un poisson ballon étoilé et un mérou révèlent leurs vraies couleurs avec le flash de l'appareil-photo...
un poisson ballon étoilé et un mérou révèlent leurs vraies couleurs avec le flash de l'appareil-photo...

J’ai vu l’homme qui a vu le requin-baleine

Grrr… Deux jours d’affilée que je plonge, avec l’espoir de voir le mythique requin-baleine aperçu dans les eaux de Koh Haa il y a trois jours. Mais rien…

Des flopées de leopard-sharks (requins-zèbres), murènes, poissons-ballons, perroquets, crevettes, coraux, et toute la chouette faune tropicale habituelle. Mais de requin-baleine, point du tout !

un poisson ballon étoilé et un mérou révèlent leurs vraies couleurs avec le flash de l'appareil-photo...
un poisson ballon étoilé et un mérou révèlent leurs vraies couleurs avec le flash de l’appareil-photo…

Pour la sortie d’avant-hier, le bateau était bondé. À cause dudit requin-baleine. La nouvelle s’est répandue comme du plancton dans la mer les jours de pleine lune, d’un shop de plongée à l’autre. Et on s’est retrouvé à embarquer plein d’autres gens, animés du meme espoir. Heureusement, le bateau de Blue Planet Divers est grand et confortable…

Mais pour l’heure, je reste simplement la fille qui a vu l’homme qui a vu le requin-baleine. Le vidéaste qui nous accompagnait hier a eu l’heur de filmer l’énorme poisson : « Au moins dix mètres », affirme-t-il, et je le crois. Parce qu’il nous a évidemment montre la vidéo qu’il a faite ce jour-là… Images impressionnantes, mais à la télé, ça n’est pas la même émotion qu’en direct live sous l’eau !

• • • • • • • •

J’ajoute ci-dessous une vidéo de requins-baleines, réalisée plusieurs années après ce voyage de 2007. C’était en 2014 au Mexique, au large d’Isla Mujeres…

• • • • • • • •

J’ai sinon profité de ma petite journée de « break » entre deux plongées, il y a trois jours (oui, le jour du requin-baleine, et je n’étais même pas sous l’eau) pour prolonger la balade à moto entamée la semaine dernière.

Je me suis risquée sur la route en terre qui prolonge la route principale goudronnée, tout au sud de l’île, et qui mène à une réserve naturelle. La dirt road est heureusement bien praticable par temps sec et conduit, après moult détours dans l’ombre verte et rafraîchissante de la jungle, à un phare, planté sur un rocher battu par le vent. Petite sensation de bout du monde.

Tout au sud de Koh Lanta, un phare, battu par le vent et les vagues...
Tout au sud de Koh Lanta, un phare, battu par le vent et les vagues…

En chemin, fantastiques plages à peine fréquentées. Je fais des pauses çà et là, au gré des restos et cafés sympas en bord de route et de mer… Accueil adorable partout.

Enfants

  Thaïlande : îles du Sud - janvier 2007

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez