Paris-Pékin par le Transsibérien. Agnès et Pierre Rosenstiehl. Gallimard, 1981.

Paris-Pékin par le Transsibérien

Les livres qui font voyager, j’adore. Je viens de retrouver un album illustré qui faisait partie de mes livres préférés quand j’étais enfant : Paris-Pékin par le Transsibérien.

Les auteurs sont Agnès Rosenstiehl (la dessinatrice de l’espiègle Mimi Cracra) et son mari Pierre, chez Gallimard. Une édition épuisée, de 1981 !

Paris-Pékin par le Transsibérien. Agnès et Pierre Rosenstiehl. Gallimard, 1981.

Je me replonge dedans avec délice. Et comprends mieux, avec mon regard d’adulte, pourquoi ce bouquin exerçait une telle fascination sur mon esprit de petite fille rêveuse. C’est un vrai récit de voyage, fourmillant de rencontres, de détails, d’anecdotes, un récit bourré d’humour, illustré par de petites cases de BD mettant en scène le périple des deux jeunes voyageurs, Marco et Pierrot. Ça démarre comme ça :

Le Nord-Express
Feu ! On est partis pour 10 834 kilomètres. Paris-Pékin, c’est simple : juste un changement de train à Moscou. De la gare du Nord, tous les jours à 17 h 13, quai 3, le Nord-Express part éparpiller ses wagons un peu partout en Europe du Nord, à Münster, Brême, Cologne, Hambourg, Copenhage…
On embarque dans un wagon très remarqué : russe, avec des insignes russes, le seul wagon pour Moscou ! Le chef de wagon vous demande en russe vos passeports et vos billets. Et « Niet, niet ! », pas de visiteurs dans le wagon russe de la gare du Nord.

Je n’ai encore jamais pris le Transsibérien. Mais rallier l’Asie sans prendre l’avion, par voie terrestre, est un vieux rêve que je compte bien réaliser un jour.

Je me suis rappelé ce livre grâce à un message posté il y a quelques jours sur Facebook par ma consœur québécoise Marie-Julie Gagnon : sa petite fille lui réclamait sa valise Dora, pour « jouer à voyager à la maison, maman ! »

Du coup, je me suis revue « jouant au Transsibérien », dans mon compartiment de train home-made, avec mon livre favori sur les genoux, absorbée par la contemplation des paysages imaginaires qui défilaient par la fenêtre imaginaire, me préparant avec sérieux aux arrêts annoncés : Moscou, Olan-Bator, Pékin… Et puis, il y avait cette incroyable remontée des fuseaux horaires au rythme lent du train.

Je me suis alors lancée dans une recherche sur Internet, pour retrouver « mon » livre, évidemment épuisé. J’ai fini par le dénicher sur le site de livres d’occasion Abebooks. C’était la première fois que je commandais en ligne chez eux. Super rapide et efficace. Aussitôt commandé, aussitôt reçu ! Et le bouquin est en bon état, comme ils l’indiquaient.

Paris-Pékin par le Transsibérien

C’est dans ce livre, aussi, que j’ai appris comment manier les baguettes chinoises… et je continue, aujourd’hui, à donner ce conseil, très judicieux, à ceux qui ont du mal à s’y faire : « Ça se tient comme deux crayons ! »

Pour ceux qui, comme moi, adorent voyager virtuellement grâce à Internet, sachez qu’on peut prendre le Transsibérien sans quitter son salon : sur Google.ru/transsib (projet associant les Chemins de fer russes et Google), il y a des vidéos et des cartes interactives, pour accomplir le trajet, étape par étape, de Moscou à Vladivostok. Il faut cliquer sur les noms dans le bloc situé en bas à droite pour passer d’une vidéo à l’autre.

Enfin, parce que le voyage peut aussi être immobile, nourri de lectures et de rêves, je me fends ici d’un hommage au poète Baudelaire, toujours inspirant…

Pour l’enfant amoureux de cartes et d’estampes,
L’univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
[…]
Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
pour partir ; cœurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s’écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !
[…]
Baudelaire  – Le voyage

:roll :

  Entre deux voyages

  1. Joli billet. Je comprends ta joie d’avoir retrouvé cet album. 😀
    Ton billet montre bien comment les livres d’enfant nous marquent, s’inscrivent en nous et nous façonnent. Ils font voyager (et même s’ils ne parlent pas de voyages). Je pense que les plus réussis sont ceux qui nous touchent par des choses simples et fondamentales du monde, ceux qui disent l’indicible (parce que beaucoup de choses le sont encore quand on est enfant).
    Pour ma part, je me souviens de Hulul, le hibou d’Arnold Lobel, qui essaye d’être à la fois en haut et en bas de l’escalier. Une jolie image pour dire des choses sur le désir d’être à deux endroits en même temps. Et en plus il se faisait du thé aux larmes… 🙂
    Quant au Transsibérien, je me suis souvent imaginée aller chercher du thé bouillant au samovar du wagon, la nuit et le siroter en regardant le noir et le ciel qui serait – forcément – étoilé. 😉

  2. J’adore! 🙂 Ça m’a beaucoup inspirée, cet échange sur les livres. Une nouvelle idée de bouquin s’est mise à germer…
    Et j’adore aussi le voyage que propose Google, qui devrait faire l’objet d’un billet de mon côté aussi dès que j’en aurai fini avec Disney (je me retiens depuis que j’ai vu passer la nouvelle la semaine dernière… dur, dur! lol)!

  3. @Marie: Joli commentaire aussi. Très juste. Les livres d’enfants nous marquent davantage que les livres d’adultes, non ? Et je me souviens du thé aux larmes de Hulul…
    😉
    @Marie-Julie: Voilà, question livres pour enfants, tu sais ce qu’il te reste à faire, maintenant… Quant au Transsibérien via Google, ne te retiens pas, me tarde de lire ton billet sur le sujet !!!
    🙂

  4. Coucou,
    Merci pour ce lien vraiment génial !
    Enfant, pour voyager, il y avait Tintin et Milou, Astérix et Obélix, et bien entendu les atlas qui n’ont jamais quitté leur place favorite… Tu connais, j’imagine l’émission « Allô la planète » sur France-Inter
    http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/allolaplanete/
    Très sympathique, avec les histoires et impressions de personnes passionnées.

    Ciao et bonnes bulles !

    PS. Ce sera Tioman pour moi dans 15 jours. J’y étais il y a 8 ans, j’espère que l’île a gardé son charme si particulier !

  5. « Les livres d’enfants nous marquent davantage que les livres d’adultes, non ? »
    Je pense comme toi. Peut-être parce qu’on est plus perméable enfant, peut-être aussi parce qu’un livre d’enfant qui plaît, c’est un livre qui a été lu et relu. Comme ton « Paris-Pékin par le Transsibérien ». C’est donc un livre qui a une petite musique (encore plus quand le bouquin est lu à voix haute). Elle s’insinue en nous. Elle ouvre des portes beaucoup plus larges, des voyages imaginaires et intérieurs derrière les images et les mots. Qu’ils soient drôles, sensibles ou sérieux. Et c’est génial !
    J’espère que les paysages, que tu découvriras un jour, le long du Transsibérien seront aussi chouettes que tes paysages imaginaires. Perso, j’avais été un tantinet déçue quand j’ai découvert la vraie rue Broca, une rue que j’avais fantasmée après avoir lu et relu Les Contes de la rue Broca (de Pierre Gripari). 😛

  6. @Rod: Ah, ça oui, « Allô la planète » est souvent en fond sonore chez moi le soir… Bon voyage à Tioman!!!
    8)

    @Marie: Oui, plus rares sont mes livres « d’adultes » que j’ai relus avec passion, comme certains de mes livres « d’enfants ». Je me marre devant mon écran, car nous avons manifestement dévoré les mêmes best-sellers de la littérature jeunesse, et je dois avouer avoir connu une déception identique en découvrant la rue Mouffetard… (à cause de « La sorcière de la rue Mouffetard », qui est l’un des « Contes de la rue Broca », si je ne m’abuse)
    🙄

  7. Il y a un film vraiment sympa sur la Chine réalisé dans les années 50 et colorisé.
    « Le cerf-volant du bout du monde »
    Tjs bravo pour les petites bulles… d’air.

  8. Très intéressant…merci. Je conseille aussi un autre livre, celui de Géraldine Dunbar, « seule sur le Transsibérien, 1001 vies de Moscou à Vladivostok », chez Transboréal. Récit très émouvant. A+, Olivier.

  9. @Fabrice: ça ferait un bien beau voyage, ça, la Mongolie… Sinon, j’imagine que pour l’Indonésie, tu parles du prix du vol depuis la Polynésie (où tu vis, si je ne m’abuse)? Pour le mag, oui, j’ai vu et téléchargé il y a déjà un moment… mais pas encore eu le temps de vraiment plonger le nez dedans. Maintenant que je suis en vacances, je vais enfin pouvoir le découvrir tranquillement!!!
    😉
    @ogauthier: Merci aussi pour la suggestion de lecture!
    🙄

    @lePierrot: Tu devrais retrouver un peu de tes propres souvenir dans ce livre…
    🙂

  10. Moi je m’étais renseigné pour rentrer en France en Transsibérien. Pour un Pekin Paris et bien ce n’est pas donné ! Il faut compter 1000€ pour une semaine de voyage, en comptant visa, bouffe et billets. Du coups je rentre en avion 😀

  11. Les livres que nous lisons quand nous sommes enfants nous marquent à jamais.
    C’est Jules Verne et Hergé qui m’ont donné envie de parcourir le monde.

    J’ai relaté mon voyage en transsibérien, ce rêve de gosse, dans ce blog et dans un livre pour que mes enfants plus tard aient un rêve :
    http://transsiberien2008.free.fr/wordpress/

    Henri

  12. C’est vrai que c’est pas donné mais ça doit être un superbe voyage surtout quand on voit les images et les récits des voyageurs !!

  13. @henribo: Merci de ce témoignage et de partager le lien!!! Ce voyage-là en particulier est vraiment une machine à rêve…
    🙄
    @Amandine: Ah, je vois sur ton blog que tu as mis le Transssibérien sur ta « to do list »…
    😉

  14. Les dessins de l’auteur de Mimi Cracra?! Tu sors un sacré gros dossier-là! On était de super copines Mimi Cracra et moi… et j’apprends qu’elle voyage 🙂

    Je craquerais complètement pour cet album. Il faut assumer ce genre de pulsions régressives, non?

    😉

    NowMadNow

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

17 Partages
Partagez11
Tweetez3
Enregistrer3
Partagez