« Et tu pars seule ? Oh, là là, moi je ne pourrais jamais ! » Si vous saviez combien de fois on m’a sorti ces phrases… Pour beaucoup de gens, voyager en solo est inconcevable. J’ai peine à comprendre pourquoi. C’est au contraire une chance de pouvoir partir seul(e). Et j’y trouve plein d’avantages.

Je suis une fille et alors ?

Mon ombre sur le sable, à Nusa Lembongan. Bali, Indonésie, juillet 2008.

Mon ombre sur le sable, à Nusa Lembongan. Bali, Indonésie, juillet 2008.

Quand je parle autour de moi de mes escapades en solo au bout du monde, j’ai l’impression qu’on me prend (au choix) pour une espèce d’amazone super courageuse ou bien pour une nana pas très normale limite asociale… Les gens sont bizarres.

À croire que les mentalités n’ont guère évolué depuis les siècles passés ! Aujourd’hui encore, au XXIe siècle, une femme ne devrait pas voyager sans chaperon ! ?  

Alors oui, je suis une fille et je pars seule. Ça n’a rien d’extraordinaire ni d’incompréhensible. Je ne vais tout de même pas renoncer au plaisir de découvrir d’autres horizons, sous prétexte que je n’ai personne à disposition pour partir avec moi ? Hein ?

J’ai fait des tas de voyages en compagnie d’un amoureux, en compagnie d’une copine, en compagnie d’un groupe (plus rarement)… Ces derniers temps, il se trouve que je voyage en solo. Et je dois dire que ça me plaît bien.

Ça n’est ni difficile ni risqué. Ni triste ni malsain. C’est même tout le contraire.

Seule mais pas solitaire

Petite fête entre plongeurs, un soir, à Tioman. Malaisie, juillet 2006.

Petite fête entre plongeurs, un soir, à Tioman. Malaisie, juillet 2006.

Ceux qui n’ont jamais tenté l’expérience ne s’en rendent pas compte, mais le voyage en solo est rarement synonyme de solitude. On ne fait jamais autant de rencontres que lorsqu’on voyage seul(e).

C’est encore plus vrai lorsqu’on pratique comme moi une activité comme la plongée. Vu qu’on reste une journée entière sur un bateau avec d’autres plongeurs, on se lie facilement d’amitié. Souvent, on se retrouve après le soir pour boire un verre ou pour dîner…

De façon générale, les gens, qu’ils soient touristes, expatriés ou locaux, viennent plus facilement vers vous et engagent volontiers la conversation quand ils voient que vous êtes seul(e). Au point que cela devient même difficile de profiter de moments de solitude quand vous les recherchez !

Je me revois à l’île de Tioman, en Malaisie. J’avais ce soir-là décliné une invitation à dîner avec mes compagnons de plongée, désireuse d’avoir enfin un peu de temps à moi pour écrire dans mon petit carnet, peinarde, sans être dérangée. Résultat, c’est le serveur du resto où j’ai traîné qui n’a pas pu s’empêcher de venir me faire la causette après son service. Le genre de gars que je classe dans la catégorie « gentils enquiquineurs ». Pas méchant, mais un peu pot de colle. Dans ces cas-là, mon carnet est une arme redoutable : j’explique que j’ai du boulot, je feins d’être un genre de « travel writer » très occupée qui a des tas de choses à écrire, et le gars, impressionné, me laisse alors à mon « travail »…

À Pemuteran (Bali), l’été dernier, je n’ai pas passé une seule soirée seule. Un coup, dans un minuscule resto local où ça manquait de tables, c’est un couple d’Allemands tout à fait charmants qui m’ont proposé de venir m’asseoir avec eux et nous avons passé une agréable soirée à papoter. Un autre soir, c’est un couple d’Américains avec qui j’avais plongé dans la journée qui ont insisté pour m’avoir à leur table. Le lendemain, ce sont les Balinais qui tenaient la supérette près de ma guesthouse qui m’ont invitée à la fête qu’ils organisaient pour le mariage de leur fils

