Thaïlande, juillet 2006. Le food-market de Chumphon, en fin d'après-midi.

Soupe de nouilles à Chumphon

  Malaisie : péninsule et Bornéo - juillet 2006

Me voici débarquée à Chumphon (prononcer « tcheumpone ») par le Lomprayah, le bateau-catamaran qui fait la liaison avec la péninsule thailandaise. Ensuite, navette-bétaillère avec empilage de bagages et de passagers sur la plate-forme arrière jusqu’au centre, où l’on m’a déposée avec les autres devant un café internet à quelques minutes à pied de la gare.

Ils gardent les gros sacs, c’est pratique. Comme j’ai plusieurs heures à tuer avant le départ du train, je suis allée faire un petit tour.

Le food-market de Chumphon, en fin d’après-midi.

Changement d’ambiance, après les plages de Koh Tao. Chumphon est une grosse ville de province, sans grand charme en soi. Mais il y a heureusement l’inévitable « food market » à deux pas de la gare et de mon café internet, et je m’empresse d’y filer.

Comme toujours, une rue entière occupée par des stands, carrioles, gargottes et petits restos avec leurs minuscules chaises en plastique. Ce qui est bien, en Thaïlande, c’est qu’on trouve toujours de tout à manger, et à toute heure. Les gens passent en moto et s’arrêtent pour acheter qui des brochettes, qui des fruits, un autre des petits sandwiches ou des calamars grillés…

Avisant un resto de soupe de nouilles, bien rempli de clients, je me dis que c’est bon signe et que la soupe doit être bonne… Autre bon signe : le gars qui fait la tambouille ne comprends pas un traitre mot d’anglais. D’ailleurs, je suis la seule “farang” (étrangère).

Assise sur ma petite chaise en plastique, je me sens observée. Regard furtifs et sourires en coin de la part des autres clients, que des Thaïlandais.

Surtout quand je sors mon appareil-photo en digne touriste que je suis. Les deux gamines du resto, curieuses, sont venues m’examiner de plus près.

Elles prennent la pose pour mon objectif. Et le comble, c’est que la maman qui me sert mon bol de soupe les oblige à dire merci ensuite… « Kop kun kaaah ! Kop kun kaaah ! » Et les deux petites de se sauver en gloussant après s’être admirées sur l’écran numérique.

La soupe de nouille était fameuse et m’a copieusement garni l’estomac pour la modique somme de 30 baths (même pas un euro), avant ce long périple en train (départ 21h15, arrivée 10h30).

Je vais encore flaner un peu avant de rejoindre la gare… Rendez-vous en Malaisie !

  Malaisie : péninsule et Bornéo - juillet 2006

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Fascinant, ton blog! Je remonte de ville, jette un œil à mon écran d’ordi, sur lequel la page était encore affichée… et un clic plus tard apparaissent la soupe de nouilles et le sourire des deux petites filles…

    A bientôt en Malaisie! Bon voyage en train! J’ai hâte d’en lire le récit détaillé…

    Biz
    Pascale

  2. De Bretagne en Thaïlande sur un simple clic, étonnant, non? Me voici à peine rentrée de St Brieuc et le temps de m’asseoir et d’ouvrir le blog , je me retrouve transplantée à Chumphon, ville dont j’ignorais l’existence jusqu’à ce jour. J’adore ton récit de scène de rue croquée sur le vif, on dirait du Nicolas Bouvier.

  3. Ravie que ca vous plaise !!! Moi, ca me fait faire quasi des devoirs de vacances chaque soir… Me voici a Kota Bahru, moins facile de trouver un cafe internet qu’en Thailande. Mais ca y est, je vais pouvoir continuer le blog!

  4. Yo Titbulle,

    On te suit à travers ton blog et tu nous fais voyager avec toi. Nous aussi on aurait envie d’une bonne soupe de nouilles. Continue à nous faire rêver. On t’embrasse et on a hâte de lire la suite de tes aventures.

    PS. Ta suite adobe pour Mac est arrivée…

    A +
    FW

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez