Publié le 13 octobre 2013 / Mis à jour le 25 novembre 2017

Tout n’est pas que fonds multicolores, dans l’archipel de Derawan… Autrefois réputées, les îles de Sangalaki et Maratua ne sont plus, en 2013, les fabuleux spots de plongée qu’elles étaient.

Sangalaki sans les raies-mantas

Il y a quatre ans, en juillet 2009, j’avais accompli une première fois le long voyage jusqu’à l’archipel de Derawan, sur la côte orientale de Bornéo, pour voir les raies mantas de l’île de Sangalaki.

La rencontre avec ces gracieuses géantes, à l’époque, était quasiment certaine, en snorkeling (palmes-masque-tuba) comme en plongée-bouteille. Je peux en témoigner, du moins pour la période de juillet, quand j’y étais. Les raies mantas vivaient là, autour de l’île.

Raie manta à Sangalaki (Bornéo, Indonésie, juillet 2009).

Raie manta à Sangalaki (Bornéo, Indonésie, juillet 2009).

D’autres voyageurs m’avaient fait rêver et m’avaient décidée à entreprendre le périple :
→ Rêves de mantas

Ayant suivi leurs traces, j’ai moi aussi conservé un souvenir ébloui de Sangalaki. Le spectacle était magique. J’en ai parlé ici, dans ces posts, publiés en 2009 :
Les raies mantas de Sangalaki
Excursion à Sangalaki

Hélas, en 2013, il n’y a plus rien à voir. Les mantas de Sangalaki ont disparu.

😢

Sangalaki Island. Bornéo, Indonésie, juillet 2013.

L’île de Sangalaki. (Bornéo, Indonésie, juillet 2013)

Sangalaki Island. Bornéo, Indonésie, juillet 2013.

Sangalaki Island. Bornéo, Indonésie, juillet 2013.

J’avais déjà quelques craintes, en préparant ce nouveau voyage de 2013 dans l’archipel de Derawan…

J’étais tombée sur divers comptes rendus de plongeurs, sur internet, disant que Sangalaki ne présentait plus guère d’intérêt. Les chanceux ayant récemment rencontré une raie manta là-bas sont plutôt rares.

Sous l'eau à Sangalaki. Bornéo, Indonésie. Juillet 2009.Lors de ce séjour de juillet 2013, je n’ai fait qu’une sortie à Sangalaki. Mais même si j’en avais fait dix, je ne crois pas que j’aurais rencontré de raies mantas. Nos guides du Derawan Dive Lodge n’étaient pas trop pressants pour nous y emmener, sachant bien que nous serions déçus…

Nous avons en effet erré près d’une heure au-dessus du sable, des petites patates de corail et des débris de corail mort, en vain.

Je me suis donc contentée de « promener » mon 7D sous l’eau, pour pas grand-chose. Et faute de mantas, j’ai servi de modèle à un autre photographe sub – Bambang, un Indonésien très sympa, venu passer quelques jours de vacances dans le coin, avec sa femme et des amis.

Que s’est-il passé en quatre ans ? Pourquoi n’y a-t-il plus de raies mantas ? Nos dive-guides restaient évasifs au début, prétendant qu’on pouvait encore voir des raies mantas, quand il y avait du plancton… (Sauf que la dernière fois qu’ils en avaient vu une, cela remontait à près d’un mois et c’était depuis le pont du bateau.) Bref, ils ont fini par convenir que les mantas du coin avaient vraisemblablement toutes été pêchées, ou presque.

En fait, les raies mantas (et mobulas) sont victimes du récent engouement du marché chinois pour leurs branchies, qui sont considérées désormais comme un mets de choix – prétendument bénéfique pour la santé – au même titre que les ailerons de requins…

Petit résumé explicatif à lire sur 20minutes.fr :
Le soupe de raie manta pourrait causer l’extinction de l’espèce
Pour en savoir plus, vous pouvez visiter ces pages sur le site Mantatrust.org (en anglais) :
Gill Plate Trade
Manta Fisheries
À lire aussi, cet article récent sur le site Stopsharkfining :
Manta Rays in Trouble from Overfishing

C’est une chose de lire des articles sur l’extinction en cours des raies mantas. C’en est une autre d’en faire l’expérience concrète, à ma modeste échelle de touriste-plongeuse, sur le site de Sangalaki…

😠

Maratua Channel

Non loin de l’île de Sangalaki, l’archipel de Maratua est vraiment magnifique.

Je n’ai fait que prendre quelques photos de loin, depuis le bateau. Villages traditionnels avec maisons sur pilotis, va-et-vient des petites barques de pêche sur les flots azur… La vie semble bien paisible, ici.

Archipel de Maratua, Bornéo, Indonésie. Juillet 2013.

Archipel de Maratua, Bornéo, Indonésie. Juillet 2013.

Archipel de Maratua, Bornéo, Indonésie. Juillet 2013.

Archipel de Maratua, Bornéo, Indonésie. Juillet 2013.

Mais j’ai été déçue par les fonds sous-marins de Maratua. On y trouve beaucoup de corail mort et assez peu de vie – à l’exception notable du bien nommé Turtle Point, où l’on rencontre à coup sûr et en grand nombre des tortues, parfois très grosses.

La fameuse passe de Maratua, traversée par un courant très fort – en principe gage de vie sous-marine abondante et de bancs de poissons frétillants – ne mérite plus son surnom de « Big Fish Country ».

En cause, la pêche à la dynamite – encore pratiquée aujourd’hui. Plusieurs fois, lors de nos plongées à l’île voisine de Kakaban, nous avons entendu des explosions sous l’eau…

Lors de ce séjour de 2013, j’ai fait six plongées à Maratua, très inégales et jamais exceptionnelles…

Parmi les belles rencontres : un minuscule banc de barracudas à queue jaune dont j’ai réussi à faire quelques photos (ci-dessous) ; un banc de barracudas un peu plus gros mais aperçu de trop loin, dans le bleu ; et un imposant banc de perroquets à bosse, dont j’ai capté tant bien que mal la progression en vidéo, dans un brouillard de sable et de débris soulevés par leur razzia sur le récif (je ne vous la mets pas ici, la qualité est vraiment pourrie).

Barracudas à queue jaune. Maratua, Bornéo, Indonésie. Juillet 2013.

Barracudas à queue jaune. Maratua, Bornéo, Indonésie. Juillet 2013.

Mais lors de nos plongées, pas de requins, pas de bancs de carangues, pas de tourbillons de poissons – rien d’exceptionnel question « gros ».

Bref, une grosse déception – y compris pour nos guides, qui semblait espérer mieux. Les rencontres spectaculaires sont peut-être encore possibles à Maratua, mais il faut sans doute avoir plus de chance que je n’en ai eu…

Je vous recopie ci-dessous ce que j’ai noté dans mon carnet de plongée, lors de mon ultime immersion au Maratua Channel : « Décevant. Rien. On est resté longtemps à attendre dans le courant froid, avec nos crochets, de voir quelque chose… Rien de rien. Juste une tortue en fin de plongée. »

Conclusion

Certes, je suis contente d’être retournée à Derawan, pour les tortues, pour l’incroyable lac aux méduses de Kakaban, et son tombant plein de vie.

Mais à des plongeurs en quête de sensations fortes et de grand spectacle, je dirais que Sangalaki et Maratua ne valent sans doute plus la peine d’accomplir un si long périple.

La pêche à la dynamite et la surpêche ont déjà causé de gros dégâts dans cette zone. Et ça ne va vraisemblablement pas s’arranger dans les années à venir…

😔

Voyage en Indonésie et Malaisie : Bornéo - juillet 2013

Bornéo : Indonésie + Malaisie - juillet 2013

32 commentaires

  1. Didier

    @Corinne : J’imagine ta déception….Quelle tristesse cette pêche à la dynamite 🙁 Après les ailerons de requins, maintenant ce sont les branchies des mantas ! Et s’il n’y avait que cela….C’est la raison pour laquelle j’ai bien l’intention de continuer à parcourir notre belle planète, pour la découvrir, tant qu’il est encore temps ! Ce n’est pas que je suis pessimiste, mais tout de même ! Bon, rien n’est perdu, et j’espère que bientôt tu nous ramèneras encore de belles images, comme tu sais si bien le faire 🙂

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Didier: Je me dis qu’il vaut mieux, parfois, ne pas revenir sur certains lieux…

      Ceci dit, j’ai enchaîné avec Sipadan, ensuite. C’était ma 3e fois là-bas, et là je n’ai pas été déçue. Tu verras, j’ai ramené des images qui font faire « waooow »…
      🙂

      Mais Sipadan est une zone protégée, ce qui n’est pas le cas de l’archipel de Derawan (hormis pour les tortues).

      Répondre
  2. Pit

    Salam Corinne,

    Ton article confirme et reconfirme ce que d’aucuns m’ont dit, mon Dieu quelle tristesse !
    J’ai le souvenir de très beaux fonds à Sangalaki, avec énormément de vie marine même sans les mantas, qu’en est-il ? tu parles de corail mort partout ???
    Bizzzzzzzzz
    Ah, j’oubliais : même quand il n’y a rien à photographier, tes images sont belles !

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Pit: Je suis contente que tu aies laissé un petit mot, toi qui fus l’un des inspirateurs de mon premier périple là-bas… 😉

      À Sangalaki, déjà en 2009, je me rappelle que le fond sablonneux semé de quelques patates de corail où nous avons rencontré les mantas, n’avait rien d’extraordinaire. Actuellement, ça n’est pas mieux… Pas que du corail mort, mais rien de bien folichon. On rencontre la petite faune tropicale habituelle, çà et là, au gré des patates et de petits bosquets de corail, des éponges, etc. Mais pas de quoi s’extasier.

      À Maratua, il n’y a pas que du corail mort, ça dépend des endroits. On trouve çà et là quelques belles gorgones, des tables de corail, des amas coralliens avec un peu de vie (la petite faune tropicale habituelle)… Mais rien d’exubérant ni de foisonnant. L’entrée même de la passe, en revanche, est bien triste, avec du corail mort partout…

      Tu as eu la chance de découvrir cet endroit avant que ça ne se dégrade…

      Répondre
  3. Ludovic/Wet&Sea

    Bon ok, circulez y a rien à voir. 😡

    D’un autre côté : merci, ça m’évitera le détour! Pour ne rien te cacher, le trajet ne me disait rien qui vaille, et ton article me le confirme, Les vacances sont toujours si courtes et j’ai tant à faire à retourner sur des endroits qui en valent vraiment la peine (Dans la série « endroits à ne pas y retourner », j’ai perdu 4 jours à Maumere cet été 😕 ).

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Ludovic/Wet&Sea: Yep, connaissant un peu tes goûts et exigences en matière de voyages et de plongée, je ne te conseille pas le détour… Quitte à aller jusqu’à Bornéo, mieux vaut passer un peu plus de temps à Sipadan.

      Quant à Maumere, c’est sûr, je ne le mettrai pas dans mes top sites. Mais j’avais tout de même bien aimé mes plongées là-bas, plus riches que ce à quoi je m’attendais, en fait. Et contrairement à toi, je n’ai pas eu l’impression d’y avoir « gâché » du temps de vacances. Disons que dans le cadre d’une découverte de Flores, avec Komodo en point d’orgue pour la plongée, ça vaut la peine. Si c’est juste pour Maumere, un si long trajet ça ne vaut pas la peine, c’est sûr…

      Répondre
      • Ludovic/Wet&Sea

        Mon allusion à Maumere, c’est que ça s’est encore dégradé. J’y étais passé il y a 3 ans avec le sentiment que j’avais probablement raté des choses, mais cette année c’était un vraiment misérable côté poissons. 😯

        Le point positif c’est que je me suis ramené un litre de « madu asli Flores », y a pas meilleur au monde que ce miel de caféier sauvage 😛 … mais bon j’aurais pu rester 3 jours de plus à Alor, qui m’a plutôt fait bonne impression une fois accoutumé aux courant délirants.

      • Corinne Bourbeillon

        @Ludovic/Wet&Sea: navrée d’apprendre que Maumere perd en qualité, question plongée… J’avais plutôt bien apprécié mes plongées là-bas, en 2011. -> http://petitesbullesdailleurs.fr/2011/07/10/fish-soup/
        -> http://petitesbullesdailleurs.fr/2011/07/15/nudibranches-et-bizarreries-a-maumere/

        Je ne retournerai sans doute pas à Maumere, mais je pense qu’Alor mérite un retour. J’ai investi dans de nouvelles palmes, suis bien plus fortiche qu’avant dans le jus…
        :mrgreen:

    • mat33120

      Dans les endroits qui méritent le détour après raja ampat, il y a Ambon. Aussi bien que lembeh, avec 10 fois moins de plongeurs. Ludovic, tu as le bonjour de robert du blue Rose.

      Répondre
  4. manta

    Merci pour ce CR Corinne. De bien belles images au dessus de l’eau… mais donc un long périple que je ne vais pas effectuer quoique laissent miroiter les croisiéristes et centres de plongée… ton ressenti est bien plus fiable.
    Comme c’est désolant… manger de la raie manta…. devra-t-on un jour se dire qu’on a eu la chance d’en admirer?

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Manta: très franchement, je ne conseillerais pas le voyage juste pour la plongée, sauf à être un fou de tortues…

      Pour le reste, Derawan est sympa pour la muck-dive, mais l’île ne s’arrange pas non plus, question gestion des déchets. C’est devenu une destination très populaire aussi pour les touristes indonésiens, il y a de plus en plus de monde, avec de nouvelles guesthouses, petits restos et boutiques. L’ambiance du village est restée sympa, mais cette affluence a évidemment des répercussions sur l’environnement immédiat de l’île, avec de plus en plus de détritus accumulés à certains endroits sous les maisons à pilotis. Certains touristes occidentaux, qui débarquent naïvement sur ce qu’ils avaient imaginé être une île immaculée, tombent de haut…

      Kakaban, elle, est inhabitée et a encore un côté sauvage et préservé. J’ai trouvé Kakaban très chouette pour la plongée, et nous y avons vu pas mal de trucs, dont plusieurs fois des raies aigles.

      Maratua et Sangalaki en revanche n’offrent plus ce que vantent encore certains tour-opérateurs de plongée… Déjà, en 2009, un dive-master rencontré à Derawan, qui avait bossé pour un ressort chic de Maratua, m’avait expliqué que l’entrée de la passe avait été dynamitée et que ce n’était plus comme avant. À l’époque, je n’avais pas plongé à Maratua, faute de temps et de réussir à affréter un bateau, je ne peux donc pas comparer comme avec Sangalaki. Mais ce que j’en ai découvert quatre ans plus tard me confirme que ça ne s’est pas arrangé.

      Oui, c’est désolant de se dire qu’on a peut-être vu des trucs sous l’eau qu’on ne reverra sans doute plus que rarement. En mars, l’organisation CITES a réussi a faire inscrire deux espèces de raies mantas sur la liste des animaux protégés, mais je ne vois pas trop comment faire concrètement respecter ce genre de décision…
      http://www.mantatrust.org/cites-victory-a-ray-of-hope-for-mantas/
      😐

      Répondre
  5. Denise Vignacq

    Bonjour Corinne
    Je reviens d’une semaine plongée du Raja Ampat sur l’île de Kri , c’était paradisiaque! J’avais lu tous tes articles avant de partir pour me faire encore plus rêver.et j’ai retrouvé la bas les mêmes impressions décrites dans tes articles. Je pense y retourner très vite, vraiment féerique …..
    J’y ai rencontré un hollandais archéologue sous marin qui avait écumé la planète et qui pour lui Maratua et les îles alentours, faisait parti des plus beaux sites de plongées, qu’il fallait à tout prix explorer, mais lui aussi y est allé il y a 4 ans. Je pensais m’y rendre , mais vu tes commentaires, et le long voyage, c’est sur je vais envisager une autre destination, mais toujours vers l’Indonésie.
    Merci pour tous tes récits de voyage c’est vraiment super, les photos et les vidéos. En tout cas cela ma bien servit, merci, merci….

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Denise: Ah, Raja Ampat est de loin l’endroit le plus extraordinaire que j’ai pu découvrir durant ma vie de plongeuse. Je voudrais y retourner aussi, mais je vais devoir attendre un peu, le temps de réunir à nouveau le budget nécessaire. Ravie de savoir que tu as autant apprécié que moi !!!
      🙂

      Une partie de la zone est protégée à Raja Ampat, ce qui permet peut-être d’espérer que l’endroit reste aussi beau qu’il l’est. Mais entre les exploitations minières qui se développent tout autour, le joug militaire des Indonésiens sur la Papouasie occidentale, les appétits de différentes nations pour les ressources du coin, et le développement anarchique du tourisme qui menace, on peut craindre de voir l’environnement se dégrader aussi d’ici quelques années, hélas…

      Quand je vois ce à quoi ressemblent aujourd’hui les fonds Sangalaki et Maratua, j’ai peine à imaginer que cela était aussi exubérant qu’à Raja Ampat…

      Si tu vises l’Indonésie, les fonds de l’archipel de Komodo sont eux aussi fantastiques. Sinon, côté malaisien de Bornéo, Sipadan vaut toujours le détour… Je vais en parler bientôt.
      😉

      Répondre
  6. Guénot Yves

    Merci Corinne pour ce nouvel article , je comprends ta déception ( voir ta colère) , merci de dénoncer ces dérives !!! Il faut boycotter ces lieux et faire comprendre que la nature rapporte plus quand on la préserve !!!
    Encore 2 mois et quelques avant notre départ pour Rajat Ampat …On affute nos palmes et notre matériel photo !!!
    Amitié
    Yves

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Yves: hélas, je pense que les gars qui jettent de la dynamite dans la flotte ou les bateaux asiatiques qui pêchent des raies mantas se fichent bien de savoir que quelques touristes occidentaux veulent boycotter l’archipel de Derawan…

      Sur place, le programme de protection des tortues marche bien au moins. Les problèmes de surpêche sont bien plus complexes. Il y a d’énormes intérêts en jeu, à l’échelle mondiale, qui dépassent le seul horizon de ce petit archipel indonésien…

      Bons préparatifs pour Raja Ampat. Tu vas voir, c’est vraiment incroyable.

      Répondre
  7. Mélissa

    Mais quelle tristesse, Corinne… Outre la déception que tu dois éprouver, j’imagine la colère devant les dégâts causés par ce genre de pêche. Le pire, c’est que ces pêcheurs agissent contre leur propre intérêt en pillant leur propre ressource.
    Y a t’il aiu moins un embryon de programme de pêche plus responsable? Parce que la situation va devenir critique assez rapidement.

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Mélissa: je doute fort que les pêcheurs locaux pensent aussi loin que toi, ni que les grosses compagnies de pêche asiatiques se soucient d’être responsables…

      Le programme local pour la protection des tortues marche bien. Mais il faudrait que la zone soit un parc naturel protégé pour espérer améliorer un peu les choses dans l’archipel de Derawan.

      Nos considérations d’Occidentaux bien-pensants et soucieux de l’environnement sont, je le crains, bien naïves et bien vaines, à l’échelle d’un archipel aussi vaste que l’Indonésie, tourné vers plusieurs mers et océans…

      Répondre
  8. pauline

    Bonjour,
    Super blog!
    Je suis étonnée de ce que tu dis sur les fonds dans l’archipel, nous avons passé une semaine à Maratua cet été, et cela fait partie des plus beaux fonds qu’on a vus en Indonésie (et pourtant on en a vus!). Maratua, c’est vraiment le rêve (mais très roots parce que no touristes), et on a adoré! Mais il faut dire qu’il faut aller du coté du lagon pour les meilleurs spots de plongée: les spots se suivent sans discontinuer, des jardins de corail comme j’en ai jamais vus, et tous les poissons possibles… sans les raie manta malheureusement car elles sont moins nombreuses…
    si jamais tu veux aller voir mon blog…
    http://paulinemoussa.blogspot.fr/p/kalimantan-2013-venir.html
    Pauline

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Pauline: un jardin de corail dans un lagon, souvent sympathique à découvrir en snorkeling, ne reflète pas toujours la réalité d’un récif à l’extérieur, côté mer ou océan.

