View of the Fam archipelago from the Piaynemo viewpoint. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, January 2015)
View of the Fam archipelago from the Piaynemo viewpoint. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, January 2015)

Raja Ampat: Practical Information And Tips To Organize Your Trip

#Indonesia #Western Papua

  Indonesia: Bangka [Sulawesi] + Rao [Halmahera] + Raja Ampat [Papouasie] - July 2019

Dear English-speaking readers, this page is an automatic translation of an article originally written in French. I apologise for any strange sentences and funny mistakes that may have resulted. If you read French, click on the French flag below to access the original, correct text: 


Mes plongées à Raja Ampat comptent parmi les plus belles de ma vie. Mais un voyage à Raja Ampat exige de se comporter en visiteur responsable. Le tourisme, en plein essor dans ces îles indonésiennes, met en péril l’un des plus magnifiques réservoirs de biodiversité de la planète.

Vous rêvez d’aller à Raja Ampat ? De plonger dans ses eaux turquoise et poissonneuses ? Je récapitule ci-dessous en 16 points les choses à savoir avant de partir, et les infos utiles pour préparer son voyage…

1. Raja Ampat, a natural paradise to be preserved

Raja Ampat means "the Four Kings". Situé dans l’extrême est de l’Indonésie, c’est a vast archipelago composed of four main islands (Waigeo, Batanta, Salawati, Misool) et d’une multitude d’îlots karstiques couverts de jungle, plongeant dans l’eau turquoise. Un environnement extraordinaire et splendide.

Admirez ci-dessous, à 360°, le point de vue depuis l’île de Piaynemo, emblématique de la région…

Above, the viewpoint spectaculaire de Piaynemo sur les îlots de Fam, emblématique des paysages de Raja Ampat… On aperçoit Otto, mon super guide de plongée papou, et ma binôme Sarah.

Raja Ampat est un archipel exceptionnel, pour sa beauté et sa biodiversité, sur terre comme sous l’eau. This magnificent end of the world, long isolated, is in the middle of the famous Coral Trianglebetween the Indian and Pacific Oceans. In France, the general public discovered these wild islands on TV, with the programs Ushuaïa in 2008 and Koh-Lanta en 2011… .

Mais le développement touristique de la région s’est accéléré dans la décennie qui a précédé le Covid. Et encore après avec le retour des visiteurs. Avec des conséquences désastreuses sur l’environnement… Présenté comme une « destination de rêve » ou « le dernier paradis » aux touristes privilégiés que nous sommes, Raja Ampat est avant tout un trésor naturel qui doit être préservé, protégé. Or il faut bien avoir conscience que chacune de nos visites et de nos plongées a un impact sur cet écosystème unique et fragile, ainsi que sur les communautés papoues qui vivent là-bas…

Je vous invite à soutenir l’association franco-indonésienne The SEA People – Orang Laut (The People of the Sea), qui veut encourager un écotourisme viable pour tous (habitants, visiteurs, opérateurs de tourisme, autorités gouvernementales) depuis la réouverture des frontières post-Covid, après le boom de fréquentation en 2019. J’en ai parlé dans cet article que j’ai écrit pour Ouest-France, à la veille de la Journée mondiale de l’océan du 8 juin 2022 :

Raja Ampat, these paradise islands that want to turn tourists into coral protectors

Corals in shallow water, at the foot of mangroves, in the "blue mangrove" of Raja Ampat (Indonesia, West Papua, January 2015)
Des coraux en eau peu profonde, au pied des palétuviers, dans la “mangrove bleue” de Raja Ampat. (Indonésie, Papouasie occidentale, janvier 2015)

Read also: this worrying state of affairs in 2020 par l’association The Sea People – Orang Laut. Il détaille les dégâts causés notamment aux récifs coralliens par un développement touristique trop rapide et non-viable à Raja Ampat :
Raja Ampat: Reefs under threat

« Grâce » au Covid, le flux touristique s’est tari à partir de mars 2020 durant près de deux années. Le 20 Hours of France 2 broadcasted, on Wednesday January 12, 2022, a report on Raja Ampat, visible in replay here : Raja Ampat, an Indonesian archipelago in a coral paradise. On y suit notamment Arno Brival de l’asso The SEA People, et Dolvinus Awom, l’un des guides de plongée de Papua Diving. I put you the video player below :

Above, the report broadcast on France 2, January 12, 2022.

Un reportage similaire, présentant le projet de restauration corallienne Yaf Keru mené par l’équipe de The Sea People a été diffusé l’année suivante par TF1. On y retrouve notamment Arno Brival de l’association et Max Ammer de Papua Diving :

Above, the report broadcast on TF1 on October 10, 2023.
Snorkeling in the turquoise waters of Raja Ampat, in front of the Kri Eco Resort. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, July 2016)
Snorkeling in the turquoise waters of Raja Ampat, in front of the Kri Eco Resort. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, July 2016)
View of the Fam archipelago from the Piaynemo viewpoint. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, January 2015)
Vue sur l’archipel de Fam, depuis le “viewpoint” de Piaynemo. (Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, janvier 2015)

Update [2017]. Les craintes que je formulais ci-dessus dès 2013 ont trouvé une triste illustration avec un accident survenu le 4 mars 2017 dans les eaux de Raja Ampat : un gros navire de croisière touristique britannique, genre “immeuble flottant”, le Caledonian Sky, a dévasté une petite portion d’un spot connu des plongeurs sous le nom de Cross Over, devant la côte nord-est de l’île de Kri… 😡 Ce genre de navire n’a rien à faire ici ! Pour en savoir plus, je vous renvoie sur les liens ci-dessous :

→ Indonesia: a ship damages exceptional reefs [fr]

→ Cruise Ship hits Crossover Reef: The Impact on the Reef [en]

→ Saving Raja Ampat waters with tourism [en]

Je suis pour ma part retournée en juillet 2017 à Raja Ampat, et j’ai plongé sur le site en question. Les dégâts, juste devant la plage (comment peut-on oser venir si près de la côte avec un si gros bateau ?) ne concernent heureusement qu’une toute petite zone. Mais sous l’eau, l’endroit où le bateau a raclé et fracassé le récif, à quelques mètres de profondeur, était tout gris et jonché de coraux morts. Le contraste était saisissant avec les récifs frétillants de vie tout autour.

2. C’est où, Raja Ampat ?

Vous avez du mal à situer Raja Ampat ? Comme je le disais plus haut, ce sont des îles situées dans l’extrême est de l’Indonésie. L’archipel, au large de l’île de Nouvelle-Guinée, fait partie de la province ou région appelée West Papua (Papua Barat en indonésien). C’est là :

Where is Raja Ampat?

A little historical-political reminder: la moitié occidentale de l’immense New Guinea Island (formerly colonized by the Dutch) has been annexée par l’Indonésie dans les années 1960 (la moitié orientale est devenue l’État indépendant de Papua New Guinea). À l’époque, l’armée indonésienne a commis des massacres. De nos jours, un mouvement séparatiste papou continues to take action et les autorités indonésiennes n’hésitent pas à réprimer brutalement toute opposition.

In March 2022The Indonesian government's bill to divide Papua into new provinces, without consulting the local population, has provoked a wave of protests, and Papuan protesters were killed by the police. Amnesty International has published a report denouncing the increased repression autour de la mine d’or de Wabu Block dans le département d’Intan Jaya (centre-nord).
In April 2021, military reprisals were launched dans la région de Puncak après la mort du chef des services de renseignement lors d’échanges de tirs avec des indépendantistes papous.
In August 2019, violent riots broke out à Manokwari, Sorong et Fakfak, après l’arrestation à Java d’étudiants papous indépendantistes, sur fond de tensions racistes : le gouvernement a alors cut off the internet in Papua and sent a thousand soldiers there as backup.
In July 2017almost twenty years after the Biak massacre (1998), the Indonesian military and police have carried out mass arrests à Nabire et Sentani, tandis qu’a petition for West Papua was attempting to bring the Papuan voice to the international stage that same year.

Je referme cette parenthèse, mais quand on va là-bas en tant que touriste, il faut avoir conscience que la région est instable et pas tout à fait un “paradis” pour tout le monde…

La plupart des voyageurs accèdent à Raja Ampat via l’aéroport de Sorongin front of the islands. Sorong est un port minier et industriel, sans grand charme, d’environ 260 000 habitants aujourd’hui, où est bien visible l’un des fléaux qui touche les eaux indonésiennes : plastic pollution.

(On this theme, I invite you to read this article, published by the Tara Foundation after a stopover there by the scientific schooner in late December 2017 → Indonésie : l’océan suffoque sous le plastique)

Sorong est située sur le “bec” de la pointe de la Papouasie Occidentale, joliment surnommée “Péninsule de la tête d’oiseau” (Bird’s Head Peninsula in English) because of its form.

When you fly to Sorong, it looks like this:

Sorong Bay, seen from the porthole of the plane. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, July 2016)
La baie de Sorong, vue par le hublot de l’avion. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)
Above the mangrove water of Sorong Bay, there are many houses on stilts. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, July 2016)
Au-dessus de l’eau mangroveuse de la baie de Sorong, de nombreuses maisons sur pilotis. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)

In Wasai, sur Waigeo, la grande île au cœur de l’archipel de Raja Ampat, au large de Sorong, a second airport was inaugurated in May 2012 (read also here : Raja Ampat gets a new airport). From 2014, it was apparently possible to make the Sorong-Wasai crossing by air, via small propeller cuckoo clocks chartered by the local company. Susi Air. Mais en 2016, on m’a rapporté que l’aéroport Marinda de Wasai n’était pas vraiment opérationnel et ne servait que rarement, lors de visites officielles…

Wings Air (a subsidiary of Lion Air) attempted to launch a Manado-Wasai flight. Mais l’aéroport de Sorong ayant été agrandi et modernisé, celui de Wasai ne semble finalement pas destiné à devenir la nouvelle porte d’entrée aérienne à Raja Ampat announced by President Joko Widodo après sa visite de 2016. La liaison de Wings Air appelée “Manado – Raja Ampat” que j’ai déjà aperçue sur les écrans d’information à l’aéroport a cumulé retards et/ou annulations depuis son lancement, et il semble même (info de 2018) qu’elle soit plus ou moins suspendue…

En revanche, l’aéroport de Sorong, lui, s’est métamorphosé : il a été complètement refait à neuf et agrandi ! Résultat : l’archipel, qui était longtemps resté à l’écart du tourisme dit “de masse”, voit le nombre de visiteurs étrangers et indonésiens croître d’année en année. À titre d’exemple, concernant le tourisme de la plongée : d’une douzaine d’opérateurs de liveaboards (croisières-plongée) au début des années 2010, on est passé à plus d’une centaine en 2019… 😱

As for tourism in general, since the visit of President Jokowi (Joko Widodo) in 2016.the way in which the Indonesian authorities have started to develop and promote the destination (especially on social networks with the keyword #lastparadise) me fait plutôt peur. Par exemple, à l’île de Piaynemo dont je parlais plus haut, des tas de nouveaux escaliers, panneaux et plateformes (dont une avec un cœur géant) ont été installés partout. De grosses lettres blanches façon Hollywood, claiming P I A Y N E M O, ont même été accrochées sur une falaise karstique à l’entrée de la baie… Une horreur spécialement dédiée aux instagrameurs, je suppose. Et cela ne va évidemment pas s’arranger avec la nouvelle liaison aérienne depuis Bali-Denpasar (vol direct de 3 heures) lancée par la compagnie Garuda fin 2023.

To read (in English) → Infrastructure Development to Boost Tourism in Raja Ampat

Bref, je crains que ce ne soit le début de la fin. Je prends conscience avec un pincement au cœur que la relative tranquillité de Raja Ampat que j’aie connue et son isolement protecteur appartiennent désormais au passé… 😢

Ci-dessous, quelques images paisibles de paysages et de gens, datant des années 2010…

Mioskon Island, in the Dampier Strait (Raja Ampat, July 2012)
L’île de Mioskon, dans le détroit de Dampier. (Raja Ampat, juillet 2012)
Traditional boat, in the Fam archipelago (Raja Ampat, January 2015)
Bateau traditionnel, dans l’archipel de Fam. (Raja Ampat, janvier 2015)
Arborek Island (Raja Ampat, July 2012)
L’île d’Arborek. (Raja Ampat, juillet 2012)
A coral colony in front of a beach in the Fam archipelago (Raja Ampat, January 2015)
Une colonie de corail devant une plage de l’archipel de Fam. (Raja Ampat, janvier 2015)

3. I am not a travel agency

I'll allow myself a friendly warning, avant d’aller plus loin : je reçois énormément de messages de la part de gens qui me prennent, à tort, pour une agence de voyage ou pour l’agent d’un tour-opérateur… Certains m’envoient même des demandes de réservation !!! 😂 C’est fou…

Je n’ai rien à vendre et je n’organise pas de voyages. To clear up any misunderstanding, I blog here about my travels and my dives for fun, without any commercial motivation, and nobody pays me to do it. (click here to find out more about me).

Concerning hotels, tour operators, diving centers I mention: je ne peux absolument pas vous donner leurs tarifs ni leurs disponibilités… Si vous avez besoin d’un renseignement sur leurs prix, leurs prestations, etc. demandez-le leur directement ! Tous ont une page de contact sur leurs sites web.

Also be aware that everything changes very quickly in this region of West Papua, qui est en plein développement touristique. La première publication de cet article date de 2013, mais je continue de le mettre à jour au fil des années qui passent et de mes nouveaux voyages plongée à Raja Ampat (je l’ai encore actualisé en 2024).

Finally, take the time to do your own research. La paresse de certains aspirants voyageurs me sidère un peu, parfois… Nous vivons une époque formidable, où chacun a accès à un outil gratuit, drôlement efficace, mis à jour en temps réel, qui s’appelle Google. 😜 And now you can even ask for advice from ChatGPT.

Divers meet a barracudas bench at the Blue Magic site in Raja Ampat. (West Papua, Indonesia, July 2016.)
Des plongeurs à la rencontre d’un banc de barracudas au site Blue Magic, à Raja Ampat. (Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016.)

4. My previous trips to Raja Ampat

Contrairement à d’innombrables fournisseurs de conseils sur les réseaux sociaux, je n’ai pas la prétention d’offrir ici le guide « ultime » sur Raja Ampat ni de vous vendre la destination comme « le dernier paradis »… Comme je disais plus haut, les choses changent tellement vite, là-bas ! D’ici peu de temps, vu l’affluence croissante de plongeurs et de touristes, indonésiens et internationaux, rien ne sera plus tout à fait pareil.

J’ai déjà observé des changements notables, entre mes premiers voyages plongée de 2012 à Raja Ampat et les derniers en date (juillet 2019 et décembre 2023)… Et j’ai déjà publié pas mal d’articles auxquels vous référer sur ce blog. Vous pourrez toujours les retrouver ici, au bout de ces liens :

→ Travel Raja Ampat + Bali: March 2012

→ Travel Alor + Raja Ampat: July 2012

→ Raja Ampat trip: January 2015

→ Croisière Banda + Raja Ampat : octobre-novembre 2015

→ Travel Komodo + Raja Ampat: July 2016 

→ Travel Sulawesi + Raja Ampat: July 2017

→ Raja Ampat Trip: December 2018

A manta ray passes right over my head at the Blue Magic site ... (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, January 2015)
Une raie-manta passe juste au-dessus de ma tête, au site Blue Magic… (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, janvier 2015)

5. When to go to Raja Ampat for diving?

Bonne nouvelle : on peut plonger toute l’année dans le nord de Raja Ampat (les îles autour du détroit de Dampier, au large de Sorong). Mais pour optimiser son séjour, il y a des subtilités à connaître sur le climat et la météo de cette région, la Papouasie occidentale, qui diffèrent du reste de l’Indonésie.

Normal, on n’est plus vraiment en Asie, mais en Océanie…

  • D’octobre à avril : c’est la période considérée comme optimale pour plonger et la haute saison touristique. Correspondant à la mousson du nord-ouest, cette saison est souvent qualifiée de “sèche” par les tour-opérateurs. En réalité, il peut quand même pas mal pleuvoir (en particulier en décembre et en janvier). Non, la vraie différence avec la saison dite “humide” de mai-septembre (mousson du sud-est), c’est qu’il n’y a quasiment pas de vent ni de houle. Les conditions sont donc idéales pour naviguer et c’est la haute saison pour les croisières-plongée. C’est aussi une période où le plancton prolifère : la visibilité sous l’eau est alors moins bonne (parfois pourrie), mais on a de ce fait plus de chance de rencontrer manta rayss, especially the huge oceanic rays, and to see them form a spectacular ballet at the site. Manta Sandy (unfortunately, since 2015, we see them less often, the too large number of boats and divers has made them swim away).
  • Bon à savoir pour mai-juin : c’est un peu la période creuse touristique, c’est donc le bon plan pour les plongeurs d’y aller à ce moment-là, car les resorts proposent régulièrement des promos intéressantes sur leurs packages “hébergement + plongée”.
  • May to September: diving is possible in the north of Raja Ampat, but not in the south. On est à cette période sous l’influence de la mousson du sud-est, dite “humide” (mais question précipitations, la différence n’est pas très marquée avec la saison dite “sèche” d’octobre à avril). En fait, ce qui distingue les deux saisons comme je disais plus haut, c’est le vent. Entre mi-mai et mi-septembre, ça peut souffler pas mal, avec une mer alors très agitée… Si on est basé à terre sur une île dans l’archipel Nord, pas de souci pour plonger sur des sites proches, mais les sorties plus lointaines seront dépendantes de la météo et de la houle (c’est pour ça qu’il n’y a pas ou peu de croisières organisées pendant cette période). En revanche, l’archipel Sud de Raja Ampat (Misool et ses alentours) est, lui, beaucoup plus exposé aux vents de mai à septembre : il est donc difficile voire exclu d’y naviguer et d’y plonger à cette période. Les raies-mantas se font aussi plus rares, car il n’y a plus autant de plancton près de la surface, mais la visibilité sous l’eau m’a semblé globalement meilleure (allez voir la vidéo que j’ai faite ici in July 2016).
  • Alors, quand est-ce qu’il fait beau ? Quelle que soit la saison, le ciel est très changeant à Raja Ampat. Ça alterne entre le grand soleil, le ciel gris et la pluie de façon à peu près égale, pour ce que j’ai pu en juger lors de mes différents séjours (en décembre, en janvier, en mars, en juillet), que l’on soit sous l’influence de l’une ou l’autre mousson. Les averses sont souvent très localisées. Il n’est pas rare d’observer un gros nuage déverser des rideaux de pluie sur une île en face à quelques kilomètres de distance seulement, alors qu’il fait grand soleil sur l’île où l’on est, par exemple… De partir plonger sous la pluie et de rentrer sous un grand ciel bleu (ou l’inverse).
  • La température de l’air est stable (25°C la nuit, 30°C le jour), celle de l’eau est constante, autour de 28°C. On est au niveau de l’équateur, donc, en gros, il fait toujours chaud et humide. Le climat est réellement “équatorial” toute l’année, sans grosse variation saisonnière, hormis le vent dont je parlais plus haut. Après, la météo n’est pas une science exacte, et en plus le climat se détraque. On peut donc tomber sur une semaine pourrie. Ou plusieurs jours d’affilée de grand beau temps. Ou pas. Ou avoir les deux saisons dans la même journée…
Panorama from the beach of Sorido Bay Resort on Kri Island. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, July 2016)
Juillet 2016. Sur l’île de Kri, grand ciel bleu… En face, de gros nuages gorgés de pluie… (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie)
Great weather on Kri Island! Raja Ampat, Indonesia, March 2012.
Grand beau temps sur l’île de Kri ! (Raja Ampat, Indonésie, mars 2012.)
A sudden downpour comes to fog up ... Raja Ampat, Indonesia, March 2012.
Une autre jour, une averse soudaine vient tout embrumer… (Raja Ampat, Indonésie, mars 2012.)

6. Comment aller à Raja Ampat ?

ÉTAPE 1 : s’envoler pour l’Indonésie

Pour aller à Raja Ampat, il vous faudra d’abord organiser votre voyage jusqu’en Indonésie, ou bien jusqu’à un pays voisin disposant de liaisons pratiques pour l’Indonésie (Bangkok en Thaïlande, Kuala Lumpur en Malaisie, ou bien Singapour, par exemple). Étant donné l’impact carbone des trajets aériens, mieux vaut essayer d’optimiser son séjour pour une durée longue.

  • PRICE. Count 450 € à 900 € (according to promotions, companies and seasons) for a one-way flight Paris-Jakarta (at least that was the range of rates, before Covid). À cela s’ajoute le tarif du vol interne A/R Jakarta-Sorong ou Denpasar)Sorong, de 150 € à 300 €.

In Indonesia, Raja Ampat is part of the province now called Papua Barat (West Papua), comme je l’expliquais plus haut, anciennement Irian Jaya (nom d’abord donné par les Indonésiens).

C’est loin, très loin, dans l’extrême est du pays, à l’opposé de la capitale Jakarta. Dites-vous bien que l’Indonésie s’étire sur trois fuseaux horaires, c’est immense… Quand on décolle de l’Europe, le trajet jusqu’à Sorong peut difficilement se faire d’une traite.

  • TRAVEL TIME. Therefore, count at least two days (Paris-Jakarta flights, then Jakarta-Sorong, then the crossing by boat) to reach Raja Ampat from France. Ce qui représente, en comptant l’aller puis le retour, quatre jours cumulés ! Un très long voyage… Pour que ça en vaille la peine, prévoyez de rester suffisamment de temps à Raja Ampat et/ou combinez le séjour avec d’autres destinations en Indonésie.
Long live the porthole to admire Papua from above! Flight Lion Air, July 2012.
Vive le hublot pour admirer la Papouasie d’en haut ! Vol Lion Air, juillet 2012.

ÉTAPE 2 : organiser le trajet jusqu’à Sorong

Sorong, en Papouasie Occidentale, est la porte d’entrée pour l’archipel de Raja Ampat. Pour rallier Sorong depuis la capitale indonésienne Jakarta, il y a plusieurs possibilités (j’avais mis à jour les infos en août 2019, avant la pandémie de Covid). Je vous conseille donc de vérifier directement auprès des compagnies, bien des choses ont dû changer depuis :

  • VOLS DIRECTS. La durée d’un vol Jakarta-Sorong est d’environ 4 hours. Before Covid, three companies offered direct flights: Batik Air (subsidiary of Lion Air), Garuda Indonesia, and, since September 2019, AirAsia (lowcost malaisienne qui a des filiales dans toute l’Asie du Sud-Est). Xpress Air qui a été la pionnière sur cette liaison n’opère plus. Les vols directs de Nam Air (filiale de Sriwijaya), lancés en 2015, n’existent plus depuis fin 2018 (Garuda a racheté Sriwijaya / Nam Air via sa filiale Citilink et reprend peu à peu leurs liaisons). J’ai déjà volé plusieurs fois sans souci avec toutes les compagnies que je cite (réservations faites sur leurs sites internet depuis chez moi en Bretagne avec ma carte bancaire française sans problème). Vérifiez bien, quand vous réservez, que vous choisissez un vol direct (dans la liste, figurent aussi les vols avec escale).
  • FLIGHTS WITH STOPOVERS. Lion Air, Batik Air, Sriwijaya / Nam Air and Garuda font la liaison domestique Jakarta-Sorong avec escale, le plus souvent sur l’île de Sulawesi, soit à Manado (the big city in the north), or to Makassar (the big city in the south, also called Ujung Pandang).
  • DIRECT FLIGHTS FROM BALI. Nouveauté fin 2023 : la Garuda a ouvert une liaison directe depuis l’aéroport de Denpasar-Bali (vol d’environ 3 heures) deux fois par semaine.

Makassar and Manado sur l’île indonésienne de Sulawesi sont les deux principaux “hubs” aériens en Indonésie pour Sorong. Ces aéroports sont faciles à rejoindre en vols domestiques, que ce soit depuis la capitale Jakarta therefore, or since Bali (Denpasar airport).

Makassar and Manado can also be reached by international flights from the air hubs of neighbouring countries: for example Kuala Lumpur in Malaysia, or Singapore.

I put you above a map retrieved from the site of the resort Papua Paradise, which summarizes the possible routes to Sorong via Manado or Makassar (click to enlarge).
Je vous mets ci-dessus une carte récupérée sur le site du resort Papua Paradise, qui résume bien les trajets possibles jusqu’à Sorong via Manado ou Makassar (cliquez pour l’agrandir).
I like companies that are nice with the scuba gear ... Above screenshot of Sriwijaya Air website.
J’aime les compagnies qui sont sympas avec le barda des plongeurs… Ci-dessus une capture d’écran du site de Nam Air / Sriwijaya Air.

Comment trouver les vols intérieurs ?

Very practical to do your little research: the site Nusatrip.com (c’est un peu l’équivalent de Skyscanner pour les vols domestiques en Indonésie). On peut aussi y réserver ses billets, mais pour ma part, que ce soit en Indonésie ou en France, je préfère toujours aller sur le site de la compagnie repérée et réserver directement à la source plutôt que de passer par un intermédiaire.

Je vous mets ci-dessous les liens vers les sites des différentes compagnies aériennes, où on peut vérifier les horaires, les disponibilités et réserver son billet en ligne avec une carte bancaire, y compris depuis la France (ce qui n’était pas toujours possible il y a quelques années). Je les ai tous testés au moins une fois avec succès. Mais vérifiez que les infos ci-dessous sont toujours d’actualité…

  • Jakarta-Sorong flight direct: non-stop connections are offered by Lion Air, Batik Air, Garuda Indonesia and AirAsia.
  • Flight Denpasar (Bali)-Sorong direct : a new twice-weekly service was launched at the end of 2023 by the Garuda.
  • Flight Jakarta-Sorong with stopover: the Garuda and Lion Air / Batik proposent des liaisons, il y a un stop à Manado ou Makassar généralement, parfois Ambon ou autre… Voir si Sriwijaya / Nam Air still offers flights with a stopover.
  • Flights to Makassar or Manado: from Jakarta, Bali-Denpasar, Kuala Lumpur, Singapore: there are plenty of possibilities on the sites of the companies Air Asia, Garuda, Sriwijaya Air, Lion Air, Silk Air (affiliate Singapore Airlines), etc.
  • Manado-Sorong flights: the Garuda a désormais une liaison, qui s’ajoute à celles de Lion Air (or its subsidiary Wings or the associated company Batik).
  • Makassar-Sorong flights: j’ai pour ma part déjà volé avec Sriwijaya Air and with Garuda… Vérifiez désormais les offres existantes chez Lion / Batik aussi… Les gens qui tiennent hôtels et resorts à Raja Ampat sont généralement bien au courant des évolutions des liaisons aériennes, renseignez-vous auprès d’eux.
A Garuda plane, on the tarmac of Makassar airport. (Sulawesi, Indonesia, January 2015)
Un avion de la Garuda, sur le tarmac de l’aéroport de Makassar. (Sulawesi, Indonésie, janvier 2015)

⚠️ Attention, il y a souvent des changes in schedules and connections des vols intérieurs. À l’époque où j’ai publié ce post, la compagnie Batavia Air a fait faillite (j’ai dû m’asseoir sur mon billet et trouver un autre vol) et la compagnie Xpress Air a annulé ses vols (avant de les reprendre, puis de les supprimer à nouveau)… Vérifiez toujours la veille du départ si vous le pouvez que les horaires sont bien restés les mêmes (il m’est arrivé une fois d’avoir un décollage AVANCÉ d’une heure, sans être prévenue !). Sachez aussi que des delays d’une à deux heures are often the norm in Indonesia.

⚠️ A source of confusion for many travelers: Makassar is often referred to by his other name, Ujung Pandang, sur les sites de réservation en ligne. Pensez-y quand vous faites vos recherches…

⚠️ Notez qu’il vous faudra peut-être plan a night in Makassar or Manado. Bon à savoir : il y a un Ibis Budget dans l’aéroport de Makassar, pour grappiller quelques heures de sommeil, avant le décollage à l’aube de la plupart des vols pour Sorong. J’y ai dormi plusieurs fois…

⚠️ If you don't feel up to booking your own domestic flights, ou si le site web de la compagnie aérienne qui vous intéresse ne fonctionne pas – il y a parfois des bugs ou des problèmes de sécurité sur les sites indonésiens – vous pouvez toujours demander à l’hôtel ou à la structure de plongée qui vous accueillera de s’occuper de réserver les vols intérieurs pour vous, ou de vous communiquer le contact d’un agent local. Sinon, on peut réserver ses vols indonésiens sur la plateforme Nusatrip.com, dont je parlais plus haut (je n’ai pas testé moi-même). Vous trouverez plus bas des liens vers diving resorts of Raja Ampat. They all have an explanatory page “How to get there” indiquant les vols pour Sorong et les trajets possibles pour organiser votre voyage. Enfin, si vous n’avez pas du tout envie de vous occuper de tout ça, le plus simple est de vous tourner vers un tour-opérateur de plongée, qui vous organisera l’ensemble du voyage et du séjour selon vos souhaits.

7. N’oubliez pas le permis

Il y a un droit d’entrée à payer pour visiter le parc maritime naturel de Raja Ampat : il est de 700,000 Indonesian rupiahs (about 45 €) for foreign visitors since 20 December 2019. See the page Entry Permits on the new official website Raja Ampat Marine Parkpage, or the Raja Ampat Marine Park entry permit sur l’excellent site Stay Raja Ampat, qui est une précieuse source d’informations touristiques régulièrement mise à jour sur la région. Si vous trouvez des prix différents en cherchant sur internet, c’est normal, il y a eu plusieurs changements de tarif au fil des années.

This permit is valid for one year from date to date. You are given a plastic card indicating this validity period, with your name and passport number written on the back. In the past, divers were also given a badge to hang on their stab.

Raja Ampat fee entrance tag (2012).
Raja Ampat fee entrance tag (2012).

If you have organized your trip to Raja Ampat with an official diving structure (resort, cruise), don't worry about it. Les hôtels et tour-opérateurs l’achètent à l’avance pour leurs clients (les homestays, eux, ne sont pas autorisés à le faire et ne peuvent pas rendre ce service). Le montant est alors ajouté ou inclus à votre note et le permis vous est remis par le personnel de l’hôtel ou du bateau lors de votre check-in.

Si vous êtes un voyageur indépendant prévoyant de loger en homestay : c’est à vous de vous procurer ce permis. Il y a eu plusieurs changements, ces dernières années… Il y a désormais deux bureaux officiels pour retirer son permis : one in Sorongat the port (Bintang Marina), and one in Wasai (où accoste le ferry sur l’île de Waigeo). Je vous remets ci-dessous le lien du site Stay Raja Ampat qui compile toutes ces infos, et qui est régulièrement mis à jour, ainsi que le lien vers le site officiel du parc marin de Raja Ampat…

Raja Ampat Marine Park Entry Permit

Where to buy your Marine Park Entry Card

⚠️ Tip: Make sure you pick up your license at an official office., et ne l’achetez surtout pas en ligne ni à des personnes qui pourraient vous aborder à la sortie du ferry. Vous risquez de payer plus cher et/ou de vous faire remettre un permis non-valable… Bref, attention aux arnaqueurs !

Ce droit d’entrée est destiné à financer les actions de conservation dans l’aire maritime protégée, à alimenter un fonds communautaire local (70%) et à soutenir le développement de la région (30%). Ci-dessous, un petit graphique (datant d’avant 2020, quand le fee était à 1 million) indiquant où va l’argent :

Permit for Raja Ampat: where the money goes (Source: Raja Ampat / StayRajaAmpat Kabupaten)
Permis pour Raja Ampat : où va l’argent (Source : Kabupaten Raja Ampat / StayRajaAmpat)

NO NEED TO SURAT JALAN. Finally, I specify it here because I am often asked the question (valid information to date, to my knowledge): non, vous n’avez pas besoin d’un autre permis appelé Surat Jalan, pour simplement aller jusqu’à Sorong ou Wasai et faire du tourisme dans l’archipel de Raja Ampat. Le Surat Jalan n’est requis que pour circuler ailleurs dans l’immense Papouasie, notamment dans des zones jugées « sensibles » par le gouvernement indonésien qui ne tient pas trop à ce que des journalistes, en particulier, s’intéressent de trop près à la région et à la répression contre les indépendantistes papous… À lire sur le sujet, cet article (de 2015) de Human Rights Watch :
→ Indonésie : lever les entraves à l’accès à la Papouasie

8. Diving resorts

Précision : quand j’utilise le mot “plongée” ici, je parle de scuba diving with bottleno swimming with flippers, no snorkeling (called PMT in French or snorkeling en anglais) qui peut quasiment se pratiquer partout au gré de ses envies. Attention avant de vous mettre à l’eau, renseignez-vous sur les courants du coin, qui peuvent être traitres…

For diving in good conditions of comfort and safety at Raja Ampat, being based on land...In my opinion, it's best to contact one of the local diving resorts, or a "real" diving center. Incidentally, I've noticed that the term "resort" (complexe touristique fournissant d’autres services que le seul hébergement) n’était pas très familier aux francophones. Bref, ici, quand on parle de resorts, ce sont tout bêtement des hôtels (souvent des bungalows face à la mer) qui font aussi centre de plongée.

Par rapport aux croisières-plongée, c’est l’option qui a ma préférence. Pourquoi ? D’une part, les guides des resorts de plongée connaissent souvent bien mieux les sites de Raja Ampat que ceux des bateaux de croisière. D’autre part, les structures basées sur place sont souvent plus impliquées dans les programmes environnementaux locaux, et beaucoup plus concernées par la protection du parc maritime que les opérateurs de croisière, qui, eux, ne font que passer le temps de la haute saison…

It's time to equip yourself to go diving! (Raja Ampat, July 2012.)
It's time to equip yourself to go diving! (Raja Ampat, July 2012.)
Diving guides in gold. (Raja Ampat, July 2012)
Lius and Nathan, golden papuan dive guides. (Raja Ampat, July 2012)
The same, Lius and Nathan, six years after the previous picture! I asked them to resume almost the same pose ... (Raja Ampat, December 2018)
Les mêmes, Lius et Nathan, six années après la photo précédente ! Je leur ai demandé de reprendre quasiment la même pose… (Raja Ampat, décembre 2018)
Otto knows all the sites like his pocket. It is undoubtedly the most experienced dive guides in the region. (Raja Ampat, July 2017)
Otto connaît tous les sites comme sa poche. C’est sans doute le plus expérimenté des guides de plongée de la région. (Raja Ampat, juillet 2017)

Beware, diving resorts in Raja Ampat are not cheap. et de manière générale, les prix plutôt élevés pratiqués dans l’archipel pour les prestations touristiques n’ont rien à voir avec le reste de l’Indonésie.

As a result, many tourists on a limited budget choose to dive with the " homestays "these simple and cheap accommodations run by Papuan families... (souvent de simples paillotes avec un matelas et une moustiquaire). Soyez vigilants : ils sont de plus en plus nombreux à proposer de la plongée-bouteille dans leurs activités, mais sans forcément avoir les autorisations requises pour le faire ni les compétences ni du matériel en bon état… Les resorts de plongée, eux, disposent en principe d’équipements et de compresseurs entretenus, de guides formés, de bateaux adaptés et de moniteurs certifiés pour les formations (PADI, CMAS, SSI, etc.).

So I can't recommend you highly enough cautionif you decide to dive with a homestay. Mieux vaut venir avec son propre équipement, vérifier l’état du compresseur et surtout être un plongeur autonome, voire aguerri, ayant l’expérience des courants. Si vous lisez l’anglais, je vous invite à lire les avertissements à ce sujet sur le site StayRajaAmpat, who go in the same direction → Diving with Raja Ampat homestays

En alternative aux resorts, il y a l’Arborek Dive Shop, petit centre de plongée local situé sur l’île d’Arborek. Il permet de plonger à moins cher et fonctionne pour l’hébergement avec les homestays de l’île (see page on StayRajaAmpat). L’Arborek Dive Shop a très bonne réputation. Je ne l’ai pas testé moi-même, mais tout le monde m’en a dit du bien, tant des touristes plongeurs que le personnel de différents resorts à Raja Ampat… Il est tenu par deux passionnés, Githa (que j’ai rencontrée) et Marsel, très impliqués dans des programmes environnementaux pour préserver les récifs et lutter contre la pollution. Pour les contacter : la Facebook page Arborek Dive Shop, l’e-mail arborekdiveshop@gmail.comor WhatsApp at (+62) 822 3873 4552.

To help you discover the wonders of the underwater world around Arborek, you can count on Githa and Marsel. (Photo: Arborek Dive Shop)
Pour vous faire découvrir les merveilles des fonds sous-marins autour d’Arborek, vous pouvez compter sur Githa et Marsel. (Photo : Arborek Dive Shop)

The diving center Soul Scuba Divers sur l’île de Kri a aussi bonne réputation. Je ne l’ai pas testé moi-même. On y parle français, et on peut loger à petit budget dans les homestays alentours. Il propose aussi aux plongeurs de découvrir le remarquable travail de restauration corallienne de l’association Orang Laut – The SEA People.

For my part, as a diver photographer traveling with the bulky equipment, j’ai adoré le confort, le service et le cadre du magnifique Sorido Bay Resort. Vraiment le grand luxe, dans ces contrées. J’y suis allée deux fois en 2012 quand je découvrais Raja Ampat, et j’y suis retournée plusieurs fois par la suite. Comme le Kri Eco Resort voisin (plus abordable), le Sorido est idéalement situé sur l’île de Kri, dans le détroit de Dampier, où sont concentrés les sites de plongée les plus fameux.

These two resorts are managed by the company Papua Diving. They were created by the pioneer of diving in Raja Ampat, the Dutchman Max Ammera hell of a character !

Surface interval in front of Kri Island, green triangle on azure water. (Raja Ampat, July 2017)
Intervalle de surface devant l’île de Kri, triangle vert posé sur l’eau azur. (Raja Ampat, juillet 2017)

D’autres expériences… Ma sœur, qui n’est pas plongeuse, a, elle, testé Raja4Divers a few years ago and she loved it. Marc and Isa, a couple of adventurous divers, previewed Raja Ampat Dive Lodge in 2009 and they liked it very much. Anne-Sophie and Marco, another couple of diving travellers, were delighted with their stay at Papua Explorers in 2014, puis de celui qu’ils ont fait in Papua Paradise in 2016 (their only regret for this resortment, as divers, was its remote location in relation to the Dampier Strait where the most famous spots are located, but in compensation Emma the dugong visited them, and afterwards they even worked for this resort for a year).

Here is the list of diving resorts that exist, to my knowledge and to this day (I keep this list pretty much up to date over the years):

Deluxe Water Cottages at Kri Eco Resort. (Raja Ampat, July 2016)
Deluxe Water Cottages at Kri Eco Resort. (Raja Ampat, July 2016)
The interior of one of the spacious and luxurious bungalows of Sorido Bay Resort. (Raja Ampat, July 2016)
L’intérieur d’un des spacieux et luxueux bungalows du Sorido Bay Resort. (Raja Ampat, juillet 2016)
When it comes time to unwrap or repack all my underwater photography gear, I am happy to have a work plan designed specifically for that in my room .. (Sorido Bay Resort, Kri Island, Raja Ampat, July 2017)
J’avoue, je ne voyage plus en mode “sac à dos”… Quand vient le moment de déballer ou remballer tout mon attirail de photographie sous-marine, pour moi, le luxe c’est de disposer d’un plan de travail conçu exprès pour ça dans ma chambre.. (Sorido Bay Resort, Kri Island, Raja Ampat, juillet 2017)

9. Diving cruises in Raja Ampat

Les croisières plongée, c’est une option intéressante pour découvrir une plus grande variété de sites et d’îles à Raja Ampat, sur de plus grandes distances. Mais la qualité des plongées peut s’en ressentir : les guides sur les bateaux ne connaissent pas toujours aussi bien les sites que ceux qui sont à l’année dans les resorts…

Croisières courtes ou longues, Nord et/ou Sud… Il y a de plus en plus d’opérateurs, de plus en plus de choix. Ne foncez pas forcément sur le tarif le plus alléchant et renseignez-vous au préalable sur les forums de plongeurs, pour savoir un peu à quoi vous attendre et si vous en aurez pour votre argent. « You get what you pay for… » On trouve en général des croisières « courtes » (5 à 7 jours, itinéraire dans le nord de l’archipel seulement, au départ de Sorong ou Wasai) et des croisières « longues » (10 à 20 jours, incluant un itinéraire vers le Sud autour de Misool, voire jusqu’à Kaimana and Triton Bay).

It is also important to be aware that the increasing number of diving cruises in Raja Ampat has a big impact on the coral and reef fauna. Cela commence à devenir problématique depuis quelques années, avec l’affluence de bateaux et de plongeurs sur les mêmes sites… Lors de mon passage à Raja Ampat en juillet 2016, un projet de quotas, pour limiter le nombre de navires présents en même temps dans les différentes zones protégées, était à l’étude. L’installation de bouées pour les mouillages (histoire d’éviter que les bateaux ne massacrent les fonds coralliens en jetant l’ancre) est en cours.

Raja Ampat dive cruise with the Black Manta in March 2012.
Raja Ampat dive cruise with the Black Manta in March 2012.

Dive cruises are organized between October and April.This is the best time to sail in the area, comme je l’expliquais plus haut.

En mars 2012, j’avais fait une courte croisière dans l’archipel Nord avec le bateau Black Manta, qui appartenait à l’époque à la compagnie White Manta Diving, et que j’avais trouvé très bien. (Mais ce navire a été vendu depuis et il est désormais affrété par un autre opérateur qui n’offre plus les mêmes prestations…)

Lors de ma croisière, c’était un Français, l’adorable et très compétent Cédric Lesénéchal, qui était le cruise leader (He then officiated several years on the boat Blue Manta, plus récent, de la même compagnie). Ci-dessous quelques images de cette croisière…

  • To locate dive cruises at Raja Ampat (and elsewhere), you may use the site First Liveaboard Diving. He is bound by Jez Tryner, un photographe sub installé à Bali, qui joue les intermédiaires avec les opérateurs. Je ne le connais pas personnellement, mais j’ai utilisé ses services en 2012 et j’en ai été très contente. On avait échangé par e-mail pour régler tout un tas de détails, il était très réactif, très sympa. Sinon, dans le même style, il y a ce site-là qui est pas mal fichu aussi pour repérer les disponibilités : Liveaboard.com
  • Si vous n’êtes pas à l’aise en anglais et préférez vous adresser à un intermédiaire françaisMost of the big, well-known French-speaking diving tour operators have Raja Ampat cruises in their catalogs, so I'll leave you to find out for yourself. Wallacea Dive, a long-established French operator in Indonesia, now also organises cruises in Raja Ampat.
  • Update. Dans la catégorie “rêve”, il y avait le magnifique et luxueux Waow, bateau bien nommé… En novembre-octobre 2015, j’ai eu la chance de pouvoir embarquer pour a fabulous diving cruise aboard the Waow, des Moluques du Centre jusqu’à Raja Ampat (départ d’Ambon, arrivée à Sorong). Mais ce bateau conçu par et pour des plongeurs n’existe plus : il a brûlé et coulé fin janvier 2018. Les propriétaires avaient temporairement affrété un autre voilier, le Mutiara Laut, pour continuer d’assurer les croisières, et envisageaient de lancer un Waow 2… À suivre.
Sunset on the Waow, all sails out. (Raja Ampat, November 2015.)
Sunset on the Waow, all sails out. (Raja Ampat, November 2015.)

10. Sorong Hotels

À Sorong même, il n’y a pas quantité d’hôtels. The best known has long been the I Meridien qui n’a rien à voir avec la chaîne qui porte presque le même nom. C’est là qu’on venait auparavant chercher son “tag” pour le droit d’entrée (see above).

Depuis la première édition de cet article, les options d’hébergement à Sorong se sont étoffées. Il n’y a pas un choix démentiel, mais la plupart des voyageurs n’y passent qu’une nuit, à l’arrivée et/ou au retour. Parmi les plus confortables que je peux suggérer pour les avoir tous testés : le Belagri, le Swiss-Belhotel, le Royal Mamberamo, l’Aston (ce dernier est juste en face de l’aéroport, très pratique).

11. Hébergements pas chers sur les îles de Raja Ampat : les homestays

Dans les îles de l’archipel, on trouve désormais quantité de « homestays »  comme je le signalais plus haut. Ce ne sont pas tout à fait des logements chez l’habitant comme le laisse à penser l’expression, mais des hébergements pour les touristes construits par des familles des environs.

Le plus souvent, ce sont de simples huttes en bois et feuilles de palme, à la mode locale, au confort très rustique : un matelas par terre, une moustiquaire, des sanitaires à partager. Il est possible aussi de loger dans des homestays au cœur d’un village, comme celui de l’île d’Arborek (near the mantas-rays site).

Pour ces hébergements très simples, les tarifs sont de l’ordre de 500 000 à 800 000 IDR par jour (30 à 50 € environ) in fullboard, c’est-à-dire avec trois repas inclus par personne.

Il est assez compliqué de réserver à l’avance ou de contacter les gens par internet (rares sont les connexions à Raja Ampat en-dehors des resorts, et on ne capte pas de signal mobile partout). Mais une fois à Sorong ou à Wasai, on peut facilement se renseigner et réussir à contacter les gens sur place, via notamment le petit office de tourisme et le bureau des homestays à Wasai ou par SMS. C’est une option sympa pour les voyageurs à petit budget, qui permet de favoriser la population locale papoue et de rencontrer les habitants de Raja Ampat.

Je vous mets ci-dessous quelques liens utiles (j’édite régulièrement la liste, au fur et à mesure que je trouve de nouvelles infos sur le web) :

12. Kayaking and nature

Envie de vraie aventure en pleine nature ? Pour les baroudeurs sportifs, qui n’ont pas peur de pagayer, je vous invite à découvrir le très chouette projet Kayak4Conservation.

(Photo: Kayak For Conservation)
(Photo: Kayak4Conservation / RARCC)
(Photo: Kayak4Conservation / RARCC)
(Photo: Kayak4Conservation / RARCC)
Kayak for Conservation, to discover the beauties of Raja Ampat while paddling. (Kri, July 2017)
Kayak for Conservation, to discover the beauties of Raja Ampat while paddling. (Kri, July 2017)

Supported by Raja Ampat Research and Conservation Center (RARCC), this program aims to help the local population, by organizing kayak tours for tourists a bit adventurous.

On loue un kayak en résine (fabriqué sur place) et on rallie à coups de pagaie, en compagnie d’un guide local, des plages où on peut camper, ou bien des homestays installés pour certains dans des endroits fabuleux au cœur de l’archipel, loin de tout… Différents itinéraires, pré-établis sur une carte, sont possibles.

13. Se déplacer dans l’archipel

Il n’y a pas de liaisons régulières entre les différentes îles de Raja Ampat, hormis le ferry Sorong-Waisai qui permet de rejoindre la grande île de Waigeo. Circuler dans l’archipel est donc un peu compliqué. J’imagine qu’on peut, depuis Sorong ou Wasai, chartériser son propre bateau pour une journée ou plus. Mais il faut être un peu débrouillard, doué en négociation et savoir précisément ce que l’on souhaite…

Diesel is expensive, renting a boat with a guy to sail is very expensive. et les tarifs sont parfois un peu “à la tête du client”. Voyageurs indépendants, groupez-vous !

Otherwise, most homestays offer day boat trips.Rates vary according to distance and services.

Les îles ont l’air proches les unes des autres sur une carte, mais en réalité, la navigation prend du temps. Les bateaux locaux sont lents, et même les speed-boats des resorts ne sont pas toujours si “speed” que ça. Il suffit que la mer se forme un peu ou qu’un moteur tombe en panne pour doubler le temps de trajet. Ainsi, la traversée entre Sorong et Kri Island (où se trouvent les resorts Kri Eco et Sorido de Papua-Diving), peut varier de 1 heure 30 à plus de 3 heures…

Encore plus, peut-être, que dans le reste de l’Indonésie, il faut ici apprivoiser the notion of “jam karet” (bungee time)!

Ferries to Sorong... Immediate boarding for the islands! (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, July 2019)
Les ferries à Sorong… Embarquement immédiat pour les îles ! (Raja Ampat, juillet 2019)
Near the island of Mioskon. Raja Ampat, July 2012.
Intervalle de surface près de l’île de Mioskon. (Raja Ampat, juillet 2012)
The Papua Diving boat is approaching the island of Kri. (Raja Ampat, July 2016)
Une heure et demie après avoir quitté Sorong, le speed-boat de Papua Diving approche de l’île de Kri. (Raja Ampat, juillet 2016)

14. Dives not to be missed

My top dive sites in North Raja Ampat : Blue Magic (hélas devenu trop fréquenté, on le surnomme désormais “Bubble Tragic”), Sardines, Cape Kri (toujours magnifique sous réserve de plonger au bon moment au bon endroit avec un guide qui connaît bien le site), Otdima, The Passage (on n’y plonge plus à cause de la présence dangereuse de crocodiles), Mike’s Point… 😍

D’autres spots que j’aime beaucoup : Manta Sandy (when there were manta rays), Sorido Wall, Five Rocks, Mioskon, Citrus Ridge, Sawandarek, Friwen Bonda… 👌

Mais il y a plein plein d’autres spots de plongées magnifiques ! Et je ne connais pas très bien la région de Misoolin the south, but le peu que j’ai vu est somptueux...

All the articles about my dives at Raja Ampat: one click here!

Exuberance of life and colors at Sardine Reef. (Raja Ampat, July 2016)
Exuberance of life and colors at Sardine Reef. (Raja Ampat, July 2016)

Raja Ampat is home to 75 % hard coral species connues dans le monde, plus de 1 600 espèces de poissons, 6 des 7 espèces de tortues de mer, 16 espèces de mammifères marins et 699 espèces de mollusques… Ici, des courants riches en nutriments favorisent une explosion de vie marine, et le mot « biodiversité » a vraiment du sens.

As a result, all the sites are full of surprises for Raja Ampat.even those considered the least spectacular. There is always a carpet shark (wobbegong) stashed in a corner, a Pygmy seahorse, huddled in a gorgon, a bench of humpback parrots an ocean manta qui déboule dans le bleu, un tourbillon de barracudas ou un banc de carangues qui surgit dans le courant…

Et puis il y a cette profusion permanente, hallucinante, unique, de « poiscaille » incroyablement variée, que je désigne par flemme sous l’expression « faune tropicale habituelle » dans mes carnets. Le corail est à l’avenant : exubérant, splendide, spectaculaire. Impossible to get tired in a place like this.

We are at heart of the Coral Triangle,  c’est l’épicentre de la biodiversité marine dans la zone Indo-Pacifique. Ce sont, de loin, les fonds sous-marins les plus beaux, les plus extraordinaires qu’il m’ait été donné de voir de toute ma vie de plongeuse.

Vraiment. Je ne dis pas ça en l’air et je place Raja Ampat au sommet de mon petit top personnel des sites de l’Indo-Pacifique, in front of Komodo and Sipadan !!!

A huge scoop of gumdrops at Cape Kri. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, December 2018)
A huge scoop of gumdrops at Cape Kri. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, December 2018)
School of snappers at the Mioskon site in Raja Ampat. (West Papua, Indonesia, July 2016.)
School of snappers at the Mioskon site in Raja Ampat. (West Papua, Indonesia, July 2016.)
Sweetlips. Otdima, Raja Ampat. Indonesia, July 2012.
Gaterins au site d’Otdima. Raja Ampat, Indonésie, juillet 2012.

15. A threatened nature

The Raja Ampat islands represent a turning point in my life as a traveler diver. En mars 2012, j’étais tellement enthousiaste après mon tout premier séjour là-bas, que j’y suis retournée la même année, dès le mois de juillet. Ensuite, j’ai récidivé en 2015, en 2016, en 2017, en 2018, en 2019, puis 2023…

Things are (alas) beginning to change: les raies mantas, dérangées par les bateaux et les plongeurs, se font désormais plus rares au site de Manta Sandy. Des plages auparavant vierges sont maintenant jonchées de cocotiers coupés, pour faire place à de nouveaux homestays et resorts. Les chiens et chats apportés sur certaines plages isolées par les propriétaires de homestays sont un désastre pour la faune sauvage environnante. Et on voit à présent des bateaux déposer quotidiennement des groupes de touristes sur le banc de sable à la pointe de l’île en face de Kri pour des pique-niques ou le coucher du soleil…

The splendid ecosystem of Raja Ampat rests on a subtle balance, which is weakened by our tourist visits., entre autres choses. À travers mes images sous-marines, j’essaie de montrer la splendeur de ces récifs coralliens exceptionnels. De partager mon émerveillement devant cette richesse naturelle incroyable. J’espère ainsi sensibiliser et responsabiliser les plongeurs voyageurs qui rêvent d’explorer Raja Ampat, mais qui ne se rendent peut-être pas vraiment compte à quel point cette région magnifique est aussi très vulnérable. J’ai un peu peur que mes images ne soient plus un jour qu’un témoignage d’une époque révolue, des documents que l’on regardera pour se souvenir de tout ce qui a existé et disparu…

Des organisations de protection de l’environnement et des associations locales s’efforcent d’accompagner le développement de Raja Ampat, en soutenant l’éco-tourisme à travers des choix responsables à la fois sur le plan écologique et social, impliquant la population locale papoue… Je vous invite à visiter les liens ci-dessous pour les découvrir et les soutenir :

Take the time to find out about the structure you choose to discover Raja Ampat, ask yourself questions about the impact of your visit, ask yourself who will benefit from the money you spend there, and, of course, make sure that once you're there, you act as a responsible visitor and diver, both towards the locals and the environment.

The reefs of Raja Ampat are teeming with life. (Papua, Indonesia, January 2015)
The reefs of Raja Ampat are teeming with life. (Papua, Indonesia, January 2015)
Hump parrot. Raja Ampat, West Papua, Indonesia, November 2015.
Hump parrot. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, November 2015)
Manta to Blue Magic. Raja Ampat, West Papua, Indonesia. January 2015.
Blue manta ray. (Raja Ampat, West Papua, Indonesia, January 2015.)

16. Books on Raja Ampat

For divers, four books to recommend, in English:

  • Diving Indonesia’s Bird’s Head Seascape. By Burt Jones & Maurine Shimlock. La Bible sur le sujet. J’ai trouvé des exemplaires à la librairie de l’aéroport de Bali. Sinon, les resorts le vendent. Très complet, non seulement pour la partie centrale de Raja Ampat Nord (Dampier Strait), mais aussi pour toutes les autres îles, moins visitées plus loin vers le nord, qu’on fait plutôt en croisière, ainsi que pour Misool in the south, Cenderawasih Bay and Triton Bay.
  • Diving Indonesia’s Raja Ampat. By Burt Jones & Maurine Shimlock. C’est la version courte et allégée du premier.
  • Underwater Paradise: A Diving Guide to Raja Ampat. By Ricard Buxo. A light version there too, for a first approach of Raja Ampat.
  • The Raja Ampat – Through The Lens of… Beau livre illustré par 17 photographes sous-marins de renom, dont David Doubilet, Gerry Allen, Tim Laman, Burt Jones, Maurine Shimlock…

For all, in French:

For a long time in English only, but now available in French as well:

Three books on diving in Raja Ampat.
Three books on diving in Raja Ampat.

Conclusion

  • Je n’ai donc pas de recommandation pour « des adresses pas chères », je n’ai pas non plus de « bon plan » pour loger sur une île déserte ou une plage de rêve, ni de « recette » pour ne pas dépenser un rond à Raja Ampat. Il y a quantité d’îles désertes, mais vraiment désertes, avec juste des oiseaux, des couscous, la jungle et les moustiques, partout dans l’archipel. Songez plutôt à préserver cette nature extraordinaire…
  • I live in Rennes, Brittany, je ne connais donc pas par cœur les horaires des avions indonésiens ni ceux du ferry Sorong-Wasai, et je ne suis pas affiliée à l’office de tourisme indonésien. Je ne sais pas non plus combien ça coûte exactement de loger dans tel ou tel endroit. Le mieux, c’est de contacter directement les hôtels et resorts à Raja Ampat, ils sont toujours assez bien au courant de ces choses-là… Sinon, vous aviserez sur place.
  • Weather forecast, je suis bien incapable de savoir s’il fera beau précisément du 28 février au 12 mars. Ou s’il pleuvra beaucoup ou juste un peu du 10 au 22 décembre.  Je maîtrise assez bien le climat humide (breton ou tropical), mais je ne suis pas météorologue ni Madame Irma.
  • Yes, there are mosquitoes in Raja Ampat – pas plus qu’ailleurs sous ces latitudes – et ils peuvent transmettre le paludisme. Mais je ne peux pas décider à votre place si vous devez prendre un traitement préventif ou pas. Je ne suis pas médecin et c’est à chacun de prendre ses responsabilités vis-à-vis de sa santé. Je vous invite à lire cet excellent article publié par François du blog Tourdumondiste, which explains everything very well, with serious information (sourced) and advice → Should you take malaria medication when traveling?

Si après ça, vous avez toujours envie de découvrir Raja Ampat, parce que vous aimez la nature plutôt sauvage et préservée, les voyages plutôt lents et lointains, les îles plutôt perdues et isolées, la faune sous-marine plutôt tropicale et abondante, et que vous pouvez vous permettre un cassage de tirelire, n’hésitez pas : vous en reviendrez ébloui…

The pontoon of Sorido Bay Resort and its blue hole in the middle of the coral. Raja Ampat, West Papua, Indonesia, January 2015.
The pontoon of Sorido Bay Resort and its blue hole in the middle of the coral. (Kri, Raja Ampat, January 2015)

  Indonesia: Bangka [Sulawesi] + Rao [Halmahera] + Raja Ampat [Papouasie] - July 2019

  Indonesia: Raja Ampat - December 2018

  Indonesia : Sulawesi + Raja Ampat – July 2017

  Indonesia : Komodo + Raja Ampat - July 2016

  Indonesia: Banda + Raja Ampat - Oct-Nov 2015

  Indonesia: Raja Ampat - January 2015

  Indonesia: Alor + Raja Ampat - July 2012

  Indonesia: Raja Ampat + Bali - March 2012