Komodo : poiscaille à gogo

Plonger à Komodo, j’en rêvais ! La réalité fut au-delà du rêve… Premier aperçu en vidéo, au fabuleux site de Batu Bolong.

Batu Bolong : la vidéo

Bienvenue à Batu Bolong. Un rocher planté dans la mer, au cœur de l’archipel de Komodo, en Indonésie.

À chaque bout, des remous et tourbillons inquiétants. Entre les deux, devant le caillou, une eau étonnament calme et lisse. C’est là qu’on largue les plongeurs…

Sous la surface, on ne sait où donner de la tête. Des bancs de poissons s’agitent en tout sens, des carangues en chasse vous filent sous le nez, d’imposants napoléons vous toisent sans peur…

C’est spectaculaire ! La concentration de poiscaille au mètre cube d’eau est proprement hallucinante. J’ai monté une petite vidéo, pour que vous puissiez vous rendre compte :

Contrairement à ce que je craignais, la plongée n’est pas trop physique. Jérôme, mon guide, qui connaît le site par cœur, veille sur notre trajectoire pour que nous restions protégés du courant.

On va et vient d’un bout à l’autre du récif, en remontant un peu à chaque longueur. Jérôme me fait signe de repartir dans l’autre sens dès qu’il sent poindre le jus, un peu avant la pointe du rocher.

Toute la subtilité de cette plongée consiste à rester à l’abri, dans la zone la moins exposée au « vent » sous-marin, près du mur, pour profiter du spectacle sereinement.

Je ne vois pas le temps passer. Même à faible profondeur, quand nous achevons la plongée, le spectacle continue. Des bancs de petits poissons se font et se défont inlassablement, sous les rais de soleil qui traversent la surface.

Un rocher cerné par les courants

Avec Crystal Rock, où nous avons plongé la veille, Batu Bolong est sans aucun doute l’un des plus beaux et plus impressionnants sites de Komodo. En mer, vu de loin, il n’a l’air de rien, ce caillou. Mais sous la surface, on en prend plein les yeux.

Jérôme me confie, une fois que nous sommes remontés dans l’annexe, que ce rocher a aussi sinistre réputation : il y a eu des morts, ici…  😯

Brrr. Il a bien fait de me le dire après, pas avant la plongée ! Une chose est sûre : on ne plonge pas à Batu Bolong sans un guide sérieux, qui connaît bien les marées, les courants et le site.

Batu Bolong, Komodo. Indonésie, juillet 2011.

L’annexe s’en retourne vers le Pascha en louvoyant entre deux tourbillons.

Je jette un dernier regard émerveillé à Batu Bolong. Je ne suis pas près d’oublier ce bout de rocher cerné par les courants.

:roll :

23 commentaires

  1. julien

    C’est fou tous ces poissons… il y a même le gros bleu dont j’ai oublié le nom (j’ai une mémoire de poisson rouge) et que j’ai croisé il y a quelques jours en Australie! J’en profite pour te féliciter pour ton site, je valide complètement la philosophie d’ensemble. Bravo!

    Julien

    Répondre
  2. Corinne

    @Laurence: Essaie de faire une balance des blancs sous l’eau avant de filmer avec ton APN, si celui-ci le permet. Ça peut arranger les couleurs. Dommage pour l’annulation du voyage… Et vivement 2013 !!!
    🙄

    @JMB: Très joli, merci pour le lien !
    🙂

    @Julien: Le gros bleu, c’est un Napoléon, appelé ainsi à cause de la bosse qu’il a sur le front, qui rappelle le chapeau de Napoléon… Ravie que tu te plaises sur mes Petites Bulles d’Ailleurs. Enjoy !
    8)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.