Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.

Cultiver les algues à Nusa Lembongan

#Bali #Indonésie

  Indonésie : Bali - juillet 2008

Je vous ramène quelques semaines en arrière, en juillet 2008. Pas tout à fait à Bali, mais juste à côté. Un peu plus au sud-est, sur la petite île de Nusa Lembongan. Un endroit que j’ai beaucoup aimé, où presque tous les habitants sont cultivateurs d’algues.

Cultivateurs d’algues

Évidemment, les vacanciers qui viennent à Nusa Lembongan pour la plage et la baignade risquent d’être un peu déçus. Il y a des algues partout !

Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.

L’île est magnifique et n’a pourtant rien d’un décor tropical de carte postale. La côte alterne plages donnant sur des champs d’algues, falaises rocailleuses battues par les vagues et mangroves. L’intérieur est plutôt aride.

La culture des algues s’est développée sur les îles Nusa Lembongan, Penida et Ceningan vers le milieu des années 1980. En cette année 2008, c’est devenu la principale activité des îliens. Ici, seulement 5 % de la population vit du tourisme. D’où une atmosphère plus paisible, plus authentique, que dans d’autres coins très (trop) visités de Bali.

Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.

Champs d’algues sous l’eau

Les algues poussent en eau peu profonde, fixées sur des cordelettes tendues entre de petits piquets plantés sur le fond. À marée basse, on peut se promener parmi ces lopins de sable.

Quand on accoste sur la plage principale, Jungut Batu, on aperçoit la mosaïque sombre des champs d’algues sous le turquoise translucide de l’eau…

Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.

L’odeur des algues qui sèchent

Ces algues, rouges ou vertes, n’ont pas de feuilles et ressemblent à de petites branches molles. Leur cycle de croissance est rapide : il faut environ 45 jours pour récolter de nouvelles pousses.

Elles sont entassées au fond des bateaux et transportées sur la plage dans des paniers de bambou. On les étale ensuite par terre sur des bâches, où elles sèchent au soleil. Il y en a quantité, près des cahutes qui bordent la grève. On les voit… et on les sent !

Ainsi exposées en plein cagnard, elles se décolorent et répandent dans l’air cette drôle d’odeur qui pique les narines. Une odeur entêtante, à la fois humide et un peu âcre, qui surprend au début. Mais on s’habitue vite et on finit par ne plus trop la remarquer.

Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.

Les algues une fois séchées sont exportées partout dans le monde. On en extrait une sorte de gélatine qui est utilisée dans l’industrie agroalimentaire ou cosmétique. Elle sert à épaissir les glaces et certains produits laitiers, elle remplace la matière grasse dans les produits de régime et constitue un liant naturel pour divers gels et crèmes de beauté.

Le travail est dur, mais assez rentable quand même. En tout cas, nettement plus que la récolte du sel à Amed. Du point du jour à la tombée de la nuit, on assiste à un va-et-vient permanent de paniers sur le sable. Les femmes les portent en équilibre sur la tête, les hommes en transportent souvent deux d’un coup, aux bouts d’une palanche calée sur l’épaule.

Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.

Paysages superbes

De l’autre côté de l’île, là où se trouve le village de Lembongan, c’est la même activité. Le détroit qui sépare Nusa Lembongan de Nusa Ceningan est protégé par le récif et accessible à marée basse.

À marée haute, une flottille de petits bateaux colorés sont amarrés le long de la grève. À marée basse, on peut y observer le travail de fourmi des cultivateurs d’algues, qui circulent, à pied ou dans leurs bateaux à fond plat, entre les champs d’algues.

Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.

En fin de journée, la lumière est splendide et l’eau semble se mêler au ciel. Jeux de miroir, reflets trompe-l’œil des nuages dans les flaques salées.

Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.
Nusa Lembongan, Bali, Indonésie. Juillet 2008.

Je me suis beaucoup plu à Nusa Lembongan. Si j’avais eu plus de temps (et été moins accaparée par les plongées), je pense que je serais aussi allée explorer sa voisine Nusa Penida, qui a l’air carrément plus sauvage.

Avec le recul, Lembongan est peut-être bien l’endroit que j’ai préféré, durant ce voyage à Bali. Comme je disais plus haut, ça vous change des relations commerciales et superficielles d’autres coins plus touristiques.

Pour autant, je ne renie pas mon statut privilégié de touriste, et d’ailleurs j’apprécie de trouver des guesthouses et restos sympas quand je me pose quelque part.

Mais, comment dire… C’est plutôt agéable d’être aussi entourée de « vrais gens » qui font autre chose que bosser dans l’hôtellerie ou promener des vacanciers. Bref, cette laborieuse activité autour des algues ajoute, à mes yeux, au charme de Lembongan.

😎

[Ajout : découvrez sur le même thème, les très belles images de Thib, prises en 2007 tout au sud de Bali, sur la péninsule de Bukit, en cliquant ici.]

Mise à jour 2019 (soit près de 11 ans après la publication de cet article). Il n’y a plus de cultivateurs d’algues à Nusa Lembongan, à en croire le témoignage d’un guide balinais dans l’article ci-dessous :

→ Comment Instagram change la face du tourisme à Bali

😱

  Indonésie : Bali - juillet 2008

130 Partages
Partagez123
Tweetez4
Enregistrer3
Partagez