. Mexique, juillet 2014.

Plonger chez les mayas

Les cénotes, j’en rêvais depuis longtemps. C’était ma principale motivation de plongeuse-photographe (avec les requins baleines) pour m’envoler vers le Mexique, au lieu de partir vers l’Asie comme je le fais pratiquement tous les étés.

J’avoue : je ne plonge jamais en eau douce, je ne raffole pas spécialement des grottes même au sec et la plongée spéléo ne m’attire pas plus que ça. Mais les images subaquatiques spectaculaires, réalisées par d’autres plongeurs dans les fameux cénotes mexicains au milieu de la jungle m’avaient subjuguée. Et donné envie de voir ça de mes propres yeux  ! Alors, cet été, j’ai craqué. Je suis partie là-bas à mon tour, pour faire mes propres images…

Grand Cenote. Mexique, juillet 2014.
Grand Cenote. Mexique, juillet 2014.

Se sentir Indiana Jones sous l’eau

Certains cénotes donnent accès, via des galeries pleines d’eau, à des salles souterraines, dont le plafond est percé d’ouvertures, plus ou moins larges, vers l’extérieur. Quand le trou est petit, les rayons de soleil qui passent à travers font comme des rayons laser bleus dans l’eau !

Dans la "salle des lasers" du cenote Tajma Ha. Mexique, juillet 2014.
Dans la « salle des lasers » du cenote Tajma Ha. (Mexique, juillet 2014)
Cenote Tajma Ha. Mexique, juillet 2014.
Cenote Tajma Ha. (Mexique, juillet 2014)
Cenote Tajma Ha. Mexique, juillet 2014.
Cenote Tajma Ha. (Mexique, juillet 2014)

Je suis venue pour ces jeux de lumière uniques, particulièrement beaux dans les cénotes où j’ai choisi de plonger : Ponderosa (Garden of Eden), Tajma Ha, Car Wash, Grand Cenote.

Difficile d’expliquer, de partager la fascination absolue que me procure ce genre d’endroits. Quoi de plus exaltant que de photographier ensemble l’eau, la lumière, le minéral et le végétal, réunis ici par un hasard géologique unique ! 

Cenote Ponderosa ou Jardín del Edén. Magnifiques jeux de lumière aquatiques, entre le végétal et le minéral. (Mexique, juillet 2014)
Cenote Ponderosa ou Jardín del Edén. Magnifiques jeux de lumière aquatiques, entre le végétal et le minéral. (Mexique, juillet 2014)
Extraordinaire ambiance au Cenote Ponderosa, appelé aussi Jardín del Edén. (Mexique, juillet 2014)
Extraordinaire ambiance au Cenote Ponderosa, appelé aussi Jardín del Edén. (Mexique, juillet 2014)

J’ai vécu dans les cénotes des moments magiques, des sensations inédites. Rien à voir avec la plongée en mer. S’immerger dans les gouffres vénérés par les anciens Mayas, ça n’est pas rien. Se sentir Indiana Jones sous l’eau, c’est grisant. Dans les cénotes, j’ai eu 10 ans à nouveau !

Haloclines

Autre phénomène étrange dans les cénotes, que j’ai pu expérimenter notamment à Tajma Ha  : là où une couche d’eau douce se superpose à une couche d’eau salée, l’eau semble se séparer en deux. On a l’impression d’une ligne, comme quand on est en surface, entre l’air et l’eau. Sauf qu’on est immergé, dans une galerie pleine d’eau.

Je n’ai pas de photo qui puisse vous montrer ça… On baisse et on lève la tête, on a l’impression d’entrer et sortir de l’eau. Mais pas du tout. On est toujours immergé. Très troublant, très dérangeant. C’est ce qu’on appelle un « halocline ». Heureusement que j’avais été avertie de la chose avant de plonger, car sur le moment ma pauvre cervelle a peine à comprendre ce qui se passe. D’autant que le phénomène en question se produit quand nous sommes en milieu totalement souterrain, sans lueur extérieure aucune. Presque angoissant, j’avoue.

Les panneaux sous-marins à tête de mort signalant l’entrée de galeries qu’il est risqué d’explorer m’ont moins impressionnée que cette étrange sensation de mi-air mi-eau, détendeur en bouche, dans une eau limpide comme du cristal…

Plongées à la carte

Quelques infos pratiques… Je tenais vraiment à explorer les cénotes dans de bonnes conditions pour faire de la photo. J’ai donc opté pour une petite structure, sachant, d’expérience, que ce serait plus facile de « personnaliser » mes demandes que dans un gros centre. Mon choix s’est porté sur O2 Mexico, basé à Playa del Carmen, que j’ai contacté avant de partir. Ce sera la seule chose planifiée un peu à l’avance dans ce voyage au Mexique.

Bonne pioche  ! Super accueil, super service. Plongée à la carte et quasiment privée : je me suis retrouvée juste avec une binôme ou bien seule avec un guide. Bref, le grand luxe selon mes critères.

Cenote Ponderosa (Garden of Eden). Mexique, juillet 2014.

Mon guide dans les cénotes, Clément Prandi, est lui-même photographe subaquatique (voir son site Facebook Mystic Vision). Il était donc particulièrement sensible à mes souhaits et a même payé de sa personne, jouant les modèles, allant toujours se placer au bon endroit au bon moment pour mes images…

Cénote Car Wash

Clément m’a proposé d’aller visiter, au sud de Playa del Carmen, près de Tulum, ce cenote à part, appelé Car Wash, parce qu’avant, les gens venaient y laver leurs voitures… Des bactéries composent une sorte de couche opaque en surface.

L’ambiance est différente, étrange et fantomatique. Un endroit spectaculaire, encore, pour les photos subaquatiques…

Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.
Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.
Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.
Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.
Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.

Le cénote donne accès à une grotte et des galeries, où se succèdent, à l’entrée, grosses racines d’arbres et stalactites… Cathédrale végétale et cathédrale minérale. Le tout dans une eau coiffée d’un plafond vert, opaque, qui ne laisse passer qu’une lumière diffuse.

C’est à la fois beau et un peu effrayant. Indiana Jones et Crocodile Dundee veillaient sur moi. Il y a un petit crocodile, un vrai, qui vit dans ce cénote. J’espérais au moins photographier sa silhouette en contrejour. Mais il était planqué quelque part, dans la mangrove, et n’a pas daigné jouer les figurants… Alors Clément a payé de sa personne et pris la pose pour mes photos.

Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.
Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.
Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.
Cenote Carwash. Mexique, juillet 2014.

Température de l’eau

Enfin, un petit mot pour mes lecteurs plongeurs, qui veulent toujours savoir quelle combinaison emporter dans leurs bagages… Dans les cénotes, l’eau est « fraîche » selon mes critères. Environ 24-25°C. C’est froid comparé à la mer, qui est à 28-29°C en juillet sur la côte caribéenne du Mexique.

Pour les simples baigneurs, nageurs, snorkeleurs, s’immerger dans les cénotes, c’est très agréable… En particulier quand il règne une touffeur tropicale écrasante à l’extérieur, comme c’est le cas au mois de juillet au Mexique. On barbote le temps qu’on veut pour se rafraîchir, on sort quand on en a assez. Mais pour les plongeurs, c’est totalement différent, on ne ressent pas du tout la température de l’eau de la même manière.

Cenote Ponderosa (Garden of Eden). Mexique, juillet 2014.

C’est une chose que j’ai souvent peine à le faire comprendre à mes amis non-plongeurs, en particulier bretons (pour eux, une eau qui dépasse les 17°C, c’est juste de la science-fiction et ils la trouve « bonne » dès 14°C !).

Dans la "salle des lasers" du cenote Tajma Ha. Mexique, juillet 2014.
Dans la « salle des lasers » du cenote Tajma Ha. (Mexique, juillet 2014)

En fait, dans l’eau, les échanges thermiques sont bien plus rapides que dans l’air (l’eau conduit la chaleur 25 fois plus vite que l’air) et on se refroidit donc très vite.

La température de neutralité thermique pour le corps humain, à laquelle s’équilibrent déperdition et production de chaleur, est de 24 à 26°C dans l’air, contre 33°C dans l’eau. Pour en savoir plus, je vous renvoie sur cette fiche médicale, qui explique tout cela très bien :

Tout corps plongé dans l’eau froide…

Ma petite personne étant plus sensible que la moyenne à ces lois physiques et physiologiques (façon compliquée de dire que je suis frileuse), j’ai donc enfilé un shorty de 5 mm à capuche, par-dessus ma vieille combi longue (également de 5 mm), pour pouvoir tenir une heure sous l’eau sans ressortir transie. Ça a été très bien.

Je recommande donc une protection supplémentaire pour les plus frileux, pour explorer les cénotes. Les durs à cuire peuvent tenter une simple 5 mm sans cagoule. Mais ce sera plus confortable avec une couche de plus.

En conclusion

Les cénotes, c’est top. À faire absolument si vous êtes en voyage au Mexique, que vous soyez plongeur ou pas. Ce sont des endroits spectaculaires, magnifiques. Accessibles à tous. Et pour les plongeurs d’eau salée, l’expérience est vraiment différente, riche en sensations fortes. Inoubliables.

Grand Cenote. Mexique, juillet 2014.
Cenote Tajma Ha. Mexique, juillet 2014.
Cenote Ponderosa (Garden of Eden). Mexique, juillet 2014.
Cenote Ponderosa ou Jardín del Edén. Magnifiques jeux de lumière aquatiques, entre le végétal et le minéral. Mexique, juillet 2014.

😎

Retrouvez les autres articles sur ce voyage au Mexique en cliquant sur le lien ci-dessous…

  Mexique : Yucatán - juillet 2014

588 Partages
Partagez507
Tweetez46
Enregistrer18
Partagez17