« Surtout, ne reste pas sous les cocotiers », me dit-on quand j’arrive à Triton Bay. Eh oui, le plus gros danger, ici, c’est de se prendre une noix de coco sur la tête !

Un long voyage (encore)

La plage du resort Triton Bay Divers, sur l'île d'Aiduma. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

La plage du resort Triton Bay Divers, sur l’île d’Aiduma. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Ici, c’est l’île d’Aiduma, où je débarque le 8 mars 2016, à la mi-journée, après une quarantaine d’heures de voyage depuis Rennes, en Bretagne… Oui, certains pensent que je suis un peu folle d’accomplir pareil périple, juste pour photographier des poissons et éventuellement me prendre des noix de coco sur la tête…  :lol :

La baie de Triton (Teluk Triton) se trouve dans l’extrême est de l’archipel indonésien, dans la province de Papouasie occidentale. Depuis l’Europe, c’est le bout du monde. C’est là (zoomez / dézoomez la Google Map pour mieux voir) :

L’enquillage d’avions s’est déroulé sans anicroche ni retards notables : Paris – Istanbul – Jakarta pour le premier tronçon international jusqu’en Indonésie (sur Turkish Airlines).

Puis Jakarta – Ambon – Fak-Fak – Kaimana, sur Lion Air et ses filiales (Batik Air et Wings Air) pour les vols domestiques. Depuis Jakarta, il n’y a pas plus simple ni plus direct pour l’instant…

On approche, je n'y tiens plus ! (Indonésie, Papouasie occidentale, mars 2016.)

On approche, je n’y tiens plus ! (Indonésie, Papouasie occidentale, mars 2016.)

Le petit coucou de Wings Air déverse ses passagers sur le tarmac de l'aéroport de Kaimana. (Indonésie, Papouasie occidentale, mars 2016.)

Le petit coucou de Wings Air déverse ses passagers sur le tarmac de l’aéroport de Kaimana. (Indonésie, Papouasie occidentale, mars 2016.)

Le "rutilant" aéroport de Kaimana. (Indonésie, Papouasie occidentale, mars 2016.)

Le « rutilant » aéroport de Kaimana. (Indonésie, Papouasie occidentale, mars 2016.)

Sympa, le comité d'accueil à Kaimana ! (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Sympa, le comité d’accueil à Kaimana ! (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Après avoir atterri à Kaimana, la « capitale » de la région, il ne me reste donc « plus » qu’une heure et demie de traversée en bateau pour rejoindre l’île d’Aiduma et ses cocotiers, dans la baie de Triton… Ouf !

Bienvenue à Aiduma

Évidemment, je suis bien contente d’arriver enfin. Et de découvrir mon nouveau « chez moi » pour une douzaine de jours… Je foule le sable, tout doux sous les pieds, éblouie par la beauté de cette petite anse blottie sous les cocotiers.

La plage du resort Triton Bay Divers, sur l'île d'Aiduma. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

La plage du resort Triton Bay Divers, sur l’île d’Aiduma. (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Mais déjà on me met en garde, avec une insistance bienveillante : il ne faut surtout pas traîner à l’ombre des palmes ! C’est dangereux. « On enlève régulièrement les noix de coco des arbres près de la plage, me dit Jimmy, du resort Triton Bay Divers. Mais il en reste toujours. Évite donc de rester juste en-dessous… »

Ce n’est pas une blague. Tout au long de mon séjour, le choc sonore d’une noix de coco atterrissant sans crier gare sur le sol me fera sursauter bien souvent. C’est gros et lourd, une noix de coco. Et quand ça tombe, ça peut faire très mal…

Mais après un si long voyage, cette île papoue me fait l’effet d’un paradis bien mérité. Une adorable plage de sable blanc et fin. Quelques bungalows de bois tournés vers le large. Une colline couverte de jungle dense à l’arrière. La mer et le corail devant… C’est magnifique !

Waala Beach, la jolie plage de Triton Bay Divers, sur l'île d'Aiduma. Mars 2016.

L’ombre des cocotiers s’allonge sur Waala Beach, la jolie plage du resort Triton Bay Divers, sur l’île d’Aiduma. (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

À droite des bungalows, le petit centre de plongée et les bateaux. (Aiduma, Kaimana, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

À droite des bungalows, le petit centre de plongée et les bateaux. (Aiduma, Kaimana, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

La plage, l'eau turquoise et l'ombre des cocotiers... (Triton Bay Divers, Aiduma Island, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

La plage, l’eau turquoise et l’ombre des cocotiers… (Aiduma Island, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Biodiversité

J’ai voulu une immersion en pleine nature, loin de tout, je l’ai ! Il n’y a plus de réseau mobile ici. Quant à internet, euh… Autant ne plus y penser. Lobo, le village le plus proche, est sur la côte de la Papouasie, à trois quarts d’heure de bateau de l’île d’Aiduma. La côte est sauvage, formée de falaises karstiques spectaculaires. Çà et là, quelques « campements » de pêcheurs. Me voici « obligée » de déconnecter.

Les falaises karstiques, typiques du paysage de Triton Bay. (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Les falaises karstiques, typiques du paysage de Triton Bay. (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

À l’aube et au crépuscule, j’apprends à apprivoiser les mille bruits étranges – cris, sifflements et grésillements – venus de la végétation alentour. C’est le paradis des insectes et des oiseaux (toucans et cacatoès blancs pour les plus visibles). Un matin, très tôt, j’apercevrai même la queue d’un couscous au sommet d’un cocotier potentiellement tueur.

Mais c’est pour la nature sous l’eau que je suis venue jusqu’ici. Comme Raja Ampat, plus au nord, Triton Bay est considérée comme un « hot spot », un point chaud de la biodiversité dans le monde.

Loin des itinéraires touristiques, encore très peu connue, cette baie a été explorée par des biologistes marins de l’organisation Conservation International en 2006. Ils ont observé ici l’étonnant requin marcheur, endémique de la région, et recensé quantité d’espèces rares ou nouvelles de poissons, crustacés et coraux. Une véritable « fabrique à espèces », disent-ils, au sujet de ces eaux qui engendrent tant de formes de vie inédites.

En 2014, les scientifiques de l’expédition Lengguru sont retourner explorer la région. Arte diffuse un documentaire sur leur aventure en ce mois de juin et juillet 2016 :

→ Papouasie, au cœur d’un monde perdu

Dès 2008, la région de Kaimana a établi une zone maritime protégée de 6 000 kilomètres carrés dans les eaux de Triton Bay. Pour y plonger, il faut s’acquitter d’un droit d’entrée de 500 000 Rp (environ 40€). Comme à Raja Ampat, on vous donne en échange un badge à accrocher à la stab (le gilet stabilisateur).

Les coraux mous prolifèrent dans les eaux de Triton Bay. (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Les coraux mous prolifèrent dans les eaux de Triton Bay. (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Les immenses tables de corail de Batu Jatuh. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Les immenses tables de corail de Batu Jatuh. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Profusion à Stumpy Rock... (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Profusion à Stumpy Rock… (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

L'intervalle de surface entre les deux plongées du matin se fait sur une des petites criques de sable de Triton Bay. (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

L’intervalle de surface entre les deux plongées du matin se fait sur une des petites criques de sable de Triton Bay. (Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Plonger à Triton Bay

Triton Bay a été à la hauteur de mes attentes : côté plongée, des fonds sous-marins exceptionnels, incroyablement riches et préservés ; côté ambiance, des vacances très paisibles, très reposantes, loin de la foule touristique et de la fureur du monde…

Mais honnêtement, je ne pense pas que ce soit une destination qui convienne à tous les plongeurs. À Triton Bay, les eaux sont chargées en nutriments, d’où une spectaculaire profusion de biodiversité sous-marine. Le revers, c’est une visibilité extrêmement variable, dans une eau souvent plus verte que bleue : de médiocre (5m) à correcte (15m) pour les sites à l’intérieur, de bonne (20m) à excellente (25m et plus) pour les sites plus éloignés à l’extérieur vers la pleine mer. Et puis ça change tout le temps en fonction de la météo, très variable elle aussi, y compris sur une même journée…

Tiens, la pluie arrive ! (Aiduma Island, Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Tiens, la pluie arrive ! (Aiduma Island, Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Résultat, on doit chaque jour adapter le choix des sites et le type de plongées, en fonction des conditions de la mer, du ciel, de la marée… Et mon dilemme quotidien de photographe, à l’heure du petit-déjeuner, est de décider quel objectif fixer sur mon appareil : grand angle ou macro ?

Aujourd'hui, j'ai mis l'objectif macro pour photographier du "petit". (Triton Bay, mars 2016)

Aujourd’hui, j’ai mis l’objectif macro pour photographier du « petit ». (Triton Bay, mars 2016)

(Oui, c’est dur d’avoir de si graves décisions à prendre en vacances.)

Il faut aussi avoir bien conscience qu’à part la plongée, la baignade et une excursion aux villages voisins, il n’y a pas grand-chose à faire, dans le coin. Mieux vaut donc être d’humeur contemplative, de préférence mordu(e) de photo sous-marine et capable d’un émerveillement de gosse devant les trésors de la nature, pour apprécier Triton Bay comme elle le mérite.

Moi, je me suis régalée : forêts duveteuses de corail noir, explosion de couleurs vives des coraux mous, immenses tables de corail dur, carangues en chasse, tourbillons géants de fusiliers et de chirurgiens, gaterins, requins-tapis (wobbegongs), nuées de poissons de verre, hippocampes-pygmées à gogo, mini-seiches facétieuses et mini-pieuvres photogéniques (wonderpus), crevettes arlequins, nudibranches… Sans oublier les dauphins souvent aperçus du bateau et même (une fois) des baleines…

À noter aussi qu’il ne faut pas envisager d’aller plonger à Triton Bay durant ce qui correspond à notre été. C’est la saison de la mousson d’est (qui court grosso modo de mi-juin à mi-septembre). La région est alors très exposée aux vents et les conditions en mer ne permettent pas de plonger. Le Triton Bay Divers Resort ferme d’ailleurs pendant les mois d’été.

