Manger dans la rue

  Entre deux voyages

J’adore ce bouquin ! C’est un tour du monde de la cuisine de rue. Il émoustille les papilles et fait voyager. Son titre : Take away (À emporter). Dix ans de voyage, 500 photos et 120 recettes : un livre à dévorer des yeux, concocté par un photographe, Jean-François Mallet, qui a aussi été chef cuisinier…

120 recettes de cuisine de rue. Par Jean-François Mallet. Éditions Aubanel.
120 recettes de cuisine de rue. Par Jean-François Mallet. Éditions Aubanel.

Take away
Jean-François Mallet
Éditions Aubanel
384 pages, 35 €

Encore un livre découvert en passant devant la vitrine de ma librairie préférée (Ariane, à Rennes). Il m’a suffit de voir la couverture pour craquer.

😉

Manger dans la rue… L’un de mes grands plaisirs en Asie, en Thaïlande en particulier. On trouve partout, à toute heure, des marchands ambulants, des petits restos en plein air avec leurs minuscules chaises en plastique, des marchands de fruits, de beignets, de soupe, aux étals alléchants. La street food est un mode de vie là-bas. C’est souvent délicieux et pas cher du tout !

Ce n’est pas la première fois que je parle de ces food-markets et food-stalls si typiques de l’Asie du Sud-Est, dans ce blog. Quelques articles à revisiter ici :
→ Soupe de nouilles au marché de Chumphon
→ Dernier jour à Perhentian Kecil
→ En route pour Semporna
→ En manque de pad-thaï ?
→ Dans la frénésie de Bangkok

Et quelques photos repêchées au fond de mon disque dur :

Mon intuition ne m’avait pas trompée. La photo de couverture de Take away a été prise en Thaïlande, à Bangkok. L’Asie est très présente dans le livre, forcément. Mais il y a place aussi pour quantité d’autres petits plats à emporter, ou à grignoter au coin de la rue : tapas espagnoles, fish and chips londonien, brochettes d’agneau marocaines, empanadas argentines, beignets maliens à la banane… Miam !

Petit extrait de la 4e de couverture :

La cuisine de rue est un art de vivre répandu dans le monde entier. Loin des fast food au goût uniformisé, la street food est au contraire l’affirmation d’une identité culturelle forte. Manger dans de petites cantines populaires ou directement dans la rue, c’est la meilleure façon de découvrir un pays de l’intérieur.

Je n’aurais pas mieux dit !

Enfin, pour finir cet appétissant tour du monde de la cuisine de rue, je vous invite à visiter le lien ci-dessous, repéré par une des abonnées à ma page Facebook. Des dizaines de vidéos pour apprendre les recettes de la street food thaïlandaise :

→ Thai Street Vendors videos

Re-miam !

😋

  Entre deux voyages

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Miam ! Ca donne faim. Moi aussi j’adore goûter des trucs dans la rue quand je suis en voyage. Où que ce soit, j’achète aux marchands ambulants. En Chine j’ai mangé des trucs, je ne sais même pas ce que c’est ! Et contrairement à ce dont certains ont peur, je n’ai jamais été malade. Si ça a l’air appétissant, c’est que c’est bon ! Si ça a l’air louche, on n’y touche pas. C’est ma devise et pour moi, ça a toujours fonctionné !
    Bon appétit.

  2. @RolK: Oui, souvent des gens que je croise en voyage ne comprennent pas que « j’ose » manger dans les boui-bouis locaux… Dommage pour eux, ils ne savent pas ce qu’ils ratent. Parfois, certains se décident à m’accompagner et à « oser » à leur tour. Et en sont ravis pour finir!!! En général, il suffit de regarder l’affluence locale pour s’assurer que la cantine est bonne. Pour les précautions, ta devise pleine de bon sens suffit!!! 😉
    La seule fois où j’ai été malade à cause de la bouffe en voyage, c’était après avoir mangé une pizza… au Vietnam!!! 😆 Dans un « restaurant » à touristes.
    À présent, il va falloir que je me lance à la maison, pour tester quelques-unes des alléchantes recettes proposées dans le bouquin.

  3. Je me le suis offert ce bouquin et j’en suis super contente! Je suis bien d’accord avec les commentaires: visiter un pays passe grandement par les découvertes culinaires que l’on fait, dans les cantines locales en particulier. Et puis s’il y a bien quelque chose que je ramène toujours dans mes bagages, c’est des denrées locales, histoire de poursuivre un peu le voyage chez moi ^_^

  4. @Hélène: Il te plairait, ce bouquin… miam!!! 😉

    @Iptdbth: J’aime beaucoup!!! 🙂

    @Caroline: Je fais pareil : je ne ramène plus guère de souvenirs, désormais, mais plus facilement du thé, café et épices… 🙄

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez