Indonésie : Weda [Halmahera] + Bangka [Sulawesi] - mars 2013

Mars 2013. Bangka Island, Nord-Sulawesi, Indonésie. Ma nouvelle maison, pour quelques jours, s’appelle Coral Eye. « L’œil du corail », quel beau nom !

Biologistes marins

En mars 2013, je suis revenue sur l’île de Bangka, que j’avais tant aimée, lors de mon précédent séjour dans le Nord-Sulawesi, trois ans plus tôt. (À ne pas confondre avec l’autre île portant le nom de Bangka, près de Sumatra.)

À l’époque, en 2010, j’avais testé deux resorts à plongeurs : l’excellent Murex Bangka et le très chouette Mimpi Indah. Cette fois-ci, j’ai eu envie de découvrir Coral Eye.

J’avais vu le projet se monter, en 2010 (j’en parle ici, dans l’article Retour en Indonésie). Et puis, leur site internet, sur lequel je suis tombée par hasard, en ce début 2013, en faisant des recherches sur Bangka, a piqué ma curiosité… J’ai donc pris contact avec eux et je suis allée passer quelques jours au Coral Eye. Très bonne pioche !

→ Lire aussi ici : Bangka Island 

Le bateau de Coral Eye. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.
Le bateau de Coral Eye. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

Imaginé par de jeunes biologistes marins italiens, Coral Eye accueille tout au long de l’année des étudiants, des chercheurs, des scientifiques. Depuis peu, l’endroit s’est aussi ouvert aux touristes.

Mais il ne ressemble à aucun des autres resorts ou centres de plongée du coin…

Ambiance zen

Ici, il y a un grand bâtiment en dur, harmonieusement conçu pour la vie et le travail en collectivité. Un peu en retrait de la plage, il est caché derrière les cocotiers.

Coral Eye. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

En bas, une vaste salle de vie, ouverte sur l’extérieur par les quatre côtés, autour de laquelle sont répartis d’autres salles plus petites : une bibliothèque, un bureau, des sanitaires, la cuisine…

Les chambres – immaculées – sont à l’étage, loin de tout ce qui rampe, trotte ou pique. Deux escaliers sans rampe mènent à une mezzanine en bois, qui fait le tour. Face à la mer, une grande terrasse avec lits de repos pour bouquiner tranquillement ou admirer les couchers de soleil.

Coral Eye. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

Coral Eye. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

On se retrouve en bas à l’heure des repas, pour manger tous à la même table, une grande surface carrée en bois, avec banquettes et bancs, qui peut accueillir une douzaine de convives.

Coral Eye. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

Au-dessus, le toit immense. Il est construit de façon traditionnelle en feuilles de palmes séchées, soutenu par une charpente spectaculaire, qui monte très haut.

Murs blancs, déco minimaliste. C’est beau, sobre et élégant, très zen. J’aime.

Coral Eye. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

Coral Eye. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

Marco et Clara, deux des jeunes biologistes marins italiens à l’origine du projet, font vivre les lieux et s’occupent d’un peu tout avec bonne humeur, de la cuisine à la plongée, avec une petite équipe indonésienne, très sympa.

Ferme de corail

À côté, il y a les maisonnettes où ils logent, et un autre bâtiment, plus petit, qui accueille le centre de plongée et des salles de travail avec des aquariums.

À marée haute, on peut se baigner (et vraiment nager) devant la plage de sable blanc. À marée très basse, le sommet des patates de corail affleure.

Coral Eye Beach. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

Coral Eye Beach. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

Le house-reef (la partie du récif juste en face de la plage) est devenu une véritable ferme de corail, avec « pouponnière » et « cultures » entretenues avec soin près du ponton.

Clara prélève de nouvelles "boutures" de corail. Coral Eye, Bangka Island. Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

J’y ai accompagné un après-midi Clara en plongée, dans 3 mètres d’eau, pour la voir accomplir ce patient travail qui consiste à fixer sur des supports stables, des morceaux de corail cassés, pour favoriser leur « repousse ». Le corail n’est pas un végétal, on ne peut donc pas vraiment parler de « bouture », mais c’est l’idée.

(Cliquez sur les images pour les voir en grand.)

Ça m’a rappelé le projet Biorock de Pemuteran, à Bali, où, sur le même principe, les « Jardiniers du récif » s’emploient à récupérer et fixer des bouts de corail sur des structures artificielles – métalliques, dans le cas de Biorock, pour stimuler la fixation et la croissance du corail par courant électrique.

Lâcher prise

J’ai adoré l’atmosphère à Coral Eye. On est loin de tout, au calme, dans un environnement magnifique.

Coral Eye Beach. Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

Marco et Clara vivent et travaillent là quasiment toute l’année. Clara et son mari indonésien Danny ont une petite fille qui a, à peu de chose près, doit avoir l’âge de Coral Eye.

Les voisins les plus proches sont des familles indonésiennes, qui habitent aussi sur la plage, dans de rustiques bicoques en bois et feuilles de palmes. On croise quelques pêcheurs en barque traditionnelle. Parfois des visiteurs de Sulawesi ou d’autres plongeurs débarquent pour faire une pause.

Danny et Clara. Coral Eye, Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.
Danny et Clara. Coral Eye, Bangka Island, Sulawesi, Indonésie. Mars 2013.

C’est tranquille, ici. Il n’y a rien… Les autres resorts de l’île ne sont pas tout près. Et il faut marcher un bon moment dans la jungle pour rejoindre le village. Tous les trajets se font par la mer.

Je le savais bien : Bangka, c’est vraiment l’endroit parfait pour lâcher prise !

😎

  Indonésie : Weda [Halmahera] + Bangka [Sulawesi] - mars 2013

108 Partages
Partagez94
Tweetez8
Enregistrer5
Partagez1