      À Kakaban, certaines portions du récif étaient superbes, d’autres beaucoup moins.
      À Sangalaki, il y avait des patates de corail au milieu du sable autour de l’île, mais pas beaucoup de vie et aucune raie manta à passer…
      Et à Maratua, le peu que j’ai vu du récif m’a déçue, en effet… Mais je n’ai pas plongé ni snorkelé côté lagon. Ravie d’apprendre que tu as eu une bien meilleure expérience que moi !
      🙂

      Répondre
  9. Jeannot

    Merci pour ce bel article Corinne, d’un archipel où j’étais il y a 5 semaines encore.
    Ayant parlé avec Yann (de Marseille) quelques jours avant mon départ je ne m’attendais pas à voir de Manta (c’est pourtant ce qui a décidé de mon voyage là-bas à la base). Mais je ne pensais pas être déçu par Derawan. Et pourtant… J’ai donc fuit pour me retrouver à Maratua, où j’ai passé 10j de rêve. Je te rejoins totalement pour le récif, rien d’exceptionnel, hormis les très nombreuses tortues à Turtle point. Mais cette ile recèle plusieurs trésors, à savoir « la vie bien tranquille » que tu décris parfaitement. La photo que tu as prise est le village de Payung-Payung, où la tranquillité, le respect et l’entraide sont vraiment les maitres-mots ! Et je les pèse, mes mots. Pour quelqu’un en quête d’authenticité et de Paix ce village est parfait (nous étions deux touristes en octobre sur l’île, Bahasa quasi obligatoire). Bohebukut aussi, Bohesilian déjà moins, du fait de la proximité avec l’hôtel. Le deuxième trésor est les nombreuses grottes cachées (pour certaines très très cachées) au milieu de la forêt. Et ça vaut vraiment le coup. Il y a aussi un lac similaire mais beaucoup plus petit qu’à Kakaban, avec des méduses non-urticantes. Pour finir et comme le dit très justement Pauline si l’île tente certains des lecteurs c’est maintenant qu’il faut y aller, avant la fin de la construction du petit aéroport mais surtout des nombreux hôtels qui vont voir le jour.

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Jeannot : oh, mille mercis pour ce petit compte rendu !!! Ça fait plaisir d’avoir le récit d’autres expériences. Et je suis ravie d’avoir le nom du village (j’avais demandé, mais j’ai oublié entretemps). Enfin, aussi un grand merci pour le complément d’infos pour la plongée (ça conforte mes impressions) et quant à l’aspect « touristique » du coin…

      Oui, Derawan n’est plus aussi paisible qu’avant, mieux vaut se réfugier ailleurs si on souhaite être vraiment peinard et retrouver une vraie ambiance « village ». J’adore la précision : « bahasa quasi obligatoire »…
      😉

      Répondre
  10. riggi didier

    super ton commentaire sur derawan et sangalaki.mais il m’a bien refroidi moi qui avait le projet de preparer un voyage en avril 2014 pour cette destination voilà que je suis profondément déçu!!!je vient de rentrer de mon dernier trip a sumatra sur l »ile de pulau weh,trés belle plongée en profonde et beaucoup de big fish.du coup pour mes futures aventures j’hésite entre komodo,irian jaya,sulawesi,ambon ou sipadan.sachant que je recherche de la raie manta,du requin et du beau corail.j’ai beaucoup plongée sur les philippines,la thailande et bali.et j’aimerai un site exeptionnel ou je n’ai pas l’impression d’arriver trop tard.si tu peut me conseiller je t’en remercie par avance.

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Didier : Hélas, l’archipel de Derawan-Kakaban-Sangalaki-Maratua n’est plus ce qu’il a été, j’en ai peur. Les raies mantas ne sont plus « garanties » du tout à Sangalaki et le reste, j’en ai parlé dans mes différents articles : il y a de belles plongées à Kakaban, Derawan vaut pour la muck-dive et les tortues, quant à Maratua je n’y ai rien vu d’exceptionnel…

      Comme toi, je garde de bons souvenirs de Pulau Weh. Des sites un peu « profonds » mais qui valent la peine.

