Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Mabul Village

  Bornéo [Malaisie et Indonésie] - juillet 2009

Quand je ne pose pas avec les requins de Sipadan, je loge à Mabul, l’île voisine. J’habite dans une « longhouse », une « maison longue » sur pilotis au cœur du village.

Un village plein de vie

Le village de Mabul est un dédale de bicoques sur pilotis en tôles et planches de bois mal dégrossies, un peu crado, avec des poules et des enfants qui courent partout.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

L’endroit est plutôt misérable, mais plein de vie.

Les gosses interrompent leurs jeux pour saluer gaiement les touristes qui passent, « Hello ! Hello ! », ils agitent la main, réclament des photos, prennent la pose les doigts tendus.

Et encore une fois, je me sens comme la reine d’Angleterre en visite, à faire ainsi coucou à tous ces gens que je ne connais pas. Les adultes vous saluent d’un hochement d’un tête, d’un sourire radieux.

L’endroit est bruyant, entre le ronflement des générateurs, le volume des télés poussé à fond, les cris des gamins, les coqs qui cocoricotent à plein gosier.

Tandis que les filles sont de corvées de lessive ou de balayage, les jeunes gars se retrouvent le soir au terrain de volley, où ils disputent des parties acharnées.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Certains s’enhardissent à me demander où je vais, quand je traverse le village pour rejoindre le resort de Borneo Divers, avant l’heure du dîner, pour me connecter au wifi. « Jalan, jalan… », je réponds.

La formule magique fonctionne toujours. Je vais, je viens, je me promène, je me balade.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Guesthouse sur pilotis

Le confort de ma guesthouse, Arung Hayatt, est rustique, mais c’est plus sympa et moins aseptisé que les grands resorts chics. Et puis ça n’est pas fréquenté que par des plongeurs ou des touristes occidentaux.

Des tas de Malaisiens viennent eux aussi passer un jour ou deux à Mabul, et descendent dans ces longhouses bon marché.

Je ris avec les enfants qui se jettent à l’eau depuis le ponton pour épater la galerie, je sympathise avec deux jeunes Malaisiennes de Kuala Lumpur, venues faire du snorkeling avec leurs amis. Musulmanes et respectueuses des traditions, elles se baignent sans jamais découvrir ni leurs jambes ni leur tête !

Mais l’ambiance est tolérante et bon enfant. Et je pose volontiers à leurs côtés, pour leurs photos de vacances, avec mes cheveux trempés, mon bas de combi et mon haut de bikini. Amusant contraste.

Je quitte Mabul demain. Je suis un peu triste de partir. C’est que je commence à me sentir bien, ici, après une semaine. Presque comme chez moi…

Billabong Scuba pour les plongées

Chez Billabong Scuba, la longhouse voisine, avec qui je plonge, l’ambiance est très sympa aussi.

Le staff est adorable et toutes les nationalités se mêlent : Malaisiens et Philippins, Sud-Africains, Américains, Thaïlandais…

Le ponton de Billabong Scuba, à Mabul. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.
Le ponton de Billabong Scuba, à Mabul. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Je m’amuse bien, ici. Le soir, on boit des coups au milieu des combis qui sèchent, assis à même le ponton de bois.

Il y a toujours un gars pour gratouiller La chanson de Sipadan sur sa guitare… Cherchez « Sipadan Song » sur YouTube, il y a quantité de vidéos !

 ;-)

Voir tous les articles sur ce voyage :

→ Bornéo [Malaisie+Indonésie] : juillet 2009

  Bornéo [Malaisie et Indonésie] - juillet 2009

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez