fbpx

Publié le 18 octobre 2015 / Mis à jour le 10 juin 2018

En 2012, j’ai découvert Rangiroa et son spectaculaire rassemblement de requins. Mon rêve : y retourner et plonger aussi à Fakarava, autre spot polynésien mythique pour observer les squales.

Les requins de Rangiroa

Ah, Rangiroa ! C’est le spot le plus connu, le plus légendaire, qui fascine les plongeurs du monde entier. On peut y voir un « mur » de requins, quand le courant est favorable, à l’entrée de la passe de Tiputa.

Requins à Rangiroa... (Photo : © GIE Tahiti Tourisme / Philippe Bacchet)

(Photo : © GIE Tahiti Tourisme / Philippe Bacchet)

Pour ma première immersion, en ce mois d’octobre 2012, j’ai de la chance : les squales, principalement des gris de récif, sont là en nombre, à une quarantaine de mètres de profondeur. C’est une sensation incroyable de pouvoir évoluer en beau milieu du banc. On se sent presque requin parmi les requins !

Le spectacle est à la fois magnifique et… paisible. Les bestiaux nagent dans le courant, indifférents à notre présence. 😲

Pas d’autofocus, pas de photos…

Le cœur battant, je braque mon objectif vers un gros gris pour une première photo… En vain. L’autofocus de mon appareil est resté en mode « manuel » à l’intérieur du caisson étanche ! Impossible de faire une seule image… 😡

Frustrée, je prends tout de même le temps de profiter de cette fabuleuse plongée, juste avec mes yeux, avant de devoir filer avec le reste de la palanquée dans le courant.

Les requins de Rangiroa. (Photo : © GIE Tahiti Tourisme / Philippe Bacchet)

La photo que j’aurais rêvé de prendre… (Crédit : © GIE Tahiti Tourisme / Philippe Bacchet)

Lors de ma deuxième tentative, l’appareil photo fonctionne (j’ai vérifié avant la mise à l’eau). Malheureusement, ce jour-là, le banc est trop profond, dans les 60 mètres. Impossible de descendre parmi les squales, cette fois-ci. En fait de « mur », c’est plutôt un « tapis » de requins…

À Rangiroa, on peut aussi plonger avec les requins au large, dans le bleu, en les attirant avec un « fumet » de poisson. C’est assez impressionnant : je vous invite à retourner voir la vidéo que j’avais postée à l’époque, avec un requin soyeux assez insistant.

Requin soyeux et plongeur. Rangiroa, Polynésie française. Octobre 2012.

Requin soyeux photographié au large de Rangiroa. Polynésie, octobre 2012.

Fakarava, j’en rêve !

Quand je retournerai plonger en Polynésie, outre Rangiroa, je mettrai l’atoll de Fakarava au programme. La passe sud, Tumakohua, a elle aussi son « mur » de requins.

À en croire les commentaires sur les forums et les blogs, le site est tout aussi spectaculaire que celui de Rangiroa et plus facile à plonger… J’en rêve déjà !  😍

700 requins dans la nuit. (Capture d'écran : Arte.tv)

700 requins dans la nuit. (Capture d’écran : Arte.tv)

MISE À JOUR, JUIN 2018. Arte diffuse a diffusé le documentaire 700 requins dans la nuit de Luc Marescot, sur l’expédition menée par le biologiste et photographe sous-marin Laurent Ballesta à Fakarava. Un film passionnant et des images spectaculaires, sur le comportement de ces requins, en particulier la nuit, quand ils chassent. Le lien du replay, disponible jusqu’au 7 août 2018, est ici  → 700 requins dans la nuit, sur Arte.

Voyage en Polynésie - octobre 2012

Polynésie : Maupiti + Rangiroa + Moorea - oct 2012

17 commentaires

  1. ysbilia

    la simple apparition du mot « requin » me fait défaillir; question de sémantique!
    la photo où on en voit 4 en « torpilles » m’impressionne beaucoup, presque des obus sortis d’un mystérieux sous-marin!
    Ceci dit, la photo est magnifique et l’article intéressant. 😉

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Ysbilia : c’est la photo que j’aurais rêvé de faire… Elle est signée d’un autre photographe et m’a été fournie par l’office de tourisme de Tahiti. Elle restitue bien l’ambiance quand on est au milieu du « tapis » de requins. Conclusion : je vais être obligée de retourner là-bas, un jour prochain, pour refaire mes propres images… 😉

      Répondre
  2. LadyMilonguera

    SI j’avais la chance de plonger en pleine mer au milieu d’espèces sauvages, je me tournerais plutôt vers les dauphins ou les baleines… Les requins… je suis admirative !

    Répondre
  3. Didier

    @Corinne : Mon plus grand regret est celui de ne pas avoir pu plonger dans les Tuamotu, et notamment effectuer des plongées « requins » comme c’était prévu à l’origine de mon séjour en Polynésie cette année, pour les raisons que tu sais. 🙁
    Mais, j’espère pouvoir revenir un jour pour faire du snorkeling à Fakarava, je sais que c’est possible, et c’est mieux que rien ! Snif, snif !! 😥
    Donc vas-y vite, pour qu’on puisse profiter de tes belles images ! 😉

    Répondre
  4. robin Maltête

    Je confirme : la passe sud, chez Tetamanu, c’est juste le paradis !
    Le centre est en plein dans la passe, y’a une ambiance d’enfer, et le mur de requins est incroyable. Les coraux sont en très bon état et Eric, le directeur de plongée a des histoires à raconter tous les soirs jusqu’au bout de la nuit.
    J’ai vraiment adoré la passe sud (bien plus que la passe nord où il faut 20 minutes de navigation en semi-rigide avant chaque plongée).
    Je déconseille vraiment le centre « Dive Spirit Fakarava » au nord, qui a été très désagréable avec moi, a refusé de me passer l’appareil photo dans l’eau, avec des conséquences désastreuses : le caisson qui s’ouvre, la perte de l’appareil photo complet. 😡

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Robin Maltête : et moi, je suis allée lire tes impressions sur la folle discussion de Plongeur.com et, en fille qui évite sagement autant que faire se peut de sauter à l’eau avec mon caisson, j’ai pris bonne note de tes recommandations et non-recommandations pour mon futur voyage… 😉 Mille mercis de ce précieux retour d’expérience !!!

      Répondre
      • robin

        tu es courageuse, c’est plus long à parcourir que « amour, gloire et beauté » ! 🙄

    • ingrid

      Bonjour, j’aimerais aussi effectuer cette plongée et avais prévu de passer le niveau 1 ce début d’année mais je me rends compte que ça ne va pas suffire. Vous aviez passé quel niveau pour faire cette plongée ? Si le niveau 2 suffit je le passerai également, sinon je crois que je vais devoir dire adieu aux requins …

      Répondre
      • robin Maltête

        Je suis niveau 4 et 400 plongées au compteur. Je déconseillerais la passe sud de Fakarava à un niveau 1 : les briefings sont assez courts (c’est un euphémisme), il y a beaucoup de courant, ce serait vraiment dommage d’être bloquée à 29m (en polynésie, c’est +9m) et les 700 requins gris d’un coup, ça peut quand même faire peur aux débutants… Enfin, pour moi, cet endroit est une sorte de graal du plongeur, c’est donc plus raisonnable d’avoir déjà effectué pas mal de plongées un peu partout dans le monde avant de l’aborder, sinon la méditerrannée va te paraitre bien fade ensuite…

      • ingrid

        merci pour cette réponse rapide!
        je comprends, mais je suis particulièrement fan des requins..
        et comme c’est dans le cadre de mon tour du monde j’aurai fait pas mal de plongées avant.
        tu parles de Fakarava, c’est pareil pour Rangiroa j’imagine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error:
233 Partages
Partagez132
Tweetez
Enregistrer101
Partagez