Linda et moi à Sipadan... Tortues et requins à gogo!!! (Bornéo, Malaisie, juillet 2009)
Linda et moi à Sipadan... Tortues et requins à gogo!!! (Bornéo, Malaisie, juillet 2009.)

La loterie des binômes

Édité le

Ça y est, il est là ! Le n°2 de Plongeur.com Magazine, à télécharger gratuitement. Tout beau, tout couleur, tout multimédia, avec de vraies bulles dedans. En page 38, ma petite contribution : un billet d’humeur, ou plutôt d’humour, intitulé Gare au boulet ! 

Plonger avec des inconnus quand on voyage en solo

Mais ce petit texte aurait pu s’appeler La loterie des binômes. Ou La quête du buddy idéal… Ou De l’art de plonger au bout du monde avec des inconnus quand on est une plongeuse qui voyage en solo… Oui, oui. C’est du lourd, du vécu. 😂

On sent bien que c’est stressant, comme expérience…

Christian, mon binôme finlandais, et moi, en pleine formation Rescue Diver. (Koh Lipe, Thaïlande, mars 2009.)
Christian, mon binôme finlandais, et moi, en pleine formation Rescue Diver. (Koh Lipe, Thaïlande, mars 2009.)
Linda et moi à Sipadan... Tortues et requins à gogo!!! (Bornéo, Malaisie, juillet 2009)
Linda et moi à Sipadan… Tortues et requins à gogo ! ! ! (Bornéo, Malaisie, juillet 2009.)
Retour à la surface, avec Adrian, mon instructeur. (Koh Lipe, Thaïlande, mars 2009.)
Retour à la surface, avec Adrian, mon instructeur. (Koh Lipe, Thaïlande, mars 2009.)
Avec mes amis Thomas et Lise, à Anilao, et notre guide philippin Herbert, devenu mon binôme. (Philippines, mars 2017)
Avec mes amis Thomas et Lise, à Anilao, et notre guide philippin Herbert, devenu mon binôme. (Philippines, mars 2017)

Plongeur.com Magazine : téléchargez-le !

Plongeur.com : le magBon, c’est pas tout ça. J’ai à peine eu le temps, aujourd’hui, de survoler ce nouveau numéro bourré d’images, de reportages et de récits qui bougent…

Je crois bien avoir aperçu de renversantes images de requins et de mantas. Je n’y tiens plus !

Un grand bravo à l’équipe éditoriale, qui a sué sang et pixels pour mettre en scène cette nouvelle mouture. Impressionnant boulot.

Je vous copie-colle, ci-dessous, ma prose pour Plongeur.com Magazine et je retourne vite me plonger dedans… Pour le télécharger (c’est gratuit), ça se passe au bout des liens ci-dessous :

→ Plongeur.com : le n°2
→ Plongeur.com : tous les magazines à télécharger

Gare au boulet ! La quête du buddy idéal…

Gare au boulet : ma prose, en page 38 !L’embêtant, avec les plongeurs, c’est qu’ils vont par paire. Ben oui.

Quand on voyage en solo, ou en insubmersible compagnie, il faut s’y résigner : faute d’être deux à buller, on est inscrit d’office à la loterie des binômes ! Et moi, chaque fois que je repars vers l’Asie, ma destination plongée préférée, je dois recommencer ma quête du buddy idéal.

Toujours, cette petite appréhension ressurgit, quand je pose mon sac à plouf au bout du monde… Qui va-t-on me donner comme binôme ? Vais-je échapper à la malédiction du boulet ?

Il y a le boulet débutant : téteur d’air à grande vitesse, agitateur de sable et casseur de corail, j’ai l’occasion de le maudire mille fois quand il joue les épouvantails à poissons. Mais le boulet confirmé n’a rien à lui envier : un furieux du palmage ne voulant voir que du “gros”, qui toise avec suffisance les adoratrices du “petit” et aime beaucoup être celui qui a la plus grosse… profondeur sur son ordi !

Deux binômes à fuir. Si possible. Dans les centres de plongée comme sur les bateaux de croisière, le staff veille en principe à apparier des plongeurs compatibles et de même niveau. Encore faut-il avoir de quoi composer un attelage cohérent parmi les rares solitaires inscrits au tableau…

Un jour, au large de Koh Lanta, en Thaïlande, je me suis retrouvée flanquée d’une très gentille, mais trop zélée binômette. Elle ne voulait pas me lâcher d’une palme ! J’ai tenté de creuser la distance, de lui faire signe de s’éloigner un peu, en vain. Elle ne cessait de me coller, de me heurter, d’effrayer les bestioles que je voulais flashouiller.

Ah, oui ! Petite précision d’importance : j’ai la fâcheuse manie de faire de la photo sous l’eau. Alors, mon buddy idéal est lui (ou elle) aussi photographe, de préférence. Donc adepte de la lenteur. Attentif et complice. Passionné et enthousiaste. Et, bien sûr, il a de l’humour.

Une perle rare ? Pas si sûr.

Le buddy idéal existe. Je l’ai rencontré. Plusieurs fois. Il y a des binômes de voyage que je n’oublierai jamais. Comme Sabrina, et Linda, rencontrées à Sipadan, en Malaisie, à trois ans d’intervalle. Deux plongeuses expérimentées, sensibles, synchrones avec mon rythme propre et mes affinités. Émerveillement partagé devant les bancs de barracudas, les requins et les tortues…

Et puis Peter, un type solide, drôle et bienveillant, qui a palmé à mes côtés dans les eaux de Nusa Penida, au large de Bali. C’est un peu à lui que je dois d’avoir pu admirer la nage lunaire des fabuleux mola-molas, dans un courant à décorner les nudibranches. Mémorable !

Enfin, en cas de nombre impair, je deviens la binômette du guide de palanquée. Top. Surtout si ledit guide est un gars du coin, qui connaît les sites comme sa poche.

Je veux saluer ici les derniers en date : Aris et Witjak, deux plongeurs indonésiens qui ont veillé sur mes bulles, à Pulau Weh, dans le nord de Sumatra, au mois de mars. Mais ceci est une autre histoire…

😎

  Entre deux voyages

  1. J’ai lu ton article hier, j’ai adoré. Je suis souvent dans le même cas que toi, j’ai fait de belles rencontres mais aussi de moins belles, effectivement, c’est la loterie.

  2. LOOOL!!! J’ai adoré ton article, Corinne, surtout que je me suis bien reconnue dans le boulet débutant qui colle un peu trop son coéquipier (bah oui, les poissons ça fait peur) et qui fait des tranchées dans le sable (grâce à moi, le fond de chamangieu est passé de 15 à 18 m 🙂 ) heureusement que j’ai l’œil pour les petites bestioles que j’adore dénicher, ce qui peut contre balancer le manque d’expérience… 😛

  3. Bravo pour ton article, j’adore ton humour et tu m’as bien fait rire…
    Hélas, même en étant en binôme, à moins de plonger uniquement à 2 ou avec un guide… il y a le reste de la palanquée…
    Et là, on retrouve le téteur XXXXXL (qui heureusement est parfois invité à remonter avec un autre consommateur de son gabarit)…
    On retrouve les speedy palmés quitte à dépasser les guides trop lents pour leur musculature…
    On rencontre aussi hélas les égoïstes qui vont squatter, seuls au monde, la curiosité macro que personne d’autre ne verra car ils prennent bien soin de balancer un coup de palme bien positionné sur ce qu’il y avait à voir en se retournant… Outre les palmeurs maladroits, il y a aussi les adaptes du brouillard, qui palment vigoureusement de haut en bas sur on fond sablonneux…
    Binôme et palanquée, mêmes boulets et même loterie!
    Trop dure la vie de plongeur! 😡

  4. @Denis: Merci de ce petit mot. Je ne suis donc pas la seule à vivre cette loterie!!! Ça rassure…
    😀

    @Minimouss: Bah, on est tous le boulet de quelqu’un, moi la première, avec mon matos photo, ma manie de lambiner et de m’extasier sur les petites bêtes.
    🙄

    @Manta: Tu me fais bien rire aussi avec ton commentaire. On pourrait dresser toute une typologie tragi-comique des palanquées. Et on intitulerait ça « La retour de la malédiction de la palanquée infernale »…
    😆

  5. Mon homme est mon binome mais parfois j’en voudrais bien un autre. Descente difficile à cause ses oreilles sensibles alors que mon ORL n’a jamais vu des oreilles comme les miennes, je suis une vraie poisson !
    Mon homme ayant moins d’expérience il gère encore mal sa flottabilité et m’envoie du sable, facheux pour mes clichés macros !
    Si un jour nous avions l’occasion de plonger ensemble je crois qu’on formerait une belle équipe miss Corinne. Les photographes forment une bande à part parmi les plongeurs, moi je suis restée 30 min à observer la famille des mandarins à la tombée de la nuit, c’était juste avec mon dive master malaisien très patient et émerveillé comme moi devant les merveilles de la nature.

  6. @LiseMet: Hé, hé, oui, très bonne idée ! Tu laisses monsieur à la maison, et on part ensemble toi et moi flashouiller des bêtes sous l’eau. Je suis pour la paix des ménages, moi…
    😆

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 Partages
Partagez10
Tweetez
Enregistrer
Partagez