Entretien avec Laurent Ballesta

Je ne serai pas au salon de la plongée, ce week-end, mais à la place, j’ai eu le plaisir de publier ce vendredi une interview avec le parrain de cette édition 2014, le plongeur naturaliste Laurent Ballesta.

Plongée sur mon iPad

Je mélange rarement mes publications personnelles sur ce blog et mon boulot de journaliste à Ouest-France, sauf quand le thème d’un de mes articles pour le canard a un rapport avec… la plongée !

Mon interview avec Laurent Ballesta, dans l'édition du soir.

Mon interview de Laurent Ballesta est parue dans l’édition du soir de Ouest-France.

J’avais déjà eu le plaisir de rencontrer François Sarano et Jacques Perrin début 2010, pour la sortie du film Océans. J’avais aussi évoqué en 2008 le hors-série  Au cœur des océans en partenariat avec Océanopolis dans lequel j’avais publié quelques petites photos.

Ce vendredi, je suis ravie d’avoir publié mon interview avec le plongeur Laurent Ballesta, dans l’édition du soir, un nouveau journal numérique, lancé récemment par Ouest-France.

Pour l’instant, on ne peut le consulter que sur iPad, mais les versions pour Android et pour écrans d’ordinateur arrivent très bientôt…

L’homme qui photographiait les cœlacanthes

Laurent Ballesta, c’est l’homme qui a photographié le mythique cœlacanthe, le plus vieux poisson du monde, par 120 mètres de fond, en Afrique du Sud, en 2010 et 2013.

Gombessa : rencontre avec le cœlacanthe, par Laurent Ballesta.Il vient de publier un livre sur ses extraordinaires expéditions, intitulé Gombessa, du nom local du fameux poisson. Un film sera aussi diffusé sur Arte en mai 2014.

Laurent Ballesta est présent au salon de la plongée 2014, qui a lieu au parc-expo de la porte de Versailles, à Paris, jusqu’à ce dimanche 10 janvier. Au programme : exposition, séances de dédicaces, conférences (samedi à 16h et dimanche à 14h).

Biologiste et photographe, il parle de sa quête du cœlacanthe avec une passion communicative. « Ce sont les plongées les plus compliquées de ma vie, les plus engagées, les plus difficiles, m’a-t-il confié. Vous vivez 30 minutes incroyables avec l’animal, par 120-150m de fond, et ces minutes-là valent une éternité… » Mais après, il faut encore se cogner dans les 4 heures 30 de paliers avant de pouvoir repasser la surface…

😮 😱

Laurent Ballesta pendant l'expédition Gombessa, en Afrique du Sud, fin avril 2013. (Photo : Andromède Océanologie)

Laurent Ballesta pendant l’expédition Gombessa, en Afrique du Sud, fin avril 2013.
(Photo : Andromède Océanologie)

Il a décidé de ne pas se contenter de publier un beau livre de photos, sur l’aventure du projet Gombessa, mais aussi d’écrire à la première personne. « Je me considère comme un photographe animalier, mais j’ai voulu accompagner mes images d’un récit, comme on raconte un long voyage. Le cœlacanthe, c’est un rêve très personnel, que j’ai au fond de moi depuis tellement d’années… J’ai essayé de trouver un juste milieu entre l’insipide et l’impudeur, entre l’histoire naturelle et l’histoire vécue. »

Je n’ai pas encore lu le livre, mais notre conversation m’a donné très envie de plonger dedans ! ! !

À part ça, devinez où va bientôt aller plonger Laurent Ballesta ? À Raja Ampat ! ! ! Je crois même qu’il reste quelques places sur l’une des deux croisières photos organisées avec lui fin janvier – début février 2014, à bord du bien-nommé Waow (les infos sont ici sur Facebook).

Entre deux voyages

6 commentaires

  1. Didier LARIVE

    @Corinne : Moi non plus je ne viendrai pas au salon de la plongée, mais tu sais pourquoi ! 😳
    Vivement que je puisse lire tes « éditions du soir » autrement que sur Ipad, car je n’ai pas de tablette, et du coup, il y a pleins d’articles qui m’intéressaient et que je n’ai pas pu lire ! Je vais donc patienter !

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Didier : oui, hélas… 😕
      Je fais partie de la petite équipe qui a lancé l’édition du soir. Nous n’en sommes qu’au tout début, les choses s’améliorent petit à petit, sur le plan technique notamment. Pour l’instant, on ne publie que deux numéros par semaine et seulement sur iPad. À terme, on devrait paraître tous les jours du lundi au vendredi, et être disponible sur tous les supports. Patience, patience, c’est un « work in progress », comme on dit !

      Répondre
  2. Sema

    C’est dommage, les titres sont rognés sur mon navigateur, est ce que cela fait pareil partout, car du coup, le reportage est bien mais je peux pas tout lire

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Sema :je ne voyais pas du tout ce que tu voulais dire, jusqu’au jour où j’ai consulté mon blog, tout en étant loguée sur Facebook en tant que « page » (pas en tant que « profil » de personne). Du coup, ça fait apparaître, à la place du bouton de partage qu’il y a au-dessus et en-dessous de mes articles, un carré proposant de quitter le profil de page pour « basculer » vers le profil de personne. Ce carré casse la mise en page de mes articles sur le blog en faisant des marges qui tronquent les titres et le reste… Je vais me pencher sur le problème un jour prochain. Pour lire l’article correctement, bascule en mode profil de personne sur FB, ou bien déconnecte-toi de FB.

      Répondre
  3. Planete Maneki

    120, 150 mètres… Ça donne des frissons. Des plongées hors du commun avec des moments magiques à la clé.

    J’avais déjà lu une interview de Laurent Ballesta concernant ses 2 expéditions en Afrique du Sud. En revanche, il va falloir que je me penche sur ce livre qui a l’air magnifique avec une « vraie » histoire dedans.

    Votre interview est-elle toujours disponible en ligne ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

37 Partages
Partagez
Tweetez21
+115
Épinglez1