Night bus : cap sur Mersing et Tioman

  Malaisie : péninsule et Bornéo - juillet 2006

Trajet nocturne en bus pour Mersing sans histoire, même si mon voisin a un peu tendance à déborder de son siège et à s’étaler sur le mien…

Heureusement, il descend aux petites heures de la nuit dans une grosse ville que je n’ai pas identifiée, avec pas mal d’autres passagers, si bien que je me retrouve avec deux sièges pour moi toute seule. Là, je m’endors pour de bon et ne vois plus les kilomètres défiler.

Au début du voyage, lors d’une halte dans un boui-boui, j’ai pu entrapercevoir, sur une vieille télé pourrie, un bout de la finale. Le score était déjà de 1-1… La suite, on la connaît !

Quand j’ai rouvert les yeux, il faisait jour, le bus était à l’arrêt sur un parking devant l’embouchure d’une rivière et nous n’étions plus que deux passagers. Mersing. Enfin.

La suite a été facile. Une dame charmante en foulard vert m’a abordée pour me refourguer un billet de son agence, pour le premier speed boat du jour. Ça me convenait bien, sauf qu’il fallait à tout prix que je change de l’argent avant.

À ce moment-là, il est 7 h 15 et le bateau est censé partir à la demie. Qu’à cela ne tienne, la dame appelle le capitaine dudit speed boat pour qu’il ne parte pas sans moi, et son mari m’embarque dans sa voiture pour me conduire chez le joaillier chinois le plus proche.

Là encore, excellent taux de change. L’affaire faite, le gars me ramène à l’embarcadère et je m’entasse avec une vingtaine d’autres personnes, une majorité de touristes asiatiques et quelques Occidentaux, dans le bateau.

  Malaisie : péninsule et Bornéo - juillet 2006

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez