Le ponton du Sorido Bay Resort, côté mer et corail, à Kri. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
Le ponton du Sorido Bay Resort, côté mer et corail, à Kri. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.

Vis ma vie de princesse à Raja Ampat

Kri est mon nouveau paradis. C’est une petite île située à Raja Ampat, en Papouasie indonésienne. J’y ai vécu comme une princesse, une courte semaine.

Kri Island. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
L’île de Kri. (Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie. mars 2012)

Sorido Bay

Bungalow face à la mer. Sable blanc et plage déserte. Lumière intense, tamisée par les palmes des cocotiers et d’autres arbres dont j’ignore le nom. Bienvenue à Soriday Bay, sur Kri Island. Mon nouveau paradis !

Au bout du ponton, il y a un un trou bleu, formé par un immense anneau de corail.

Sorido Bay Resort, Kri Island. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
Le ponton du Sorido Bay Resort, côté île, à Kri. (Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie, mars 2012)
Le ponton du Sorido Bay Resort, côté mer et corail, à Kri. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
Le ponton du Sorido Bay Resort, côté mer et corail, à Kri. (Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)

En face, un banc de sable, qui apparaît et disparaît au gré des marées. Parfois, une barque y accoste et y débarque ses passagers, touristes ou pêcheurs. On croit voir les gens marcher sur l’eau.

Dans l’axe du banc de sable, il y a un îlot flanqué d’une hutte à la mode locale, en feuilles de cocotier tressées, qui sert d’abri. À l’horizon, une ligne montagneuse, souvent ourlée de nuages, qui se gonflent de pluie au fil de la journée.

Vue sur l'îlot en face du Sorido Bay Resort, à Kri. Raja Ampat, Papua Barat. Indonésie, mars 2012.
Vue sur l’îlot en face du Sorido Bay Resort, à Kri. (Raja Ampat, Papua Barat. Indonésie, mars 2012)

Pas un bruit. Juste le doux ressac de la mer, le murmure des arbres agités par le vent du large, le grésillement des insectes et les chants d’oiseaux.

Oui, la vie est dure…

😎

Du Black Manta à Kri Island

Retour au 5 mars 2012. Ma croisière-plongée sur le Black Manta est terminée, mais je ne vais pas rentrer à Sorong avec les autres plongeurs. Je ne reprends pas l’avion le lendemain comme eux, non ! Moi, je reste à Raja Ampat !

J’ai tout organisé avant de partir. Cinq-six jours sur un bateau, ça me paraissait bien court pour une destination exceptionnelle comme Raja Ampat… Quitte à aller si loin, quitte à casser ma tirelire, autant faire durer un peu le plaisir ! J’ai donc décidé de prolonger le séjour, mais à terre, dans un resort.

Je réorganise mon bardas (fringues, matos photo, sac à plouf), avant de dire au revoir à Miyo, ma super « buddy » de plongée, que je suis quand même un peu triste de quitter. Puis je m’empresse de distribuer moult « hugs » aux Américains formant le reste du groupe de plongeurs.

J’ai le cœur léger, le sourire jusqu’aux oreilles. Je suis tellement, tellement contente de pouvoir rester encore un peu dans cet archipel incroyable !

J’embarque sur l’annexe où le staff a déjà déposé mes sacs. Cédric, notre « cruise-leader » lance les moteurs. J’agite gaiement la main vers les autres, qui restent sur le Black Manta. Cap sur Kri Island !

Le Black Manta. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
Le Black Manta. (Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie, mars 2012)

Je suis une princesse

J’avais réservé chez Papua Diving, au Kri Island Resort. Or celui-ci est fermé pour la semaine, pour divers travaux de maintenance. Pas grave… À la place, je vais loger au beaucoup plus chic Sorido Bay Resort voisin ! ! !

👌

Les Sorido Bay et Kri Eco Resorts sur Kri Island, à Raja Ampat. Papua Barat, Indonésie. (Photo : Papua Diving)
Les Sorido Bay et Kri Eco Resorts sur Kri Island, à Raja Ampat. Papua Barat, Indonésie. (Photo : Papua Diving)
Vue aérienne sur l'île de Kri, avec, au premier plan, le Sorido Bay Resort et son incroyable trou bleu dans le corail, et sur la droite, le Kri Eco Resort. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. (Photo : Papua Diving)
Vue aérienne sur l’île de Kri, avec, au premier plan, le Sorido Bay Resort et son incroyable trou bleu dans le corail, et sur la droite, le Kri Eco Resort. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. (Photo : Papua Diving)

Oui. J’ai été « upgradée » gracieusement, car les deux resorts ont le même propriétaire. Un Hollandais du nom de Max Ammer, « pionnier » de la plongée à Raja Ampat. Un personnage, un aventurier, un incroyable conteur d’histoires, installé là-bas depuis une vingtaine d’années, et dont j’ai eu le plaisir de faire la connaissance durant mon séjour.

J’ai appris la bonne nouvelle concernant le changement de resort sur le Black Manta, par Cédric. Papua Diving a envoyé un message sur son téléphone portable, pour me prévenir. Au début, je crois que Cédric me fait une blague, qu’il plaisante. Mais non.

Il me fait lire le message : je vais vraiment loger au Sorido Bay Resort ! La classe. Je n’en reviens pas de ma chance. C’est un resort de princesse. Le genre de resort où je n’imaginais pas mettre les pieds un jour. Le genre de resort qui n’entrait pas dans mon budget, même gonflé à bloc avec mon gros cassage de tirelire.

Le genre de resort où il y a tout le confort dont peut rêver une baroudeuse lestée de matériel technologique fragile et pratiquant la photo subaquatique : immense bungalow climatisé, avec plan de travail aménagé pour le rinçage du caisson étanche et pourvu de prises électriques pour recharger les batteries, douche chaude, lit king-size, wifi, frigo, safety-box, staff aux petits soins… Raaaahhh…

Ma chambre au Sorido Bay Resort. Kri Island, Raja Ampat. Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
Ma chambre au Sorido Bay Resort. (Kri, Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)
Mon bungalow donne directement sur la plage. Kri Island, Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
Mon bungalow donne directement sur la plage. (Kri, Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)

Bref. Je me sens comme une princesse en posant le pied sur le ponton du Sorido Bay Resort. Et je suis accueillie en princesse par les adorables Jimmy et Julia, les managers, un couple de trentenaires, eux-mêmes plongeurs, qui m’apprennent une autre très bonne nouvelle : je suis la seule cliente, cette semaine-là, à plonger !

À part ma petite personne, il y a seulement une famille d’expats hollandais, qui ne font que du snorkeling (palmes-masque-tuba). J’aurai donc un guide pour moi toute seule sous l’eau et c’est moi qui déciderai du programme du jour…

J’adore ! ! !  😄

Je suis une princesse, vraiment. En plus, ce n’est pas la première fois. L’été dernier, déjà, à Komodo, j’avais été plus que vernie, avec un bateau de croisière pour moi toute seule :
Lire → Mon bateau de princesse

Nouveaux amis

Jimmy est belge d’origine et parle très bien français. Julia est allemande et le comprend bien aussi. Le temps de mon séjour, nos conversations se feront moitié en anglais, moitié français. Ils ont été managers pour d’autres resorts de luxe, de par le monde, notamment aux Maldives et aux Seychelles. La Papouasie indonésienne est pour eux une nouvelle expérience, un nouveau challenge.

Jimmy et Julia forment un couple sympathique, ouvert, chaleureux. Je m’entends tout de suite très bien avec eux.

Comme il n’y a pas beaucoup de monde cette semaine-là, ils viennent régulièrement plonger avec moi. Natan, qui est originaire du coin, est mon guide pour la plupart des plongées. Avec lui, je me sens en sécurité sous l’eau, je peux prendre tranquillement mes photos. Il a l’œil sur tout !

Natan, mon super guide papou, au Sorido Bay Resort de l'île de Kri. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
Natan, mon super guide papou, au Sorido Bay Resort de l’île de Kri. (Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)

Après Miyo et Cédric, sur le Black Manta, je me fais donc encore de nouveaux amis, ici, sur Kri Island… Je le dis souvent, le voyage en solo n’est pas synonyme de solitude, bien au contraire !

Luxe, calme et volupté

Évidemment, ce séjour de princesse a été une parenthèse enchantée. Un rêve. Jouir de tout le confort moderne ou presque, au milieu de cet archipel sauvage, est un luxe inouï. Alors je savoure, béatement.

Luxe, calme et volupté… Je m’extasie, chaque matin, sur la vue fabuleuse que je découvre depuis « ma » plage.

La vue depuis mon bungalow au Sorido Bay Resort, sur Kri Island. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
La vue depuis mon bungalow au Sorido Bay Resort, sur Kri. (Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)
"Ma" plage. Kri Island, Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
« Ma » plage. (Kri, Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)

Pour prendre des photos, je me risque une fois pieds nus sur le ponton, jusqu’à ce que la brûlure des lattes en bois chauffées par le soleil m’oblige à courir… Ouille, toujours mettre ses tongs pour aller sur le ponton !

Heureusement, le sable corallien de la plage, si blanc, si fin, ne brûle jamais les pieds, lui.

Le magnifique ponton au-dessus du corail, au Sorido Bay Resort, à Kri. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
Le magnifique ponton au-dessus du corail, au Sorido Bay Resort, à Kri. (Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)

À marée basse, on mesure mieux l’étendue de l’immense récif qui protège l’île. Je contemple, fascinée, le corail qui affleure, au ras de la surface.

On voit des bancs de petits poissons jouer autour des piliers, parfaitement visibles depuis le ponton. Des platax juvéniles vivent ici, en bordure du trou bleu, ils sont tous les jours au même endroit.

La vue sur l'île de Kri, depuis le ponton du Sorido Bay Resort. Raja Ampat, Papua Barat, Indonésie. Mars 2012.
La vue sur l’île de Kri, depuis le ponton du Sorido Bay Resort. (Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)
Un platax juvénile, aperçu depuis le ponton du Sorido Bay Resort. Kri Island, Raja Ampat, Papua Barat. Indonésie, mars 2012.
Un platax juvénile, aperçu depuis le ponton du Sorido Bay Resort. (Kri, Raja Ampat, Papouasie Occidentale, Indonésie, mars 2012)

Chaque soir, après les plongées, je m’accorde un moment de repos dans mon hamac, sur la terrasse de mon bungalow, face à la mer, tandis que la lumière décroît. Je rejoins ensuite le bâtiment principal, à l’heure de l’apéro et je m’offre une Bintang, la bière indonésienne. Il y a là un salon, avec canapé et fauteuils, où on peut s’installer pour lire ou bavarder. Je montre aux Hollandais mes photos du jour avant le dîner, pris en commun à la grande table du restaurant… On sympathise.

Il a plu tous les jours, je crois bien. Mais le plus souvent en fin de journée. Et j’aime cette douce fraîcheur des averses tropicales qui tambourinent sur les toits de feuilles du resort. Je m’habitue peu à peu aux gloussements et crissements bizarres qui sortent du feuillage des arbres et de la jungle qui nous entoure.

Parfois, un varan d’assez belle taille vient roder près des bungalows. Un soir, Jimmy, muni d’une lampe torche, a réussi à me montrer un couscous, ces drôles d’animaux à fourrure et à longue queue, de la famille des marsupiaux, qui vivent dans les arbres.

Je ne suis restée qu’une courte semaine sur Kri Island. Mais ces quelques jours de détente et de plongée, au milieu d’une nature encore vierge, préservée, m’ont laissé un souvenir ébloui. Je n’ai qu’une envie : y retourner !

🤗

Voyage Indonésie : Raja Ampat + Bali - mars 2012

  Indonésie : Raja Ampat + Bali - mars 2012

    1. @Lucie: oui, l’île est magnifique, et le staff du resort est adorable… C’était vraiment une semaine exceptionnelle, à tout point de vue.
      8)

  1. Tu me fais de plus en plus rêver avec cet archipel.
    Je vais donc m’y intéresser de plus près. Combien faut il compter niveau budget?
    Et je t’ai déjà posé la question, mais combien de temps et d’escales pour s’y rendre depuis la France?

    1. @Julien: le budget peut être très variable, selon tes exigences en terme d’hébergement et de service…

      Tu peux voyager « roots » et loger dans des « guesthouses » locales en feuilles tressées contre une somme modique, et mieux vaut avoir du temps devant soi pour les trajets et transports ensuite, au sein de l’archipel (j’avais trouvé sur le forum Lonely Planet le récit d’une fille qui a fait ça)… À improviser sur place un peu au fur et à mesure.

      Mais quand on veut plonger, et pouvoir le faire dans de bonnes conditions, c’est forcément des resorts à plongeurs ou en croisière-plongée, et là, c’est très très cher… (J’ai halluciné en découvrant les prix pratiqués, lors de mes premières recherches.)

      J’essaierai de faire un papier plus « pratico-pratique » sur Raja Ampat, où je donnerai les infos que j’ai pu collecter çà et là avant de partir, sur internet. De façon générale, les prix n’ont rien à voir avec le reste de l’Indonésie. Comme l’archipel est très isolé, tout coûte très cher à installer, transporter, acheter, surtout que le prix du gazole n’est pas à la baisse, donc les tarifs touristiques demandés sont en conséquence…

      Pour s’y rendre, il faut rallier Sorong. Les vols que je connais qui desservent Sorong décollent soit de Manado (Nord-Sulawesi), soit de Makassar (appelée aussi Ujung Pandang, Sud-Sulawesi). Il faut dont rallier l’une ou l’autre ville, à partir de Denpasar (Bali) ou Jakarta ou Singapour, ou un autre hub asiatique. Les escales dépendent de par où tu arrives…

      Je ne recommande pas d’enquiller tous ces avions d’un coup. Mieux vaut se ménager une pause soit à Sulawesi, soit à Bali. En durée, c’est donc le trajet depuis l’Europe jusqu’à un hub asiatique (13h environ) + un vol de quelques heures jusqu’à Manado ou Makassar + un vol de quelques heures jusqu’à Sorong (ne me demande pas les durées exactes depuis chaque ville). Ensuite, 2h à 4h de bateau selon l’île où tu veux aller…

      Ça se mérite, Raja Ampat…
      😡

    2. Bonjour Julien, le plus court et le moins cher de puis la France est je pense: Paris Kuala Lumpur (14h) en Malaisie avec l’excellent low cost Air Asia (Je suis allé à Kuala Lumpur avec eux il y a quelques semaines, billet pris 30h avant le vol, 490 euros AR!) puis Air Asia toujours jusqu’à Bunaken (là faire un stop de plusieurs jours pour se remettre du décalage horaire et profiter des iles magnifiques) puis nouveau vol interne pour Sorong (4 à 6 heures). Pour ma part j’y suis allé depuis Jakarta, vol de nuit avec Batavia Air, nickel.

    3. Il existait un vol Air Asia KL-Manado… mais on a eu des surprises : la première : le prix (40 euros AR), la seconde : notre vol aller a été annulé (et nous avons du le remplacer par un vol simple sur Silkair en dernière minute = 420 euros!)

  2. Raja Ampat? On le disait bien que c’était même pas imaginable. Il faudra que tu y retournes, ne serait-ce que pour voir les Wayag (voir notre site) situées tout au nord. Mais pour les plongées, le détroit de Dampierre (où se trouve Kri et Mansuar où nous avions séjourné) reste à notre avis le top (Chicken Reef, Mike’s Point, Mioskon, Sardine Reef, Blue Magic, Manta Point …. et autres plongées que tu connais). Pourquoi c’est si loin? snif

    1. @IsaM : oui, pareil pour moi, je n’imaginais pas réussir à y aller, et pourtant, je l’ai fait. Et je vais me débrouiller pour y retourner, tellement c’était extraordinaire. Mais vous qui êtes allés là-bas, vous savez…

      Je suis un peu le sillage de vos bulles, dirait-on ! J’ai évidemment traîné sur votre site avant de partir !!! 😉

      J’ai pareillement choisi de loger à Kri Island, après la croisière-plongée, car c’est l’endroit le mieux situé, au cœur des meilleurs spots, en effet… Ah… (soupir).

      🙄

    2. Il ne te reste qu’à aller à Alor et rejoindre Sorong par la mer : la croisière Maumere-Sorong. Le plus dingue trajet … les plus belles plongées (enfin presque) dans la mer des Banda …. les mandarins en plein jour à Banda …. et l’arrivée sur Sorong en passant par tous les sites du détroit de Dampierre. Mais aussi … le plus couteux! Je veux le refaire … (ton larmoyant)

    3. @IsaM: eh bien, tu ne crois pas si bien dire, car Alor est au programme de ma prochaine escapade indonésienne… 😉
      Mais je n’aurai pas l’occasion de faire le trajet jusqu’à Sorong par la mer comme vous avez eu la chance de pouvoir le faire… J’ai lu vos posts là-dessus. Quel périple fantastique !!!
      🙄

  3. Quelle chance d’avoir été « upgraded » Le Bungalow a l’air très confortable, tes photos de l’île sont magnifiques! Et j’ai bien l’impression que tu as passé un séjour magique!

    1. @Xtinette: pas simple à rallier, depuis Flores… Il t’aurait fallu pas mal de temps en plus et rallonger le budget aussi… Mais je recommande chaudement Raja Ampat. Ça vaut vraiment la peine!!!
      8)

  4. J’avais plongé de nuit dans le « trou » juste en dessous du ponton du Sorido Bay pour aller voir les poissons Mandarins en pleine reproduction! Excellent! J’ai aussi énormément aimé le Kri eco resort avec ma chambre tout en nattes tressées sur pilotis au dessus du « lagon »… Max Ammer est vraiment un grand Monsieur! Très sympa en plus ;-). Sa vie pourrait faire un très bon roman d’aventures!

    1. @Julien: oui, il faut que je consacre un post à Max Ammer. On pourrait faire plusieurs romans de sa vie, c’est sûr…
      🙂

  5. Alor… 72 h pour y arriver (depuis Paris), mais quel bonheur à l’arrivée. Si tu veux des tuyaux, contacte moi par mail… et je vais encore pleurer d’envie 8)

  6. Bonjour,

    Tres jolie site avec de tres jolie articles

    J’envisage de faire le même type de voyage plongées en Raja Ampat ( Croisière + resort).
    Serai-t-il possible de savoir comment tu as organisé ton voyage :
    As tu utilisé les services d’une agence pour les vols ,résa croisière et resorts ?
    Es tu passé en direct pour les vols , croisière , resorts ?
    Quel était ton itinéraire depuis la France A/R ?
    Pourrais tu, svp, donner les liens , contact ,etc…
    Je te remercie par avance
    Marc

    1. @Marc: ah, Raja Ampat, tu ne seras pas déçu !!! (Et ton porte-monnaie non plus 😀 ) Tu as tous les liens déjà dans le corps du texte. Je m’organise toujours toute seule quand je voyage, je contacte directement le ou les resorts qui m’intéressent, je ne passe jamais par un tour-operateur.

      Le trajet, je l’ai déjà décrit à Julien un peu plus haut, il était lié aussi au fait que j’avais un billet Air Asia X (vols qui ne se font plus depuis Paris) qui me faisait passer par Kuala Lumpur :
      Paris – Kuala Lumpur – Bali (Denpasar) – Makassar (Ujung Pandang) – Sorong

      Pour dénicher une croisière, tu peux consulter ce site, qui permet de comparer pas mal de bateaux : le gars qui tient ça, Jez Tryner, joue les intermédiaires et cale tout. J’ai bien apprécié les échanges, il relaie souvent des promos quand il y en a (j’avais pour ma part bénéficié du Nitrox et des vols Makassar – Sorong gratuits) :
      http://www.liveaboarddiving.net/

      Il y a d’autres resorts que ceux dont je parle, à Raja Ampat. Tu trouveras facilement en faisant un coup de Google… Comme je disais plus haut, j’essaierai de faire une post « pratique » et une liste, prochainement, des choses que j’avais repérées pendant mes recherches sur Raja Ampat.
      8)

  7. bonjour Corinne,

    et bien comme toi tu as l’impression de suivre les bulles d’Isa, nous on suit un peu les tiennes !

    après Komodo qu’on a fait quelques mois après toi (avec une certaine Miyo sur le bateau, tiens tiens 🙄 ) on envisage les R4, et comme ça sera en fin de saison, il se peut que l’on se retrouve également sur le Black Manta (la plupart des autres bateaux auront commencé leur descente vers Komodo), mais rien n’est encore fait, alors chuuut 🙂

    merci pour ton CR et bonnes bulles

    1. @eric56: Miyo, MA Miyo ???? Décidément, le monde des plongeurs est vraiment tout petit !!!

      J’ai encore plein de choses à poster sur R4…
      Stay tuned !!!
      🙄

    2. il y a quand même pas mal de chance : celle qui était sur le Mermaid était également japonaise et … habitait Bangkok 🙄
      des chaussons roses ?

      vous n’avez pas causé de Komodo ? (bon, peut être que les français présents, pas très fortiches en communication anglaise 🙁 , ne lui ont pas laissé un souvenir impérissable …)

    3. @eric56: si, elle avait fait une croisière à Komodo, mais je ne lui ai pas demander de raconter tout en détail. Elle habite Bangkok en effet, elle est hôtesse sur Thai Airways et a effectivement des chaussons roses dans ses palmes. C’est elle, c’est sûr… 😀

  8. Bonjour Corinne,

    L’année dernière j’avais fait Misool Eco Resort, je voulais le refaire cette année en septembre mais ils sont fermés, du coup je me suis « rabattu » sur Sorido Bay Resort, il me tarde d’y être. J’adore Raja Ampat, c’est une synthèse d’El Nido aux Philippines et de Palau mais un cran au dessus, le plaisir des yeux est total, tant sous l’eau qu’en dehors.
    Bon été.

    Eric

    1. @Eric: tiens, un connaisseur ! 😉 Je ne connais pas encore ni Palau ni El Nido (sur la « to-do-list »), mais je trouve pareillement que Raja Ampat est « un cran au-dessus » de tout ce que je connais. J’adore moi aussi, je ne rêve que d’y retourner…

      D’ailleurs, je suis retournée au Sorido Bay Resort, ce mois de juillet. (Posts à venir.) Quand tu y seras en septembre, Julia et Jimmy, les actuels managers du resort, seront encore là (ils doivent partir en décembre, je crois). Accueil adorable, j’ai vraiment bien sympathisé avec eux, ce qui ajoute encore au plaisir de plonger dans un endroit pareil !!! Je crois que les sites de Dampier Strait devraient bien te plaire…

      Je ne connais pas Misool, juste leur site web, magnifique, qui donne bien envie (mais je vais devoir mettre quelques sous de côté, avant de découvrir cette autre partie des Raja Ampat). À ton retour, toi qui auras testé les deux, tu pourras ainsi me donner tes impressions comparées entre Raja Ampat Nord (Dampier Strait) et Raja Ampat Sud…

      Ah, là là, veinard !!! 😡

    2. Bonjour Corinne,

      Eh bien me voici de retour de Raja Ampat, je suis venu, j’ai vu et j’ai vaincu 🙂
      Que dire? Mais que c’est sublime!
      Pour ce qui est du resort lui-même on ne tape pas dans la même catégorie, Misool c’est du 5 étoiles, un confort à l’occidentale qui fait exception en Papouasie, à Kri ce sont des bungalows sur l’eau très simples, très « couleur locale » avec toilettes et mandis à l’extérieur mais ce n’est vraiment pas un problème.
      Il n’y a pas d’intérêt particulier à loger dans des bungalows sur pilotis à vrai dire, certains diront que c’est le fantasme suprême, ouais bof, la nuit quand la mer est agitée tu regrettes finalement de ne pas loger sur la terre ferme!
      J’ai vu brièvement ces Julia et Jimmy dont tu parles, une fois à Sorido quand je m’y suis rendu et une autre fois lorsqu’ils sont passés brièvement à Kri.
      La nourriture était vraiment très bonne, à chaque repas, y compris pour le petit déjeuner on avait sur une durée de 2 semaines quelque chose de différent! Les managers Ross et Dwayne mais aussi tout le personnel de manière générale est gentil et accueillant.
      Concernant les sites de plongée ça se vaut avec Misool, j’ai même l’impression d’avoir vu plus de choses à Kri, ce qui n’est pas étonnant finalement à raison de 4 plongées quotidiennes (3 de jour et une de nuit) pendant 2 semaines!
      Oui, Dampier Strait est très beau, globalement je trouve que Le Passage et Sleeping Barracuda pour Raja Ampat nord et Magic Mountain pour Raja Ampat sud sont au-dessus.
      Le Passage parce-que c’est un endroit très riche, avec beaucoup de macro, j’y ai vu plus de nudibranches qu’ailleurs, des hippocampes pygmées aussi, on a même vu le fameux wobeggong, et surtout ce site offre avec une visibilité excellente, c’était du moins le cas lors de notre passage c’est le cas de le dire!
      Sleeping Barracuda parce que j’y ai vu du très gros, des bancs de barracudas mais aussi des napoléons, des requins et des tortues.
      On a été à Manta Point, hélas, les raies mantas nous ont posé un lapin, elles n’étaient pas au rendez-vous 🙁
      Pas grave, je ne suis pas venu à Raja Ampat Nord pour les mantas, j’en avais déjà vu bien au-delà de mes espérances l’année dernière à Misool et au Mozambique.
      A Misool cependant, le corail est bien plus fourni, varié et coloré qu’à Kri, pour le snorkeling il n’y a pas photo, Misool est bien plus intéressant.
      Voilà pour mes impressions, en effet, El Nido et Palau sont très jolis, néanmoins, toi qui connais déjà Raja Ampat, je pense que ces 2 endroits ne t’apporteront rien de plus en terme de découverte (à part peut-être le lac aux méduses à Palau) mais ce n’est que mon avis personnel.
      Si tu veux être surprise, étonnée, voir quelque chose de différent, peut-être t’orienter vers le Pacifique (la Grande Barrière de corail, les îles Cook,…) ou alors plonger en eau plus froide pour découvrir de nouveaux biotopes.

      Voilou!

    3. @Eric B : top !!! Merci pour ce compte-rendu détaillé… Oui, les pilotis du Kri Eco Resort sont forcément moins confortables que les super bungalows en dur du Sorido Bay Resort, quant au resort de Misool, peut-être pourrai-je me l’offrir un jour… On verra !!!

      Pour ma part, je place dans mon top des sites à Raja Ampat nord, le fameux Passage, comme toi, vraiment unique, mais aussi Sardines (c’est bien simple, il y a TOUT !!!), Blue Magic (vraiment magique), Otdima (ça décoiffe), Sorido Wall et Cross Over…

      Le lac aux méduses, j’en ai déjà découvert un (en snorkeling), en 2009, sur l’île de Kakaban, dans l’archipel de Derawan, près de Bornéo, côté indonésien:
      http://petitesbullesdailleurs.fr/2009/08/02/kakaban-lile-aux-meduses/

      Je crois bien, comme tu le suggères, que je vais devoir aller toujours plus loin vers l’Est et le Pacifique… Et peut-être, un jour, me former à la combinaison étanche, pour découvrir d’autres milieux, en eaux froides (moi qui suis si frileuse)…
      😉

  9. Bonjour,

    Blog intéressant.J ai pour ma part découvert le rajah empat en 2001,il y avait un opérateur:Max Hammer.Sensations de découvre totale à l époque, bien que déjà largement visite par les plongeurs.

    Aujourd’hui ( j en reviens) 48 live aboards ( il semble que le gouvernement s oppose à la venue d autres prestataires), 6 ressorts terrestre et une multitude de homestays.Le monde va très vite…Manta point:6 zodiacs en stationnaire au dessus de la station de nettoyage,des plongeurs partout.Mais les mantas sont toujours la, énormes,noires parfois,impressionnant.

    Requins gris sur Max point,wobegongs (requins tapis) a chaque plongée, jolis thons à dents de chiens, tortues etc..

    À signaler un resort indonésien à tarifs souples et raisonnables: rajah ampat dive resort.Peu d équipement encore, mais en parfait état,bungalows magnifiques immergés dans la jungle (sans coupe rase,hormis pour les charpentes,bois local),staff très compétent,bonne nourriture (à condition de lâcher les références gastronomiques françaises !) et très investis dans la protection de l écosystème local.A encourager il me semble.

    Possibilite de voir brouter des dugongs devant les bungalows, et site à crocodile marin a moins de deux kilomètres,pour se faire des frissons,mais ne pas snorkeller, ce n est pas du folklore!

    Une place à découvrir, en espérant qu un quota soit établit pour ne pas perturber la faune .

    Emmanuel.

    1. @Atolldiver: Oui, Max Ammer est le pionnier de la plongée à Raja Ampat. Je l’ai rencontré, lors de ce séjour au Sorido Bay Resort, en mars 2012 :
      -> http://petitesbullesdailleurs.fr/2012/04/29/max-ammer-raja-ampat-papua-diving/

      C’est plutôt rassurant que tu aies trouvé la profusion sous-marine comparable à ton premier séjour en 2001… Moi qui n’ai découvert Raja Ampat qu’en 2012, je trouve l’endroit vraiment incomparable, en terme de richesse et de biodiversité.

      Je pensais que les organisateurs des plongées veillaient à ne pas aller sur le site des mantas les mêmes jours… Six zodiacs ! Ça fait un peu peur, quand même.

      Vidéo des fameuses raies mantas au bout de ce lien :
      -> http://petitesbullesdailleurs.fr/2012/04/22/manta-raja-ampat-papua-video/

      Vidéo de wobbegongs ici :
      -> http://petitesbullesdailleurs.fr/2012/06/07/cest-un-requin-ca/

      Tous les posts sur mon séjour en mars 2012 :
      -> http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-raja-ampat-bali-indonesie-2012/

      J’ai tellement aimé, que j’y suis retournée en juillet 2012 (je n’ai pas encore publié beaucoup d’articles, la suite arrive) :
      -> http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-alor-raja-ampat-indonesie-2012/?tag=raja-ampat

      C’est vrai que tout évolue très vite, là-bas… Le Raja Ampat Dive Resort indonésien dont tu parles est tout nouveau. Il n’existait pas il y a encore quelques mois, ou venait à peine d’ouvrir, non ? Je vois qu’ils ont enfin mis des infos sur leur site :
      -> http://rajaampatdiveresort.com

      Intéressant, en tout cas. Je prends bonne note de tes remarques, plutôt positives. J’espère qu’ils vont réussir à maintenir cette façon de faire sur la durée.

      Donc, avec celui-là en plus, je compte moi aussi, à ce jour, 6 resorts à plongée dans la partie nord de Raja Ampat :
      – Kri Eco Resort (Papua Diving)
      – Sorido Bay Resort (Papua Diving)
      – Raja Ampat Dive Lodge (Grand Komodo)
      – Raja 4 Divers
      – Papua Paradise
      – Raja Ampat Dive Resort

      Merci pour toutes ces nouvelles fraîches !!!
      🙂

  10. Bonjour,

    Il semble que les ressorts locaux tentent de faire respecter certaines choses, comme le mouillage loin des récifs, un nombre limite de zodiacs sur Manta point.Le problème vient des live aboards,aucune ambiguïté: les 6 zodiacs sur site, exactement au dessus de la station ( ce qui est risque tant pour les mantas que les plongeurs) étaient des annexes de 3 grands bateaux de crosiere situes non loi .

    Les prestataires locaux sont d excellents observateurs et servent d intermédiaire avec le gouvernement pour tenter de faire évoluer positivement les choses.

    Avec l aéroport en projet sur wageo, le port ultra moderne,je ne pense pas que la place soit dorénavant qualifiable de hors des sentiers battus.
    Peu importe,la faune est belle.

    Une chose très alarmante dont il faut parler ,a l occasion: dernière cible des chinois en Indonésie, apres avoir decimes les requins pélagiques:les ouïes de mantas.

    Des vidéos et témoignages parlent de marches de flores jonches de cadavres de mantas écorchées,project aware de padi et d autres organisations tirent la sonnettes d alarme.

    Il faudrait par conséquent que le raja ampat reste à l abri de cette pratique,il faut espérer que les locaux, notamment d airborek et de mansuar, les villages à proximité directe du site,tirent plus de bénéfices de l observations des mantas que de leur massacre. Donc visitons le raja ampat, et encourageons les locaux en les faisant travailler soit par les homestays indonésiens,ou en achetant de l artisanat local.

    Les nouveaux eldorados dont nous entendrons très vite parler, des qu un resort y aura poussé:Triton bay et Nabire pour le feeding de requin baleine,ayant fait l objet de reportages de très grandes émissions faisant croire à des « migrations » de ces poissons,mais ils sont la toute l annee,nourris par les locaux!..

    Voyage en mars avec des news fraîches !

    1. @AtollDiver: Oui, j’ai vu moi aussi ces vidéos, photos, témoignages sur ce nouveau trafic avec les ouïes des raies mantas… Consternant.

      Je veux espérer que Raja Ampat ne sera pas touchée par cette pratique. J’espère aussi que le développement touristique, qui va aller croissant là-bas, sera aussi respectueux que possible de l’environnement. Mais le pire est à craindre avec ce projet d’aéroport, j’en ai peur…

      Et puis, connaissant la corruption générale et la vue parfois courte des autorités en Indonésie, je dois avouer que je ne suis pas très optimiste.

      Quant à Triton Bay et Cendarawish Bay (Nabire), oui, elles sont aussi sur ma « to-do-list », j’avoue… 😉

  11. Le quantité de touristes n est pas nécessairement problématique,plus la façon dont les sites sont gérés.
    Prennons l exemple de L’Égypte :certes,les récifs côtiers ont soufferts de l anarchie immobiliere,mais les mouillages sur les récifs du large et le système d amende en cas de bris de corail et de zéro interaction de HEPCA permet de protéger des sites très fréquentes,et d y observer avec une régularité surprenante des dauphins tursiops,par exemple.

    Chaque site est à considérer au cas par cas.Dans le rajah ampat, le danger est lies aux annexe des live aboard naviguant à fond les hélices, et bruyamment, au dessus de la station de nettoyage.Il suffirait de deux mouillages permanents pour que les zodiacs s amarrent,de limiter le site à un nombre maxi de bateau par jour et nous laisserions aux futurs plongeurs la possibilité de voir ces magnifiques poissons.

    Souhaitons que les choses évoluent positivement,les indonésiens travaillant de la plongee savent se remettre en question et sont preneurs de conseils.

    1. @Atolldiver: Très juste. J’espère, comme toi, que les choses évolueront dans le bon sens également du côté de Raja Ampat.
      🙂

  12. Bonjour Corinne, bonjour tous le monde,

    Tout d’abord merci à tous pour les retours d’experience sur ces iles de raja ampat qui semblent vraiment magnifiques.

    Je suis à la recherche d’informations sur ces iles car nous pensons nous y rendre avec ma petite amie en juillet prochain afin de faire de la plongée .

    Comme beaucoup, nous cherchons à trouver un hebergement avec un tarif raisonnable (et même si le confort doit être pour cela un peu « typique ».)

    Mes questions sont les suivantes :

    Savez-vous s’il est possible de loger par exemple chez l’habitant ou dans des guest-houses locales, tout en allant plonger avec les resorts (où les prix d’hebergement sont inabordables pour nous) ?

    – Comment se font les déplacements sur les iles comme celles sur lesquelles vous étiez?
    Concrètement, sur une îles comme Kri, serait-il possible de loger à un endroit et de rejoindre facilement le centre de plongée se trouvant à un autre endroit?

    Merci d’avance de vos réponses, il est vrai que les infos sur Raja Ampat ne sont pas faciles à trouver!!

    Yohann

  13. Merci beaucoup pour la réponse rapide, (et désolé je n’avais effectivement pas vu ta réponse sur l’autre article).

    Mais ce que je ne comprends toujours pas, (excuse moi encore une fois de t’harceler de questions comme de [trop?!] nombreux gens ) , pourquoi n’est il pas possible de loger dans un homestays « rustique » à prix plus modestes et de plonger avec un resort pour plongeurs?

    (Promis, quand je reviens de raja Ampat, je crée également un blog pour te décharger un peu des réponses que tu as à faire sur raja ampat… 😉

    Yohann

    1. @Yohann : Non, pas de soucis pour les questions… 😉

      C’est peut-être possible, mais j’en doute. Écris donc aux différents resorts à plongée dont j’ai donné les liens pour leur demander si tu peux loger ailleurs en homestay et plonger quand même avec eux. Si tu veux en avoir le cœur net, le mieux c’est de leur poser la question directement, non ? Eux seuls pourront te répondre (moi, je ne suis pas manager de resort, hein 😉 ). Après tout, ça ne coûte rien d’essayer. Ils pourront peut-être au moins te recommander des homestays ou te donner des contacts.

      Je crois qu’à l’heure actuelle, le souci pour eux est à la fois d’ordre légal et financier, pour autant que je sache.

      Une chose est sûre : ces resorts payent très cher des taxes aux autorités locales, pour avoir le droit d’exercer une activité commerciale de plongée (et passons sur les soucis liés à la corruption, répandue partout dans l’administration indonésienne).

      Ont-ils le droit d’emmener plonger des gens qui ne sont pas par ailleurs déjà leurs clients pour l’hébergement ? Je ne sais pas, je ne me suis pas penchée sur la question…

      Une autre chose est sûre : les homestays, de leur côté, ne payant pas de taxe pour proposer une activité de plongée, n’ont donc pas le droit (en principe) d’avoir un compresseur ni d’emmener des gens plonger en bouteille.

      Après, on est en Indonésie… On peut parfois s’arranger…

      Si j’en crois un compte-rendu rédigé par un nana qui avait découvert Raja Ampat en mode « backpacker » et que j’avais lu dans le forum Thorn Tree de Lonely Planet (forum hélas fermé et inaccessible désormais), un gars du coin qui tenait un homestay avait voulu proposer de la plongée-bouteille aux touristes. Apparemment, c’était dangereux, on a frisé la catastrophe : ce type n’avait quasiment aucune expérience en plongée ni aucune certification pour encadrer des gens sous l’eau. Il n’a pas continué.

      Donc, pour l’heure, pour autant que je puisse en juger, ça me paraît logique, économiquement, que les resorts de plongée réservent leurs blocs, leurs compresseurs, leurs bateaux et leur gazole, d’abord aux clients hébergés chez eux. En plus, ça serait très compliqué, je pense, de faire des détours pour aller chercher des gens éparpillés dans des homestays. Ça impliquerait beaucoup de temps de trajet et de gazole en plus…

      On ne se rend pas bien compte, d’ici, mais les îles qui ont l’air proches sur la carte ne le sont pas vraiment. Par exemple, pour aller de Kri ou Mansuar Island jusqu’à Arborek, là où il y a le site aux mantas, c’est un assez long trajet (environ 1h-1h30 pour autant que je me souvienne, peut-être plus). Pour peu qu’il y ait du vent et des vagues comme c’est souvent le cas en juillet, la durée de tous les trajets peut être doublée… Autre exemple, de Kri/Mansuar, pour aller plonger au « Passage », qui est du côté de Gam, c’est une sortie qu’on fait plutôt à la journée avec supplément gazole. De même, le trajet entre Sorong et Pulau Pef où se trouve Raja4Divers peut prendre jusqu’à 5h par mer agitée, voire plus si le moteur du bateau tombe en panne…

      Bref, cette région est vraiment à part du reste de l’Indonésie. On est en Papouasie. Il y a certes les taxes et la réglementation locales sur les infrastructures touristiques, mais il y a surtout l’isolement de l’archipel qui oblige à tout transporter de loin et qui fait que tout est plus cher, il y a aussi le faible développement touristique qui fait qu’il y a peu de concurrence pour le moment, et puis le faible niveau d’infrastructures, d’éducation, etc. Ceci dit, ça devrait bientôt évoluer, un aéroport doit être construit sur l’île de Waigeo, rendant l’accès à l’archipel plus aisé…

      Ainsi, pour circuler, n’y a pas vraiment de liaisons régulières par bateau entre les îles à ma connaissance, hormis le « ferry » de 14h Sorong-Wasai. Sinon, il faut « charteriser » les bateaux (lents) des locaux, qui partent quand ils sont pleins…

      Donc pour circuler d’une île à l’autre, ou organiser un séjour là-bas en mode « backpacker », je pense que le mieux c’est d’avoir du temps devant soi, de parler un peu indonésien, et de s’arranger avec un gars du coin la location d’un bateau, en négociant bien pour le gazole. Bref. Il faut être débrouillard et patient. Du « vrai » backpacking, pour le coup. 😛

      Ayant personnellement opté pour le confort et la facilité (croisière, resort), choses qui ont un sacré coût à Raja Ampat, il m’est difficile de vraiment donner du vécu ou des conseils pratiques pour le backpacking et les budgets serrés.

      Pour ce que je sais des tarifs pratiqués pour les petits budgets : à l’heure actuelle (2012-début 2013), une nuit en homestay (souvent une simple hutte avec matelas par terre, et mandi collectif à l’extérieur) coûte environ 300-500 000 RP. Avec trois repas par jour, il faut ajouter au moins 100 000 RP. Un guide local à la journée doit aller chercher dans les 300-500 000 RP aussi. La location d’un bateau, je ne sais pas, tout dépend du type de bateau. Quant au prix du litre de gazole là-bas, mieux vaut se rencarder une fois sur place…

      Retourne voir les liens que j’ai mis à la fin dans l’autre message que j’ai laissé à Pit, dont je te parlais plus haut (je remets le lien) :
      http://petitesbullesdailleurs.fr/2012/10/08/retour-raja-ampat-indonesie/#comment-5806

      Notamment cette page-ci, de l’excellent site East Indonesia, par Laszlo Wagner, pleine de suggestions pertinentes, à mon humble avis :
      http://www.east-indonesia.info/regions/raja-ampat.html
      Prends le temps de parcourir les onglets du menu sur le côté, qui donnent beaucoup de détails pour chaque île, avec pas mal de suggestions pour l’hébergement (Waigeo, Gam, Mansuar & Kri, etc.).

      Tu devrais aussi peut-être essayer de contacter le Waivo Dive Resort, près de Waisai, sur Waigeo, plus « moyen de gamme », tenu par des Indonésiens. C’est de loin le moins cher de tous (c’est ce que dit aussi Laszlo Wagner du site East Indonesia que je mentionne ci-dessus). Un autre gars qui a plongé avec eux en dit du bien, ici :
      http://humantumbleweed.com/?p=1342
      Leur site est en Indonésien, et pas toujours facile à afficher, mais ils sont sur Facebook :
      http://www.facebook.com/pages/Waiwo-Dive-Resort-Raja-Ampat/275108415860556
      Ils pourront peut-être même t’arranger ou te conseiller un homestay, qui sait ?

      🙄

  14. Ok, super gentil d’avoir pris le temps de répondre une 2eme fois!

    Merci encore!

    Je te tiendrai au jus de mon « expérience backpacking » si tu veux!

    Bonnes bulles,

    Yohann

    1. @Yohann : Hé, hé… Comme ça, les prochains qui me demandent des infos sur Raja Ampat, je les renvoie sur cette réponse !!!
      😉

      Je serais en tout cas ravie que tu reviennes raconter ton expérience au retour !
      8)

  15. Bonjour Corinne

    vous indiquez, des le debut de votre reportage, que Raja Amat est situee en « Papouasie indonesienne ». Ceci est un parti pris, celui des nationalistes indonesiens qui considerent que la Papouasie occidentale leur appartient. Mais ce n’est pas l’avis de nombreux Papous qui refusent de reconnaitre leur pays comme une province de l’Indonesie. En realite, l’armee indonesienne a envahi la Ppaousie occidentale fin 1962 et s’y maintient depuis par la force. Un referendum bidon a ete organise par les militaires indonesiens en 1969, a l’issue duquel ces derniers ont declare que les Papous avaient choisi l’integration a l’Indonesie. Depuis cinquante annees d’occupation militaire indonesienne, on estime que la repression militaire a fait plusieurs centaines de milliers de morts.
    Vous etes journaliste ? Essayez donc d’enqueter sur la vie que vivent reellement les Papous dans leur propre pays, qui risquent d’etre arretes s’ils parlent a des etrangers et qui sont systematiquement tortures, parfois a mort, s’ils expriment ouvertement leurs idees politiques.

    1. @Sabar Paijo : oui, vous avez tout à fait raison, c’est une simplification « pédagogique » de ma part, pour les touristes français qui liront ces pages sur la plongée à Raja Ampat, afin qu’ils sachent que, pour le voyageur qui entre en territoire indonésien, cette partie de la Papouasie est considérée comme faisant partie de l’Indonésie…

      Mon propos, sur ce blog dédié à la plongée, vous l’aurez compris, n’est pas de mener une enquête géopolitique sur la colonisation indonésienne en Papouasie… Mais mille mercis pour votre commentaire, afin que nous n’oublions pas, en tant que touristes, la triste situation en Papua Barat (ou Papouasie occidentale).

    2. Bonjour Corinne,

      c’est cela, il s’agit de la Papouasie Occidentale et non de l’Indonesie, meme si cette derniere occupe militairement la Papouasie et y mene un genocide depuis un demi-siecle. Au passage, les Papous ne sont pas non plus apparentes aux Aborigenes d’Australie, comme vous l’ecrivez dans un autre post.

      J’ai bien copris que votre blog etait dede a a plongee et non a la geopolitique. Pour a part, qui suis plongeur et qui ai eu aussi la chance de plonger a Raja Ampat il y a quelques annees, il ne sagit pas de « geopolitiser » votre blog. Ce n’est pas moi qui prends le parti de la propagande indonesienne, mais vous, involontairement.

      Pour conclure, c’est une excellente chose de decouvrir les tresors sous-marins de Raja Ampat, mais cela ne doit pas non plus servir a cautionner — involontairement certes — les crimes de l’Indonesie en Papouasie Occidentale. Donc arretez de parler de ce pays avec auant de legerete. Des papous meurent chaque jour sous la torture et les balles en essayant de faire entendre leur voix. Nous avons la libertE de nous exprimer et le devoir de le faire pour eux.

    3. @Sabar Paijo : que les choses soient bien claires, je souscris totalement à votre point de vue et je ne cautionne pas du tout la politique ni la propagande indonésienne, contrairement à ce que vous laissez entendre…

      Il s’agissait simplement d’expliquer que je n’étais pas en Papouasie Nouvelle-Guinée, mais dans cette région de la Papouasie dite « indonésienne » (parce que annexée de force par l’Indonésie, nous sommes bien d’accord). J’ai dû maintes fois expliquer autour de moi, auprès d’amis qui me savaient partie là-bas et ignoraient tout de cette région du monde, pourquoi l’île était ainsi coupée en deux.

      Je n’ai pas non plus écrit que les Papous étaient « apparentés » aux Aborigènes d’Australie. Je constatais, simplement, à mon arrivée, rien que par l’apparence physique des gens, qu’on n’était plus en Asie, mais déjà dans une autre région du monde, plus proche de l’Océanie, et que je trouvais que certaines personnes ressemblaient un peu aux Aborigènes d’Australie…

      Enfin, vos remarques me font songer que je devrais, pour chaque pays visité, proposer, en regard de mes habituels posts volontairement « légers », dédiés aux vacances et à la plongée sous-marine, un bref rappel de la situation politique et historique, car la plupart des pays que je visite quand je plonge en Asie sont loin d’être exemplaires en matière de respect des Droits de l’Homme et des libertés individuelles. Il y aurait beaucoup, tellement à dire et à dénoncer… Mais ce blog n’est sans doute pas le lieu le plus approprié pour le faire.

      Merci encore d’avoir pris le temps de rappeler, ici, la réalité de la situation en Papouasie occidentale.

    4. Je ne doute pas de vos bonnes intentions et je reconnais que le debat que je lance est relativement hors-sujet par rapport a l’esprit de ce blog. Je reconnais que d’avoir insister peut laisser croire que je cherche a polemiquer. Ce n’est pas mon intention mais… la situation politique et humaine en Papouasie Occidentale merite une mention speciale par rapport aux « autres pays d’Asie » comme la Malaisie ou la Thailande ou les Philippines dont il est egalement question sur ce blog ou dans les commentaires.

      La Papouasie est occupee militairement depuis 50 ans et on peut parler de genocide. L’Indonesie veut neanmoins developper le tourisme a Raja Ampat, non pas par souci de sortir la Papouasie du black-out a laquelle elle l’a condamnee, mais pour faire entrer des devises dans le pays (occupant). Ce n’est donc pas un acte anodin que de vanter les merites des sites de plongee a Raja Ampat, meme si c’est parfaitement justifiE du point de vue du plongeur (que je suis aussi), car c’est exactement le genre de cartes postales que l’Indonesie veut laisser filtrer de la Papouasie Occidentale et rien d’autre.

      Vous dites n’avoir pas eu le temps de visiter Sorong : je comprends tout a fait. A Sorong, il y a eu une manifestation pacifique il y a deux mois et demi, ou des Papous commemoraient en silence le cinquantenaire de l’invasion indonesienne : la police et l’armee ont tirE a balles reelles sans sommation sur les manifestants silencieux, faisant quatre morts et de nombreux blessEs. Des assassinats de ce type ont lieu chaque jour en Papouasie Occidentale, mais les plongeurs de Raja Ampat, dans leur bulle, entoures de guides indonesiens (rarement papous, vous avez remarque ? tiens, et pourquoi donc ?) au service de patrons europeens n’en entendront jamais parler.

  16. @Sabar Paijo : je comprends bien votre insistance et ça ne me pose aucun problème, au contraire. Je le répète, je vous remercie d’avoir pris le temps de rappeler, ici, la situation de la Papouasie occidentale, son histoire et son actualité, dont nous entendons bien peu parler en France.

    Ce blog est effectivement pour moi une respiration le temps des vacances, une bulle de liberté et de légèreté, par rapport à mon travail quotidien au journal sur des questions d’actualité pas toujours roses…

    Vous faites bien de réveiller nos consciences de touristes insouciants, par rapport à la plongée à Raja Ampat. Et je crois bien que je vais creuser l’idée que j’évoquais plus haut : prendre le temps de faire tout de même quelques éclairages sur la situation des régions et pays que je visite. Je commencerai par la Papouasie…

    Enfin, il n’y a qu’en croisière à Raja Ampat que j’ai eu des guides indonésiens. Mes guides sur place, au resort où j’étais, étaient tous Papous. Des guides extraordinaires !!! 🙂

  17. Bonjour Corinne,
    j’aime beaucoup ton blog et te félicite pour les infos et photos que l’on peut y trouver.
    J’avoue avoir scruté plusieurs voyages avant d’y aller moi meme.

    J’habite Bali et suis instructeur de plongée, je souhaiterais avoir ton avis sur le risque concernant les moustiques et la malaria. Nous n ‘avons jamais pris de traitement pour visiter l’asie mais je me demandais si pour raja ampat il y avait plus de risque que sur les iles de malaisie ou thailande, autre…
    Je dois mis rendre en famille avec 2 enfants de 8 ans en fevrier dans guesthouse de Mansuar ou kri. et je ne sais quelle décision prendre (médicaments ou pas). J’espere recolter un maximun d’avis de personnes y etant déjà aller. Voila… si tu as quelques minutes pour me dire quelles impressions cela ta donner ou autre.. site web…. merci Delphine

    1. @Delphine : Merci pour les félicitations ! Très touchée 🙂

      Pour le reste, je ne suis pas médecin, et je serais bien en peine d’émettre un avis pertinent. Pour ma part j’ai fait le choix de ne pas prendre d’antipalu à Raja Ampat, mais c’est une décision personnelle et en aucun cas une recommandation.

      Il y a du palu dans la zone, les locaux sont touchés en Papouasie occidentale, y compris dans l’archipel de Raja Ampat, m’a-t-on dit. Même si, en étant en bord de mer, on est sans doute moins exposés aux moustiques…. Je n’ai pas beaucoup été piquée à Kri, j’ai pris les précautions qu’il faut avec un bon répulsif, notamment. Mais comme le rappellent souvent, sur ce sujet, dans les forums et sur internet, ceux qui ont eu la malchance d’attraper le palu en voyage, il suffit d’une seule fois, d’une seule piqûre infligée par un moustique parasité pour être infecté…

      Après, chacun est responsable de ses choix, vis à vis de sa santé. La sagesse conseillerait donc de faire ce que l’on veut pour soi-même, mais de ne pas imposer ce genre de risque à des enfants…

      Enfin, pour mes impressions sur l’archipel, l’ensemble de mes posts sur mes deux voyages à Raja Ampat sont au bout de ces liens :
      – Juillet 2012 : http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-alor-raja-ampat-indonesie-2012/
      – Mars 2012 : http://petitesbullesdailleurs.fr/voyage-raja-ampat-bali-indonesie-2012/

      Bons préparatifs !
      8)

  18. WoW ça a l’air incroyable !!!
    Je pense que je vais tenter l’aventure…
    As tu eu l’occasion de discuter avec les Hollandais qui étaient là pour le snorkeling ? Mes enfants et leur père ne plongent pas (contrairement à moi :p). As tu eu l’occasion d’en pratiquer toi même sur Kri ? Pour être sûr qu’ils en prennent également pleins les yeux depuis leur masques et leur tuba… 🙂

  19. Bonjour Corinne,
    Je me nourris de votre blog pour préparer mon tour du monde ! Je pars dans 2 mois et vais faire un petit tour par Raja Ampat.
    Je souhaite en profiter pour passer mon brevet de plongée, j’envisageais le Kri Eco Resort mais je n’ai clairement pas les moyens d’y dormir. Les distances sont-elles longues sur l’île ? Je me disais que je pouvais dormir au Lumba Guesthouse et faire juste les cours d’Open Water au Kri.
    Si vous avez quelques instants pour m’aiguiller…merci d’avance pour tous vos conseils.
    Agathe

    1. @Agathe : bonjour, il me semble que le homestay auquel vous songez ne doit pas être trop loin du Kri Eco Resort via la plage, mais je n’y suis jamais allée, donc je ne sais pas… Mais ça m’étonnerait beaucoup qu’au Kri Eco ils acceptent de mobiliser un de leurs instructeurs et leurs équipements pour des personnes de l’extérieur qui ne sont pas leurs clients hébergés chez eux. C’est un resort, pas un centre de plongée ordinaire ni un club associatif… Mais on ne sait jamais, le mieux c’est de leur écrire pour leur demander si c’est envisageable, vous pourrez peut-être trouver un arrangement..

      Le mieux serait peut-être de passer votre Open Water ou N1 avant de partir, puis de vous installer lors de votre séjour sur l’île d’Arborek : il y a sur place un petit centre de plongée qui a très bonne réputation (mais qui ne fait pas de formation à ma connaissance) et qui fonctionne pour l’hébergement avec les homestays de l’île.

      Je récapitule tout ça sur la page ci-dessous :
      → Raja Ampat : infos pratiques pour organiser son voyage

      Bons préparatifs !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

82 Partages
Partagez69
Tweetez9
Enregistrer4
Partagez