Offrandes du matin dans le jardin de l'hôtel Sorga. (Kuta, Bali)
Offrandes du matin dans le jardin de l'hôtel Sorga. (Kuta, Bali)

Les petites choses que j’aime à Bali

  Indonésie : Bali - juillet 2008

Je n’avais pas remis les pieds a Bali depuis quelques années. Et il y a ici tout un tas de petits détails que j’ai grand plaisir à retrouver.

Pour commencer, quantité de maisons et d’hôtels ressemblent à des temples, avec leurs portails fendus et ornés de sculptures. D’ailleurs, il y a des temples partout.

Et on trouve des autels gardés par des créatures mythiques de pierre, plus ou moins monstrueuses, jusque dans les jardins des petits hôtels familiaux, type losmen ou guesthouse. C’est toujours très plaisant de dormir entouré de dieux et de démons.

Offrandes du matin dans le jardin de l'hôtel Sorga. (Kuta, Bali)
Offrandes du matin dans le jardin de l’hôtel Sorga. (Kuta, Bali)

Et puis, tous les matins, des offrandes fraîches sont déposées, dans leur petit panier végétal : fleurs, riz, bâton d’encens… Le tout accompagné d’un geste délicat de la main, pour répandre quelques gouttes d’eau, une fleur coincée entre deux doigts.

J’adore ce petit rituel matinal, ça a quelque chose de rassurant. Les dieux, les esprits sont partout, on cherche ainsi à se concilier les bons et apaiser les mauvais. Sur les pas de porte, à la croisée des chemins, les petits paniers d’offrandes jonchent le sol.

Petit panier d'offrandes devant l'entrée d'un warung (restaurant) à Petitenget (Bali).
Petit panier d’offrandes devant l’entrée d’un warung (restaurant) à Petitenget (Bali).

Autre chose que j’aime bien ici : même les arbres portent des sarongs. Enfin, les arbres considérés comme sacrés, ceux qui sont habités par un esprit.

Un sarong à carreaux noir et blanc ceint le tronc de cet arbre sacré à Bali.
Un sarong à carreaux noir et blanc ceint le tronc de cet arbre sacré à Bali.

Le sarong noir et blanc à carreaux ceint aussi les reins des statues qui gardent les entrées des temples. Cet échiquier noir et blanc symbolise ce que nous connaissons mieux sous le nom de yin et yang : il s’agit de maintenir l’équilibre entre les deux forces, positive et négative, qui régissent le monde.

Une chose que j’avais oubliée, aussi, que j’ai observée, hier à Kuta, et aujourd’hui sur la route de Lovina : les cerfs-volants. Sur la plage et dans les rizières, les enfants et même les grands jouent au cerf-volant. Il y en a de toutes tailles, certains tout simples, confectionnés dans un banal sac plastique, d’autres immenses et très sophistiqués, avec longue traîne ondoyant dans le vent.

Jeu de cerf-volant sur la plage de Petitenget, au nord de Kuta Beach (Bali).
Jeu de cerf-volant sur la plage de Petitenget, au nord de Kuta Beach (Bali).

Enfin, je retrouve avec bonheur ces diverses petites choses auxquelles je ne prête plus guère attention, tant j’y suis habituée, mais qui me plaisent beaucoup en Asie : saluer les gens avec un grand sourire redevient la chose la plus naturelle du monde, circuler jusqu’à quatre, voire cinq passagers par moto aussi (enfin, pas pour moi !), la possibilité de pouvoir grignoter à toute heure grâce aux petits marchands ambulants installés le long des routes avec leurs carrioles de brochettes, de soupe ou de fruits…

Je suis arrivée dans le Nord, à Lovina Beach, aujourd’hui… Ici pas de rouleaux ni de surfeurs. Ambiance moins tape-à-l’œil et plus décontractée. Je vous raconte tout ça demain !

  Indonésie : Bali - juillet 2008

  1. Oh,vivement demain pour avoir tes impressions de Lovina beach et de ses alentours….
    Bali n’a pas trop changée depuis la dernière fois que tu y es allée?J’ai l’impression que non vu ton enthousiasme!!!
    Tes commentaires me donnent un bon aperçu de l’ambiance générale.On m’a dit que Bali était très différent de la Thailande…..Mais c’est tout de même l’Asie,et grâce à toi,j’arrive à m’imaginer un peu là bas,avec toi…..
    De mon côté,je me prépare aussi:4 ìles différentes,2 que je connais et que j’adore:Milos et Koufounissi;1 où je ne connais que le banc en pierre devant l’église du port ,car j’y avais passé la nuit faute de chambre,mais il était charmant ce petit banc,bien qu’un peu dur…..bref,c’est Folegandros;et une autre,inconnu,c’est l’huissier du théâtre qui nous l’a conseillée:Anafi.
    Ces 4 îles ne sont pas trop grandes,calme,et loin de l’ambiance festive de Mykonos.Ce sera donc des vacances reposantes…Enfin,on espère….car,les grecs sont loin d’être des thais….Et niveau organisation…..ils sont vraiment nul!!!!Heureusement leurs îles sont magnifiques,et c’est avant tout pour ça que je me réjouis d’être là bas,ainsi que pour une bonne tiro pita…..(feuilleté au fromage)
    Je t’embrasse.
    Hélène 8)

  2. Non Bali ne me donne pas l’impression d’avoir tellement change. En tout cas pas Kuta-Legian-Seminyak dont je connaissais deja la frenesie extreme! Hors des attrapes-touristes habituels, l’accueil charmant a la balinaise et cette atmosphere ou les esprits sont partout me plaisent toujours autant.

    La, dans le nord-ouest, je decouvre des coins que je ne connaissais pas encore. J’ai apprecie les alentours de Lovina Beach, comme tu liras dans le nouvel article que je viens de publier, mais moins l’atmosphere de ce bout de plage. Y passer deux jours, c’est bien suffisant, a mon gout!

    Bonnes vacances dans les iles grecques!
    8)

  3. J’ai un rendez-vous manqué avec Bali. Je devais m’y rendre en 2002, mais les attentats m’ont fait changer mes plans. Te lire m’a redonné envie d’y aller! Qui sait? Si nos plans de transporter nos pénates en Asie d’ici deux ans se concrétisent, j’irai peut-être y passer quelques semaines…

    Par curiosité, le coût de la vie y est-il toujours aussi bas?

  4. Mon précédent séjour à Bali, c’était… en 2002, deux-trois mois avant les attentats. Aujourd’hui, six ans après, les visiteurs étrangers sont de retour, et c’est une bonne chose pour Bali, dont une bonne part de l’économie repose sur le tourisme.

    L’île, majoritairement hindoue, est vraiment à part dans l’archipel indonésien, qui reste le plus grand pays musulman du monde, si je ne me trompe pas. J’aime beaucoup l’atmosphère qui règne à Bali, malgré les dérives commercialo-touristiques de certains coins.

    Les gens sont, de façon générale, extrêmement ouverts et tolérants. L’accueil est chaleureux, les traditions sont fascinantes, la variété des paysages et des activités ont de quoi satisfaire tous les types de voyageurs…

    Le niveau de vie étant très inférieur au nôtre, le coût d’un séjour pour un visiteur occidental reste très bas. Bien que la flambée des prix du pétrole ait, ici comme ailleurs, fait grimper les tarifs. Beaucoup de Balinais m’ont dit que pour eux, le coût de la vie avait considérablement augmenté. Ceci dit, dans le cadre d’une visite touristique, on peut s’en sortir pour un budget très bas, pour peu que l’on adopte un mode de vie modeste à la balinaise (logement simple avec eau froide et ventilo, bouffe locale dans les warungs, etc.).

    À titre d’exemple, la fois où je suis allée manger au marché avec Sana, le jeune gars qui m’a servi de guide pendant une journée, dans l’intérieur du pays d’Amed, on a déboursé seulement 26 000 Rp, à deux, pour le déjeuner du midi: brochettes de poulet + assiette de riz + bol de bouillon + boisson chacun. Soit 13 000 Rp par tête de pipe, soit même pas 90 centimes d’euro. Dans les restos à touristes, c’est un peu plus cher, bien sûr.

    Si j’en crois les gens (travaillant dans le tourisme) que j’ai questionné à droite à gauche à ce sujet, un salaire de base est de l’ordre de 700 000 à 1 million de roupies, soit de 50 à 70€ par mois. Un salaire moyen un peu plus confortable doit atteindre les 100 à 200€ par mois, j’imagine.

  5. Salut Corinne, plus qu’un commentaire des questions. En fait, je viens de franchir le pas et j’ai réservé une croisière plongée sur l’archipel de Komodo. Alors, le voyagiste me réserve le vol DENPASAR/LABUAN BAJO nécessaire pour pouvoir s’embarquer le bateau, mais c’est à moi de le régler directement. Or, je me demandais pourquoi, puis j’ai vu que tous les compagnies assurant les vols intérieurs indonésiens sont dans la liste noir de la UE! Que dois-je m’attendre? Des expériences?

    Deuxième question, ferais-tu quoi si t’avais que deux jours à Bali? Je suis dans un hôtel a Sanur pour deux jours avant la croisière. Ça me suffit un jour pour une visite rapide des temples de la région? On m’a dit que la plage ne vaut pas la peine qu’on y aille! 😯

    Max

  6. @Max/Mm148881: Pour l’avatar, oui, tu as fait une faute de frappe dans la saisie de ton adresse email la première fois, c’est pour ça ne marchait pas.

    Pour les compagnies aériennes indonésiennes, faut faire avec, quand il n’y a pas d’autres compagnies à opérer sur la destination… Moi aussi, j’ai plusieurs fois dû faire des résas via un intermédiaire, et régler ensuite le montant une fois sur place. Je raconte deux expériences ici :
    » Avec la Lion Air
    » Avec la Merpati (descendre en bas du post, à la date du Mardi 24 juillet)
    La plus fiable des compagnies reste la compagnie nationale, la Garuda.

    Deux jours, en étant basé à Sanur, c’est bien, je pense. Ça permet de rayonner facilement autour. La plage de Sanur (je ne connais pas vraiment, je n’ai fait que passer par là pour prendre un ferry pour Nusa Lembongan) ne vaut pas celle de Kuta-Legian-Seminyak, c’est sûr, mais on y mange des fruits de mer terribles, paraît-il.

    🙄

  7. J’ai eu la chance d’effectuer plusieurs séjours assez longs à Bali dans les années 2000/2005… j’adore cette île et le sentiment d’arriver « à la maison » à chaque débarquement à Denpasar. Je l’ai parcourue en long, en large et en travers à pied et à moto, mais malheureusement pas en plongée, ce que je regrette vivement d’ailleurs. Je ne suis jamais arrivé à maitriser le fait d’être immergé… et pourtant j’ai souvent essayé. Cela restera un des grands regrets de ma vie, surtout lorsque je regarde les superbes images sous marines que tu nous offre dans ton blog. D’autant que vivant la plupart du temps à Madagascar, je côtoie des spots de plongée extraordinaires..

    1. @Dom: oui, tout comme toi, j’adore revenir à Bali… L’atmosphère y est vraiment particulière, très agréable. Les gens, les paysages, l’ambiance : j’adore. Et puis, bien sûr, il y a les fonds sous-marins. Faute de plonger, tu peux toujours snorkeler…
      8)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez