Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm : les racines et la pierre

Au Ta Prohm, les racines des arbres enlacent la pierre. J’adore ce temple d’Angkor, où l’on peut presque se prendre pour un explorateur, découvrant de mystérieuses ruines enfouies dans la jungle…

Quand le végétal épouse le minéral

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.Ici, le végétal épouse le minéral. Ils sont devenus complètement inséparables.

Au fil des siècles, les racines des fromagers et des figuiers ont pris possession des lieux, étranglant les portes et les galeries en ruine, s’insinuant dans tous les interstices, imitant les formes du temple. Les racines semblent avoir « coulé » le long des murailles de pierre.

Les arbres ont parfois détruit, parfois soutenu les murs. Un lent et spectaculaire combat entre nature et architecture… Les murs à demi écroulés et les troncs géants créent une ambiance unique, magique, un peu fantastique.

Le résultat est de toute beauté.

Le Ta Phrom, parmi tous les temples à visiter à Angkor, est à mes yeux le plus émouvant, le plus esthétique, le plus fascinant.

C’est ma troisième visite, à plusieurs années d’intervalle, et chaque fois, je me fais la même réflexion : c’est vraiment mon préféré. J’ai toujours aimé joué à Indiana Jones…  😀

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Conservé en l’état pour le « pittoresque »

Quand le Ta Prohm a été redécouvert, au début du XXe siècle, les archéologues de l’École française d’Extrême-Orient qui travaillaient sur le site d’Angkor ont décidé de laisser ce temple en l’état, comme « concession au goût général pour le pittoresque ».

Même si le temple n’a pas été restauré comme la plupart des autres monuments d’Angkor, il a réclamé du boulot : il a fallu stabiliser les ruines pour les rendre accessibles aux visiteurs, tout en maintenant cet « état de négligence apparente ».

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Un « pittoresque » trop aménagé ?

Mais, mais… J’avoue : j’ai été un peu déçue, par rapport au souvenir que j’avais gardé de mes précédentes visites, en 2001 et en 2003. Parce qu’on ne se balade plus comme on veut, au Ta Prohm.

Des passerelles en bois, des barrières et des cordons de sécurité ont été disposés un peu partout sur le site. Des tas de passages sont désormais interdits d’accès. Il y aussi un itinéraire fléché pour la visite, avec petits panneaux indicateurs.

Et, comment dire… Ça casse un peu l’ambiance « explorateur » que j’aimais tant.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Le temple reste envoûtant tout de même, aux premières heures de la matinée, quand les visiteurs sont encore rares.

La lumière et la chaleur montent peu à peu…

Les envahisseurs déboulent au Ta Prohm

Alors, après une première exploration, on veut retourner admirer la grosse racine de la galerie, la porte enlacée par le figuier… et là, c’est le drame.

C’est l’heure des envahisseurs !  😱

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Ta Prohm. Angkor, Siem Reap, Cambodge. Février 2011.

Mince, alors.

J’aurais dû me douter que tous ces jolies plateformes en bois, qui vous évitent de trébucher sur les pierres écroulées, n’avaient pas été installées juste pour moi…

🙄

  1. J’aurais toujours un souvenir incroyable de Ta Prohm, daté de 2000 : se retrouver seul, complètement seul, entièrement seul au milieu des temples et des arbres, et ressentir jusqu’au plus profond de ses tripes toute la majestuosité du Temps, des civilisations et des arbres qui montrent finalement qu’une certaine « harmonie fusionnelle » est possible entre culture et nature. Alors, ça m’attriste beaucoup de savoir qu’aujourd’hui, ces lieux sont bourrés de touristes et d’envahisseurs ; d’un côté c’est « normal », quelque chose d’aussi beau ne peut pas laisser indifférent maiiiis …. Mais c’est vraiment triste de ne plus pouvoir ressentir cet immense élan de majestuosité que j’ai pu ressentir quand j’avais 12 ans.

