C’est mon dernier émerveillement de photographe subaquatique : des navires engloutis, en Mer Rouge, colonisés par le corail et les poissons. Des plongées spectaculaires !

Plonger sur des épaves

Elle s’appellent Thistlegorm, Giannis D, Carnatic, Numidia. Ce sont quatre épaves imposantes, que j’ai pu photographier en octobre 2016 dans les eaux égyptiennes, en Mer Rouge.

La poupe de l'immense Giannis D, à une vingtaine de mètres de profondeur. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte, octobre 2016)

La poupe de l’immense Giannis D, à une vingtaine de mètres de profondeur. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte, octobre 2016)

Certaines sont assez anciennes : le naufrage du Carnatic remonte à 1869 et celui du Numidia à 1901. La plus récente des quatre, c’est le Giannis D, un vraquier grec qui a sombré en 1983. La plus chargée d’histoire, c’est celle du Thistlegorm, coulé en 1941 par des bombardiers allemands.

Ce ne sont pas mes premières épaves, dans ma vie de plongeuse, mais elles m’ont beaucoup impressionnée, de par leur taille (toutes autour d’une centaine de mètres) et leur bel état de conservation.

Quel niveau ? Ces quatre épaves en Mer Rouge sont accessibles en plongée loisir, à partir du niveau 2 (N2) ou de l’Advanced Open Water (AOW), avec une expérience minimum d’une cinquantaine de plongées. L’idéal est aussi d’avoir une certification Nitrox (air enrichi en oxygène) pour pouvoir maximiser le temps passé au fond.

Comment ? J’ai découvert ces épaves en croisière-plongée en octobre 2016, à bord de l’Exocet. J’ai beaucoup apprécié l’organisation, le confort et l’ambiance sur ce bateau. La croisière mêlait plongeurs photographes et apnéistes. Ces quatre épaves sont des « classiques », au programme de la plupart des croisières-plongée organisées en Mer Rouge. Certaines peuvent aussi se faire en excursion à la journée, comme le Thistlegorm, depuis Hurghada ou Charm-el-Cheikh.

En savoir plus. Si vous lisez l’anglais, vous trouverez plein d’infos sur les épaves de la Mer Rouge et leur histoire sur ce site : The Red Sea Wreck Project.

Les épaves, ce ne sont vraiment pas des plongées comme les autres. Pendant la descente, le cœur bat un peu plus fort, les yeux s’écarquillent, l’excitation va croissant. Et même si ce sont des sites bien connus, beaucoup plongés, déjà explorés, l’ambiance est toujours nimbée de mystère, quand se précise, peu à peu, dans le brouillard bleuté de l’eau, la masse plus sombre d’un immense navire gisant sur le fond…

Le Thistlegorm a été bombardé en 1941. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte, octobre 2016)

Le Thistlegorm a été bombardé en 1941. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

L'épave du Carnatic, la plus ancienne, gît au pied du récif d'Abu Nuhas depuis 1901. (Mer Rouge, Égypte)

L’épave du Carnatic, la plus ancienne, gît au pied du récif d’Abu Nuhas depuis 1901. (Mer Rouge, Égypte)

Là aussi, on se sent tout petit face à l'immense Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

On se sent tout petit face à l’immense Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Cette partie de la coque du Giannis D n'est plus qu'un amas de ferraille. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

À cet endroit, la coque du Giannis D n’est plus qu’un amas de ferraille. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Il y a de la beauté et de l’émotion dans le spectacle offert par ces immenses structures abandonnées au fond de l’eau, devenues des récifs artificiels que s’approprient les poissons et le corail. Mais même quand le temps a passé, la sensation d’être sur le lieu d’un drame est toujours un peu présente.

« Il y a des épaves qui mettent mal à l’aise », reconnaissent Jenny et Niko, nos guides sur l’Exocet. Ils pensent en particulier à celle du Salem Express (où nous ne sommes pas allés), qui est devenue un site de plongée controversé. Ce navire de passagers a coulé en 1991 sur un récif au large de Safaga, avec à bord des centaines de pèlerins égyptiens de retour de la Mecque. Il y avait officiellement moins de 700 passagers et membres d’équipage à bord, officieusement beaucoup plus. Les rapports font état d’environ 470 morts, mais le bilan est vraisemblablement beaucoup plus lourd. De nombreux corps seraient encore au fond de l’épave, qui est considérée comme un sanctuaire.

Concernant les quatre épaves que je vous présente ci-dessous, le naufrage du Carnatic (1869) a fait une trentaine de morts et celui du Thistlegorm (1941) neuf morts, mais ceux du Numidia (1901) et du Giannis D (1983) n’ont fait aucune victime.

Thistlegorm

Type de navire : cargo de la marine marchande britannique. Longueur : 131m. Construction : 1940, à Sunderland (Royaume-Uni). Naufrage : 6 octobre 1941, au large du Sinaï près de Ras Mohamed. Le navire, malgré son canon anti-aérien, a été coulé par deux bombardiers allemands. En route pour le canal de Suez et Alexandrie (Égypte), il transportait du matériel militaire pour les troupes anglaises d’Afrique : des camions Bedford, des chenillettes, des motos, des fusils mitrailleurs, des munitions, deux locomotives… Profondeur : 30m au niveau du sable, 15m pour les structures les plus hautes.

Le Thistlegorm était un cargo britannique. Il a été coulé lors de son quatrième voyage, alors qu'il faisait route vers Alexandrie. (Photo : DR)

Le Thistlegorm était un cargo britannique. Il a été coulé lors de son quatrième voyage, alors qu’il faisait route vers Alexandrie. (Photo : DR)

Des quatre, c’est sans doute mon épave préférée ! C’est Jacques-Yves Cousteau qui, le premier, a découvert et exploré le Thistlegorm, dans les années 1950. C’est aujourd’hui l’épave la plus fameuse de la Mer Rouge. On peut y pénétrer et explorer les cales, qui sont un véritable musée sous-marin de la Seconde Guerre mondiale…

Nous y avons fait deux plongées, mais j’en aurai bien fait une ou deux supplémentaires, tant l’épave est vaste, tant il y a à voir, à l’intérieur comme à l’extérieur… Pour la visiter sans vous mouiller, je vous invite à aller voir cette géniale présentation en 3D, que j’ai trouvée au retour, en faisant des recherches sur le Thistlegorm.

Ci-dessous, quelques-unes des photos que j’ai faites lors de ces immersions vraiment spectaculaires…

Au-dessus du pont supérieur du Thistlegorm, les photographes sont à la fête. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Au-dessus du pont supérieur du Thistlegorm, les photographes sont à la fête. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Le Thistlegorm est une épave spectaculaire, qui fascine les plongeurs. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Le Thistlegorm fascine les plongeurs. (Thistlegorm, Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

L'épave du Thistlegorm est facilement pénétrable. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

L’épave est facilement pénétrable. (Thistlegorm, Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Dans les cales du Thistlegorm, des poissons évoluent autour des motos englouties depuis 1941. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Dans les cales du Thistlegorm, des poissons évoluent autour des motos englouties depuis 1941. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Le Thistlegorm transportait du matériel militaire pour les troupes britanniques en Afrique. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Le Thistlegorm transportait du matériel militaire pour les troupes britanniques en Afrique. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Tout est resté là, quasiment intact. L'épave du Thistlegorm est un véritable musée sous-marin de la Seconde Guerre mondiale... (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Tout est resté là, quasiment intact. L’épave est un véritable musée sous-marin de la Seconde Guerre mondiale… (Thistlegorm, Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Sur le pont supérieur du Thistlegorm, une échelle semble mener vers la surface... (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Sur le pont supérieur du Thistlegorm, une échelle semble mener vers la surface… (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

L'épave du Thistlegorm, immense, est devenue le refuge des poissons. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

L’épave du Thistlegorm, immense, est devenue le refuge des poissons. (Shaab Ali, Mer Rouge, Égypte)

Giannis D

Type de navire : cargo vraquier grec. Longueur : 99m. Construction : 1969, à Imabari au Japon. Lancé sous le nom de Shoyo Maru, il a pris celui de Markus en 1975, puis de Giannis D en 1980 lors de sa revente à l’armement grec Dumarc Shipping & Trading du Pirée. Naufrage : 19 avril 1983. Il s’est encastré droit sur le platier du récif d’Abu Nuhas alors que le capitaine dormait… Le navire avait quitté Rijeka en Yougoslavie (dans l’actuelle Croatie) et après avoir franchi le canal de Suez faisait route pour Jeddah en Arabie Saoudite, avec un chargement de bois. Profondeur : 25 à 27m au niveau du fond, 5m au sommet du portique.

Le Giannis D, avant et après le naufrage... (Photo et illustrations : DR)

Le Giannis D, avant et après le naufrage… (Photo et illustrations : DR)

Il y a quatre épaves sur le récif d’Abu Nuhas (dont celle du Carnatic, que je vous présente plus bas). L’épave du Giannis D, brisée en deux (la poupe a glissé le long du récif des années après la proue) est particulièrement « photogénique » de l’extérieur et lors de mon passage, la visibilité y était excellente. J’aurais aimé, là encore, pouvoir y passer plus de temps et y faire quelques plongées supplémentaires…

L’extérieur m’a enthousiasmée, mais l’intérieur me laisse une impression plus désagréable. Rien de difficile dans la pénétration, mais tout est incliné à 45 degrés, si bien que j’en ai presque eu des vertiges à la limite de la nausée, par moments, avec l’envie d’en sortir au plus vite… Ces couloirs penchés sont vraiment troublants pour le cerveau ! C’est une sensation assez déplaisante, que ressentent beaucoup de plongeurs dans cette épave. Mais les lieux sont vraiment extraordinaires, avec quantité de détails à observer, et je me suis concentrée sur les jeux de lumière.

L'énorme épave du Giannis D gît à une vingtaine de mètres de profondeur, inclinée à 45°. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

L’énorme épave du Giannis D gît à une vingtaine de mètres de profondeur, inclinée à 45°. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

L'imposante masse du Giannis D, à contre-jour, est vraiment impressionnante. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

L’imposante masse du Giannis D, à contre-jour, est vraiment impressionnante. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Dans le sable, gisent les débris tombés du pont du Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Dans le sable, gisent les débris tombés du pont. (Giannis D, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Sur le pont du Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Sur le pont du Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Le Giannis D est parfait pour une partie de cache-cache sous-marine... (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Le Giannis D est parfait pour une partie de cache-cache sous-marine… (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Les poissons sont désormais les maîtres des coursives, cales et salles des machines du Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Les poissons sont désormais les maîtres des coursives, cales et salles des machines. (Giannis D, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Oh là, là, ça penche... J'en ai presque la nausée. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Oh là, là, ça penche… J’en ai presque la nausée. (Giannis D, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Une échelle du Giannis D, délicatement ornée de coraux moux roses. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Une échelle délicatement ornée de coraux mous roses. (Giannis D, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Cette partie de la coque du Giannis D n'est plus qu'un amas de ferraille. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Cette partie  éventrée de la coque du Giannis D n’est plus qu’un amas de ferraille. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Sur le pont du Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Sur le pont du Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Des coraux moux jaunes et rouges se sont fixés sur les structures du Giannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Des coraux mous jaunes et rouges se sont fixés sur les structures. (Giannis D, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Le palier de sécurité se fait sur la partie haute de l'immense GIannis D. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Le palier de sécurité se fait sur la partie haute de l’immense portique. (Giannis D, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Vue sur la timonerie du Giannis D, depuis le sommet du portique. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Vue sur la timonerie du Giannis D, depuis le sommet du portique. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

La proue du Giannis D, énorme. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

La proue du Giannis D, énorme. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Carnatic

Type de navire : navire britannique de transport mixte (marchandises et passagers), à la fois à vapeur et à voile. Longueur : 90m. Construction : 1862, à Cubitt Town, près de Londres. Il a été armé en 1863 par la compagnie Peninsular & Oriental Steam Navigation. Naufrage : 13 septembre 1869. Parti de Suez (le canal de Suez ne sera inauguré que le mois suivant), il faisait route vers Bombay, aux Indes, avec une cargaison et à son bord 230 passagers et membres d’équipage. Lui aussi s’est encastré sur le récif… (Il est juste à côté du Giannis D et il y a deux autres épaves à proximité à Abu Nuhas, c’est dire si l’endroit est dangereux pour la navigation.) Profondeur : 27m au fond, 17m sur la partie la plus haute.

Le Carnatic était utilisé par les Britanniques sur la route des Indes pour le service postal, le transport de passagers et de marchandises. (Illustrations : domaine public & DR)

Le Carnatic était utilisé par les Britanniques sur la route des Indes pour le service postal, le transport de passagers et de marchandises. (Illustrations : domaine public & DR)

L’épave du Carnatic, de prime abord, n’en met pas plein la vue comme les autres. Je l’ai pourtant trouvée particulièrement belle et émouvante. Elle repose tout de même là depuis près d’un siècle et demi…

L’intérieur, avec la lumière bleue qui filtre à travers le squelette métallique concrétionné de la coque et les milliers de poissons de verre toujours mouvants est magnifique !

Le quadrillage métallique du pont du Carnatic compose un étrange damier sous-marin. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Le quadrillage métallique du pont compose un étrange damier sous-marin. (Carnatic, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Les anthias jouent au-dessus du corail qui a colonisé le pont concrétionné du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Les anthias jouent au-dessus du corail qui a colonisé le pont concrétionné du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

D'étranges formes semblent surgir de ce qu'il reste de la coque du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

D’étranges formes semblent surgir de ce qu’il reste de la coque. (Carnatic, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Dans le Carnatic, les poissons de verre sont partout. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Les poissons de verre sont partout. (Carnatic, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Fascinants jeux de lumière à l'intérieur du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Fascinants jeux de lumière à l’intérieur du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Profusion de coraux moux sur cette partie brisée de la coque du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Profusion de coraux mous sur cette partie de la coque du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Je ne me lasse pas d'admirer les bancs de poissons de verre qui se font et se défont inlassablement dans les entrailles du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Je ne me lasse pas d’admirer les bancs de poissons de verre qui se font et se défont inlassablement dans les entrailles du Carnatic. (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Le Carnatic est un immeuble à poissons de verre ! (Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Ce vieux navire est un immeuble à poissons de verre ! (Carnatic, Abu Nuhas, Mer Rouge, Égypte)

Numidia

Type de navire : cargo britannique. Longueur : 137m. Construction : 1901, à Glasgow, en Écosse, pour la compagnie maritime Anchor Line. Naufrage : dans la nuit du 19 au 20 juillet 1901, sur le récif de l’île de Big Brother, pourtant signalée par un phare, lors de son voyage inaugural entre Liverpool et Calcutta, aux Indes. Il transportait du matériel ferroviaire. Profondeur : 15m pour les débris de la partie avant les plus proches de la surface et jusqu’à 80m pour la poupe, inaccessible en plongée loisir.

À gauche, le seul navire identique au Numidia, l'Assyria, photographié ici vers 1905. (Photo : Scottish Maritime Museum) À droite, l'épave du Numidia, qui repose presque à la verticale sur le récif pentu de Big Brother, jusqu'à environ 80m de profondeur.

À gauche, le seul navire identique au Numidia, l’Assyria, photographié ici vers 1905. (Photo : Scottish Maritime Museum) À droite, l’épave du Numidia, qui repose presque à la verticale posé sur la poupe contre le récif pentu de Big Brother, jusqu’à environ 80m de profondeur.

La partie intéressante ne démarre vraiment qu’à partir de 30-40 mètres, du coup, on en profite moins longtemps que les autres épaves (pour les non-plongeurs : plus on descend profond, plus on consomme d’air et donc plus on vide vite sa bouteille). Le Numidia a une allure massive, fantomatique, assez impressionnante. Dire qu’elle est là depuis plus d’un siècle…

Je n’ai pas pris le temps de me faufiler à l’intérieur avec Jenny, notre guide, et ma binôme Françoise, fascinée que j’étais par la profusion des coraux à l’extérieur ! Féérique.

Mais je reste un peu sur ma faim, de ne pas avoir pu m’y attarder davantage. Nous avons choisi de remonter le long du récif de Big Brother, pour faire durer un peu la plongée, dans l’espoir de croiser, au retour, quelques requins longimanes. Les plongeurs tek, équipés pour pousser plus profond l’exploration vers la poupe, raffolent du Numidia.

L'épave du Numidia émerge du bleu, tel un mystérieux navire fantôme. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

L’épave du Numidia émerge du bleu, tel un mystérieux navire fantôme. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

Seules les structures hautes du Numidia, à une trentaine de mètres de profondeur, sont accessibles en plongée loisir. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

Seules les structures hautes du Numidia, à une trentaine de mètres de profondeur, sont accessibles en plongée loisir. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

Le Numidia, comme les autres épaves, est devenu un gigantesque récif propice à la vie corallienne. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

Le Numidia, comme les autres épaves, est devenu un gigantesque récif propice à la vie corallienne. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

Les coraux se sont installés sur le pont supérieur. Numidia (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

Les coraux prolifèrent sur le pont supérieur. (Numidia, Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

La lumière du flash révèle les couleurs dont s'est paré le Numidia. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

La lumière du flash révèle les couleurs dont s’est paré le Numidia. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

Cette cheminée du Numidia est couverte de coraux moux orangés. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

L’extérieur du Numidia est somptueux. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

L'épave du Numidia se dresse à contre-jour sur le récif. (Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

L’épave se dresse à contre-jour sur le récif. (Numidia, Big Brother, Mer Rouge, Égypte)

Ces épaves célèbres de la Mer Rouge étaient toutes inédites pour moi, qui ai plus l’habitude de traîner mes palmes dans les eaux de la zone Indo-Pacifique. Et il y en a quantité d’autres, près desquelles nous sommes passés, et où nous n’avons pas plongé…

La visibilité souvent excellente de la Mer Rouge ajoute au plaisir de la découverte et de la photographie sous-marine : on peut vraiment embrasser du regard les épaves, tenter d’en restituer l’ambiance. Je garde de ces quatre épaves un souvenir émerveillé !

Et aussi… L’épave du Liberty à Bali (Indonésie) reste une de mes épaves favorites, sur laquelle j’ai toujours grand plaisir à replonger, année après année. Récemment, en 2015, j’ai aussi plongé sur l’épave d’un petit avion abattu pendant la guerre du Pacifique, à Raja Ampat (Indonésie) et, il y a bien longtemps, en 2003, j’ai même plongé sur l’Amoco Cadiz, en Bretagne. Et j’ai aussi eu l’occasion d’explorer bien d’autres épaves, petites et grandes, plus ou moins spectaculaires, au fil de mes voyages, en Thaïlande, en Malaisie, aux Maldives…

  Égypte : Mer Rouge - octobre 2016

8 commentaires

  1. La Vieille Semelle

    Wow, ton article me « plonge » deux ans en arrière… 🙂
    Thistlegorm a été une révélation pour moi, première épave de toute ma vie, mon niveau 2 tout juste obtenu…
    Merveilleux. Et tes photos sont superbes !

    Es-tu retournée en Egypte récemment pour plonger ? J’ai l’impression que c’est de plus en plus compliqué pour s’y rendre en avion (mais ça revient à la normale peu à peu, non ?)

    Voyageusement,
    Marie / La Vieille Semelle

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @ Marie / La Vieille Semelle : oui, le Thistlegorm est vraiment une épave exceptionnelle… J’imagine fort bien la forte impression qu’elle t’a faite aussi à l’époque.
      J’étais en Égypte pour cette croisière, comme je le disais dans l’article, en octobre 2016. Rien de compliqué pour s’y rendre, il « suffit » de réserver un billet d’avion… 😉 Rien de particulier à signaler quant au voyage, simplement des contrôles de sécurité très sérieux et très poussés à l’aéroport du Caire, entre le vol international et le vol domestique.
      Le tourisme en Égypte a évidemment beaucoup souffert. Le « bon » côté des choses, c’est qu’on ne se bouscule pas sur les sites de plongée, même les plus réputés comme le Thistlegorm…

      Répondre
  2. Yohan Delalande

    Les photos sont magnifiques! On se croirait dans un autre monde!… Et les véhicules rouillés sont impressionnants! Les bancs de poissons tournoyants autour de vous sont magiques… 😉 Merci Corinne!

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      Yohan : merci ! Oui, sous la surface, c’est vraiment « un autre monde »… 🙂

      Répondre
  3. Anthony

    Salut Corinne 😉
    Superbe ton article ! Maintenant que tu as gouté à l’Exocet, attention tu ne pas plus pouvoir t’en passer !
    J’ai eu l’occasion d’en faire pas mal des épaves en Mer Rouge… Le Thistlegorm plusieurs fois, toujours exceptionnel, chargé d’histoire… Et dire qu’avant la révolution c’était la 2ème épave la plus plongée au monde ! un véritable Jacuzzi… Je pense n’avoir jamais eu plus de 4 bateau en surface, le bonheur.
    J’ai un coup de cœur pour le Ghiannis D… toujours plein de vie… Et l’intérieur est assez déstabilisant. Une fois j’y ai vu des bulles descendre… la surface semblait être à 45° à l’extérieur… bref, je ne savais plus où j’étais !

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Anthony : merci !!! Oui, l’Exocet est vraiment top. Croisière décidée en dernière minute, en voyant passer un post FB de Phil Simha qui disait qu’il restait une place et qui rappelait qu’il y avait mes amis Audrey et Rémy de Blue Addiction à bord en plus…

      Pour moi, plongeuse surtout en Asie, les épaves de la Mer Rouge, c’est une nouveauté, de la découverte… Je suis conquise. D’autant qu’on ne se bouscule pas, à cause du tourisme en berne, sur les sites. En tout cas, je referais toutes ces épaves avec plaisir. Rassurée de voir que je ne suis pas la seule à éprouver des sensations bizarres à l’intérieur du Giannis D… 😉 Vraiment « désorientant », oui…

      Répondre
  4. Christian PIDOUX

    Salut Corinne,
    De beaux souvenirs pour moi (Thistelgorm et Numidia)
    Aussi le Liberty à Bali, mais toujours amoureux de Raja Ampat et de l’Indonésie en général !
    Bises à toi
    Christian

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Christian : de belles découvertes pour moi, ces épaves. C’était seulement ma 2e fois en Mer Rouge… Mais je reste comme toi absolument mordue de l’Indonésie et Raja Ampat (j’y retournerai vraisemblablement d’ici quelques mois)… Des bises
      🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

167 Partages
Partagez150
Tweetez14
+11
Épinglez2