Et puis, il y a des gens qui deviennent des amis le temps du voyage. En Malaisie, j’ai eu le plaisir de retrouver, de Perhentian Kecil à Tioman, Maz et Alex qui accomplissaient un périple humanitaire. À Sipadan (Bornéo), c’est avec ma « buddy » de plongée, Sabrina, qui voyageait en solo elle aussi, que j’ai bien accroché. À Sulawesi, c’est toute une famille de Hollandais rencontrée dans le bus Makassar-Rantepao qui sont devenus des compagnons de route et des amis, pour une bonne partie de mon voyage, jusqu’aux îles Togian. Toujours à Sulawesi, c’est avec des Espagnols très sympas, Joseba et Ana, que j’ai fait des virées à moto dans les villages et les rizières du pays Toraja. Sur l’île de Siquijor, aux Philippines, Marika et Shareef, mes voisins de bungalow, couple suisso-maldivien, sont devenus des potes. On s’est fait des soirées mémorables avec Neal et Raul, les deux Philippins qui bossaient chez Kiwi Dive et nous ont fait découvrir l’île…

Bref. J’en oublie plein. Je ne compte plus les balades, apéros, bouffes et soirées auxquels j’ai été conviée. Non, vraiment, impossible de rester seul(e) quand on voyage en solo !

Vive la liberté !

Coucher de soleil sur Kuta Beach. Bali, Indonésie, juillet 2008.

Coucher de soleil sur Kuta Beach. Bali, Indonésie, juillet 2008.

Autre avantage, quand on part seul(e) : on fait ce qu’on veut, quand on veut. Sans avoir besoin de l’assentiment d’un(e) autre. Sans dépendre des contraintes d’un(e) autre. Quelle liberté !

On mange ou pas, à l’heure qu’on veut. On scotche ou pas dans un coin qu’on a trouvé sympa. On n’a de compte à rendre à personne. On n’a pas besoin d’être deux à aimer la guesthouse qu’on visite. On n’est pas obligé d’avoir les mêmes envies au même moment, ni de faire des compromis sur certaines activités ou excursions…

J’ai aussi l’impression que cette liberté rend plus réceptif, plus attentif, plus disponible. Sans compagnie, on est davantage sensible à l’atmosphère d’un lieu. Plus ouvert, peut-être, à d’autres cultures, d’autres mentalités, d’autres façons de penser.

Le fait de ne pas être accaparé par la présence d’un compagnon ou d’une compagne de voyage, qui parle la même langue que vous, qui vient du même monde que vous, ça épure les sensations, la pensée, le regard. On s’imprègne mieux du pays. On en a une approche, une vision plus personnelles. Pas d’interférence, pas d’influence, si bienveillantes et complices soient-elles.

C’est même un sacré avantage, parfois, d’être une « lonely voyageuse ». Comme vous êtes seule, les autres femmes osent vous approcher. La conversation s’amorce, vous inspirez la curiosité, elles veulent tout savoir de vous. Évidemment, ça les étonne que vous voyagiez comme ça, sans mari, sans enfant, sans personne. En même temps, elles vous assurent (par politesse, souvent) qu’elles trouvent ça très bien. Vous les rassurez un peu, en disant que vous avez tout de même des amis, avec qui vous plongez ou faites un bout de chemin…

Le fait d’être seule vous ouvre des portes, fait tomber la timidité. La vôtre et celle des autres.

Des inconvénients ?

Pas de souci pour faire du cash, à Nusa Lembongan ! Bali, Indonésie, juillet 2008.

Pas de souci pour faire du cash, à Nusa Lembongan ! Bali, Indonésie, juillet 2008.

Alors oui, il  a bien des petits inconvénients à voyager seul(e), mais ils me paraissent minimes, comparés à l’infinie liberté que procure le voyage en solo. Ce sont en fait des inconvénients d’ordre purement matériel.

À deux, l’hébergement coûte forcément moins cher, puisqu’on divise les frais. Et rien ne m’irrite plus que les resorts et hôtels qui infligent une surtaxe exorbitante aux voyageurs qui ont l’outrecuidance de ne pas aller par paire… Grrr. Je hais tous ces tarifs alléchants qu’on trouve sur le web avec cette charmante parenthèse en petit à la fin : (sur la base de deux personnes).

Idem quand il s’agit de payer avec sa seule petite bourse un transport privé, lorsqu’il n’y a pas de transport en commun. Mais jusqu’à présent, je me suis souvent débrouillée sans trop de mal pour partager le prix d’un taxi, d’un bateau, avec d’autres voyageurs rencontrés en chemin.

Le plus embêtant, en fait, quand on voyage seul(e), c’est d’avoir un souci avec l’argent : perte ou vol de carte bleue, ou de cash… À deux, il reste la carte ou les sous de l’autre. Quand on ne peut compter que sur soi, il faut faire gaffe. Ça m’est arrivé trois fois de galérer pour ça.

La première fois, c’était à l’aéroport de Siem Reap (Cambodge). Je n’avais plus assez de dollars pour payer la taxe de départ, plus élevée que ce que je croyais, et le seul ATM (distributeur automatique) de l’aéroport n’acceptait que les Visas (et à l’époque j’avais une MasterCard). Toute honte bue, j’ai donc mendié un à un les quelques dollars qui me manquaient auprès des touristes qui attendaient là avec moi. Les gens on été sympas et m’ont dépannée.

La deuxième fois, j’ai tout bonnement perdu ma carte en Thaïlande… au fond de mon sac (si, si, ça arrive). J’ai fini par la retrouver, bien planquée dans une poche que je n’utilise jamais, juste après avoir fait opposition ! J’ai été bonne pour téléphoner à ma frangine et lui demander de faire pour moi, depuis l’Europe, un coûteux transfert d’argent Western Union, histoire d’avoir de quoi finir les vacances.

Enfin, la troisième fois, c’était à Bangkok, en fin de séjour. Je voulais faire un peu de shopping au MBK Center et retirer des bahts. Sauf qu’après trois semaines passées dans les îles, j’avais oublié (si, si, ça arrive) mon code. J’ai tapé trois fois de suite un code erronné et ma carte s’est fait avaler. J’ai pu la récupérer, car la banque où je voulais faire le retrait était ouverte. Mais la carte, elle, avait été désactivée automatiquement… Il me restait heureusement assez de cash pour les menus frais d’avant le départ. Mais j’ai dû renoncer au shopping.

Sécurité

Kuta Beach, Bali. Indonésie, juillet 2008.

Kuta Beach, Bali. Indonésie, juillet 2008.

Hormis ces menues mésaventures matérielles sans conséquences, il ne m’est jamais rien arrivé de fâcheux lors de mes voyages en solo. Mon tempérament optimiste m’incite à croire que ça ne peut que continuer ainsi.

Évidemment, je ne traîne jamais seule à pas d’heure dans des quartiers mal famés. Mais je ne le fais pas chez moi non plus. Que ce soit au bout du monde ou dans mon propre pays, je garde un minimum de bon sens. La jugeotte suffit amplement, en terme de précautions à prendre. Pas besoin d’un manuel de survie en terre étrangère à l’usage de la gent féminine…

(Pour les plus inquiètes, je vous invite à dédramatiser avec ce chouette bouquin bourré de petits conseils utiles, coécrit par ma copine blogueuse québécoise Marie-Julie Gagnon : Le voyage pour les filles qui ont peur de tout.)

En toute honnêteté, je n’ai jamais eu de sentiment d’insécurité. Et jamais je ne me suis fait agresser en voyage (ça ne m’est arrivé qu’en France, dans la vie de tous les jours). Beaucoup de filles me posent la question, mais globalement, les pays d’Asie du Sud-Est où je me suis baladée sont des endroits sûrs pour une touriste voyageant seule. Il m’est bien arrivé une ou deux fois de m’inventer un mari qui devait me rejoindre sous peu, histoire de décourager quelques gentils enquiquineurs, mais c’est tout.

Je ne cours aucun risque, vraiment, à m’envoler avec ma petite personne pour seule compagnie vers un ailleurs lointain. Je ne voyage pas dans des pays en guerre. Je ne me mets pas en danger physique. Je n’accomplis pas d’exploit. Je ne suis pas une exploratrice qui prend des risques. Juste une rêveuse, une promeneuse…

Face à soi-même

Visages surmontant l'une des portes de l'enceinte des temples d'Angkor. Siem Reap, Cambodge, juin 2001.

Visages surmontant l’une des portes de l’enceinte des temples d’Angkor. Siem Reap, Cambodge, juin 2011.

Tout ce que je risque, à partir ainsi, c’est d’être dépaysée et transformée, de revenir plus riche de rencontres, de souvenirs, d’émotions. De mieux me connaître aussi. Se retrouver face à soi-même, loin de ses repères habituels est une expérience intéressante, instructive.

On se redécouvre sous un jour nouveau. On se découvre des qualités, des ressources insoupçonnées. Des faiblesses, aussi. Mais du coup, on sait à quoi s’en tenir vis à vis de soi-même.

Et franchement, c’est très gratifiant de savoir un peu mieux qui on est. Une fois allégé de tout, quand on n’a plus rien d’autre qu’un sac de voyage à se coltiner, on est plus clair envers sa petite personne. On se raconte moins d’histoires, on cerne mieux ce qui est réellement important.

Ça aide ensuite pour la vie de tous les jours. De ce point de vue, le voyage en solo, qu’on soit un homme ou une femme, est une expérience inestimable.

Voir aussi

→ Tous mes voyages

→ Ma page de présentation

→ Infos pratiques pour organiser son voyage à Raja Ampat

132 commentaires

  1. Laeti

    Merci pour ce post…..
    Je pense de plus en plus à partir seule car voyager même avec des copines pose beaucoup de contraintes…..
    et pour ce premier voyage solo (enfin si je me décide, car j’ai quand même un peu peur….) j’ai choisi l’Afrique du Sud….Avec au menu Parcs nationaux et plongées pendant 3 semaines… En fait ce qui me gène le plus c’est conduire seule, je sais que sur les campements etc il n’y aura pas de soucis mais c’est d’aller d’un point A à un point B qui me gène… je le fais en France sans soucis mais à chaque point, je retrouve des amis… là j’ai un peu peur d’être perdue, d’être ennuyée sur la route… etc
    En tout cas merci, je vais suivre ton blog avec une grande attention maintenant 🙂

    Répondre
  2. Foostine

    Simplement MERCI pour ce super article!!

    Je découvre ton blog totalement par hasard car je suis sur le point de créer le mien avant mon départ en Indonésie dans un peu moins de 2 mois et que je regarde comment faire un beau blog comme le tien.

    Tout comme toi je suis une femme et je décide de partir seule découvrir l’Indonésie et la Thaïlande pendant 6 mois. C’est avec un large sourire que je lis ce que tu as écris car mon entourage et les gens à qui je parle de mon voyage me prenne clairement pour une folle inconsciente!!! ahah!!

    Ton article me fait du bien et me donne encore plus de courage et l’envie d’y être. Cela me ferai vraiment plaisir de pouvoir échanger avec toi et de profiter de ton expérience avant de partir. C’est mon premier grand voyage, j’ai 25 ans et ne parle pas anglais couramment… Je me débrouille mais je manque de vocabulaire… Les voyageurs avec qui j’ai pu parler m’ont dit que ce ne serait pas un problème mais bon je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre.

    J’arrive à Jakarta le 1er mai et ne reste que la nuit, puis direction Bali où je passerai quelques jours pour ensuite rejoindre Flores et y rester au moins un mois voire plus… Je compte faire tout en terrestre et bateau et espère que je n’aurai pas trop de difficulté. Pour l’instant je n’ai pas plus prévu mon voyage que cela mais j’ai encore un peu de temps pour organiser tout ça.

    Enfin voilà je ne vais pas trop raconter ma vie non plus ahah mais je voulais te poser deux questions:
    – Avec quoi as-tu fais ton site? WordPress? Et est-ce à la portée de quelqu’un comme moi qui n’a pas de « grosses » compétences informatiques?

    – Dans tes articles j’ai pu voir que tu avais souvent un chauffeur? Est-ce le moyen le plus simple pour bouger? Si oui comment t’y prends-tu? (Je veux dire où trouves-tu tes chauffeurs… J’ai le permis sinon je pourrais peut-être louer une voiture?!)

    Bon c’est vrai cela fait beaucoup plus que 2 questions mais les autres sont venues dans la foulée 🙂 Merci d’avance pour tes réponses et encore merci pour cet article, je tombe dessus par hasard mais je suis sûre que ce n’est pas une coïncidence 😉

    Répondre
  3. karim

    c »est encourageant car j »ai fais une reservation pour partir en malaisie our 10 jours en solo que j’hésite a entamer surtout que je n’ai trouve pas d’amis partant pour l’aventure merci

    Répondre
  4. Goulven

    Bonjour,

    Un super site que je viens de découvrir en préparant mon tour du monde en solitaire (terrestre pas à la voile).

    Paul Valérie se trompait, un homme seul n’est pas un homme en mauvaise compagnie.
    Voyager en solo que l’on soit homme ou femme étonne toujours les autres. D’ailleurs, lorsque l’on est célibataire et que l’on annonce son départ pour une destination, la question qui revient souvent est : « tu pars avec qui? »

    « Ben, tout seul pourquoi? » On ne va pas s’empêcher de voyager parce que l’on a personne sous la main. Je comprends que certains n’aiment pas partir seuls, apporter sa solitude avec soi est un fardeau dont on ne devrait pas s’encombrer. Cependant, je dirais à chacun de tout de même prendre ce poids car les regrets pourraient être pires.

    Je suis un homme et voyager seul dans certains endroits peut parfois être cause de peurs irrationnelles ou de soucis réels. Comme partout. Comme partout car on s’expose plus que d’habitude.

    Mais à tout ceux qui n’osent pas partir seuls, je leur dirais que de toute manière on naît et on meurt seul. Et oui, on était en général tout seul dans le ventre de notre mère, on est seul sur le trône, seul dans notre lit une grosse partie de notre vie, seul face à notre copie à l’école, seul sous la douche. Nous faisons des milliers de chose seul.

    Les solitaires involontaires, insociables ou non, ceux n’arrivant pas à forcer la rencontre avec l’autre se retrouveront inévitablement assez seuls en vacances ou à l’autre bout du monde, mais il est assez certain qu’ils feront plus de rencontres que dans leur quotidien.

    Donc foncez, allez voir le monde si vous le pouvez, ce monde peut être à votre porte ici en France, ailleurs en Europe ou sur un autre continent, mais foncez et revenez tel Ulysse, heureux après un beau voyage.

    Répondre
  5. Sophie

    Bonjour, je viens de découvrir ton site. Pour ma part je n’ai jamais fait un vrai voyage en dehors de la france. Mais je voulais vous faire partager ma toute petite expérience.
    Maman de deux grand garçons, je partais toujours avec ma petite famille en vacances, jamais bien loin, juste sur les petites côte de la vendée, nous avions 2 heures de route seulement.
    Ma situation ayant changer, mes deux grands enfants ont pris leur envol, j’ai décidé de penser beaucoup plus à moi.
    J’ai épaté ma petite famille, je suis partis en vacances seule à Cassis dans le bas de la france, seule j’ai fait 16 heures de route, j’ai pris mon temps, j’ai vu de magnifique paysage. A Cassis pour voir les calanques, j’ai profiter de randonnée avec des personnes que je ne connaissais pas mais nous avons sympathisé et finit au resto. (Pourtant je suis une timide). C’est vrai, c’est pas un grand voyage mais pour moi c’est énorme. Les vacances en solo, c’est super. Je trouve dommage que les hotels ne pensent à leurs tarifs pour les voyageurs solo. Se loger en solo est la chose la plus difficile financièrement et c’est dommage. C’est une grande aventure pour moi et j’en garde un très beaux souvenir.

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Sophie : merci de ton témoignage, très intéressant. Le plaisir du voyage en solo vaut pour les destinations proches comme lointaines… Ravie d’apprendre que l’expérience t’a plu ! Un premier pas est franchi, dirait-on. Et tu auras sans doute moins d’appréhension, désormais, à partir seule, en France ou ailleurs… 8)

      Répondre
  6. Julie Blogtrotteuse

    Je lis de plus en plus d’apologies du voyage en solo… Et je me dis de plus en plus « pourquoi pas ? » ! Merci pour ces petites prises de consciences qui finiront bientôt par me convaincre de me jeter à l’eau !

    Répondre
  7. Rubidium68

    Un article bien sympathique.
    Je n’ai pas encore eu l’occasion de partir totalement seul pour une voyage mais ce projet me trotte maintenant dans la tête. Ce ne doit certes pas être la même chose pour un homme que pour une femme mais après tout cette idée de totale liberté est tellement alléchante que cet article m’a réconforté sur le fait de partir seul.
    C’est une nouvelle vision du voyage qui me tente bien. 🙄

    Répondre
  8. Ely

    Salut Corinne,
    Très bon article qui résume vraiment bien le voyage en solo, c’est bien de pouvoir motiver les gens à voyager plus souvent seul en particulier les femmes. Je suis également passée par ce moment où on essayait de me décourager parce qu’une jeune femme en backpack risque soit disant plein de choses, mais on risque juste de se retrouver face à soi même et encore quand on trouve le temps parmi toutes ces rencontres. Maintenant, je suis confrontée à un autre type de questions: Comment fais tu pour voyager avec un bébé? C’est pas dangereux? Je pense que chaque personne devrait tester cette expérience au moins une fois dans sa vie! Merci pour ton article!

    Répondre
  9. Peps

    Super article qui je l’espere donnera des idées à beaucoup.
    Moi aussi je voyage svt seul et meme si je suis un homme il peut m’arriver les même problème que toi avec un presque avec moins d’avantage car les gens vont plus vers une femme seule qu’un homme.
    Enjoy

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.