Je croule sous les mails me demandant des infos pour plonger à Raja Ampat ! Alors, j’ai tout compilé dans un seul article. Mais attention, un voyage à Raja Ampat se mérite, et exige surtout de se comporter en visiteur respectueux et responsable. Le tourisme, en plein essor dans la région, met en péril l’un des plus magnifiques réservoirs de biodiversité de la planète.

Une région à préserver

Raja Ampat signifie « les Quatre Rois ». Composé d’une multitude d’îlots couverts de jungle, c’est un archipel situé dans l’extrême est de l’Indonésie, dans le Triangle de Corail de la zone Indo-Pacifique.

  Ci-dessus, le « viewpoint » spectaculaire sur les îlots de Fam, emblématique des paysages de Raja Ampat… On aperçoit Otto, mon super guide de plongée papou, et ma binôme Sarah.

La nature y est encore relativement préservée, car ces îles sont lointaines et isolées, encore pas trop connues (même si c’est de moins en moins vrai). L’archipel de Raja Ampat est exceptionnel, pour sa beauté et sa biodiversité, sur terre comme en mer.

Mais le développement touristique de la région s’accélère et a des conséquences néfastes sur l’environnement. Présenté comme une « destination de rêve » aux touristes privilégiés que nous sommes, Raja Ampat est d’abord et avant tout un trésor naturel, qu’il faut préserver, protéger. Or il faut bien avoir conscience que chacune de nos visites a un impact sur cet écosystème unique et fragile

Snorkeling dans les eaux turquoise de Raja Ampat, devant le Kri Eco Resort. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)
Snorkeling dans les eaux turquoise de Raja Ampat, devant le Kri Eco Resort. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)
L'archipel de Fam. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, janvier 2015)
L’archipel de Fam. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, janvier 2015)

Mise à jour [2017]. Les craintes que je formulais ci-dessus ont trouvé une triste illustration récemment, avec un accident survenu le 4 mars 2017 dans les eaux de Raja Ampat : un gros navire de croisière touristique britannique, genre « immeuble flottant », le Caledonian Sky, a dévasté une petite portion d’un spot connu des plongeurs sous le nom de Cross Over, devant la côte nord-est de l’île de Kri… 😡 Ce genre de navire n’a rien à faire ici ! Pour en savoir plus, je vous renvoie sur les liens ci-dessous :

→ Indonésie : un navire endommage des récifs exceptionnels [fr]

→ Cruise Ship hits Crossover Reef : The Impact on the Reef [en]

→ Saving Raja Ampat waters with tourism [en]

Je suis pour ma part retournée en juillet 2017 à Raja Ampat, et j’ai plongé sur le site en question. Les dégâts, juste devant la plage (comment peut-on oser venir si près de la côte avec un si gros bateau ?) ne concernent heureusement qu’une toute petite zone. Mais sous l’eau, l’endroit où le bateau a raclé et fracassé le récif, à quelques mètres de profondeur, est désormais tout gris et jonché de coraux morts. Le contraste est saisissant avec les récifs frétillants de vie tout autour. Je reviendrai poster ici quelques photos que j’ai faites.

Un peu de géographie

Vous avez du mal à situer Raja Ampat ? L’archipel fait partie de la Papouasie occidentale (appelée Papua Barat en indonésien). C’est là :

C'est où, Raja Ampat ?

Petit rappel historico-politique : la moitié ouest de l’île de Nouvelle-Guinée, autrefois colonisée par les Néerlandais, a été annexée par l’Indonésie en 1963. Les Indonésiens se sont comportés en envahisseurs et l’armée a commis des massacres. Un mouvement séparatiste papou continue de mener des actions et les autorités indonésiennes n’hésitent pas à réprimer brutalement toute manifestation, même pacifique. Tout récemment encore, en 2017, soit près de vingt ans après la tuerie de Biak (1998), les militaires et policiers indonésiens ont procédé à des arrestations de masse à Nabire et Sentani, tandis qu’une pétition pour la Papouasie occidentale tente de faire entendre la voix des Papous sur la scène internationale. Je referme la parenthèse, mais quand on va là-bas en tant que touriste, il faut avoir conscience que la région est instable et pas tout à fait un « paradis » pour tout le monde…

La plupart des voyageurs accèdent à Raja Ampat via l’aéroport de Sorong, en face des îles. La ville compte environ 220 000 habitants, c’est un port minier et industriel, sans grand charme, où est bien visible l’un des fléaux qui touche particulièrement les eaux indonésiennes : la pollution par le plastique. (Sur ce thème, je vous invite à lire cet article, publié par Tara Expéditions après une escale de la goélette scientifique à Sorong fin décembre 2017 → Indonésie : l’océan suffoque sous le plastique)

Sorong est située sur le « bec » de la pointe occidentale de la partie indonésienne de la Papouasie, joliment surnommée « Péninsule de la tête d’oiseau » (Bird’s Head Peninsula en anglais) en raison de sa forme.

Quand on arrive à Sorong en avion, ça ressemble à ça :

La baie de Sorong, vue par le hublot de l'avion. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)
La baie de Sorong, vue par le hublot de l’avion. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)
Au-dessus de l'eau mangroveuse de la baie de Sorong, de nombreuses maisons sur pilotis. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)
Au-dessus de l’eau mangroveuse de la baie de Sorong, de nombreuses maisons sur pilotis. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)

Sur Waigeo, la grande île au cœur de l’archipel de Raja Ampat, au large de Sorong, un second aéroport a été inauguré en mai 2012 à Wasai (lire aussi ici : Raja Ampat gets a new airport). En 2014-2015, il était apparemment possible de faire la traversée Sorong-Wasai par la voie des airs, via de petits coucous à hélices affrétés par la compagnie locale Susi Air. Je ne me suis pas renseignée, je ne sais pas si ces liaisons sont toujours d’actualité. (Info de 2018 : serait possible, mais seulement deux fois par semaine.) En 2016, on m’a rapporté que l’aéroport Marinda de Wasai n’était pas vraiment opérationnel et ne servait que rarement, lors de visites officielles… En revanche, l’aéroport de Sorong, lui, s’est métamorphosé : il a été complètement refait à neuf et agrandi !

Mise à jour [décembre 2016]. Wings Air (filiale de Lion Air) a lancé un nouveau vol Manado-Wasai, comme le l’annonçait cet article (en indonésien, passez-le à Google Translate pour saisir les grandes lignes) → Mulai 22 Desember, Wings Air Terbang ke Raja Ampat. L’aéroport Marinda de Wasai sera-t-il bientôt la nouvelle porte d’entrée pour Raja Ampat ? Cette idée me fait un peu frémir… 😱 Heureusement, pour l’instant, cette liaison appelée « Manado – Raja Ampat » sur les écrans d’information à l’aéroport, n’est pas fiable du tout. Elle cumule retards et/ou annulations depuis son lancement, et il semble même (info de 2018) qu’elle soit plus ou moins suspendue…

L’archipel jusqu’à présent, était encore un peu à l’écart du tourisme dit « de masse ». Mais le nombre de visiteurs étrangers et indonésiens croît d’année en année. C’en est fini de la relative tranquillité et de la préservation de Raja Ampat…

Je ne ne suis pas une agence de voyage

Je me permets un petit avertissement amical, avant d’aller plus loin : je reçois énormément de messages de la part de gens qui me prennent, à tort, pour une agence de voyage ou l’agent d’un tour-opérateur… Certains m’envoient même des demandes de réservation ! ! ! 😂 C’est fou… Sachez donc que je blogue sur mes voyages et mes plongées (cliquez ici pour en savoir plus sur moi), mais que je ne vends rien et que je n’organise rien.

Je ne peux donc absolument pas répondre à la place des hôteliers, des tour-opérateurs, des centres de plongée : si vous avez un renseignement à demander sur leurs prix, leurs prestations, etc., demandez-leur directement en leur envoyant un e-mail, à eux !

Ayez aussi bien conscience que tout change très vite en Papouasie occidentale, qui est en plein développement touristique. La première publication de cet article date de 2013, mais je continue de le mettre à jour au fil des années qui passent (je l’ai encore actualisé plusieurs fois, courant 2018).

Et puis prenez le temps de mener vos propres recherches… Nous vivons une époque formidable, où chacun a désormais accès à un outil gratuit, drôlement efficace, actualisé en temps réel, qui s’appelle Google. 😜

Des plongeurs à la rencontre d'un banc de barracudas au site Blue Magic, à Raja Ampat. (Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016.)
Des plongeurs à la rencontre d’un banc de barracudas au site Blue Magic, à Raja Ampat. (Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016.)

Mes voyages à Raja Ampat

Je n’ai donc pas la prétention d’offrir ici le guide « ultime » sur Raja Ampat… Comme je disais plus haut, les choses changent tellement vite, là-bas ! D’ici peu de temps, vu l’affluence croissante de plongeurs et de touristes, locaux et internationaux, rien ne sera plus tout à fait pareil. J’ai déjà observé des changements notables, entre mes premiers voyages de 2012 et le dernier en 2017… J’ai déjà publié pas mal d’articles. Vous pourrez toujours les retrouver ici, sur Petites Bulles d’Ailleurs, au bout de ces liens :

→ Voyage Raja Ampat + Bali : mars 2012

→ Voyage Alor + Raja Ampat : juillet 2012

→ Voyage Raja Ampat : janvier 2015

→ Croisière Banda + Raja Ampat : octobre-novembre 2015

→ Voyage Komodo + Raja Ampat : juillet 2016 

Un raie-manta passe juste au-dessus de ma tête, au site Blue Magic... (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, janvier 2015)
Une raie-manta passe juste au-dessus de ma tête, au site Blue Magic… (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, janvier 2015)

Quand aller à Raja Ampat ?

  • D’octobre à avril : c’est la période considérée comme optimale pour la plongée. C’est celle qui correspond à la mousson du nord-ouest, saison parfois qualifiée de « sèche », mais en réalité, elle est « humide » aussi, en particulier en décembre et en janvier. On peut plonger toute l’année à Raja Ampat, mais entre octobre et avril, il y a moins de vent et de houle que pendant la mousson du sud-est (de mai à septembre). Il est donc plus facile de naviguer et c’est la haute saison touristique pour les croisières-plongée. C’est aussi la période où le plancton prolifère (donc moins de visi) et où on a le plus de chance de rencontrer des raies mantas, en particulier les immenses raies océaniques, et de les voir former un incroyable ballet au célèbre site Manta Sandy (hélas, depuis 2015, on les y voit moins souvent, le trop grand nombre de bateaux et de plongeurs les a fait fuir).
  • Bon à savoir pour mai-juin : comme c’est un peu la période creuse touristique, c’est le bon plan pour les plongeurs d’y aller à ce moment-là, car les resorts proposent régulièrement des discounts intéressants sur leurs packages.
  • De mai à septembre : on est là sous l’influence de la mousson du sud-est, parfois qualifiée de saison « humide », mais en réalité la différence n’est pas très marquée avec la saison dite « sèche » d’octobre à avril. La vraie différence entre les deux saisons vient du fait qu’entre mi-juin et mi-septembre il peut y avoir d’impressionnants coups de vent et que la mer peut alors être agitée… Si on est dans l’archipel nord, basé à terre, sur une île, ça ne pose pas trop de problème d’aller plonger, sur des sites proches. Mais les sorties sur des sites plus éloignés seront très dépendantes du temps et de la houle. C’est pour ça qu’il n’y a pas ou peu de croisières organisées pendant cette période, qui mérite donc plutôt le nom de « saison venteuse ». En revanche, la partie sud de Raja Ampat (Misool et alentours) étant plus exposée aux vents que l’archipel nord, il est difficile voire exclu d’y naviguer et d’y plonger à cette période. Le magnifique Misool Eco Resort ferme d’ailleurs pendant nos vacances d’été… Les raies-mantas se font plus rares en cette saison, car il n’y a plus autant de plancton près de la surface, mais la visibilité sous l’eau m’a semblé globalement meilleure (allez voir la vidéo que j’ai faite ici en juillet 2016).
  • Alors, quand est-ce qu’il fait beau ? Quelle que soit la saison, le ciel alterne entre le grand soleil, le gris et les averses de façon à peu près égale, pour ce que j’ai pu en juger lors de mes différents séjours (en janvier, en mars, en juillet), que l’on soit sous l’influence de l’une ou l’autre mousson. Les averses sont souvent très localisées. Il n’est pas rare d’observer un gros nuage déverser des rideaux de pluie sur une île en face à quelques kilomètres de distance seulement, alors qu’il fait grand soleil sur l’île où l’on est, par exemple… La température de l’air est stable (25°C la nuit, 31°C le jour), celle de l’eau est constante, autour de 28°C. On est au niveau de l’équateur, donc, en gros, il fait toujours chaud et humide. Le climat est réellement « équatorial » toute l’année, sans grosse variation saisonnière, hormis le vent dont je parlais plus haut. Après, la météo n’est pas une science exacte non plus…
Panorama depuis la plage du Sorido Bay Resort, sur l'île de Kri. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016)
Juillet 2016. Sur l’île de Kri, grand ciel bleu… En face, de gros nuages gorgés de pluie… (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie)
Grand beau temps sur l'île de Kri ! Raja Ampat, Indonésie, mars 2012.
Grand beau temps sur l’île de Kri ! (Raja Ampat, Indonésie, mars 2012.)
Une averse soudaine vient tout embrumer... Raja Ampat, Indonésie, mars 2012.
Une autre jour, une averse soudaine vient tout embrumer… (Raja Ampat, Indonésie, mars 2012.)

Comment aller à Raja Ampat ?

ÉTAPE 1 : s’envoler pour l’Indonésie

Pour aller à Raja Ampat, il vous faudra d’abord organiser votre voyage jusqu’en Indonésie, ou bien jusqu’à un pays voisin disposant de liaisons pratiques pour l’Indonésie (Bangkok en Thaïlande, Kuala Lumpur en Malaisie, ou bien Singapour, par exemple).

  • PRIX. Comptez 450€ à 800€ (selon promos, compagnies et saisons) pour un vol sec A/R Paris-Jakarta.

En Indonésie, Raja Ampat fait partie de la province désormais appelée Papua Barat (Papouasie occidentale), comme je l’expliquais plus haut, anciennement Irian Jaya (nom d’abord donné les Indonésiens). C’est loin, très loin, dans l’extrême est du pays. Le trajet ne peut absolument pas se faire d’une traite…

  • TEMPS DE TRAJET. Comptez au minimum deux jours (vols Paris-Jakarta, puis Jakarta-Sorong, puis la traversée en bateau) pour rallier l’archipel depuis l’Europe. Soit, en comptant l’aller puis le retour, quatre jours cumulés ! Un très long voyage… Pour que ça vaille la peine, prévoyez de rester suffisamment de temps à Raja Ampat ou combinez le séjour avec d’autres destinations en Indonésie.
Vive le hublot pour admirer la Papouasie d'en haut ! Vol Lion Air, juillet 2012.
Vive le hublot pour admirer la Papouasie d’en haut ! Vol Lion Air, juillet 2012.

ÉTAPE 2 : organiser le trajet jusqu’à Sorong

Sorong, en Papouasie Occidentale, est la porte d’entrée pour l’archipel de Raja Ampat. Pour rallier Sorong depuis la capitale indonésienne Jakarta, il y a plusieurs possibilités (j’ai mis les infos à jour en 2018) :

  • VOLS DIRECTS. Les trois compagnies indonésiennes qui proposent des vols directs Jakarta-Sorong en 2018 sont : Batik Air (Lion Air) et la compagnie nationale Garuda Indonesia (deux liaisons ouvertes cette année), ainsi que Nam Air (filiale de Sriwijaya) (liaison lancée en 2015). La durée d’un vol Jakarta-Sorong est d’environ 4 heures. J’ai déjà volé plusieurs fois sans souci avec ces trois compagnies, pour diverses destinations en Indonésie (réservations faites sur leurs sites internet depuis chez moi en Bretagne avec ma carte bancaire française sans problème). J’ai eu de bonnes surprises avec Sriwijaya / Nam Air pour cette liaison Jakarta-Sorong que j’ai testée lors de son lancement, quand les deux autres n’existaient pas encore : surpoids de bagage gratuit pour les plongeurs 😊 (20kg + 10kg supplémentaires offerts en soute), départ à l’heure, vol sans encombre et service à bord très correct. Vérifiez bien, quand vous réservez, que vous choisissez un vol direct (dans la liste, figurent aussi les vols avec escale). Xpress Air qui a été la pionnière sur cette liaison n’opère plus entre Jakarta et Sorong.
  • VOLS AVEC ESCALE. Toutes les autres compagnies opérant la liaison domestique Jakarta-Sorong font une escale sur l’île de Sulawesi, soit à Manado (la grande ville du Nord), soit à Makassar (la grande ville du Sud, appelée aussi Ujung Pandang).

Makassar et Manado sur l’île indonésienne de Sulawesi sont en effet les deux principaux « hubs » aériens pour Sorong. Ces aéroports sont faciles à rejoindre depuis l’Indonésie en vols domestiques, que ce soit depuis la capitale Jakarta donc, ou bien depuis Bali (aéroport de Denpasar).

On peut aussi rejoindre Makassar et Manado en vols internationaux depuis les hubs aériens des pays voisins : par exemple Kuala Lumpur en Malaisie, ou bien encore Singapour.

Je vous mets ci-dessus une carte récupérée sur le site du resort Papua Paradise, qui résume bien les trajets possibles jusqu'à Sorong via Manado ou Makassar (cliquez pour l'agrandir).
Je vous mets ci-dessus une carte récupérée sur le site du resort Papua Paradise, qui résume bien les trajets possibles jusqu’à Sorong via Manado ou Makassar (cliquez pour l’agrandir).
J'aime les compagnies qui sont sympas avec le barda des plongeurs... Ci-dessus la capture d'écran du site de Sriwijaya Air.
J’aime les compagnies qui sont sympas avec le barda des plongeurs… Ci-dessus la capture d’écran du site de Sriwijaya Air.

Comment trouver les vols intérieurs ?

Très pratique pour faire ses petites recherches : le site Nusatrip.com (c’est un peu l’équivalent de Skyscanner pour les vols domestiques en Indonésie). On peut y réserver ses billets, mais pour ma part, que ce soit en Indonésie ou en France, je préfère toujours aller ensuite sur le site de la compagnie et réserver directement à la source plutôt que de passer par un intermédiaire.

Je vous mets ci-dessous les liens vers les sites des différentes compagnies aériennes, où on peut vérifier les horaires, les disponibilités et réserver son billet en ligne avec une carte bancaire, y compris depuis la France (ce qui n’était pas toujours possible il y a quelques années). Je les ai tous testés au moins une fois avec succès.

  • Vol Jakarta-Sorong direct : les trois seules liaisons sans escale sont opérées par Batik Air, Garuda Indonesia et Nam / Sriwijaya Air.
  • Vol Jakarta-Sorong avec escale : la Garuda et Lion Air / Batik proposent des liaisons, il y a un stop à Manado ou Makassar généralement, parfois Ambon ou autre… Sriwijaya Air propose aussi des vols avec escale.
  • Vols pour Makassar ou pour Manado : au départ de Jakarta, Bali-Denpasar, Kuala Lumpur, Singapour : on trouve plein de possibilités sur les sites des compagnies Air AsiaGarudaSriwijaya AirLion AirSilk Air (filiale de Singapore Airlines), etc.
  • Vols Manado-Sorong : la Garuda a désormais une liaison, qui s’ajoute à celles de Lion Air (ou sa filiale Wings ou la compagnie associée Batik) et de Sriwijaya Air, pour autant que je sache (prenez le temps d’explorer les sites des compagnies aériennes)…
  • Vols Makassar-Sorong : j’ai pour ma part déjà volé avec Sriwijaya Air et avec Garuda… Vérifiez désormais les offres existantes chez Lion / Batik aussi… Les gens qui tiennent hôtels et resorts à Raja Ampat sont généralement bien au courant des évolutions des liaisons aériennes, renseignez-vous auprès d’eux.
Un avion de la Garuda, sur le tarmac de l'aéroport de Makassar. (Sulawesi, Indonésie, janvier 2015)
Un avion de la Garuda, sur le tarmac de l’aéroport de Makassar. (Sulawesi, Indonésie, janvier 2015)

⚠️ Attention, il y a souvent des changements dans les horaires et les connexions des vols intérieurs. À l’époque où j’ai publié ce post, la compagnie Batavia Air a fait faillite (j’ai dû m’asseoir sur mon billet et trouver un autre vol) et la compagnie Xpress Air a annulé ses vols (avant de les reprendre, puis de les supprimer à nouveau)… Vérifiez toujours avant le départ si vous le pouvez que les horaires sont bien restés les mêmes (il m’est arrivé une fois d’avoir un décollage AVANCÉ d’une heure !). Sachez aussi que des retards d’une à deux heures sont souvent la norme en Indonésie.

⚠️ Source de confusion pour beaucoup de voyageurs : Makassar est souvent désignée par son autre nom, Ujung Pandang, sur les sites de réservation en ligne. Pensez-y quand vous faites vos recherches…

⚠️ Notez qu’il vous faudra peut-être prévoir une nuit à Makassar ou à Manado. Pour ma part, lors de mes deux voyages de 2012, j’ai fait la liaison Makassar-Sorong avec la compagnie Sriwijaya Air, mais j’ai été contrainte de passer la soirée précédant le départ à Makassar. Impossible de faire le trajet d’une traite, les horaires de mes avions ne collaient pas. Bon à savoir : il y a un Ibis Budget dans l’aéroport de Makassar, pour grappiller quelques heures de sommeil, avant le décollage à l’aube de la plupart des vols pour Sorong.

⚠️ Si vous ne vous sentez pas de réserver vous-même les vols intérieurs, ou si le site web de la compagnie aérienne qui vous intéresse n’est pas accessible pour une raison mystérieuse, ou s’il n’y a pas moyen de payer en ligne par carte bancaire depuis la France – il y a parfois des bugs ou des problèmes de sécurité sur les sites indonésiens – vous pouvez toujours demander à l’hôtel ou à la structure de plongée qui vous accueillera de s’occuper de réserver les vols intérieurs pour vous ou de vous communiquer le contact d’un agent local. Sinon, on peut réserver ses vols indonésiens sur le site Nusatrip.com, dont je parlais plus haut (je n’ai pas testé moi-même). Vous trouverez plus bas des liens vers les resorts à plongeurs de Raja Ampat. Ils ont tous une page explicative « How to get there » indiquant les vols pour Sorong et les trajets possibles pour organiser votre voyage.

N’oubliez pas le droit d’entrée

Il faut s’acquitter d’un droit d’entrée pour visiter le parc maritime naturel de Raja Ampat. Il coûte 1 million de roupies (environ 60 € ou 70 dollars) pour les étrangers et il est valable un an de date à date. (Ce « fee » était initialement de 500 000 Roupies indonésiennes, lors de mon tout premier passage en mars 2012. Il est passé à 1 million de roupies le 1er février 2015.)

On vous donne une carte en plastique perforée indiquant cette période de validité, avec votre nom et numéro de passeport inscrits au verso et, pour les plongeurs, un badge en plastique à accrocher à la stab.

Raja Ampat fee entrance tag (2012).
Raja Ampat fee entrance tag (2012).
  • Si vous avez organisé votre voyage à Raja Ampat avec une structure de plongée officielle (un resort), pas la peine de vous en soucier. Les resorts l’achètent à l’avance pour leurs clients (les homestays, eux, ne sont pas autorisés à le faire et ne peuvent pas rendre ce service). Le montant est alors ajouté ou inclus à votre note et le permis vous est remis par le personnel de l’hôtel lors de votre check-in.
  • Si vous êtes un voyageur indépendant prévoyant de loger en homestay : il y a du changement, des lecteurs me signalent que, depuis janvier 2018, on ne peut plus retirer son badge au petit office de tourisme situé quasiment en face de l’aéroport de Sorong. Le badge est désormais délivré à Wasai (sur l’île de Waigeo). La plupart des voyageurs le font au bureau KKPD situé au port, où arrive le ferry Sorong-Wasai.

Il y a aussi apparemment d’autres bureaux à Wasai habilités à délivrer ce permis, je vous renvoie sur la page détaillant tout cela, sur l’excellent site Stay Raja Ampat :

→ Raja Ampat Marine Park Entry Permit

⚠️ Petit conseil : retirez bien le permis dans un bureau officiel, et ne l’achetez surtout pas à des personnes qui pourraient vous aborder et vous le proposer à la sortie du ferry. Vous risquez de payer plus cher et de vous faire remettre un permis non-valable… Bref, attention aux arnaqueurs !

Ce droit d’entrée est destiné à financer les actions de conservation dans la zone maritime protégée et à alimenter un fonds communautaire (70 %) et à contribuer au développement de la région (30 %). Ci-dessous, un petit graphique indiquant où va l’argent :

Permis pour Raja Ampat : où va l'argent (Source : Kabupaten Raja Ampat / StayRajaAmpat)
Permis pour Raja Ampat : où va l’argent (Source : Kabupaten Raja Ampat / StayRajaAmpat)

PAS BESOIN DE SURAT JALAN. Enfin, je le précise ici car on me pose souvent la question (info valable à ce jour, à ma connaissance) : non, vous n’avez pas besoin d’un autre permis appelé Surat Jalan, pour simplement aller jusqu’à Sorong ou Wasai et faire du tourisme dans l’archipel de Raja Ampat. Le Surat Jalan n’est requis que pour circuler ailleurs dans l’immense Papouasie, notamment dans des zones jugées « sensibles » par le gouvernement qui ne tient pas trop à ce que des journalistes, en particulier, s’intéressent de trop près à la région… À lire sur le sujet, cet article (de 2015) de Human Rights Watch :
→ Indonésie : lever les entraves à l’accès à la Papouasie

Les resorts de plongée

Petite précision : quand j’utilise le mot « plongée » ici, je parle de plongée sous-marine avec bouteille, pas de baignade avec palmes-masque-tuba, appelée PMT en français ou snorkeling en anglais, qui peut quasiment se pratiquer partout…

Donc, si on veut pratiquer la plongée sous-marine dans de bonnes conditions de confort et de sécurité à Raja Ampat, en étant basé à terre, il est préférable de s’adresser à l’un des resorts (centre de plongée + hébergement) du coin.

Par rapport aux croisières-plongées, c’est l’option qui a ma préférence : d’une part, les guides des resorts de plongée connaissent souvent bien mieux les sites que ceux des bateaux de croisière. D’autre part, les structures basées sur place sont généralement plus impliquées dans les programmes de conservation et plus concernées par la protection de la zone que les opérateurs de croisière, qui, eux, ne font que passer…

Il est temps de s’équiper pour aller plonger ! (Raja Ampat, juillet 2012.)
Il est temps de s’équiper pour aller plonger ! (Raja Ampat, juillet 2012.)
Des guides de plongée en or. (Raja Ampat, juillet 2012)
Des guides de plongée en or. (Raja Ampat, juillet 2012)
Otto connaît tous les sites comme sa poche. C'est sans doute le plus expérimenté des guides de plongée de la région. (Raja Ampat, juillet 2017)
Otto connaît tous les sites comme sa poche. C’est sans doute le plus expérimenté des guides de plongée de la région. (Raja Ampat, juillet 2017)

Attention, les resorts de plongée à Raja Ampat ne sont pas bon marché et de manière générale, les prix pratiqués dans l’archipel pour les prestations touristiques n’ont rien à voir avec le reste de l’Indonésie.

Du coup, de nombreux touristes limités par leur budget choisissent de plonger avec les « homestays », ces hébergements simples et bon marché tenus par des locaux (souvent de simples paillotes avec un matelas et une moustiquaire). Soyez vigilants : ils sont de plus en plus nombreux à proposer de la plongée-bouteille dans leurs activités, mais sans forcément avoir ni les autorisations ni les compétences ni du matériel en bon état… Les resorts de plongée, eux, disposent en principe d’équipements et de compresseurs entretenus, de guides formés, de bateaux adaptés et de moniteurs certifiés pour les formations (PADI, CMAS, SSI, etc.).

Je ne saurais donc trop vous recommander la prudence, si vous décidez de plonger avec un homestay. Mieux vaut venir avec son propre équipement, vérifier l’état du compresseur et surtout être un plongeur autonome, voire aguerri, ayant l’expérience des courants. Si vous lisez l’anglais, je vous invite à lire les avertissements à ce sujet sur le site StayRajaAmpat, qui vont dans le même sens → Diving with Raja Ampat homestays

En alternative aux resorts, il y a le petit centre de plongée situé sur l’île d’Arborek qui permet de plonger à moins cher et qui fonctionne pour l’hébergement avec les homestays de l’île (voir aussi leur page Facebook). L’Arborek Dive Shop a très bonne réputation. Je ne l’ai pas testé moi-même, mais tout le monde m’en a dit du bien, tant des touristes plongeurs que le personnel de différents resorts à Raja Ampat. Le centre d’Arborek est tenu par deux passionnés, Githa (que j’ai rencontrée) et Acel, et il participe à des programmes de conservation.

Pour ma part, en tant que plongeuse photographe, j’ai adoré le confort, le service et le cadre du magnifique Sorido Bay Resort, où je suis allée deux fois en 2012 et où je suis retournée plusieurs fois par la suite. Comme le Kri Eco Resort voisin (plus abordable), il est idéalement situé sur l’île de Kri, dans le détroit de Dampier, où sont concentrés les sites les plus fameux. Ces deux resorts appartiennent à Papua Diving et ont été créés par le pionnier de la plongée à Raja Ampat, le Néerlandais Max Ammer.

Intervalle de surface devant l'île de Kri, triangle vert posé sur l'eau azur. (Raja Ampat, juillet 2017)
Intervalle de surface devant l’île de Kri, triangle vert posé sur l’eau azur. (Raja Ampat, juillet 2017)

Ma sœur, qui n’est pourtant pas plongeuse, a, elle, testé Raja4Divers et elle a adoré.

Marc et Isa, un couple de plongeurs baroudeurs, ont testé en avant-première le Raja Ampat Dive Lodge en 2009 et ils ont beaucoup aimé.

Anne-Sophie et Marco, un autre couple de voyageurs plongeurs, ont quant à eux été enchantés de leur séjour à Papua Explorers en 2014, puis de celui qu’ils ont fait à Papua Paradise en 2016 (leur seul regret pour ce resort-là, en tant que plongeurs, était sa situation éloignée par rapport au détroit de Dampier où se trouvent les sites les plus connus, mais en compensation, Emma le dugong leur a rendu visite).

Voici la liste des resorts de plongée qui existent, à ma connaissance et à ce jour (je tiens cette liste à peu près à jour au fil des années) :

Les Deluxe Water Cottages du Kri Eco Resort. (Raja Ampat, juillet 2016)
Les Deluxe Water Cottages du Kri Eco Resort. (Raja Ampat, juillet 2016)
L'intérieur d'un des spacieux et luxueux bungalows du Sorido Bay Resort. (Raja Ampat, juillet 2016)
L’intérieur d’un des spacieux et luxueux bungalows du Sorido Bay Resort. (Raja Ampat, juillet 2016)
Quand vient le moment de déballer ou remballer tout mon attirail de photographie sous-marine, je suis bien contente de disposer d'un plan de travail conçu exprès pour ça dans ma chambre.. (Sorido Bay Resort, Kri Island, Raja Ampat, juillet 2017)
J’avoue, je ne voyage plus en mode « sac à dos »… Quand vient le moment de déballer ou remballer tout mon attirail de photographie sous-marine, pour moi, le luxe c’est de disposer d’un plan de travail conçu exprès pour ça dans ma chambre.. (Sorido Bay Resort, Kri Island, Raja Ampat, juillet 2017)

Les croisières plongée

C’est une option intéressante pour découvrir une plus grande variété de sites et d’îles. Mais la qualité des plongées peut s’en ressentir : les guides sur les bateaux ne connaissent pas toujours aussi bien les sites que ceux qui sont à l’année dans les resorts… Il y a de plus en plus d’opérateurs, de plus en plus de choix, des croisières courtes (seulement le Nord de l’archipel) et des croisières longues (incluant le Sud vers Misool).

Il faut aussi avoir conscience que la multiplication des croisières plongée, depuis quelques années, avec affluence de bateaux et de plongeurs sur les mêmes sites, a un impact sur le corail et la faune, et commence à devenir problématique. Lors de mon passage à Raja Ampat en juillet 2016, un projet de quotas, pour limiter le nombre de bateaux présents en même temps dans les différentes zones protégées, était à l’étude.

Croisière plongée à Raja Ampat avec le Black Manta, en mars 2012.
Croisière plongée à Raja Ampat avec le Black Manta, en mars 2012.

Comme je disais plus haut, les croisières-plongées sont plutôt organisées pendant notre période hivernale (entre octobre-novembre et mars-avril), la plus favorable pour naviguer dans la région.

En mars 2012, j’avais fait une courte croisière dans l’archipel nord avec le bateau Black Manta, de la compagnie White Manta Diving, que j’avais trouvé très bien à l’époque. C’était un Français, l’adorable et très compétent Cédric Lesénéchal, qui était le cruise leader (il officie désormais sur le bateau Blue Manta, plus récent, de la même compagnie).

  • Vous pouvez utiliser le site Premier Liveaboard Diving pour repérer les bateaux qui opèrent à Raja Ampat (et ailleurs). Il est tenu par Jez Tryner, un photographe sub installé à Bali, qui joue les intermédiaires avec les opérateurs. Je ne le connais pas personnellement, mais j’ai utilisé ses services en 2012 et j’en ai été très contente. On a échangé par e-mail pour régler tout un tas de détails, il était très réactif, très sympa. Sinon, dans le même style, il y a ce site-là qui est pas mal fichu aussi pour repérer les disponibilités : Liveaboard.com
  • Si vous n’êtes pas à l’aise en anglais et préférez vous adresser à un intermédiaire français, il y a des offres de croisières sur les sites Dazzle Dive et Asiaqua, gérés par Valérie et Olivier, des Français installés depuis longtemps en Asie. La plupart des gros tours-opérateurs de plongée francophones bien connus ont des croisières à Raja Ampat dans leurs catalogues, je vous laisse trouver ça par vous-même. Wallacea Dive, opérateur français implanté de longue date en Indonésie, organise également des croisières à Raja Ampat désormais.
  • Enfin, dans la catégorie « rêve », il y avait le magnifique et luxueux Waow, le bien-nommé… En novembre-octobre 2015, j’ai eu la chance de pouvoir profiter d’une fabuleuse croisière plongée à bord du Waow, des Moluques du Centre jusqu’à Raja Ampat (départ d’Ambon, arrivée à Sorong). MISE À JOUR : ce magnifique bateau n’existe plus, il a brûlé et coulé fin janvier 2018. Mais les propriétaires ont temporairement affrété un autre voilier, le Mutiara Laut, pour continuer d’assurer les croisières, et prévoient de lancer un Waow 2… À suivre.
Coucher de soleil sur le Waow, toutes voiles dehors. (Raja Ampat, novembre 2015.)
Coucher de soleil sur le Waow, toutes voiles dehors. (Raja Ampat, novembre 2015.)

Hôtels à Sorong

À Sorong même, il n’y a pas quantité d’hôtels. Le plus connu a longtemps été le Je Meridien qui n’a rien à voir avec la chaîne qui porte presque le même nom. C’est là qu’on venait auparavant chercher son « tag » pour le droit d’entrée (voir plus haut).

Depuis la première édition de cet article, les options d’hébergement à Sorong se sont étoffées. Il n’y a pas un choix démentiel, mais la plupart des voyageurs n’y passent qu’une nuit, à l’arrivée et/ou au retour. Parmi les plus confortables à recommander, citons le Belagri, le Swiss-Belhotel, le Royal Mamberamo.

Hébergements bon marché : les homestays

Dans les îles de l’archipel, on trouve désormais quantité de « homestays » comme je le signalais plus haut. Ce ne sont pas tout à fait des logements chez l’habitant comme le laisse à penser l’expression, mais des hébergements pour les touristes construits par les locaux.

Le plus souvent, ce sont de simples huttes en bois et feuilles de palme, à la mode locale, au confort très rustique : un matelas par terre, une moustiquaire, des sanitaires à partager. Il est possible aussi de loger dans des homestays au cœur d’un village, comme celui de l’île d’Arborek (près du site des raies-mantas).

Pour ces hébergements très simples, les tarifs sont de l’ordre de 500.000 Rp à 800.000 Rp par jour (30 à 50€ environ) en « fullboard » c’est-à-dire avec trois repas inclus par personne.

Il est assez compliqué de réserver à l’avance ou de contacter les gens par internet (rares sont les connexions à Raja Ampat, en-dehors des resorts). Mais une fois à Sorong ou à Wasai, on peut facilement se renseigner et réussir à contacter les gens sur place, via notamment le petit office de tourisme et le bureau des homestays à Wasai ou par SMS. C’est une option sympa pour les voyageurs à petit budget, qui permet de favoriser la population locale papoue et de rencontrer les habitants de Raja Ampat.

Je vous mets ci-dessous quelques liens utiles (j’édite régulièrement la liste, au fur et à mesure que je trouve de nouvelles infos sur le web) :

Kayak et nature

Enfin, pour les vrais amateurs d’aventure en pleine nature, je vous invite à découvrir le très chouette projet Kayak4Conservation.

(Photo : Kayak For Conservation)
(Photo : Kayak4Conservation / RARCC)
(Photo : Kayak4Conservation / RARCC)
(Photo : Kayak4Conservation / RARCC)
Kayak for Conservation, pour découvrir les beautés de Raja Ampat en pagayant. (Kri, juillet 2017)
Kayak for Conservation, pour découvrir les beautés de Raja Ampat en pagayant. (Kri, juillet 2017)

Soutenu par le Raja Ampat Research and Conservation Center (RARCC), ce programme vise à aider la population locale, en organisant des circuits en kayak pour les touristes un peu aventuriers.

On loue un kayak en résine (fabriqué sur place) et on rallie à coups de pagaie, en compagnie d’un guide, des plages où on peut camper, ou bien des homestays installés pour certains dans des endroits fabuleux au cœur de l’archipel, loin de tout… Différents itinéraires, pré-établis sur une carte, sont possibles.

Se déplacer dans l’archipel

C’est compliqué. Il n’y a pas de liaisons régulières entre les différentes îles, hormis le ferry Sorong-Waisai qui permet de rejoindre la grande île de Waigeo.

J’imagine qu’on peut, depuis Sorong ou Wasai, chartériser son propre bateau pour une journée ou plus, mais il faut, je pense, être un peu débrouillard, doué en négociation et savoir précisément ce que l’on souhaite. Le gazole est cher, louer un bateau avec un gars pour naviguer est très cher et les tarifs sont parfois un peu « à la tête du client ». Voyageurs indépendants, groupez-vous ! Sinon, la plupart des homestays proposent des sorties en bateau à la journée, les tarifs varient selon la distance.

Près de l'île de Mioskon. Raja Ampat, juillet 2012.
Près de l’île de Mioskon. Raja Ampat, juillet 2012.
Le bateau de Papua Diving approche de l'île de Kri. (Raja Ampat, juillet 2016)
Le bateau de Papua Diving approche de l’île de Kri. Raja Ampat, juillet 2016.

Les îles ont l’air proches les unes des autres, sur la carte, mais en réalité, la navigation prend du temps. Les bateaux locaux sont lents, et même les speed-boats des resorts ne sont pas toujours si « speed » que ça. Il suffit que la mer se forme un peu ou qu’un moteur tombe en panne pour doubler le temps de trajet. Ainsi, la traversée entre Sorong et Kri Island (où se trouvent les resorts Kri Eco et Sorido de Papua-Diving), peut varier de 1 heure 30 à plus de 3 heures…

Encore plus, peut-être, que dans le reste de l’Indonésie, il faut ici apprivoiser la notion de « jam karet » (temps élastique) !

Les plongées à ne pas manquer

  • Mon top 5 des sites de Raja Ampat nord : Blue Magic, Sardine, Cape Kri, Otdima, The Passage.
  • D’autres sites que j’aime beaucoup : Manta Sandy (quand il y avait des raies mantas), Sorido Wall, Five Rocks, Mike’s Point, Mioskon, Citrus Ridge

Mais il y a plein plein d’autres spots de plongées magnifiques ! Et je ne connais pas très bien la région de Misool, dans le sud, mais le peu que j’ai vu est somptueux

→ Tous les articles sur mes plongées à Raja Ampat : un clic ici !

Exubérance de vie et de couleurs à Sardine Reef. (Raja Ampat, juillet 2016)
Exubérance de vie et de couleurs à Sardine Reef. (Raja Ampat, juillet 2016)

De façon générale, tous les sites, même ceux qui sont considérés comme les moins spectaculaires, réservent leur lot de surprises à Raja Ampat.

Il y a toujours un requin-tapis (wobbegong) planqué dans un coin, un hippocampe-pygmée blotti dans une gorgone, un banc de perroquets à bosse en goguette, une manta océanique qui déboule dans le bleu, un tourbillon de barracudas ou un banc de carangues qui surgit dans le courant…

Et puis il y a cette profusion permanente, hallucinante, unique, de poiscaille incroyablement variée, que je désigne par flemme sous l’expression « faune tropicale habituelle » dans mes carnets. Le corail est à l’avenant : exubérant, splendide, spectaculaire. Impossible de se lasser dans un endroit pareil.

On est au cœur du Triangle de Corail,  c’est l’épicentre de la biodiversité marine dans la zone indo-pacifique. Ce sont, de loin, les fonds sous-marins les plus beaux, les plus extraordinaires qu’il m’ait été donné de voir de toute ma vie de plongeuse. Vraiment. Je ne dis pas ça en l’air et je place Raja Ampat au sommet de mon petit top personnel des sites de la zone Indo-Pacifique, devant Komodo et Sipadan ! ! !

Banc de vivaneaux, au site de Mioskon à Raja Ampat. (Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016.)
Banc de vivaneaux, au site de Mioskon à Raja Ampat. (Papouasie occidentale, Indonésie, juillet 2016.)
Gaterins. Otdima, Raja Ampat. Indonésie, juillet 2012.
Gaterins au site d’Otdima. Raja Ampat, Indonésie, juillet 2012.

Une nature menacée

En 2012, après un premier séjour à Raja Ampat en mars, j’y suis retournée en juillet. Ensuite, j’ai récidivé en 2015, en 2016, en 2017… Même enthousiasme et même éblouissement !

Pourtant les choses commencent (hélas) à changer : les raies mantas, dérangées par les bateaux et les plongeurs, se font désormais plus rares au site de Manta Sandy. Des plages auparavant vierges sont jonchées de cocotiers coupés pour faire place à de nouveaux homestays et resorts. Les chiens et chats apportés sur certaines plages isolées par les propriétaires de homestays sont un désastre pour la faune sauvage environnante. Et à présent, on voit des speed-boats déposer quotidiennement des groupes de touristes sur le banc de sable à la pointe de l’île de Kri pour des pique-niques ou le coucher du soleil…

Je continue à prendre des photos sous l’eau, pour montrer la beauté des fonds sous-marins, partager ce qui m’émerveille mais aussi ce qui m’inquiète. L’écosystème de Raja Ampat est fragile et menacé par nos visites touristiques, entre autres choses. Des organisations de protection de l’environnement et des initiatives locales s’efforcent d’accompagner le développement de Raja Ampat, en soutenant l’éco-tourisme et divers programmes de conservation impliquant la population papoue… Quelques liens (en anglais) pour en savoir plus :

→ Raja Ampat Research & Conservation Center (RARCC)
→ SEA Center par Papua Explorers
→ Misool Foundation
→ Raja Ampat conservation programs (on StayRajaAmpat)
→ Conservation International
→ The Nature Conservancy
→ WWF at Raja Ampat
→ Barefoot Conservation
→ Kalabia Education for Conservation

Les récifs de Raja Ampat grouillent de vie. (Papouasie, Indonésie, janvier 2015)
Les récifs de Raja Ampat grouillent de vie. (Papouasie, Indonésie, janvier 2015)
Perroquet à bosse. Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, novembre 2015.
Perroquet à bosse. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, novembre 2015)
Manta à Blue Magic. Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie. Janvier 2015.
Raie manta à Blue Magic. (Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie. Janvier 2015.)

Des livres sur Raja Ampat

Pour les plongeurs, trois bouquins à vous recommander, en anglais :

  • Diving Indonesia’s Bird’s Head Seascape. Par Burt Jones & Maurine Shimlock. La Bible sur le sujet. J’ai trouvé des exemplaires à la librairie de l’aéroport de Bali. Sinon, les resorts le vendent. Très complet, non seulement pour la partie centrale de Raja Ampat (Dampier Strait), mais aussi pour toutes les autres îles, moins visitées, vers le Nord, qu’on fait plutôt en croisière, ainsi que pour Misool au sud, Cenderawasih Bay et Triton Bay.
  • Diving Indonesia’s Raja Ampat. Par Burt Jones & Maurine Shimlock. C’est la version courte et allégée du premier.
  • Underwater Paradise : a diving guide to Raja Ampat. Par Ricard Buxo. Une version light là aussi, pour une première approche de Raja Ampat.

Pour tous, en français :

Disponible en anglais seulement :

Trois livres sur la plongée à Raja Ampat.
Trois livres sur la plongée à Raja Ampat.

Un guide papou francophone à Sorong

J’ai reçu début 2018 un e-mail d’Alberth Sorondanya, originaire de Papouasie et géologue de formation, qui a fait ses études en France, à Lille. Je ne le connais pas personnellement, mais il m’explique qu’il est pour l’instant basé à Sorong et qu’il propose ses services comme guide francophone à Raja Ampat et ailleurs en Papouasie Occidentale (vallée du Baliem, Cenderawasih, Nabire, Triton Bay, etc.).

Il parle très bien français et anglais, et peut aussi vous aider à organiser votre voyage en amont. Pour les personnes qui souhaiteraient le contacter, je mets donc ses coordonnées ci-dessous :

Page Facebook → Alberth Douglas Sorondanya

E-mail → paceguide [AT] gmail.com

La photo de profil d'Alberth, sur sa page Facebook.
La photo de profil d’Alberth, sur sa page Facebook.

Conclusion

  • Je n’ai donc pas de recommandation pour « des adresses pas chères », je n’ai pas non plus de « bons plans » pour un logement sur une île déserte ou une plage de rêve, ni de « recette » pour ne pas dépenser un rond à Raja Ampat. Il y a des îles désertes, mais vraiment désertes, avec juste des oiseaux, des couscous, la jungle et les moustiques, partout dans l’archipel. Songez plutôt à préserver cette nature extraordinaire…
  • Je vis à Rennes, en Bretagne, et je ne connais donc pas par cœur les horaires des avions indonésiens, ni celui du ferry, et je ne sais pas non plus combien ça coûte exactement de loger dans tel ou tel endroit. Le mieux, c’est de contacter des hôtels et resorts à Raja Ampat, ils sont toujours assez bien au courant de ces choses-là… Sinon, vous aviserez sur place.
  • Côté prévisions climatiques, je suis bien incapable de savoir s’il fera beau précisément du 28 février au 12 mars. Ou s’il pleuvra beaucoup ou juste un peu du 10 au 22 décembre.  Je maîtrise assez bien le climat humide (breton ou tropical), mais je ne suis pas météorologue ni Madame Irma.
  • Oui, il y a des moustiques à Raja Ampat – pas plus qu’ailleurs sous ces latitudes – et ils peuvent transmettre le paludisme. Mais je ne peux pas décider à votre place si vous devez prendre un traitement préventif ou pas. Je ne suis pas médecin et c’est à chacun de prendre ses responsabilités vis-à-vis de sa santé. Je vous invite à lire cet excellent article publié par François du blog Tourdumondiste, qui explique tout très bien, avec informations sérieuses (sourcées) et conseils avisés → Doit-on prendre des médicaments contre le paludisme en voyage ?

Si après ça, vous avez toujours envie de découvrir Raja Ampat, parce que vous aimez la nature plutôt sauvage et préservée, les voyages plutôt lents et lointains, les îles plutôt perdues et isolées, la poiscaille plutôt tropicale et abondante, et que vous pouvez vous permettre un cassage de tirelire, n’hésitez pas : vous en reviendrez ébloui…

Le ponton du Sorido Bay Resort et son trou bleu au milieu du corail. Raja Ampat, Papouasie occidentale, Indonésie, janvier 2015.
Le ponton du Sorido Bay Resort.

  Indonésie : Sulawesi + Raja Ampat – juil 2017

  Indonésie : Komodo + Raja Ampat - juil 2016

  Indonésie : Banda + Raja Ampat - oct 2015

  Indonésie : Raja Ampat - janvier 2015

  Indonésie : Alor + Raja Ampat - juillet 2012

  Indonésie : Raja Ampat + Bali - mars 2012

Je croule sous les mails me demandant des infos pour plonger à Raja Ampat ! Alors, j’ai tout compilé ici. Mais Raja Ampat se mérite…
    1. @Marie: Si, ça, je sais… 😉 J’ai rencontré des kayakistes qui revenaient de leur trip, ravis mais crevés, et j’ai pas mal discuté avec le gars qui a lancé le projet, un jeune Sud-Af’ fou de nature, le genre à dormir en pleine jungle tout seul, avec juste un hamac-moustiquaire…

      Et la réponse est oui : il faut plutôt être bon en kayak quand même. Les distances sont assez grandes et pour peu qu’il y ait la houle, le vent et le courant contre toi, c’est pas de la tarte de traverser le détroit de Dampier.

      😉

  1. Impressionnée par ce topo, clair, bien structuré, qui révèle passion et connaissance Bravo! mais, ce n’est pas une destination pour moi….

  2. Plongeur débutant, je découvre Raja Ampat… et l’inscris immédiatement sur ma liste de futurs voyages 🙂 La destination me correspond en tous points. Merci pour ce topo incroyablement clair et complet. Ta vidéo des raies mantas est magnifique, un rêve éveillé…

    1. @TontonPhoto: ce n’est peut-être pas la destination idéale pour les plongeurs débutants, il peut y avoir des sites un peu difficiles avec le courant… Mais le site des mantas est accessible à tous niveaux. Un rêve éveillé, oui… 🙄

        1. @TontonPhoto: moi ça faisait plusieurs années, déjà, que Raja Ampat était sur ma liste. J’ai enfin concrétisé ce rêve en 2012. L’ennui, c’est qu’après, on ne songe qu’à y retourner… 😉

  3. Merci pour ce carnet de voyages très complet qui donne bien des idées et des rêves et que je n’aurais jamais osé… vous demander !

    1. @Dorothée: hé, hé, j’ai bien failli intituler cet article « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Raja Ampat sans oser le demander »… Ravie que ça soit inspirant pour de futurs voyages !
      8)

  4. Merci Corinne ! Tu devrais te mettre à écrire un guide « Rajat Ampat pratique » 😉
    Bon, je plaisante bien sûr, et je crois néanmoins que tu vas rendre service à beaucoup de monde !
    Bonne plongée dans les Moluques !! 8) Et mois, pendant ce temps je plongerai sur les Seychelles…Départ 15/3 ! A très bientôt 8)

    1. @Didier: Un guide de ce genre serait périmé avant même d’être imprimé… Non, le web est mieux adapté. On peut éditer, corriger, rajouter des infos au fur et à mesure. Cet article a sûrement vocation à s’étoffer…

      PS. Moi aussi, je décolle le 15 😉

  5. «Nous vivons une époque formidable, où chacun a désormais accès à un outil gratuit, drôlement efficace, actualisé en temps réel, qui s’appelle Google.» Je pense que je vais te la piquer celle-là. 😉

  6. Merci pour ses infos tres complètes. Je me suis moi-même rendu a Raja Ampat a deux reprises: une fois dans un resort proche de Batanta. Plongees sans intérêts. La deuxième fois en Liveaboard vers le Sud et le detroit de Dampier. La c’etait vraiment du tres haut niveau.
    Conclusion: choisissez bien avec qui vous plongez. Cela peut-etre le meilleur voyage de votre vie ou juste bof. Et a ce prix la, le bof passe mal! 😉

    1. @PlongeeBali: les meilleures plongées, sont, à mon humble avis, dans la zone du détroit de Dampier… Je ne connais pas celles du côté de Misool.

  7. « Juste un petit avertissement, avant d’aller plus loin : je reçois beaucoup de messages de gens qui me prennent, à tort, pour une agence de voyage ou un tour-opérateur. Ben non. Je n’organise rien et je ne vends rien.
    Je ne peux donc pas répondre à la place des hôteliers, des tours-opérateurs, des structures de plongée : si vous avez un renseignement à demander sur leurs prix, leurs prestations, etc., envoyez-leur directement un e-mail, à eux ! »

    Cela me fait penser à « Non, je ne suis pas un numéro »
    Mais j’imagine que toi tu en reçois 10 fois plus que moi des  » merci de me renseigner concernant les prix de cet hôtel » « pouvez-vous me trouver un bon restaurant à… » « Mon fils veut partir en voyage, il vous attend sur skype pour que vous le conseillez, cela ne prendra qu’une petite heure… »

    Parfois j’hallucine vraiment !

    Sinon, un grand merci pour cet ENOOOOOOOOOORME tonne d’infos dans cet article 🙂 Et au fait, pour un hôtel pas cher avec vue sur, tu pourrais me… ? (je déconne 🙂

    1. @Piotr: Ah, là, là… Oui, les gens sont incroyables et beaucoup n’aiment pas se prendre en main… Ils s’imaginent que j’ai des « recettes », des « secrets », des « bons plans », quand ils ne me prennent pas carrément pour une agence de voyage qui va leur organiser leur circuit. Je reçois chaque semaine quantité d’e-mails du même genre…

      J’aime bien partager, aider, conseiller, mais je ne réponds plus aux demandes pour lesquelles il suffit d’ouvrir un guide de voyage, ou de contacter soi-même un tour-opérateur ou un hôtel dont on trouve facilement les coordonnées sur Google.

      Récemment, sur mon autre blog (Voyages & Voyageurs, pour Ouest-France), où j’ai publié un article sur le retour du concours « Meilleur job du monde » par l’office de tourisme australien, plusieurs personnes m’ont écrit directement… pour postuler !!! 😆 J’ai dû leur expliquer poliment que je n’étais pas l’office de tourisme d’Australie, que j’étais simplement une journaliste qui écrivait sur le sujet, et que je ne recrutais personne.

      Bref, j’hallucine vraiment, parfois, moi aussi… 😉

  8. Hé bé, ça c’est d’la synthèse 8) Du super boulot, comme d’hab avec toi !

    J’ai cru comprendre que tu partais pour les Moluques ? Nord ou Sud ?
    Selamat jalan

    1. @Pit: Terima kasih… 🙂 Je l’avais promis, il est enfin en ligne, ce « pratico-pratique » sur R4 !!!

      Oui, je pars bientôt. Pour « les » Moluques, c’est beaucoup dire, en fait. J’explorerai véritablement l’archipel une autre fois, quand j’aurai plus de temps à ma disposition… Pour ce prochain départ, j’ai choisi l’option de facilité, en visant un resort à plongeurs situé à Halmahera.
      🙄

      1. Halmahera ?! ah mais je suis allé dans ce coin là il y a qq années, c’était pour voir des mantas.
        Je ne t’en dirai pas plus et attendrai sagement ton ressenti sur tes « petites bulles » pour en parler avec toi…
        Profite à fond et bizzzzzzzz 😉

  9. Beau boulot, manque juste une carte de Sorong avec l’emplacement des DAB/ATM 😆
    D’autre part comme je retourne à Kri début mai, pourrais tu m’indiquer l’adresse d’une bonne boutique de koteka, car on m’a volé le mien lors d’une soirée costumée 😀
    Ok je ➡

    1. @Alimata: hé, hé, j’ai retrouvé une photo de la soirée koteka sur PapouBook… 😆

      L’ATM est dans la 2e case à droite. C’est au bout de la plage, après le ponton, sous le 12e cocotier.
      Il donne des rupiahs mais seulement en billets de 1000, la veille des soirs de pleine Lune.
      😀

      1. Merci pour les infos sur l’ATM de Sorong 🙂 , par contre pour le koteka, ce n’est pas du tout ma taille 😆
        Juste besoin d’une autre info avant d’y partir : C’était qui ton guide de plongée à Kri et ton avis sur sa prestation ?
        Depuis le départ de Nixon à RaJa4, il y a des avis très partagé sur les guides du resort

        1. @Alimata: j’avais les guides rattachés au Sorido Bay Resort, pas ceux du Kri Eco Resort (je ne sais d’ailleurs pas s’ils tournent d’un resort à l’autre). En tout cas, je ne connais pas de Nixon ou je ne me rappelle pas… J’ai eu, le plus souvent, l’excellent Nathan ou Natan.

          C’est lui à droite sur la photo, plus haut dans l’article, dans le paragraphe sur les « Resorts de plongée ». J’avais mis aussi sa photo là :
          http://petitesbullesdailleurs.fr/2012/12/24/mioskon-island-raja-ampat/

          Il ne parle pas très bien anglais, mais sous l’eau il est top. Il connaît parfaitement les sites, veille à ta sécu discrètement et sais te montrer ce que tu veux voir. Adorable et efficace.
          🙄

        2. Ok merci, j’ai donc 3 noms :
          – Nathan = OK
          – Dolvinus (j’aime bien son prénom) = OK
          – Ross = moyen, voire pas bien
          On verra donc sur place

          NB : J’amène un bout de vieux gouda pour le boss, s’il daigne venir nous voir dans son « resort low cost » 🙄

  10. Eeet, M’dame!Je peux avoir une réduction sur un hôtel! 😀
    Ce que c’est que d’être populaire et sollicitée. 😉

    Sans blagues, merci pour cette avalanche d’informations… Je constate que le budget doit être conséquent… On va d’abords passer par l’étape 1 (apprendre la plongée) avant de songer à y aller. 😉

    1. @Mélissa: si on veut plonger, il faut réunir un bon budget, c’est sûr… 😯 En vérité, c’est pour les non-plongeurs que le budget sera le plus réduit… Pour les vrais backpackers qui n’ont pas besoin comme les plongeurs d’un compresseur pour gonfler des blocs, et qui n’ont pas peur de loger un peu « roots » et d’improviser leur séjour sur place, ça peut être une aventure extraordinaire.

      (Le problème, c’est que les gens veulent tout et son contraire : une vraie île déserte, sans touristes, sans méchants moustiques, où il fait toujours beau parce que c’est les Tropiques quand même, avec un bon plan à pas cher pour l’hébergement, qu’on peut réserver sur internet de préférence, et puis avec le transport en bateau aussi, parce que faut pas déconner, hein, en Indonésie tout se négocie, on sait bien, nous, on a déjà « fait » Bali, hein…)

      🙄

  11. Un post que j’avais loupé auquel je réponds donc tardivement.
    Voici le topo que je n’ai pas eu le courage de faire. Bravo et merci pour tous les plongeurs passionnés que nous sommes et merci par ailleurs pour le lien sur notre site.

    Tu fais bien de préciser que tu n’es pas une agence de voyage et que toutes les infos que tu donnes (compagnies aériennes, ordre de prix tarifaires, horaires … et qualité des prestataires de service) changent à une vitesse incroyable et qu’un avis donné à un moment lambda sera obsolète un autre jour. La météo, on ne maîtrise pas, pas plus que les humains, qui ont ceci de remarquables d’être … humains. Les états d’âme de la cuisinière (ou du cuisinier), l’humeur du guide de plongée (et je ne parle pas de compétence), l’âge du capitaine, l’entente avec son binôme et les autres plongeurs … peuvent faire qu’un séjour sera idyllique ou frustrant. Et, je ne parle pas du monde sous-marin qui lui aussi a ses humeurs (courants, visibilité …), une faune plus ou moins dense etc … Cela dit, il y a des constantes comme tu le formules très bien.

    La destination des Raja-Ampat est à notre goût l’un des meilleurs spots de plongée que nous ayons fait, et nous avons tellement aimé que nous y sommes retournés. Nous avons eu la chance de faire 3 croisières et deux séjours « à terre » sur Mansuar au RADL (Raja Ampat Dive Lodge) où nous avons trouvé très agréable notre premier séjour en 2009. Mais nous avons été déçus l’année suivante : un rapport qualité/prix décevant (tarifs très élevés, excessifs même au vu des services rendus), du laisser-aller sur les guides de plongée (voire même un certain laxisme) et une nourriture américanisée (il faut savoir s’adapter à son public) ! Pour information, c’est sur l’île de Mansuar et du RADL qu’a été tourné la saison Indonésie de l’émission Koh-Lanta !

    3 croisières, dont nous avons parlé sur notre site ontheploufagain :

    1) la première avec Komodo Sailing (qui, à ce que je crois, ne « fait » plus les Raja Ampat) : des plongées fantastiques à partir d’un petit bateau très séduisant mais qui s’est avéré trop lent pour les grandes distances qu’il y a à parcourir entre chaque spots.

    2) La deuxième fois, ce fut avec la Cie indonésienne « Grand Komodo » implantée dans toute l’Indonésie et qui possède également le RADL : nous avons rejoint Sorong depuis l’île d’Alor en passant par la mer des Banda (entrée dans les Raja Ampat depuis Missol au Sud). Nous avons particulièrement apprécié la compétence des guides qui connaissaient parfaitement les sites, les courants ainsi que des spots inconnus (ou peu connus). Tarifs forcément chers pour nos bourses mais dans la moyenne de ce qui est pratiqué dans la région. Et pour dire, si nous pouvions recommencer, nous le ferions sans hésiter.

    3) Enfin, une croisière de 10 jours Sorong/Sud(Missol)/Nord(Wayag) sur le Paisubatu II de Wallacea Dive Cruise, Cie dirigée par un français, Jérôme Doucet. Nous aimons ce bateau pour 10 plongeurs sur lequel nous avions également plongé en 2009 sur un trajet Nord Sulawesi (de Lembeh aux îles Mahenbetang). Jérôme organise tout les voyages, comme la gestion des billets d’avion et pratique des tarifs particulièrement doux pour la région.

    Pour compléter tes conseils bouquins, je rajouterai le titre « The Raja Ampat through the lens of …. (liste de17 photographes dont David Doubilet), livre que l’on trouve sur Amazon, entre autres.

    Je terminerai mon commentaire par une remarque toute personnelle : les plongées aux Raja Ampat sont sportives, je ne les conseillerais pas à des débutants.

    1. @IsaM : oh, merci pour ce long et intéressant complément d’info !

      Votre impression décevante concernant votre 2e séjour à RADL va dans le sens de certains échos que j’ai eus par ailleurs…

      Pour ce qui est de Jérôme Doucet de Wallacea Dive, je ne le connais pas personnellement et je n’ai encore jamais eu l’occasion de naviguer sur un de ses bateaux, mais j’ai souvent entendu parler de lui, toujours en bien, lors de mes séjours à Sulawesi.

      Enfin, merci pour la mention du bouquin. Je le connaissais, en plus, je l’ai feuilleté au Sorido Bay Resort.

      Ah… Et je rêve, moi aussi, d’y retourner… 🙄

    2. Merci pour votre aide précieuse.
      J’envisage de partir en février vers ce paradis faire une croisière. Malheureusement à cause d’un problème aux tympans, je ne peux pas plonger et me contente de faire du snorkeling.
      Toutes les propositions de croisières que j’ai vues s’adressent aux plongeurs, à votre avis, et après vos diverses expériences, est-ce un gros problème si on ne plonge pas?
      Merci d’avance pour votre réponse.

      1. Le shakti fait des croisieres plongées et d autres, decouvertes : snorkel, kayak…moins contraignantes, ce qui permet a dave, le boss de faire, seul, des plongées exploratrices, pendant que sa femme s’ occupe des non plongeurs.
        Ma croisiere plongée a bord du shakti est un des tops de ma vie de plongeur, avec sipadan et les maldives. Le plus du R4, ce sont les paysages terrestres.
        Le R4 est victime de son succes. Je n’ ai été embêté qu une fois, par des hordes de plongeurs, lors d’ une plongée manta. On a renoncé et on est retourné tranquillement le lendemain. Mais c’ etait en 2011.

  12. Waow, super le topo pratique !
    Pas sûre de pouvoir aller aux Raja Ampat un jour, mais en tout cas merci d’avoir regroupé et partagé toutes ces infos!

  13. J’ai pourtant habité 3 ans en Indonésie, et je n’y ait jamais mis les pieds. Il faut dire que c’est quand même super grand.

    Ce récit donne énormément envie d’y retourner ! Merci c’est très bien fait en plus (et j’aime beaucoup les petites misent au point dans la conclusion. Tellement vrai !)! 🙂

    1. @4CoinsduMonde: oui, l’Indonésie est immense, il y a quantité d’îles à découvrir. Quant à la Papouasie occidentale, ce n’est presque déjà plus l’Indonésie…

  14. Corinne , juste une question et puis j’arrête de t’embêter ; comment as tu fait pour te rendre de Sorong à Kri Island ? bateau rapide ou avion ? il semble que ce soit à 75 km de Sorong , c’est pas la porte à côté et comme la croisière se termine là et que notre retour se fait également de Sorong …tu vois mon soucis …Pour le reste c’est à peu près calé, Réunion /Jakarta en passant par Maurice et Dubaï , Jakarta Sorong , la croisière …on en rêve déjà !!!
    Merci pour toutes les infos , c’est que du bonheur …Si un jour tu comptes venir sur La Réunion je te rendrais la monnaie de la pièce !!!
    Yves

    1. @Yves: ce sont les resorts qui organisent en général le transfert entre Sorong et l’île où tu te rends.

      Dans mon cas, pour le premier séjour, c’était différent. Comme j’étais en croisière d’abord, j’ai rejoint Kri Island avec le Zodiac du bateau Black Manta, le dernier jour. On mouillait pas trop loin, ils m’ont donc déposée au ponton de l’île.

      Pour le second séjour, je me suis arrangée avec le Sorido Bay Resort de Kri : j’arrivais par avion à Sorong un jour qui normalement n’est pas le jour habituel de leurs transferts (ils affrètent alors un bateau pour leurs clients), mais c’était tout de même le jour des courses, si fait que j’ai fait la traversée Sorong-Kri dans le bateau qui transportait les provisions pour la semaine…

      Tu peux peut-être demander, comme moi, à te faire déposer en fin de croisière à l’île ou pas trop loin (genre à Wasai sur Waigeo). Parce que sinon, oui, c’est un peu bête de revenir jusqu’à Sorong pour ensuite refaire la traversée dans l’autre sens, et comme tu le fais remarquer, ce n’est pas exactement tout près…

  15. Bon ça y est, je me suis mis à R4 pour de bon moi aussi … 😉
    Un ou deux compléments à ton guide et quelques observations sur les resorts :

    – Sur Sorong, le Royal Mamberamo est un hôtel en ville que j’ai trouvé bien plus agréable à qualité équivalente que le JE Meridien pour une nuit, son restaurant est l’un des tous meilleurs indonésiens que j’ai fréquentés. de plus il est situé pas trop loin à pied de deux petits magasins d’art tribal sympa à ramener ou à offrir, dont l’inévitable koteka, pour les messieurs 😀 .

    – j’ai séjourné au RADL dans des conditions idéales, 5 guests au total dans le resort, 2 guides et un bateau pour moi tout seul, tout le personnel au patit soin. Les jeunes guides de plongée sont issus de Manado et super enthousiastes. Bungalows très confortables et bien construits, endroit idyllique. C’est vrai que la nourriture n’était pas forcément excellente, mais je mets au défin quiconque de trouver en Indonésie un resort avec des menus sympas… 🙄
    J’ai vu Kri Eco resort, que j’ai trouvé un peu lugubre d’aspect… et qui rapporté au prix au vu des prestations hyprabasiques, me donne l’iimpression d’une arnaque absolue. Sur que le luxueux Sorido est une autre histoire mais il faut pouvoir se le payer… Raja4divers me semble être très bien placé pour un deuxième séjour et pour varier les sites. Probable que mon 2eme séjour penchera entre RADL et Raja4Divers.

    – au niveau des plongées : extraordinaires pour la plupart avec une préférence pour Cape Kri, Sardine et Otdima. Par contre, mon bateau devait éviter les troupeaux issus des nombreux liveaboards en permanence sur la zone, quelquefois 6 le matin en faisant un 360° depuis Sardine. Je ne comprends donc pas forcément l’intérêt des croisières sur cette zone, d’autant que les dinghy étaient eux bien chargés et leur livraison bien bulleuse sous l’eau.
    En outre, en fin d’après-midi, je préfére profiter en solitaire sur mon ponton du ballet sonore des cacatoès à crète souffrée (merci à Henry, Zoologiste US rencontré au RADL, pour l’identification) autour des hautes cîmes de Mansuar, plutôt que de supporter le caquetage des plongeurs monomaniaques depuis le deck d’un bateau promiscuiteux. 8)
    Donc à moins d’entreprendre le Sud, on ne me verra pas de sitôt sur une croisière ❗

    1. @Wet&Sea / Ludovic : merci pour toutes ces infos complémentaires… Je rejoins ton point de vue sur les croisières. Sauf à vouloir descendre dans le sud, je n’en vois pas trop l’intérêt.

      Je suis ravie de voir que R4 t’a conquis, toi aussi. Je ne vais malheureusement pas pouvoir y retourner de sitôt et j’ai un peu peur de voir débouler des liveaboards toujours plus nombreux dans les années à venir… (soupir)

  16. @Wet & sea/Ludovic : A propos de RADL. Nous avions trouvé que les prix étaient excessifs (tout est cher dans le monde de la plongée en Indonésie, c’est vrai), mais payer 55$ pour une plongée supplémentaire voire 100 si tu es tout seul, c’est un peu abuser.
    Menu sympa? C’est vrai que l’Indonésie question nourriture, ce n’est pas la Thaïlande… mais nous nous sommes régalés au resort d’Alor Divers sur Pentar Island (voir compte-rendu de Ptites Bulles).
    La croisière? Nous en avons fait plusieurs aux Raja Ampat et avons aimé les plongées très tôt le matin ou de nuit, pouvoir aller jusqu’au Wayag (extrème Nord) où il y a des paysages extraordinaires, vers Missol ou Farundi (au Sud). En plus, nous avons la chance d’être sur un bateau avec un excellent cuisinier… Cela dit les plongées dans le détroit de Dampiere sont de loin les plus belles .J’espère pouvoir y retourner bientôt. Merci pour les infos pour Sorong, car c’est pas facile de trouver quelque chose où se loger.

  17. @isaM : il y avait un package plongées illimitées proposé au RADL c’est sur cette base que je suis parti …mais à l’exception d’une journée, je n’ai même pas fait les 4 plongées max par jour. C’est vrai que les suppléments sont chers : 100€ le supplément à la journée au Passage mais j’étais tout seul avec mon bateau et mes deux jeunes guides insaparables Gustin et Fadly (que nous avions vite surnommés Doublepatte et Patachon, des petits nouveaux avec une bonne pratique du guest service – formés par Marcel Hagendijk de Maluku Divers, puis guides sur le Damai svp-, probablement pas ceux dont tu as dû subir le peu d’enthousiasme 😉 ). Comparés aux tarifs de Kri… ce n’était pas dans la partie haute non plus.

    Retour sur la bouffe : ce n’est pas en Indonésie que j’attends le Nirvana, n’oublions pas que nous venons d’un pays ultrafavorisé en la matière. Donc sauf à tomber dans un resort français (chez Gilles) ou un resto de passionné mystérieusement localisé (Chez Clément à Lembongan), je n’espère rien du tout de ce côté…Ce qui rend finalement le Selles sur Cher, l’éclair praliné ou le Chateau Fonsalette 2007 désirables après 3 semaines dans les Moluques (quoiqu’on mange relativement bien à Maluku, comparativement à Flores par exemple). 😆

  18. Nous venons tout juste de quitter Raja Ampat 🙁 voici ce que nous pouvons vous dire:

    -le DROIT D’ENTRÉE est ENCORE de 500 000rp ( jusqu’à la fin de l’année d’après ce qu’ils nous ont dit au bureau au JE Meridien), mais ce badge est valable seulement jusqu’à fin 2013 (au lieu d’1an en temps normal?)

    -le BUREAU pour acheter le badge au JE Meridien N’OUVRE QUE À 10h ! Mais il y a le wifi dans le halle donc ça peut permettre de patienter.

    -nous n’avons eu aucun contrôle de bagde et ne l’avons jamais emmené avec nous car nous n’y pensions pas 🙁

    -nous sommes restés au YENKORANU HOMESTAY sur l’île de Kri et NOUS AVONS ADORÉ (lien: http://www.yenkoranuhomestay.com/index2.php?menu=home )
    Nous avons également fait les plongées avec eux, Elis (le « mono ») est très compétent et fais bien attention, son anglais est suffisant pour se mettre d’accord sur les plongées, le ferry, les choses essentielles en gros.
    Je déconseille cependant aux débutants-de-chez-débutants ( en effet un couple de débutants assez exigeant n’a pas aimé car ils auraient aimés qu’on les prennent vraiment par la main et qu’ils n’aient rien à faire, rien à penser et même pas à palmer contre le courant. Si vous êtes du genre à stresser vite allez plutôt plonger avec un resort ou vous trouverez surement plus d’encadrement et peut être un meilleur niveau d’anglais (mais je ne suis pas si sûre)…
    Pour infos nous sommes niveau 2 Français et Advanced avec environ 45-50 plongées réalisées avant Raja Ampat.

    -ATTENTION AU FERRY Sorong-Wasai, qui peut aussi bien partir en avance (si plein) que en retard (quasi 1h pour nous de retard à l’aller).

    Que dire de plus? Allez-y c’est vraiment MAGIQUE!!!!! Et les gens souriants et qui rigolent tout le temps un vrai bonheur!

    À ce propos merci beaucoup pour ton blog, il nous a beaucoup aidé à nous décider et à nous organiser.

    Sais-tu si il y a des associations pour aider à protéger Raja Ampat, ses fonds marins ou à permettre de faire quelque chose pour que ça ne devienne pas une poubelle géante?
    Car nous avons adorés mais il ne semble pas y avoir de système pour traiter les déchets, et nous avons pu ramasser plusieurs bouteilles flottant sur la mer 🙁

    1. bonjour a tous,
      je suis allé 2 fois au R4, la 1ere avec david sur son shakti pour une croisière sud fin 2011, la 2 eme sur le putiraja, le shakti etant complet, en aout 2012 pour une croisière nord. je m etais dit que c était bon, je n y retournerais plus, c était trop galère pour s y rendre, sans compter l aspect finances.
      et voila,que ca me démange, ce blog y étant aussi pour quelque chose.
      j ai prefere la 1ere croisière, david étant non seulement tres pro,mais aussi tres sympa. hélas, il s oriente de plus en plus vers des croisières kayak, pmt, moins contraignantes et qui lui permettent de faire, seul,des plongees d exploration de nouveaux sites.
      j ai chaussé mes palmes a sipadan ( du temps ou on pouvait loger sur place ), aux maldives….destinations qui sous l eau n ont pas grand chose a envier, mais au dessus de l eau, le R4 a des paysages a couper le souffle, je pense surtout a la vue qu on a au sommet du mont pindito, ile de wayag.

      1. @Gérard : hé, hé, ravie que mon blog te donne des « démangeaisons » de voyage… 😉

        Merci pour ton petit mot. Je te réponds pour ma part de Semporna… Je m’apprête justement à retourner voir pour la 3e fois à quoi ressemble Sipadan sous l’eau 8)

        1. Corrine, tu fais encore des envieux, est ce vrai qu on ne peut y plonger comme on veut, que des quotqs sont imposes, que certains operateurs sont privilégies ?
          Bonnes plongees.
          gerard

  19. @Gerard: je ne crois pas qu’il y ait de quota, pour l’instant et je ne sais pas du tout comment s’organisent les différents opérateurs là-bas… En principe, ils essayent de ne pas aller tous ensemble en même temps sur les mêmes sites, mais comme la popularité de Raja Ampat va croissant, rien ne dit que cela dure…

  20. bonjour, Corinne
    concernant les quotas de plongée et autres difficultés d’ accès , je pensais a sipadan et non au R4. Parait il que si on n’ est pas avec le « bon » opérateur, on n’ a pas droit de plonger comme on veut a sipadan.
    J’ attends ton debriefing, y a t il toujours autant de tortues ? de « tourbillons » de carangues et de becunes ?
    profite bien.

    1. @Gérard : Pour Sipadan, il n’y a pas de « bon » ou « mauvais » opérateur, que je sache… Les gros resorts de plongée se voient juste accorder plus de permis que les plus petits centres, puisqu’ils ont plus de clients.

      Le nombre total de plongeurs et snorkelers par jour à Sipadan est limité à 120. Il est donc préférable de réserver à l’avance ses plongées et son permis à Sipadan, plutôt que de compter sur la chance au gré des annulations possibles…

      Sur l’île voisine de Mabul, où la plupart des plongeurs logent, ceux qui n’ont pas de permis essaient de se rencarder d’un centre à l’autre, pour bénéficier d’une éventuelle annulation. Enfin, le seul moyen de plonger tous les jours à Sipadan même, c’est la croisière sur le Celebes Explorer.

      Enfin, oui, Sipadan est resté magique… J’ai déjà posté quelques images sur la page Facebook :
      http://www.facebook.com/media/set/?set=a.10153004219805158.1073741830.333947175157&type=1&l=1468706216

  21. J’étais en train d’essayer d’organiser un séjour plongée à Sipadan et Kankayan lorsque je suis tombée sur votre site Raja Ampat, et là j’ai « bu » carrément vos commentaires et l’envie d’y aller s’est fait ressentir, mais par contre cela me semble compliqué d’organiser ce voyage. Connaissant vous des TO qui puissent le faire ? Savez-vous si le budget est + élevé que sur Sipadan.? petite question également : ma femme ne fait que du snorkeling suite à un problème d’oreilles, pensez-vous qu’elle puisse quand même se régaler à Raja Ampat ? nous sommes allés 3 fois aux Maldives et revenons des Visayas et elle s’est régalée.

    1. @Dominique Dujardin: Relisez l’article… J’ai indiqué :
      – deux contacts francophones en Asie (Asiaqua et Dazzle Dive) qui peuvent organiser les choses pour vous (allez voir leurs offres sur leurs sites et prenez contact, ils vous répondront)
      – les liens des resorts que vous pouvez contacter et qui pourront vous aider à organiser le voyage (idem, prenez contact)
      – un lien vers des croisières (en anglais) où, pareillement, on pourra vous aider à organiser le trajet

      Côté tour-opérateurs « plongée », vous pouvez demander aux plus connus, mais les TO français n’ont pas le droit de réserver certaines compagnies locales indonésiennes qui sont en liste noire, donc ce sera à vous de le faire vous-même pour les portions de trajet concernées.

      Pour le snorkeling, oui, votre femme se fera plaisir à Raja Ampat !!!

      Enfin, oui, le budget est plus élevé qu’à Sipadan, mais tout dépend de votre niveau de standing…

      Bons préparatifs ! 8)

  22. Tout d’abord

    félicitations pour la richesse de ton site et merci de nous faire partager tes expériences.

    nous allons partir à Raja Ampat en fin février pour 15j.

    nous ne sommes pas fan des croisières et préférons loger sur les îles et pas forcement dans les resorts

    c’est pourquoi l’on va essayer de trouver des homestay dans le nord et le sud vers misool.

    Pour le nord qu’elle île nous conseilles-tu afin de pouvoir plonger au cœur des « top » spots? et si tu as des infos pour le sud on est preneur.
    quelqu’un t’a t’il parlé d’un homestay qui assure également de bonnes plongées.

    Merci d’avance

    jc

    1. @JC: Raja Ampat en février prochain ? Veinards !

      Dans le nord, il est préférable de loger sur les îles de Kri et Mansuar, qui donnent sur le Dampier Strait, où sont concentrés les spots de plongée les plus fameux. Sinon, ça peut être pas mal aussi de loger à Arborek, près du spot des raies-mantas.

      Côté homestay qui proposerait de la plongée (avec bouteilles), je n’en sais rien du tout, et ceux qui existent le font un peu de façon non-officielle, je pense… Car il y a en principe une lourde taxe à reverser quand on organise des activités de plongée, et puis il faut avoir le matos et aussi pouvoir l’entretenir, et tout ça n’est ni simple ni bon marché dans ces îles loin de tout (il faut un compresseur en bon état et un générateur qui marche, des bouteilles et des détendeurs, un bateau et du gazole en réserve, ainsi que les compétences pour la maintenance du tout et pour l’encadrement des plongées, etc.).

      Mais lis le commentaire de Domi, un peu plus haut, qui raconte son expérience avec le Yenkoranu Homestay, ça peut être une option…

      🙄

  23. salut Corinne,
    J ai comme projet depuis un moment R4, je suis actuellement a Bal ensuit Sulawesi, et les indonesiens ne me parlent que de R4 c est l occase pour moi dans duex Makassar, je ne suis pas plongeur plutot roots, mais j ai une experience de snorkling, crois tu que je devrais profiter que soit a Bali pour acheter mes PMT, ou peux t on trouver tout sur place a Sorong, je voyage hyper leger et ne voudrait pas m encombrer. Et felicitations pour ton blog tu transpires de generosite.
    Terimakassi
    Alain

    1. @Alinos : Un masque, des palmes et un tuba ne sont pas très « encombrants », à mon sens… Je ne sais pas du tout s’il est facile d’en trouver à acheter ou louer à Sorong ou à Waisai. J’imagine que l’activité touristique se développant, il y a bien quelques locaux qui auront pensé à se constituer un petit stock pour les louer ou les vendre aux visiteurs de passage, mais je n’en sais concrètement rien, c’est juste une supposition…

      Dis-toi bien que la Papouasie occidentale n’a rien à voir avec le reste de l’Indonésie, et encore moins avec Bali qui est très développée touristiquement parlant. Si tu aimes le snorkeling, ça peut être une bonne idée d’avoir ton masque à toi qui te va bien et qui ne prend pas l’eau, ainsi que des palmes à ta taille, pas seulement pour Raja Ampat, mais pour toutes les autres sorties PMT que tu pourras avoir l’occasion de faire. Et puis, si ça t’encombre un jour, tu pourras toujours les donner ou les revendre…

      Selamat jalan !
      8)

  24. Bonjour Corine,

    Tu parle au début de ton blog d’un nouvel aéroport, Waigeo, qui à été inauguré il y a 1 ou 2 ans. Si je comprends bien, cet aéroport serait au coeur de Raja Ampat et permettrai un gain de temps au niveau du transport. As tu des infos sur les éventuelles liaisons aériennes sur ce lieu. Car j’ai cherché un peu mais je n’ai rien trouvé…

    Merci d’avance pour ta réponse,
    Flavien

  25. Bonjour Corinne

    sur ton site tu présentes en intro une jolie photo de rajat ampat.

    Connais tu l’endroit précis de la photo

    bien amicalement

    jc

    1. @JC : Cette photo, qui provient du site Oceanicliveaboard.com est une vue aérienne prise du côté de l’archipel de Wayag, je pense, dans le nord des Raja Ampat. Fais une recherche sur « Wayag » dans Google Images, tu en trouveras plein d’autres…
      🙄

  26. Bonjour,

    Un petit mot pour apporter une petite pierre a l edifice, qui ne se veut pas coupante mais plus anguleuse,constructive.Sublimer un lieu, l encenser me laisse dubitatif,je prefere donner des notions objectives ,sans poser mes reves au milieu,de facon a aiguiller les eventuels voyageurs au mieux.

    5 eme sejour dans le rajah ampat depuis l annee 2000/2001 ou j ai decouvert la place grace a des amis indonesiens de sorong.

    Le Rajah ampat n est plus qualifiable de hors de sentiers battus: 9 resorts de plongee et 48 live aboards operationels sur la zone, un port ultra moderne ou accostent une a deux fois par jour des speed boats equipes de karaokes,une piste d aeroport,du reseau telephonique dans de nombreux endroits, des routes goudronnees sur waegio, des voitures et des camions sur cette meme ile.
    Un endroit n est pas sublime puisque isole, il est sublime pour un environnemet preserve par exemple.

    il n y a pas moins de 10 plongeurs de 8 heures du matin a 15 heures sur le site a manta, et ceci chaque jour, sans aucun quota.Les apparitions deviennent par consequent plus irregulieres.

    les homestays (bungalows de plage, pas resort de plongee) poussent comme des champignons, y compris sur l ile aux chauves souris qui ont decampees depuis mon dernier passage en 2012.

    presence de chinois comme partout en Indonesie pour inciter les locaux a pecher les requins, dont la presence devient de plus en plus irreguliere: euphorie en appercevant un requin gris de 1 metres de long sur le site de Blue Magic sur un sejour de 10 jours…

    poubelles deversees par les ferrys entre sorong et waisai, bouteilles plastiques et sandalles derivantes de plus en plus presentes, voir jonchant de plus en plus de plages.

    l archipel des Togians, pour ceux qui connaissent, est devenu tellement plus hors des sentiers battus et moins surfait..

    les prix des resorts plongee sont globalement dementiels aux vues des prestations ( Les maldives ou tubatha reef permettent de voir bcp plus de gros avec bcp moins de monde a present), et de l ordre de ceux pratiques en polynesie ou je travaille occasionnellement,ce qui, avec un personnel paye 50 euros par mois et beaucoup moins de taxes qu en subissent les polynesiens(autrement plus isoles au milieu de rien) est proprement scandaleux.

    Pour ceux qui veulent du lointain dans le meme secteur, je conseillerai les croisieres faisant un detour par Triton Bay/Misool.

    les paysages en revanche restent beaux et sauvages, mais comme enormement d endroits en Indonesie hormis java, bali et certains lieux immondes de sumatra et kalimantan.

    Je peux etayer mes affirmations pour tout voyageur soucieux d avoir des tuyaux objectifs sur le Raja Amat, mercid de laisser une adresse mail.

    cordialement

    Emmanuel

    Le corail mou reste cependant

  27. Je reviens de Raja Ampa : vraiment merci à toi Corinne pour toutes les infos (et pour l’enthousiasme communicatif), c’est ce blog qui a été décisif dans le choix d’aller là-bas.

    Concernant les remarques d’Emmanuel ci-dessus :

    « Le Rajah ampat n est plus qualifiable de hors de sentiers battus: »
    > C’est pourtant comme cela que je la qualifie. Comme qualifierez-vous l’île de Sein pour un habitant de Jakarta ? Est-ce que ça ne serait pas une destination « hors des sentiers battus » ?

    « 9 resorts de plongee et 48 live aboards operationels sur la zone »
    > Sur Kri il y a quatre homestays (maximum 10 chambres chacun) et deux resorts. On peut pas dire que c’est surpeuplé…

    « un port ultra moderne ou accostent une a deux fois par jour des speed boats equipes de karaokes,une piste d aeroport,du reseau telephonique dans de nombreux endroits, des routes goudronnees sur waegio, des voitures et des camions sur cette meme ile. »
    > Kri, Gam, Arborek, Mansuar et toutes les îles de Raja Ampat (à part Waigo) : 0 karaokes, 0 pistes d’aéroport, 0 route, 0 voiture, 0 camion. Et personne ne reste sur Waigo plus d’une demi-heure, c’est une île qui ne sert qu’à transiter vers la destination finale.

    « Un endroit n est pas sublime puisque isole, il est sublime pour un environnement preserve par exemple. »
    > Certes. Mais mon expérience de voyageur m’a appris que seuls les endroits difficiles d’accès garantissent d’échapper au tourisme de masse, et donc d’avoir plus de chances d’accèder à un environnement préservé. Et aller à Raja Ampat pour moi ça a été : Paris > Hong-Kong (avion), Hong Kong > Jakarta (avion), Jakarta > Sorong (avion), Sorong > Waigo (ferry), Waigo > Kri (speedboat). J’ai beaucoup voyagé, et on peu dire que l’accès à Raja Ampat est difficile.

    « il n y a pas moins de 10 plongeurs de 8 heures du matin a 15 heures sur le site a manta, et ceci chaque jour, sans aucun quota.Les apparitions deviennent par consequent plus irrégulières. »
    > Effectivement. C’est le seul site on j’ai vu d’autres plongeurs, sur TOUS les autres nous étions seuls, pas d’autres bateaux. Et si la présence de 10 personnes suffit à vous gâcher complétement la magie dégagée par les raies Manta (observables pendant toute la plongée à quelques mètres sur deux plongées), c’est peut-être un peu dommage.

    « les homestays (bungalows de plage, pas resort de plongee) poussent comme des champignons, y compris sur l ile aux chauves souris qui ont decampees depuis mon dernier passage en 2012. »
    > Effectivement, des homestays sont en construction. Au point que cela altère la magie du lieu ? Pour moi non. Çà fait vivre des familles papoues, pour une fois que des locaux profitent du tourisme… On verra comment cela évolue.

    « presence de chinois comme partout en Indonesie pour inciter les locaux a pecher les requins, dont la presence devient de plus en plus irreguliere: euphorie en appercevant un requin gris de 1 metres de long sur le site de Blue Magic sur un sejour de 10 jours… »
    > J’ai pu voir 5 espèces de requins lors de mon séjour (requins gris, requins pointe noire, requin pointe blanche, requin tapis, requin marcheur), ce qui m’a semblé tout à fait honorable. Après effectivement qu’il y a des endroits ou il y en a plus, je n’ai pas une grosse expérience.

    « poubelles deversees par les ferrys entre sorong et waisai, bouteilles plastiques et sandalles derivantes de plus en plus presentes, voir jonchant de plus en plus de plages. »
    > Quelques détritus ça et là effectivement (on m’a aussi parlé des poubelles de ferries), mais pas devant les homestays (qui font le ménage). « Joncher » me semble exagéré (pour ce que j’ai vu). Ceci dit de toute façon les plages ne sont pas extraordinaires (là aussi pour ce que j’ai vu).

    « les prix des resorts plongee sont globalement dementiels aux vues des prestations ( Les maldives ou tubatha reef permettent de voir bcp plus de gros avec bcp moins de monde a present), et de l ordre de ceux pratiques en polynesie ou je travaille occasionnellement,ce qui, avec un personnel paye 50 euros par mois et beaucoup moins de taxes qu en subissent les polynesiens(autrement plus isoles au milieu de rien) est proprement scandaleux. »
    > Effectivement les resorts pratiquent des prix que je trouve moi aussi délirants (mais bon il en faut pour tous les goûts, ils trouvent bien des clients). Quand à moi : 12 nuits en pension complète (confort très basique) et 9 sorties plongée (pour DEUX personnes) = 1000€ au homestay Yenkoranu. 100% des revenus générés par le homestay sont pour la famille papoue à qui il appartient. Au Maldives avec ça on va vraiment pas loin, et les maldiviens font juste le service… Quand aux Maldives « avec bcp moins de monde » : 958 027 visiteurs pour l’année 2012…

    « Pour ceux qui veulent du lointain dans le meme secteur, je conseillerai les croisieres faisant un detour par Triton Bay/Misool. »
    > Et les prix des croisières, vous les trouvez comment ?

  28. Merci pour votre blog il est surperbe.. et nous explique très bien comment y aller.
    pour ma part ça sera pour mes 50ans et les 18ans de ma fille

    Amicalement

    fréd

  29. Bonjour Corinne
    merci pour toutes vos explications et votre blog très instructif
    nous devrions atterrir avec mon épouse sur Ambon en février mais comme nous ne sommes pas des super plongeurs (juste une croisière en Mer rouge), on aime le snorkelling
    Raja Ampat n’est probablement pas trop idéal pour nous encore
    est ce que vous connaissez les Molluques (Je n’ai pas lu d’articles sur cette partie de l’Indonésie sur votre Blog) et est ce qu’on faire de belles plongées et s’initier sur ces îles ?
    encore merci à vous,

  30. Excusez moi je vous ai écrit un commentaire en vous demandant des conseils sur Les Molluques et je viens de m’apercevoir que vous avez consacrez un article sur le sujet des Molluques: WEDA (HALMAHERA) + BANGKA (SULAWESI) – MARS 2013 que je n’avais pas vu et qui donne déja quelques infos sur les Molluques du nord mais peut être avez vous un retour à faire sur les Iles bandas et Kei Basar

    1. @Jean-Claude : pas de souci… 🙂 En fait, je ne connais pas vraiment les Moluques, je ne suis allée qu’à Halmahera dans le nord, en effet, et encore, je n’ai vu qu’une toute petite partie de l’île, uniquement la baie de Weda et ses alentours. Désolée de ne pas pouvoir vous en dire plus. Les Moluques feront l’objet d’un futur voyage, sûrement, en ce qui me concerne…
      🙄

  31. Bonjour, comme promis après un séjour à Raja Ampat en Juillet dernier (organisé notamment à l’aide des infos trouvées sur le blog), voici un petit retour d’expérience.

    Déjà pour ceux qui en douteraient encore, le long périple jusqu’à là-bas vaut largement le détour… à condition d’avoir un peu de temps.

    Et depuis peu, il est possible de plonger dans une structure de qualité avec un budget serré :
    Nous avons testé l’un des derniers resorts qui a ouvert : Raja Ampat Biodiversity Eco Resort.

    Bilan parfait : Petit prix, Seulement trois petits bungalows en bois très simples mais super classes à la lisière de la jungle, collés à la bande de sable d’une plage déserte. Rey et Patricia, les jeunes proprio, supers sympas, ajouté à cela une super nourriture et évidemment de supers plongées…

    Rien à dire!!

    Par contre attention, ce n’est pas un hôtel de luxe : par exemple le WC et la douche (à l’indonésienne = bac d’eau et un seau pour ceux qui n’ont pas encore eu ce plaisir ) sont dehors à quelques mètres des bungalows!!!!

    Mais si on sait à quoi s’attendre, cela n’est vraiment pas du tout gênant!

    Bref, n’hésitez pas allez-y!

    Attention par contre, le voyage est très long et assez fatiguant, donc n’hésiter pas à prendre une ou deux journées de repos avant de plonger. D’autant plus que le caisson le plus proche
    (enfin le moins éloigné) est à plusieurs heures d’avion…

    En tout cas séjour inoubliable à conseiller. 😉

    Merci encore pour les infos de ton blog.

    1. @Yohann : super, merci pour le compte rendu et toutes ces infos !!! J’avais déjà rajouté le Raja Ampat Biodiversity Resort dans la liste, dans l’article. Je suis bien contente que vous ayez apprécié l’archipel et les plongées autant que moi.
      🙄

  32. Bonjour,

    Bravo pour ce site et ces nombreux conseils.
    Nous sommes en pleine préparation d’une croisière à Raja Ampat, cependant nous avons un doute quant à la visibilité qui ne semble pas excellente, qu’en est il vraiment ? Les plongées sont elles toutes dans le courant ou seulement certaines ?
    Merci d’avance

    1. @Mangin: La visibilité dépend de plein de conditions : pluie, marée, houle, plancton, courants, saisons, etc. Je l’ai souvent trouvé très bonne à Raja Ampat. Elle était rarement médiocre, même en juillet quand il y a beaucoup de vent et de houle. Je dirais que la plus mauvaise visi devait être dans les 15-20 mètres. La meilleure bien au-delà…

      Toutes les plongées ne sont pas dans le courant, mais les plus belles, les plus foisonnantes de vie sont celles des sites où il y a du courant, et il peut être très fort, mais les guides savent en principe gérer la plongée. Un crochet est indispensable pour profiter du spectacle avec plaisir, sans s’épuiser.

      Bons préparatifs !
      🙄

  33. bonjour corinne

    quelle iles serait sympas pour plongée en masque tuba chasse sous marine gros poissons et peche du bord (gros poissons )
    merci beaucoup , meme si vous pouvez pas m’aidé

    1. @Simon : je ne sais pas trop Simon, d’autant qu’une vaste partie de la zone des Raja Ampat est désormais protégée, il ne doit pas être permis d’y faire de la chasse sous-marine ni de la pêche du bord…

  34. bonjour,

    cest en cherchant des rensignements que je suis tombe sur votre blog…merci de partager votre experience et vos conseils mont ete tres utiles lors de mes recherches. je suis en plein preparatif actuellement a lubuanbajo (flores) ou je passe mon paddi et certainement advanced…mais jai « peur » que ce ne soit pas suffisant (environ 9 plongees) avant de pratiquer au detroit de dempier. je suis en attente dune reponse de raja ampat biodiversity (je vais loger au nudibranch moesaty…si quelqu un y a deja etait…commentaires?) sur mon niveau et jaimerais aussi avoir le votre si possible ou celui des lecteurs.

    merci davance

    nicolas un novice dans la plongee qui la chance de pouvoir aller sur les iles raja ampat 😉

    1. @Nicolas : on vous fera faire des plongées adaptées à votre niveau. Mais il est certain que 9 plongées, c’est « un peu court » comme expérience… Ceci dit, si vous êtes encadré comme il faut, vous devriez pouvoir profiter des beautés des sites. Et si vous voulez passer l’Advanced, il vous faudra au préalable cumuler un peu plus de plongées (je ne me rappelle plus du seuil requis). Et le détroit de Dampier est un endroit merveilleux pour cumuler cette expérience… Mais après, vous trouverez tous les autres sites bien fades en comparaison !

      Bons préparatifs !
      🙄

  35. Bonjour Corinne,
    Chose promise, on complète ton blog avec des infos homestay.
    Nous avons passé 10 jours sur l’île de Kri, au homestay Yenkoranu.
    Nous étions logés dans les bungalows propres et jolis donnant directement sur la plage : carrelage au sol, lit avec un bon sommier, matelas supplémentaire, moustiquaire nickel, WC et douche (bac d’eau et un seau) privée, toit traditionnel (feuilles de coco tressées), murs en bois, porte qui ferme à clé, vitres et même un ventilateur dernier cri.
    Il y avait aussi les mêmes bungalows mais ne donnant pas sur la plage pour un peu moins cher et des longhouses composés de 2 et 4 chambres très basiques et peu spacieux (un lit, une moustiquaire, une cloisons en bambous, 1 WC commun à l’extérieur). Moins chers certes, mais peu d’intimité et beaucoup de bruit (compresseur et WC à proximité).
    Les repas étaient corrects : souvent du poissons sauce avec du riz et des légumes + des fruits. Thé + café + eau à volonté toute la journée. Petits déjeuners parfois bons parfois étonnants (genre gâteau à rayure vert fluo et beige, pas mauvais). Le poisson était frais (péché et dépieuté directement sur le ponton, les requins du house reef ont fait une orgie). Des fois, des petits beignets ou fruits pour 4 heures.
    Penser à amener des petits gâteaux, car pas de magasins sur l’île.

    Questions plongée, le matos était en très bon état, autant stab, détendeurs que combi. Les bouteilles étaient gonflées toute la nuit (le compresseur tournait en continu ou presque, ce qui fait entre autre qu’il y avait de l’électricité toute la nuit dans les chambres). Pour les sites de plongée, Alex (le GO de Yenkoranu !) proposait le soir 1, 2, voir 3 plongées, il fallait juste s’inscrire. Il était assez ouvert sur le choix des sites de plongées (on pouvait faire nos propositions) et en général, quand il déconseillait un site à un moment donné, c’était pour des raisons justifiées (mauvais timing pour la marée, courant trop fort, trop de houle ….) Au final, on a pu plonger à tous les endroits qu’on voulait et certaines plongées étaient en mode VIP (parfois un seul plongeur). Pour les plongées les plus lointaines, il y avait un supplément raisonnable (6 à 12 €), sauf quand on était beaucoup (pas de supplément).
    En plongée, Elis était un bon chef de palanquée et un excellent guide de plongée (le meilleur d’ailleurs qu’on a jamais vu). Capable de repérer des bestioles improbables. Yopi était pas mal non plus, quoi qu’avec un peu moins d’expérience. L’autre moniteur était moins bon et moins motivé.
    Durée des plongées : max 70 minutes, mais on a poussé parfois jusqu’à 80, 85 minutes tellement il y avait des choses à voir et Elis avait toujours le sourire ! Ca c’est vraiment appréciable.
    Et que nous sur les sites, donc peu de personnes.
    Par contre, en raison du courant qui peut être très fort (le summum étant The Passage, mais quelle merveille), du fait qu’il n’y a pas de caisson à Raja Ampat, pas de bloc sécu sur le bateau et peut-être pas d’oxygène (en tout cas, on en a pas vu), vaut mieux avoir pas mal de plongées derrière soit.

    D’autres activités étaient aussi systématiquement proposées (snorkeling sur différents sites, oiseaux de paradis à Gam, journée à Fam avec snorkeling et/ou plongée, raies mantas, grimpette au sommet de l’île, …). Pour un prix lui aussi tout à fait raisonnable. Pareil, inscription le soir après le repas, donc moment à ne pas louper.
    Et puis rester dans le coin valait aussi le coup : hamacs sur une terrasse couverte du ponton, balade le long de la plage, snorkeling sur le house reef (dans les endroits pas défoncés, y a du monde : une trentaine de perroquets à bosse, napoléon, pointes blanches, poisson croco, batfish, tortues, et tout le reste), et même ping pong (table bricolée et peinte pendant notre séjour !) …
    Le staff était vraiment vraiment hyper tranquille et sympa (jamais de problème, que des arrangements). Et souriants. Que ce soit Grace la patronne, Alex le GO, Elis et Yopi les dive master, les femmes à la cuisine, les cap’tains de bateau ou tous ceux qui traînaient dans le coin, sans oublier le petit garçon (oublié son prénom) et Elvis le chien. Au bout d’une semaine, on avait l’impression de faire partie de la famille.

    Question budget :
    – la pension complète en bungalow privé : 800 IDR pour 2 (soit 48 €)
    – la pension complète en longhouse : 500 IDR pour 2 (soit 30 €)
    – la plongée : 450 IDR / pers / plongée (soit 27 €), avec une plongée gratuite au bout de 10 et une réduction si on amène son matos
    – le transfert : 450 IDR par trajet (je ne sais pas si c’était pour le bateau ou pour 2)
    – excursion à Fam (super beau mais 2 h de bateau) : 500 IDR / pers (soit 30 €)
    Pour payer, penser à prendre un max de liquide en roupies (on peut les confier à Grace, c’est hyper sûr). Mais comme toujours, si pas assez de liquide (on est vite coincé avec un montant maximum de retrait par jour; visa acceptée à Sorong mais pas à Waigeo), il y a moyen de s’arranger (au retour à Sorong avec sa famille. Ne pas abuser cependant).
    Avons-nous été chanceux, particulièrement sympa, est-ce parce que nous sommes restés longtemps, ou bien est-ce l’état d’esprit de cette famille, mais au final, Grace nous a fait une sacrée ristourne. En nous offrant une jolie orchidée en partant.

    Vraiment une jolie tranche de bonheur dans un coin magnifique, autant sur l’eau (Fam est une perle) que sous l’eau (quelle diversité de fou).
    Il est tout à fait possible qu’on y revienne.

    Encore merci Corinne pour ton blog qui nous a été bien utile pour préparer notre voyage.

    1. à propos du commentaire de JC et Murielle, commentaire qui tire sur le compte-rendu de voyage, je regrette que le site bonsetmauvaisplansplongées (BMPP) ait disparu. On y trouvait exactement des récits biens documentés et sensibles sur les séjours et infrastructures. Merci d’avoir pris le temps de transmettre votre expérience, cela est utile à tous, car les informations ne sont pas pérennes et il est toujours bon d’avoir des nouvelles actualisées. Merci également à Corinne d’héberger et de susciter toutes ces réactions sur les raja-ampat (entre autres).

    2. Bonjour
      J’actualise ces infos suite à mon deuxième séjour à Raja Ampat (31 janvier-14 février).
      Je suis retournée à Yenkoranu. Le staff était toujours vraiment aussi sympa (peut-on parler de staff quand certains sont plus des amis ?) mais les prestations se sont un peu détériorées à mon sens. Les bungalows n’ont pas été entretenus depuis l’année dernière, ce qui fait que les robinets ne marchent plus, les portes sont défoncées, etc .. Le matos est je pense aussi le même que l’année dernière, donc les combis commencent à être trouées. Les stabs et détendeurs sont eux en bon état. Question nourriture, ce n’est plus ce que c’était. Grace la patronne est partie et ça se ressent : il n’y avait pas de gouters après la plongée, pas toujours des fruits aux repas et certains soirs pas assez à manger pour tout le monde (et pourtant je n’hésitais pas à aller en cuisine demander du rab). Les prix du logement sont les mêmes, mais la plongée a augmenté: c’est maintenant 550 000 roupies avec matériel et 450 000 sans. Et il y a systématiquement un supplément pour les sites lointains (+ 300 000 pour le passage par exemple). Et pas de négociation possible, même après 11 nuits ! Les quelques points qui ont été améliorés sont la bouteille d’oxygène, le bateau avec un toit et certains personnels qui parlent mieux anglais, donc échanges beaucoup plus facile.
      Ils étaient en train de construire d’autres bungalow. Et maintenant, on peut acheter des bières (pour ceux qui ne peuvent pas s’en passer).
      C’est toujours moins cher que les resorts, mais d’autres homestay ont été construits le long de la plage à Kri avec des prestations qui semblent meilleures (situation de la chambre, beauté de la construction et nourriture) pour moins cher. Je pense que Yenkoranu risque de souffrir de la concurrence, d’autant qu’on peut dormir ailleurs et plonger à Yenkoranu. D’autres homestay aussi proposent de bonnes prestations à Waigeo et Gam et certains ont un centre de plongée. Plus d’infos sur stayrajaampat.com.
      C’est pas toujours facile de contacter les homestay. Il faut s’armer de patience, utiliser les SMS et au pire, organiser ça depuis Sorong (à l’agence du méridien)
      A savoir :
      – il y a maintenant un caisson hyperbare à l’hôpital de Waisai, mais pour l’instant il n’a jamais servi
      – trois fois par semaine (de mémoire lundi, mercredi et vendredi, mais à vérifier) il y a un petit avion qui fait l’aller-retour Sorong – Waisai le matin pour pas trop cher (de l’ordre de 300 000 IDR l’aller).
      – le permis d’entrée à Raja Ampat est passé à 1 million de roupies

      Et pour répondre à la question de Mido1w, non le précédent perroquet n’a pas survécu à l’un de ses combats pour s’amuser avec l’un des chiens. Ranu l’a remplacé et il est parti sur les même bases à vouloir se battre avec les petits chiots de quelques jours !

  36. On est resté 10j au Yenkoranu en juin-juillet 2013 et on en garde un souvenir mémorable. À ce moment la table de ping-pong et les bungalows VIP n’étaient pas là/finit mais les gâteaux verts fluo du goûter si 🙂 merci de nous avoir fait revivre ces moments avec votre commentaire et merci de leuf faire de la bonne pub car c’est vrai qu’ils le méritent (accueil, encadrement, ambiance, cadre, nourriture…)
    Est-ce que le perroquet gourmant (Koureb) fait encore partie de la famille?

  37. Glander dans le hamac au bout du ponton chez Yenkoranu après une plongée est dans mon top 10 des meilleurs trucs à faire dans la vie (bien mieux que les Maldives à mon goût par exemple – j’échange sans problème ma semaine aux Maldives de 2012 contre une journée au Yenkoranu).

    Récit et info pratiques concernant mon séjour (c’est bien la première fois que je vois un endroit dont tout le monde – y compris moi – à spontanément envie de faire la publicité) :
    http://www.plongeur.com/forums/showthread.php?p=1202426

  38. Ca y est, nous partons à Raja Ampat dans un mois! Et on ne peut pas nier que tes articles sur Raja Ampat n’y ont pas été pour quelque chose. Pas évident de décider de partir si loin dans un endroit si reculé, mais tes conseils rendent la préparation du voyage moins périlleuse. Merci!

  39. bonjour

    le blog, et la plupart des post sont passionnants et me plongent sous l’eau 🙄 🙄
    Rien que pour ça ,merci.

    J’envisage d’aller à RAJA AMPAT après le 14 juillet (après avoir fait KOMODO à la même époque l’année dernière en liveaboard )
    Confirmes tu que tu as fait ton séjour début juillet,et que les croisières sont à proscrire en juillet ?
    merci

  40. Bonjour Corinne,
    Merci pour toutes ces infos
    Je te dois un resto sur bali en toute amitie
    Bonne chance
    Roger

  41. Selamat pagi !!!

    J’ai découvert les Rajas par ton blog, et je tenais en t’en remercier 😉 sempurna

    J’y ai passé 6 semaines tout simplement magiques.
    Je tiens également à remercier les gens qui ont posté des infos.
    Je poste juste une petite info, la saison des mantas cette année c’est arrêté début mai… mais tout avril manta et manta océanique étaient présentes.
    Il semblerai que les mantas reviennent en septembre en grand nombres, surtout de jeunes spécimens. « infos locales »
    L’île d’Arborek n’est vraiment pas loin de manta point et manta sandy, mais il n’y a pas de club de plongée sur l’île.
    Quand j’y étais il revenait plus cher de se rendre en bateau d’Arborek que de Kri pour y faire du snorkeling.
    Le snorkeling est pour moi la meilleur façon de les observer, mais surement celle qui a le plus d’impact sur les animaux.

    Après les requins baleines du Mexique, à quand les requins baleines de Nabires 😉
    Profite bien de ton voyage.

    Vincent

  42. Bonjour corinne,

    j’ai adoré lire votre blog, je suis actuellement en Asie du sud est et planifie de faire une croisière longue sur l’archipel indonésien Rajat ampat.
    J’aurais voulu savoir si vous aviez une compagnie a me recommander ?
    Si oui comment les contacter?
    Je voulais aussi vous demander si vous aviez déjà plongé aux Maldives?
    Si oui que me recommanderiez-vous entre une croisière aux Maldives ou rajat ampat?

  43. Bonsoir Corinne,
    Merci beaucoup de nous avoir cité dans cet article!
    On ne peut que conseiller ce resort Papua Explorers!
    Merci aussi pour cet article où nous avons trouvé une mine d’informations utiles avant notre voyage à Raja Ampat. On suit tes voyages depuis quelques mois maintenant et on s’inspire souvent de ton site avant de décider les prochaines destinations de plongée 😉
    A bientôt
    Anne-Sophie et Marco

  44. Salut Corinne,
    En lisant ton topo, je me disais: elle pourrait être journaliste cette nana!! Gagné! Tu met plus que l’eau aux palmes avec ta description du trip, et merci.
    La douloureuse l’est semble t il vraiment (5 à 6k€) et je connais bien Abyss pour sa qualité de prestation, mais si tu as un conseil sur le choix du prestataire, mes amis et moi -même t’en serions reconnaissants, voire juste une idée du budget que tu as mis perso dans ces voyages, histoire de voir si le surcoût TO par rapport à l’organisation perso en vaut la peine ou pas.
    En tout cas merci pour ton travail remarquable.

    1. Je me permets de réagir au post de « grosmerou ». Nous avons été plusieurs fois en Indonésie dont 6 aux Raja-Ampat et avons toujours organisé nos voyages tout seul. Cela demande parfois un peu plus de temps, mais cela permet d’avoir un contact en amont avec les infrastructures. La préparation et l’organisation de son voyage, c’est aussi une façon de rêver. Il faut savoir que les TO proposent en général un choix limité de prestations par rapport à l’existant (voir sur les Raja-Ampat par exemple, les « petits resort » ne sont pas dans les catalogues et qu’il est facile de trouver des infos sur le web et sur de nombreux blogs (type les petites bulles). Cela revient quand même moins cher que de passer par un TO (il faut bien qu’ils gagnent leur vie). Il faut savoir que sur l’Indonésie, de nombreuses compagnies aériennes étant black-listées, la plupart des structures plongées proposent de s’occuper des vols intérieurs, sans augmentations de tarifs. Après, il y a les vols internationaux … vive le web ! Personnellement j’éprouve une certaine satisfaction à me débrouiller comme une grande et mine de rien, cela nous revient moins cher (attention: cela n’est pas vrai pour toutes les destinations comme les Maldives ou l’Egypte par exemple). Isabelle et Marco http://www.ontheploufagain.com

      1. Merci pour ce retour Isabelle, je vais donc essayer de me lancer dans cette aventure qui m’effrayais un peu vu la méconnaissance totale que j’ai de ce coin ci en particulier, même si j’ai organisé pas mal de trips ailleurs. Allez: banzaï !

    2. Grosmérou : Tu as déjà une réponse contructive d’IsaM dont je rejoins le point de vue :
      http://petitesbullesdailleurs.fr/2013/03/03/voyage-raja-ampat-infos-pratiques/comment-page-1/#comment-6895
      Tu peux aussi lire le compte-rendu « petit budget » de JC et Muriel plus haut dans les commentaires :
      http://petitesbullesdailleurs.fr/2013/03/03/voyage-raja-ampat-infos-pratiques/comment-page-1/#comment-6679

      Il m’est toujours difficile de donner un budget précis ou de recommander un prestataire en particulier, tant les critères et attentes peuvent varier selon les voyageurs-plongeurs… Et les voyages dont je parle dans cet article remontent à 2012, les tarifs ont forcément changé depuis. Je n’ai plus en tête les prix de la croisière que j’avais faite avec le Black Manta (j’ai un peu la flemme de refarfouiller dans mes notes et factures de l’époque) mais les tarifs sont indiqués sur les sites des prestataires, il suffit d’aller dessus pour se faire une idée du budget requis, pour une croisière ou un séjour dans un resort, d’y ajouter le prix des billets d’avion, et de voir la différence avec le package proposé par un TO…

      Moi j’aime bien m’organiser seule et faire les choses à mon idée, mais pour les gens qui ont du mal avec les échanges d’e-mails en anglais et n’ont pas envie de s’embêter avec la logistique, le plus simple est en effet de s’adresser à un TO. Si le tarif reste raisonnable pour le service rendu en terme d’organisation, pourquoi pas… Chacun fait en fonction de ce qui lui convient le mieux.

      Après comme toujours, ce n’est pas seulement une question de prix, mais de rapport qualité/prix : qu’est-ce que tu as pour le budget que tu vas débourser… Pour ma part, maintenant que la photo subaquatique est devenue importante lors de mes voyages-plongée, j’avoue que disposer d’un certain confort pour pouvoir prendre soin de mon petit matos fragile (appareil photo, caisson étanche, ordi, etc.) est désormais un critère important, de même qu’avoir des bateaux bien adaptés pour la plongée, avec de bons moteurs, ainsi que des dive-guides qui connaissent très bien les sites, et qui peuvent m’offrir un service quasiment « à la carte », en tout petit comité…

      Bref, quand je m’organise moi-même, je n’obtiens pas forcément le voyage le plus économique, mais le plus adapté à mes critères. En général, je me débrouille tout de même pour dénicher des billets d’avion à pas cher jusqu’à un hub asiatique (je surveille les promos des compagnies aériennes, et là par exemple j’ai dégoté un A/R Paris-Jakarta sur Emirates à 549€). Après, j’estime qu’il faut à la louche autour de 200-300€ pour les vols A/R entre Jakarta-Sorong, je ne suis pas encore allée voir de près pour mon prochain voyage… Ensuite, tout dépend de la durée du séjour et des prestations sur place : comme je disais plus haut, le mieux est d’aller visiter les sites web des resorts et des croisiéristes, de sélectionner ce qui correspond au budget que tu peux te permettre, puis de comparer en tenant compte des services proposés (tarifs dégressifs sur les packs de plongée, nitrox gratuit ou pas, taille des palanquées, autres activités que la plongée, etc.).

      Quels que soient la manière dont tu t’y prennes et le budget que tu y consacreras, je peux te garantir que tu ne seras pas déçu. Raja Ampat vaut vraiment la peine. C’est, de loin, le coin le plus spectaculaire que j’aie jamais exploré lors de mes voyages-plongée…
      🙄

      1. Une nouvelle fois merci pour tout le temps que tu passes à donner des billes et répondre à nos questions. Moi aussi je vidéotte à tout va, et le confort et la place sont des critères importants en effet. Je gratte pour trouver le bon deal, et espère pouvoir faire ce trip tant vanté par tous ceux qui l’ont fait. Je raconterai…

  45. bonjour a tous,
    le shakti fait une promo autour de noel et une autre mi janvier. j’ai passe 10 jours en dec 11 et meme s il n y a pas tout le confort sur ce bateau ( 3 sdb pour 5 cabines ), la croisiere a ete magique. dave, le proprio est super pro.
    si je ne demeurais pas a l autre bout de la planète, je signerais de suite pour janvier.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1,5K Partages
Partagez1,3K
Tweetez52
Enregistrer128
Partagez