Mon copain le requin-tapis, alias "wobbegong". (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, maes 2016.)

Mon copain le requin-tapis, alias « wobbegong ». (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, maes 2016.)

La visi est mauvaise ? Pas grave, y'a de quoi faire avec le "petit"... (Hippocampes pygmées, Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, maes 2016.)

La visi est mauvaise ? Pas grave, y’a de quoi faire avec le « petit »… (Hippocampes pygmées, Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, maes 2016.)

Les nudibranches abondent à Triton Bay. (Papouasie occidentale, Indonésie, maes 2016.)

Les nudibranches abondent à Triton Bay. (Papouasie occidentale, Indonésie, maes 2016.)

Mon seul regret : qu’il n’y ait pas eu de bagans à proximité, durant mon séjour. Ces plateformes de pêche mobiles, qui remontent des filets débordant d’anchois ou d’autres petits poissons destinés à servir d’appât, attirent les requins-baleines, qui viennent se nourrir autour des prises (comme à Cenderawasih Bay, autre destination connue des plongeurs en Papouasie occidentale). On peut alors s’immerger aux côtés de ces gentils géants des mers (comme je l’avais fait au Mexique) et les admirer de très près. Je n’aurai pas eu l’occasion de le faire ce coup-ci… Dommage.

Loin de tout

Le petit resort Triton Bay Divers où j’ai passé une douzaine de jours est tout récent, il a ouvert en février 2015. C’est la première et (pour l’instant) la seule structure de plongée dans la région de Kaimana, où le tourisme est encore quasi inexistant.

Le resort Triton Bay Divers compte seulement quatre bungalows. Deux autres doivent être construits prochainement. (Aiduma Island, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Le resort Triton Bay Divers compte seulement quatre bungalows pour les clients. Deux autres doivent être construits prochainement. (Aiduma Island, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

La plage de Triton Bay Divers, un jour de vent et grand soleil. (Aiduma Island, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

La plage de Triton Bay Divers, un jour de vent. (Aiduma Island, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Le petit centre de plongée de Triton Bay Divers, tout au bout de la rangée de bungalows. (Aiduma Island, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Le petit centre de plongée de Triton Bay Divers. (Aiduma Island, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Depuis que j’ai découvert Raja Ampat, en 2012, je m’intéresse particulièrement à la plongée en Papouasie occidentale, située en plein cœur du mythique triangle de corail. La lointaine Triton Bay me faisait rêver et m’a longtemps semblée inaccessible. Jusqu’en 2014, il n’y avait que l’option des croisières-plongées (peu nombreuses et de catégorie très haut de gamme pour la plupart). Du coup quand j’ai appris ce projet de resort, je me suis jetée sur leur page Facebook, lancée avant même l’ouverture. Au fil des mois, j’ai alors suivi leurs travaux de construction et d’aménagement du terrain, l’achat des bateaux, l’arrivée des premiers clients… en gardant dans un coin de ma tête le projet d’y faire un tour, un jour prochain !

Derrière ce projet un peu fou d’ouvrir un resort de plongée dans un endroit aussi isolé, il y a Lisa, une Anglaise qui a grandi à Hong Kong, et Jimmy, un Canadien d’origine chinoise qui a vécu à Taïwan. Tous deux professionnels de la plongée, ils rêvaient d’ouvrir un jour leur propre centre et se sont associés.

La devise du resort Triton Bay Divers, c’est « remote but worth it ». En gros : c’est super loin de tout, mais ça vaut le coup ! Je confirme. J’en reviens enchantée. D’autant que j’ai (encore) profité de conditions dignes d’une princesse, sous ces redoutables cocotiers du bout du monde… Eh oui, durant mon séjour, j’étais la seule cliente plongeuse. Qui a donc béatement profité du bateau et des DEUX guides de plongée (des Indonésiens du Nord-Sulawesi, aux yeux de lynx, qui ont entre autres bossé à Lembeh) pour elle tout seule, hein, qui ? ? ? 😀

Andi et Edi, mes deux super-guides de plongée. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Andi et Edi, mes deux super-guides de plongée. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Parfois, mes guides acceptent de jouer les mannequins subaquatiques. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

Parfois, mes guides acceptent de jouer les mannequins subaquatiques. Admirez l’élégance de la pose. (Triton Bay, Papouasie occidentale, Indonésie, mars 2016.)

J’ai vraiment de la chance, comme souvent quand je voyage en solo. J’ai non seulement réchappé aux cocotiers tueurs (ouf !), mais j’ai pu me livrer à une orgie de photos sous-marines sans avoir à me soucier d’une encombrante palanquée… Le bonheur.

👌 😎

Voyage plongée à Triton Bay, Papouasie, Indonésie. Mars 2016.

  Indonésie : Triton Bay - mars 2016

21 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

156 Partages
Partagez145
Tweetez5
+11
Épinglez5