Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Photo by Corinne Bourbeillon / PBdA

Ah ! Que j’aime l’épave du Liberty, à Bali. Je retourne régulièrement y plonger, sans jamais me lasser. Elle est si belle…

Treize ans après

Comme le temps passe. Je viens de vérifier dans mes vieux carnets de plongée : ma toute première immersion sur l’épave du Liberty, à Tulamben, dans le nord-est de Bali (Indonésie), remonte… au 28 juin 2002 ! Profondeur atteinte à l’époque : 27,8 m. Alors toute jeune Open Water (premier niveau dans le système de certification américain Padi), j’avais seulement 16 plongées au compteur ! ! !

Juillet 2015. Treize ans plus tard, je suis Rescue Diver (3e niveau Padi, passé en mars 2009), j’ai près de 650 plongées notées dans mes carnets et un encombrant caisson photographique sous-marin dans les mains. C’est mon quatrième ou cinquième séjour dans la magnifique région balinaise de Tulamben / Amed et je replonge sur le Liberty.

Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.

Émerveillement intact, sensations pas émoussées. Tout au long de la semaine, j’enchaîne les plongées sur l’épave, sans me lasser. Comme en 2002, puis en 2008 et encore en 2011 et en 2012… Les années passent, mais à chacune de mes visites, le Liberty ne trahit pas les souvenirs précédents. Le site est toujours aussi beau. Une valeur sûre. J’en pleurerais de bonheur.

Voir aussi → Tous mes articles sur le Liberty à Bali

Car le Liberty est une attraction touristique très (trop) fréquentée. Et ce ne serait pas le premier site à être victime de son succès. Mais jusque-là, tout va bien… Chaque jour, pourtant, des centaines de plongeurs transforment l’épave en jacuzzi avec leurs bulles. Pour éviter la foule, l’astuce consiste à venir plonger très tôt, au point du jour.

Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.

Liberty, l’épave magique

Me voici donc sous l’eau, à nouveau. Après quelques coups de palmes, l’ombre de l’épave se précise. Énorme ! Je mitraille les exubérants coraux mous qui colorent la ferraille. Je tombe nez à nez avec les perroquets à bosse – ils sont toujours là, ô joie ! Je descends dans la zone des 30 m, inspecter la gorgone qui sert de maison aux timides hippocampes pygmées. Je joue avec un banc de poissons de verre réfugiés derrière un bout de tôle. Je transforme mon guide Wayan en ombre chinoise au retour, dans l’encadrement de l’immense gouvernail… Cette épave est magique.

Le site est gigantesque, c’est un terrain de jeu fabuleux, aux charmes inépuisables. Impossible d’être blasé(e) !

Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Les perroquets à bosse du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.

Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.

L’histoire du Liberty

Le navire USAT Liberty, avant de devenir le site de plongée le plus célèbre de Bali, a une longue histoire. C’est un cargo de l’armée américaine, de 125 mètres de long, sorti des chantiers navals de Kearny, dans le New Jersey, en 1918, à la fin de la Première Guerre mondiale, et affecté à des missions de fret transatlantiques. Il accomplit sa première traversée, de New York à Brest, avec une cargaison de chevaux, et effectue plusieurs autres voyages avant son désarmement en mai 1919.

En novembre 1940, le navire repasse sous commandement militaire. Quand les États-Unis font leur entrée dans la Seconde Guerre mondiale en décembre 1941, le Liberty se trouve dans le Pacifique.

À aguche : le Liberty à sa sortie du chantier naval en 1918. À droite, le Liberty en 1941. (Photos : navsource.org)
À gauche : le Liberty à sa sortie du chantier naval en 1918. À droite, le Liberty en 1941. (Photos : navsource.org)

Le 11 janvier 1942, lors d’une traversée entre l’Australie et les Philippines, avec un chargement de traverses de chemin de fer et de caoutchouc, il est torpillé par un sous-marin japonais, à une dizaine de miles nautiques (19 km) au sud-ouest du détroit entre Bali et Lombok.

Deux navires destroyers, l’un américain, l’autre néerlandais, tentent de le remorquer jusqu’au port de Singaraja, sur la côte nord de Bali. Mais le cargo, trop endommagé, prend l’eau. Décision est prise de l’échouer sur la côte est de Bali, à Tulamben, afin de pourvoir récupérer des éléments du navire et sa cargaison. Il reste là, dans la baie, jusque dans les années 1960.

Tulamben est juste au pied de l’impressionnant volcan Agung, qui se réveille début 1963. De violentes éruptions, accompagnées de secousses sismiques, d’explosions, de coulées de lave et de nuées ardentes, font quelque 2 000 morts et une centaine de milliers de sans-abri. Elles font aussi sombrer pour de bon le Liberty, qui se couche sur le flanc et glisse au fond de la baie.

Photos et illustration de l'éruption du Gunung Agung en 1963. (Sources : volcano.si.edu / dgi-indonesia.com)
Photos et illustration de l’éruption du Gunung Agung en 1963. (Sources : volcano.si.edu / dgi-indonesia.com)

Depuis, l’épave, brisée, y gît toujours, entre 6 et 35 mètres de fond, tout près du rivage. Le navire englouti est devenu un récif artificiel, colonisé durant plus d’un demi-siècle par d’innombrables coraux multicolores. Il abrite une faune très riche, où l’on trouve de tout, du plus petit (hippocampes pygmées, nudibranches, poissons scorpions, poissons feuilles, poissons fantômes, crevettes, murènes…) au plus imposant (poissons perroquets à bosse, bancs de carangues, napoléons, quelques requins et tortues…).

Plan du Liberty.

Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.
Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.

Plongée sur l'épave du Liberty. Tulamben, Bali, Indonésie. Juillet 2015.

Voir aussi mes précédents articles de 2008 sur le Liberty :

Plongez sans vous mouiller
Liberty, l’épave la plus célèbre de Bali
L’épave du Liberty en vidéo
J’aime Amed

Spécial photographes subaquatiques : chaque fois que je retourne plonger sur l’épave du Liberty, je m’installe au Liberty Dive Resort, à deux pas de l’épave. Ça permet d’y plonger tôt le matin, et, surtout, ils vous fournissent un guide privé, pour pas plus cher qu’ailleurs. On n’est pas gêné par une palanquée, c’est le grand luxe ! Ce n’est plus le petit resort que c’était, ils se sont beaucoup développés, mais ils sont restés orientés sur le service aux photographes. Sur place, vous pouvez aussi prendre des cours de photo avec l’excellent Jeff Mullins.

→ Voir tous mes articles sur l’épave du Liberty

Pour retrouver tous les articles sur ce voyage, cliquez sur l’image ci-dessous :

Voyage Indonésie 2015

  Indonésie : Lombok + Bali + Bangka - juillet 2015

  1. Ah ! Le Liberty ! J’y ai passé mon AOWD et fait ma première plongée de nuit où les mérous géants profitaient des faisceaux de nos torches pour chasser en jaillissant derrière les écoutilles…
    Merci pour ces excellents souvenirs ravivés par tes photos, magnifiques comme toujours…

  2. Que de souvenirs, avec le Liberty ! Comme toi, y plonge régulièrement (2008, 2012 et 2014), et suis près à y retourner dès demain à l’aube ! ou ce soir ! (les plongées de nuit sur le Liberty avec un bon guide, magique ! la dernière fois, tombé sur tout le groupe de perroquets à bosse dormant dans une cale !). Ou bien le matin à l’aube le même groupe de perroquets postés telle une armée devant la proue, pour nous accueillir. Exceptionnel !
    Merci pour tous tes beaux articles, découvertes ou activateurs de souvenirs des voyages passés. 😉
    Marc

    1. @Marc Thiercelin : avoir un bon guide avec soi, c’est vraiment la clé pour en profiter au mieux… Comme toi, je suis toujours prête à y retourner, n’importe quand ! Je m’aperçois que j’avais été un peu « feignante » en 2011, je n’avais pas posté mes photos sur le blog. Les plongées avaient été épiques, c’était un peu la saison des pluies, avec grosses vagues et conditions pas toujours faciles. Du coup, on était tranquille sur l’épave, il y avait très peu de plongeurs et toutes ses merveilles rien que pour moi et mon guide…

  3. C’est presque un travail d’archéologue! Emouvantes et belles photos remontées du fond des eaux! Grand bravo à la photographe 😉

    1. @Ysbilia : c’est vrai qu’on remonte un peu le temps, avec cette épave… Elle est si grande qu’il y a toujours un nouveau point de vue à découvrir, un nouveau recoin à explorer… 😉

  4. Justice et Liberty !
    Peux-tu me redire quelle est l’autre épave à Amed, atteignable de la plage et pas très profonde ? J’y avais fait du snorkeling.
    Es-tu retournée à Amed sur terre ? Y a-t-il toujours les dragueurs des plages ? 😡 Et les pêcheurs qui partent la nuit et reviennent au petit matin.

    1. @Marie : l’épave dont tu parles est la « Japanese Wreck », petite épave japonaise peu profonde en effet, très chouette pour le snorkeling et la photo macro.
      Je suis retournée à Amed, sur terre, oui. Toujours un bonheur de louer un scooter et de longer la côte, le nez au vent, de crique en crique. Les dragueurs des plages ne m’ont pas embêtée, j’ai été moins impressionnée par eux que par la concentration de touristes français au mètre carré… Du coup, j’ai fui jusqu’à la terrasse du Wawa Wewe II près de Lipah, pour admirer la mer en buvant en Bintang peinarde (je n’étais pas là assez tôt pour voir les pêcheurs rentrer), sans entendre parler français tout autour de moi… 8)

    2. J’y étais allée en septembre et il n’y avait que très peu de touristes. Du coup, les dragueurs et prêteurs de matériel de snorkeling n’avaient pas grand chose à se mettre sous la dent. Sinon, je garde un souvenir émerveillé d’une soirée dans un resto un peu chic, sur une terrasse en hauteur face aux criques, où une jeune Australienne à qui j’avais rendu un service m’avait invitée. La chaleur rafraîchie par le vent, la lune, la mer, l’alcool… 😉

  5. Superbes images !!! En mai dernier, nous n’avons vu qu’une infime partie de l’épave en snorkeling, ce qui nous en a déjà mis plein la vue, mais là je n’ai qu’une hâte c’est d’y retourner en plongée (et peut-être y emmener mon 7D dans quelques années) !

  6. Bravo bravo j’ai fait une dizaine de plongées aussi là-bas et j’espère y retourner, en effet c’est magique….Petit matin départ des perroquets, chasse des murènes et des mérous la nuit…dans mon top 5. Bises 8)

  7. Merci pour cet article, qui m’a donné envie de plonger sur le Liberty ! on rentre de Bali, c’etait notre 2ème séjour et on adore toujours autant Amed tel que tu le décris : scooter cheveux au vent en longeant la côte ! Merci pour ces magnifiques photos sous marine ! j’écris un article sur le sujet avec la vidéo de ma plongée et j’ai mis un lien vers ton article ! bonne journée !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

194 Partages
Partagez192
Tweetez
Enregistrer2
Partagez