  2. Magnifique série de photos… et les deux dernières, stupéfiantes ! Je ne sais pas comment les qualifier sans être désobligeante à l’égard des touristes; ce serait « anormal » cependant de réserver tant de beauté à quelques happy few! Alors comment faire? Peut-être qu’un jour on réservera à ces temples le même sort qu’à la grotte de Lascaux! Y’aura les vrais; les faux! 🙁

  3. Ce temple est absolument magnifique.
    Par contre, il est vrai que la masse de touriste empêche un peu de profiter de la beauté des lieux.
    J’ai eu la chance de le visiter juste avant la fermeture quand il n’y avait quasiment plus personne et là… Frissons garantis !

  4. Roooooo là là, ça fait peur tout ce monde !! Je m’estime heureuse d’avoir pu le visiter alors qu’il n’y avait quasiment, personne parce que
    pour le coup, ça m’aurait gâché le plaisir ! Mais d’un autre côté, je sais bien qu’il serait injuste de réserver toutes ces beautés à une élite…
    Toute cette foule, ça doit contribuer à enlever le côté mystérieux du lieu non ? 🙁

  5. Je rajoute, ça a un côté « poissonnerie » de supermarché un 24 décembre à 9 h du matin !! « hé, attend ton tour pour la photo, non mais j’étais là avant! » et « à qui l’tour ? », « qui a le numéro 53 ?! » 🙁

  6. Bien sur, que les plates-formes, elles servent d’avantage aux touristes photographiés qui viennent de l’Asie.
    Tu es à Siem Reap Corinne ? quel est ton circuit ? tu voyages combien de temps ?
    je viens de voir que tu as regardé mon blog au sujet de Koh Lanta.
    Joce (canaima)

  7. @Chris: J’avais le même genre de souvenir que toi, datant de 2001… Le temple reste magnifique, néanmoins. On s’y sent juste beaucoup moins seul !!! 🙄

    @Ysbilia: Va savoir… Un nouvel aéroport est en construction. Les « envahisseurs » vont être encore plus nombreux dans les années à venir. J’ai en réserve tout un tas d’autres photos « stupéfiantes », qui vont te plaire… 😆

    @Lemerou: Oui, pour retrouver un peu l’ambiance originelle des sites, il faut venir en début ou en fin de journée… 😉

    @Nani: Oui, quand les groupes débarquent, ça rompt d’un coup tout le charme des lieux… 😡

    @David: Beng Melea, excellente suggestion… Mais ce sera la prochaine fois !
    http://en.wikipedia.org/wiki/Beng_Mealea

    @Joce: J’ai quitté Siem Reap il y a une dizaine de jours. J’achève maintenant mon périple en Thaïlande (je reprends l’avion du retour dans quelques heures), où je suis passée par Krabi, Phi Phi, Khao Lak, pour plonger. Je suis en retard dans la rédaction de mes posts… 8)

  8. Ta prohm, Angkor War, Bayon… Ce sont les incontournables magnifiques, mais trop visités. En fait, j’ai préféré l’atmosphères des « petits » temples. Ceux qui sont boudés par une partie des groupes en bus VIP. 💡

    Evidemment, ils sont moins spectaculaires, leurs charmes se laissent un tout petit peu plus désirer. Mais, en fait, pas longtemps. Il y a moins de racines à s’entremêler avec la pierre, il y a moins de visages mystérieux… mais, ils dégagent, pour la plupart, une ambiance qui leur est propre, dont on profite plus facilement. Dans certains temples, c’est parce qu’il y a des amas de pierres à perte de vue sous la forêt, d’autres parce qu’ils sont plus petits semblent plus délicats, d’autres c’est pour la vue dont on jouit au sommet.
    Par exemple, j’ai beaucoup aimé l’atmosphère du Bakong (Roluos group). Un bassin l’entoure, il y a un monastère à l’intérieur, des arbres plantés, des fleurs colorées… Des gens habitent juste à côté. Toi aussi, tu l’as aimé, non ?
    🙂

  9. @L’autre fille: Tout à fait… Les « petits » temples moins connus méritent un billet de blog. Je comptais bien causer du Bakong aussi, que j’ai aimé, oui. Dans de prochains posts !
    🙄

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed
error:
135 Partages
Partagez123
Tweetez11
Enregistrer1
Partagez