Au-delà du farniente

  République dominicaine - janvier 2009

Je ne sais pas quel bout commencer ce nouveau billet. On nous a fait faire tant de choses en si peu de jours ! Ce voyage de presse vise à mettre en avant d’autres activités que le pur « farniente » en République dominicaine.

Excursion à l’île de Saona

La preuve : alors que nous sommes arrivés jeudi 16, au soir, ce n’est que ce lundi que j’ai enfin réussi à nager dans les eaux turquoises dominicaines qu’on voit sur les brochures touristiques !

Lundi, donc : excursion de pure détente à l’île de Saona, dans le sud du pays. Avec traversée sur un immense catamaran de 28 mètres, réservé rien que pour notre petit groupe de huit… Le grand luxe.

Une parenthèse bien méritée, ceci dit, après toutes les émotions « sportives » qui nous ont été infligées.

L’avionnette

À commencer par le survol du pays en « avionnette », un genre de minibus avec des ailes et une hélice, pour rejoindre la presqu’île de Samana dans le nord et en repartir. La République dominicaine vue du ciel est un spectacle fantastique.
 » Voir les photos : Couleurs Caraïbes
 » Voir la vidéo : Me gustan los aviones

Résultat : ceux d’entre nous qui avaient peur en avion sont maintenant ou guéris ou encore plus terrifiés qu’avant !
:lol :

Admirez la tour de contrôle du minuscule aéroport de Portillo, dans le nord, à Samana…

Balade en… quad

Après s’être envoyés en l’air, place vendredi à l’équipée sauvage en quad… Oui, oui, le quad, c’est bien ce gros truc bruyant entre la moto et le 4×4, qui se conduit comme une moto pour enfant et qui passe partout. Même les plus circonspects d’entre nous ont adoré.

On a sillonné des tas de plages super tranquilles (enfin, qui l’étaient avant et après notre passage), autour de Las Terrenas. Samana est vraiment une région superbe.

Je recommande chaudement l’expérience. Le quad c’est déroutant au début, surtout quand on a l’habitude des motos « normales », mais en fin de compte, c’est plutôt rigolo..

Cette balade a surtout été l’occasion de sortir de ces enclaves touristiques que sont les resorts « todo incluido » où nous logeons, et de voir un peu les « vrais gens ». Ce qui est bien, c’est qu’on peut s’arrêter facilement en chemin.

Pour faire une halte rafraîchissante près d’un rio où les Dominicains vient se baigner le week-end en famille ou entre amis. Pour jeter un œil sur les parties de base-ball acharnées qui se livrent dans de vagues terrains de sport. Pour s’extasier comme tous les urbains devant les chevaux, les vaches, les cochons aperçus dans les champs ou sur la route. Ou bien encore pour faire des photos avec les enfants, qui adorent s’admirer sur l’écran de l’appareil…

Parc Los Haitises et cascade Limón

Le lendemain, le samedi, on a eu droit à une excursion en hors-bord le matin au parc national de los Haïtises : décor de falaises calcaires, pleines de grottes et de mangroves, qui rappellent beaucoup la côte andamane thaïlandaise du côté de Krabi et Phi Phi.

L’après-midi, grimpette dans la jungle et la gadoue, à dos de canasson, jusqu’à la fabuleuse cascade d’El Limón. Peut-être la plus chouette de toutes nos balades !

La baignade y est fraîche et spectaculaire. Et c’est assez difficile de s’approcher des trombes d’eau en nageant. Il faut lutter contre le courant et la force des embruns qui vous coupent le souffle.

Partout, super accueil, très chaleureux. Ça vaut vraiment le coup de s’écarter un peu des plages.

Oui, la vie est dure… Il fait entre 25 et 30°C selon l’heure de la journée. On n’a à se soucier de rien, tout est organisé bien comme il faut. Et je suis enchantée des excursions qu’on nous a concoctées.

J’aurais donc bien mauvaise grâce de me plaindre… Seulement voilà : à côté de ça, il y a l’hébergement en « todo incluido » ou « all-inclusive » ou « tout-inclus » comme vous voudrez. Si beaux soient les resorts et hôtels proposés, ce genre de formule ça n’est vraiment pas mon truc.

Je vous raconterai dans un prochain billet, très subjectif, ma vision des affres et des joies de ces cages dorées exotiques pour Occidentaux en mal de soleil…
 ;-)

  République dominicaine - janvier 2009

  1. Oh rage oh désespoir… Si on nous avait exposé le programme avant le départ, je t’aurais balancée par la fenêtre pour prendre ta place. Ton récit est, comment dire, très tentant et les organisateurs semblent s’être décarcassés pour agrémenter votre balade. Coooooooooooool. Allez profite de tes derniers jours et on boira ensemble ton rhum plein de soleil. Biz 8)

  2. Merci pour ces photos , ces récits, ça fait du bien!!!!!!!
    Pour l’avionnette, c’est quasi la même que j’ai prise en Thailande sauf que la nôtre décollait et attérissait sur l’eau , je garde un super souvenir!!!!!
    Sinon, ben , ça donne envie d’aller passer quelques jours en République Dominicaine….
    En ce qui concerne les hôtels, je vois tout à fait ce que tu veux dire…moi, c’est pareil , je déteste les « todo incluido », même si je n’en ai jamais fait….j’imagine trop….Mais, je crois qu’il y a pas mal de gens, de touristes qui apprécient ce système sans charme et sans surprise.Est-ce plus économique?Peut être….quoi que….en Asie, y a rien de meilleur et de moins cher qu’un bon pad thai dans la rue…Et là-bas, c’est comment?
    Je t’embrasse très fort!Bonne dernière journée là -bas, en plus je crois que vous êtes « free » alors profite bien de ces dernières heures de chaleur….Ici, ça s’est un peu réchauffé…mais bon…ça reste toujours froid…trop froid!!!!!! 😥

  3. @ Ceucidit : Mon canard n’est pas l’organisateur de ce voyage… Et pareille occasion de partir est assez exceptionnelle!
    😉

    @ Funny World : Je profite! D’ailleurs, là, je crois que je vais aller goûter une dernière fois l’eau et le soleil avant de tout remballer pour le check-out… Bouh. Je ne veux pas rentrer!
    😥

    @ Hélène : Je savais bien que toi, tu me comprendrais… C’est un voyage très différent de celui que j’avais fait il y a neuf ans. J’ai dû mettre ma « petite indépendance » en sommeil. En échange, je savoure le confort, très plaisant, de cette formule « todo incluido ». Je ne vais évidemment pas me plaindre, mais c’est juste que je n’ai pas l’habitude d’être ainsi « contrainte » de rester dans un hôtel immense, véritable petite ville en bord de plage, où l’on reste entre touristes… Je pense que tous les packages vol+hôtel des tour-opérateurs sont effectivement intéressants. Des tas de gens aspirent simplement, pour les vacances, à être peinards sur une plage où il y a tout le confort, pour n’avoir à se soucier de rien, ce que je peux comprendre. Sinon, ici aussi, il y a des petits restos au-dehors, mais on ne les a pas beaucoup vus.
    🙄

    @ Martial : Oui, je vais me plaindre: le ciel est trop bleu, il y a trop de soleil, trop de plages, trop de trucs sympas à faire…. Quel scandale!!!
    😆

  4. Ce qui me fait le plus horreur dans les «tout-compris» est d’entendre parler «québécois». On trouve facilement des forfaits d’une semaine à moins de 1000$ pour la République dominicaine et Cuba à partir de Montréal (j’ai même vu des deals à 600$ dans des 4 étoiles au début de l’année) alors forcément, les gens se ruent sur les aubaines dès que le froid se pointe. Quand je voyage, j’ai envie d’exotisme, pas d’entendre parler de nos vedettes locales sur la plage! Même en me préparant mentalement à cette réalité, ça finit toujours par me rendre dingue. Parce que oui, il m’est arrivé d’opter pour cette formule vraiment économique quand le mercure oscille autour des -25 degrés… Entre deux maux, mieux vaut choisir le moindre!!! Mais Hélène a raison, rien ne remplacera le plaisir de manger un pad thai sur la rue en Thaïlande (soupir)…

  5. @ Marie-Julie : Je confirme, il y avait énormément de Canadiens francophones dans les hôtels où nous sommes descendus… Je comprends parfaitement qu’on puisse être séduit par ce type de formule, à la fois faciles sur le plan pratique, et économiques, mais à titre personnel, ce ne serait pas mon choix. On reste « entre soi » dans ce type d’hôtels et tout y est vraiment très artificiel… Mais je reviendrai là-dessus dans un prochain billet. Ceci dit, je ne me boude pas mon plaisir, j’ai passé une semaine vraiment fabuleuse. Et faire le plein de soleil et de chaleur au cœur de l’hiver est un luxe inouï.
    8)

  6. Je suis allé en R.D. au mois de juin, et à part le farniente, je ne vois pas ce qu’il y a à faire. Hélas, les excursions proposées par les tours-opérateurs sont surévaluées et chères, voire vulgaires. En plus, pour l’intimité, vous repasserez, à minimum 30 personnes… La R.D.c’est du tourisme de masse.
    Par contre, la gentillesse des dominicains vous enchantera, ainsi que la beauté des plages.
    Idéal pour faire un break au soleil, mais pas plus.

  7. Bonjour Gulick,

    Sur le tourisme de masse, je rejoins totalement ton point de vue. À titre personnel, je ne voyage jamais de cette manière, habituellement. Cette fois-ci, j’ai découvert ce que signifiait vraiment « l’industrie touristique » avec ces hôtels immenses enclavés en bord de plages pleines de transats…

    Pour les excursions que nous avons faites, je les ai bien aimées, car je les ai vécues en privilégiée: nous n’étions que notre petit groupe de huit, à chaque fois… Le grand luxe, comparé aux groupes nombreux qui s’entassent dans les bus, bateaux, etc.

    En revanche, je pense qu’il y a moyen de découvrir la République dominicaine autrement, de façon individuelle, en descendant dans de petits hôtels, de petites pensions ou guesthouses, un peu comme je l’avais fait il y a neuf ans, et en se débrouillant par soi-même pour visiter. Mais ce type de voyage ne convient pas forcément à tout le monde, ni à ceux qui veulent juste « faire un break au soleil » en effet.

    Enfin, pour la gentillesse des Dominicains, je te rejoins tout à fait, là encore. Mais je vais évoquer ces différentes facettes de la République dominicaine dans un prochain article…

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez