Ce coquillage-là est un monstre. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle « bénitier géant ». Je n’en ai jamais vu d’aussi gros qu’à Raja Ampat.

Les bénitiers géants de Mioskon

Ah, l’Indonésie… Je n’en finis pas de m’extasier sur les surprises que me réserve chaque nouveau voyage là-bas.

En juillet 2012, de retour dans l’archipel de Raja Ampat, tout continue de m’émerveiller. C’est mon deuxième séjour en ces lieux (voir le premier : en mars 2012), mais impossible d’être blasée.

Bénitier géant. Mioskon. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie. Juillet 2012.La petite île de Mioskon, avec son insolite nuée de chauves-souris au-dessus de sa mignonne plage de sable blanc, m’a conquise. Sous l’eau, une autre curiosité m’attend : le plus gros coquillage du monde.

Mes amis Jimmy et Julia, du Sorido Bay Resort, qui m’accompagnent pour cette nouvelle plongée, m’ont prévenue : « Prépare ta caméra », me disent-ils à la manière anglo-saxonne (le terme « caméra » désigne tout ce qui capte de l’image, appareil-photo comme caméra). « Il y a de très beaux bénitiers ! »

Le bénitier géant, appelé aussi tridacne géant, est un coquillage énorme, qui peut mesurer jusqu’à 1,50 mètre de long et dépasser les 200 kilos. C’est le plus gros mollusque bivalve.

Oui, ça se mange – la chair du coquillage est comestible – mais c’est interdit. L’espèce, menacée, est protégée. On en voit souvent, dans les mers chaudes de la zone indo-pacifique.

Avant ce voyage, c’est probablement à Pulau Weh, à l’autre bout de l’Indonésie, et aussi à Bali du côté d’Amed, que j’ai dû voir les plus gros. Mais là. Franchement. C’est énooorme !

Bénitier géant. Mioskon. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie. Juillet 2012.

Comme toujours, à Raja Ampat, la faune tropicale « habituelle » est un cran au-dessus de tout ce qu’on peut voir ailleurs en Indonésie.

Sur le site de Mioskon, il y a un très gros bénitier, vraiment plus gros que les autres. Sa chair brun-jaune palpite, déborde en grosses lèvres charnues et violacées par-dessus la coquille. Le tout au milieu du corail foisonnant de vie, comme toujours.

Bénitier géant. Mioskon. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie. Juillet 2012.

Mise à jour de juillet 2016 : je suis retournée à Raja Ampat, plusieurs années après ce voyage de juillet 2012. J’ai replongé à Mioskon, notamment en janvier 2015, puis en novembre 2015, impatiente, chaque fois, de retrouver le gros bénitier ! Malheureusement, en juillet 2016, lors d’un nouveau voyage à Raja Ampat, j’ai découvert, stupéfaite, que ce magnifique et spectaculaire coquillage était mort. Disparue, la chair brun violacé palpitante… Sous l’eau, il ne reste plus aujourd’hui du bénitier de Mioskon qu’une énorme coquille grise et vide. Personne n’a su me dire ce qui avait pu lui arriver (maladie, pêche). Ça m’a rendue un peu triste, la disparition de ce coquillage géant… Je me suis consolée avec d’autres bénitiers de belle taille, sur d’autres sites, notamment celui de Chicken Reef. Je vous montrerai les photos dans un prochain article.

Profusion

À Mioskon, quand on en a marre de contempler le bénitier, on a de bonnes chances de surprendre des wobbegongs, ces drôles de requins carpettes et barbus qui ne ressemblent pas du tout aux trucs pleins de dents qu’on voit dans les films.

Celui-ci a « décollé » du récif sans prévenir. Je ne l’avais pas vu. Je lui ai fait peur et il s’est sauvé. Mais il a foncé droit vers moi et j’ai juste eu le temps de déclencher ma « caméra », à la va-vite.

Requin-tapis barbu, ou wobbegong. Mioskon. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie. Juillet 2012.

Heureusement, j’ai aussi avec moi quelques modèles humains coopératifs, qui daignent s’immobiliser un instant au-dessus des bancs de poissons…

Plongée à Mioskon. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie. Juillet 2012.

Bref, il y a de quoi faire, avec toute la poiscaille qui déboule d’un peu partout…

Plongée à Mioskon. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie. Juillet 2012.Profusion. C’est chaque fois le mot qui me vient pour parler de Raja Ampat.

Même le site le plus « banal », ici, est extraordinaire par l’abondance et la variété de la faune qu’on y croise, par les couleurs et la densité du corail.

Non, vraiment, nulle part ailleurs en Indonésie – hormis peut-être quelques sites à Komodo – ni en Malaisie ni en Thaïlande, je n’ai eu cette sensation de profusion incroyable sous l’eau.

« Raja Ampat, where all the fishes live », aime dire Max Ammer, pionnier de la plongée dans l’archipel. Il n’a pas tort. Tous les poissons vivent ici !

En fin de plongée, à faible profondeur, je me stabilise devant une imposante anémone rose, qui abrite les « habituels » poissons-clowns. J’observe leur manège un instant. Il y a là une petite famille, apeurée par mon arrivée, qui se blottit sous les tentacules protecteurs de sa « maison ». Ça fait longtemps que je n’ai pas photographié de « nemos »… J’ai tendance à les dédaigner, j’en ai trop stocké dans mes disques durs.

Mais cette fois-ci, le beau mauve velouté de l’anémone me tente. Allez, une petite dernière pour la route.

Poissons-clowns. Mioskon. Raja Ampat, Papouasie, Indonésie. Juillet 2012.

→ Pour voir tous les articles sur mes plongées à Raja Ampat : un clic ici !

Voyage Indonésie : Alor et Raja Ampat - juillet 2012

Indonésie : Alor + Raja Ampat - juillet 2012

16 commentaires

  1. ysbilia

    En écho à « ton » bénitier géant, me vient à l’esprit  » La cathédrale engloutie » de Debussy; j’ai réécouté ce prélude tout en lisant l’article, et il y a une belle corrélation entre eux; on pourrait aussi convoquer des peintres, tellement les couleurs sont belles! Merci 😉

    Répondre
  2. Tonton Photo

    Je commence tout juste la plongée sous-marine cette année et vais donc bientôt passer mon niveau 1. J’ai découvert ton blog il y a quelques mois, et tes photos me font rêver en attendant les vraies plongées en mer 🙂 Wow, ces bénitiers sont gigantesques ! Les seuls que j’ai pu observer étaient à portée de plongée en snorkelling dans le Canal du Mozambique… ils avaient piqué ma curiosité malgré leurs modestes dimensions, mais ceux que tu nous fais découvrir sont spectaculaires ! Par curiosité, vers quelle profondeur se trouvaient-ils ? Merci !

    Répondre
    • Corinne

      @Tonton photo: Bienvenue sous la surface et ravie de te donner à rêver, déjà, avec mes photos !!! 🙂
      Je ne me rappelle pas la profondeur exacte, mais cette plongée à Mioskon était dans les limites « normales » de la plongée loisir, sans difficulté particulière pour autant que je me souvienne. Je pense que les bénitiers ne devaient pas être bien profonds, sans doute autour des 20 mètres, peut-être moins.

      Bravo pour la préparation du niveau 1 et bonnes bulles !!!
      🙄

      Répondre
  3. Gerard

    Bonjour et bonne année a tous,
    Mon guide a plus ou moins bien mesuré un benitier au R4, je ne sais plus sur quel site. la bête faisait entre 1,40 et 1,50 m.
    J’ avais décidé de ne plus y retourner aprés 2 croisiéres, le R4 est trop éloigné, exige trop de temps et …de sous. Mais voila que l’ envie me reprend et ce blog ne fait que renforcer cette envie.
    Gerard

    Répondre
    • Corinne

      @Gérard: Oui, je pense que les bénitiers que j’ai vus mesuraient bien 1,50 m… Vraiment impressionnants !!!

      Quant à Raja Ampat, moi non plus je ne vais pas y retourner tout de suite, après deux voyages là-bas, car c’est effectivement très très cher. Mais je ne regrette absolument pas. Ça vaut vraiment le cassage de tirelire…

      En tout cas, je suis bien contente de voir que mes petits articles donnent envie de partir. C’est le seul but de ce blog… Donner des envies de voyage !!!!

      🙄

      Répondre
  4. Piotr

    Les bénitiers sont vraiment impressionnants… la baleine des mollusques.
    Et puis ces eaux foisonnant de poissons, c’est magique !

    Répondre
    • Corinne

      @Curieuse Voyageuse : Mais bien sûr !!! Comme les moules ou les huîtres… 🙄

      C’est d’ailleurs très impressionnant sous l’eau. Comme je l’écrivais un peu plus haut dans l’article, on voit leur chair palpiter à l’intérieur de la coquille. C’est vraiment bizarre comme truc.

      On les voit aussi filtrer l’eau à travers un orifice circulaire qui ressemble à un tube et, si on s’approche d’un peu trop près, le bénitier « sent » la menace et comme à refermer sa coquille… Mieux vaut d’ailleurs ne pas risquer de mettre la main dedans, au risque de se la faire broyer.

      Répondre
  5. bertrand

    En feuilletant de l’info sur Koh Lipe……………..j’ai amerri sur l’article du bénitier géant!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Il y a une dizaine d’années j’en avais aperçu des big sur le site de Michaelmas près de Cairns , mais celui-là vraiment impressionnant.

    Répondre
    • Corinne

      @Bertrand: on trouve décidément de tout, sur ces Petites Bulles d’Ailleurs… 😉
      Oui, je crois que les bénitiers de Mioskon sont les plus gros que j’aie jamais vus. Je me rappelle en avoir admiré d’assez imposants à Bali aussi.

      Répondre
  6. Audrey Morand

    Bonjour Corinne!

    As-tu des infos concernant les prix des hôtels, resorts ou homestay à Raja Ampat? Je reviens de Bali et Lombok et les îles Gili…. un peu déçu par les coraux massacrés à la dynamite, j’ai très envie d’aller à Raja Ampat mais j’ai lu dans un post plus haut que c’est très cher…?

    Y-a-t’il des plans pour payer moins cher? chez l’habitant par exemple…? merci de ton aide 🙄

    Répondre
  7. Anthony LEYDET

    Hell’eau !
    Ceux des Perhentians sont déjà énormes, je pense plus d’un mètre pour certains, mais alors là !!! J’espère que tu t’es amusée à passer la main au-dessus? 😉 Ça émet un jet d’eau d’une puissance inouïe… Superbe tes photos en tout cas !

    Répondre
    • Corinne Bourbeillon

      Anthony : Alleau !!! 😆 Oui, ce n’est pas la première fois que je vois des giant clams ou bénitiers géants, j’en ai d’ailleurs revu récemment à Sipadan, mais ceux de Raja Ampat étaient particulièrement spectaculaires…
      🙄

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

97 Partages
Partagez51
Tweetez22
+16
Enregistrer18