      Pour voir des mantas et des requins, avec poiscaille à gogo et corail somptueux : Raja Ampat (dans la province de Papouasie occidentale, anciennement appelée Irian Jaya par les Indonésiens) et Komodo. Vérifie les saisons, peut-être, pour les raies-mantas…
      J’en ai vu en plein :
      – en mars à Raja Ampat -> http://petitesbullesdailleurs.fr/2012/04/22/manta-raja-ampat-papua-video/
      – en juillet à Komodo -> http://petitesbullesdailleurs.fr/2012/02/05/raies-mantas-komodo-indonesie-video/

      Je considère Sipadan comme étant un spot exceptionnel aussi (voir mes récents articles sur mon séjour de juillet 2013), on a l’impression qu’il y a une usine à requins et tortues dans le coins, mais il n’y a pas de mantas.

      À titre indicatif, mon petit top 3 perso, dans la région Asie / Indo-Pacifique :
      1 – Raja Ampat
      2 – Komodo
      3 – Sipadan

      Après, c’est fonction du budget, du temps disponible, etc. etc. Si tu peux te permettre de casser ta tirelire, je recommande chaudement Raja Ampat, j’en suis revenue éblouie. Voir mes deux voyages là-bas :
      Mars 2012 -> http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-raja-ampat-bali-indonesie-2012/
      Juillet 2012 -> http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-alor-raja-ampat-indonesie-2012/

      Bons préparatifs !
      8)

      Répondre
  11. Delphine

    Bonjour Corinne
    Mon conjoint et moi nous sommes tombés sur ton blog juste avant de partir aux iles Derawan fin novembre, pour un voyage organisé par des amis à nous et déjà payé depuis longtemps…. donc plus question de reculer !
    Mais après lecture de ton blog on est parti tous tristes, en regrettant déjà notre voyage….
    Le bilan est mitigé. Sur l’ile de Derawan même, plus qu’une seule plongée intéressante (les autres sont dynamitées), celle de la jetée, que l’on a donc fait plusieurs fois, petit tombant en pente douce avec pein de bêbetes à voir, plongée typique de l’indonésie. Depuis Derawan on a plongé à Panjang, plongées type muck dive, en moins riche que Lembeh, mais on a eu l’occasion de voir le « Lembeh Sea Dragon », qui était l’un de nos objectifs : youpi !! 😀
    Par contre l’hyppocampe pygmée satomi qui était aussi l’un de nos objectif est resté introuvable, quel dommage…
    Puis on a passé 8 jours à Maratua, en faisant les iles alentours. Sangalaki, pas de mantas, les guides nous ont confirmé qu’il était extrèmement rares d’en voir, et que quand c’était le cas, c’était max 10 individus, alors que c’était des centaines il y a qq années….
    Kakaban, à part le lac aux méduses qui est sympa à faire une fois, on a été un peu déçu. Sur la pointe on a vu des requins, qq barracudas et une raie aigle, mais de loin, donc rien d’exceptionnel. Les 2 tombants à coté étaient jolis mais plutot déserts ce jour là.
    Et enfin Maratua : je pense qu’on a eu plus de chance que toi, on a peut être fait plus de plongées la bas aussi, mais la plupart des récifs étaient en bon état, surtout aux alentours du Maratua Paradise Ressort ou on était basé. Des tortues partout, à toutes les plongées, même aux Maldives on n’en avait pas vu autant. Cette ile est à conseiller pour les fans de tortues. Autre bonne surprise : beaucoup de perroquets à bosses, parfois en banc de 20 individus, on n’en avait jamais vu autant. A part cela, les tombants étaient quand même tristes et vides, avec parfois qq barracudas ou un tasard. Et c’est encore plus triste de voir un beau tombant pas abimé, avec de magnifiques gorgones, mais rien dans le bleu…. snif… 😳
    La surpêche, elle se voit dès qu’on met la tête sous l’eau aux iles Derawan. A noter que sur la trentaine de plongées qu’on a fait la bas, on a entendu au moins 8 fois des explosions sous l’eau : la désertification des fonds ne va qu’empirer encore dans les prochaines années… 😡
    Sinon, la très très bonne surprise que l’on a eu, c’est la plongée dans la passe, The Channel : pas mal de requins gris, une mobula, un beau banc de platax, un énorme mérou qui était là à chacune des plongées et….. un ban de MILLIERS de barracudas à rayures noires !!!! ❗
    Cette seule plongée ne nous a pas fait regretté d’être venu. C’est hyper impressionnant, il y avait des m3 de barracudas sur 15 m de haut, 10 m de large. Un moment très intense.
    Mais ils ne sont pas là tout le temps, donc ils ne sont pas garrantis 😉
    Voila pour notre CR, on résumé on ne regrette pas mais on n’y retournera pas. On préfère de loin Bali, les Raja Ampat ou Lembeh. On ne connait pas encore Komodo mais ça ne saurait tarder 😉

    En tout cas merci Corinne pour ton blog, et n’hésite pas à continuer à nous régaler de tes récits!

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @Delphine : merci pour ce super compte rendu, qui complète bien mes impressions. Il y a donc possibilité de faire des plongées plus intéressantes que celles que j’ai pu faire dans le channel de Maratua, c’est une bonne nouvelle. Pour le reste, je vois que ça va dans le même sens que ce que j’ai vu, hélas… Moi pareil, j’ai entendu plusieurs fois des explosions sous l’eau. Quant aux mantas, elles sont parties et les rencontrer devient un événement rare. Vraiment dommage.
      😯

      Répondre
  12. costarico32

    Salut Corinne,

    Je suis vraiment désolé de lire ton CR sur l’archipel de Derawan … 🙁
    En 2010 nous avions été éblouis par les plongées de Kakaban et Maratua ainsi que par les mantas que nous avions vu à chaque plongée à Sangalaki !!!

    J’espérais y retourner un jour avec mes enfants pour leur faire découvrir ces merveilles … c’est vraiment vraiment triste … 😥

    En espérant qu’il existera encore quelques sites d’exception en ASE dans une dizaine d’année …

    Bonnes bulles en 2014 !
    Eric

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      @costarico32 : oui, j’étais contente de retourner dans le coin, tellement ça m’avait plu, la première fois… Là, j’avoue que ça fait mal au cœur de voir que les choses se sont dégradées aussi vite. Il est encore possible manifestement de faire quelques belles plongées à Maratua (voir les commentaires d’autres voyageurs plus haut) et le lac aux méduses de Kakaban reste un endroit vraiment à part, mais les mantas sont devenues rares autour de Sangalaki, alors qu’elles étaient toujours là, quasiment à coup sûr, il y a quelques années de cela… C’est bien triste.
      👿

      Répondre
  13. Jean-Yves

    Snorkeling autour d’une bonne vingtaine de raies mantas à Sangalaki ce mois d’août, une chance! Requins et milliers de barracudas pour les plongeurs. Beaucoup moins de méduses dans le lac par contre selon les touristes y étant passés il y a quelques années. Et là, c’est sûrement nous touristes qui sommes en cause…
    Chouette blog, merci.
    Jean-Yves

    Répondre
  14. RIGGI DIDIER

    c’est avec pas mal de retard que je revient mettre un commentaire sur cette discussion.au mois d’avril 2014 je suis parti faire un safari plongée de 12 jours sur KOMODO avec SafariBali.c’était tout simplement sublime. Pour les raies manta c’était bien en dessus de mes esperances. Des manta et des modula a foison. Des requins pointe blanche,gros napoleon,immense perroquet a bosse,de la macro…bref une trentaine de plongées de reve.et j’ai enchainé avec 4 plongées magnifique a KOH LANTA,THAILANDE dont une journée speciale raies manta sur les sites de HIN MUANG et HIN DAENG,ça valait vraiment le déplacement.

    Répondre
  15. Fabrice

    nous y irons cet été, en séjournant également au Derawana Dive Lodge
    j’espère que la vie aura repris ses droits !
    et après on enchaine avec Lembeh

    chouette le blog, bravo !

    Répondre
    • coyotte

      alors donc 4 ans plus tard :
      pas davantage de raie manta sur Sangalaki, mais la ballade sur les patates de corail est sympa
      en revanche un banc impressionnant de barracuda sur Maratua, et puis ça et là : perroquet à bosse, napoléon, tortue et … manta (1 seule survolant les barracudas)
      les méduses sur Kakaban sont toujours là
      la pêche à la dynamite est une réalité : on a ressenti une détonation lors d’une plongée
      alors oui : c’est très (très) loin et pas exceptionnel; néanmoins, c’est top d’être seul dans l’eau !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error:
76 Partages
Partagez64
Tweetez10
Enregistrer1
Partagez1