Hop ! À l’eau ! On retourne sous la surface. Au programme : une petite croisière aux îles Similan, avec Richelieu Rock, Koh Bon et Koh Tachaï sur le parcours. Ce sont les sites de plongée les plus réputés de Thaïlande…

Sea of Fantasy

Sea of Fantasy. Février 2011. Croisière-plongée Similan, Thaïlande.

Quand j’embarque, en février, sur le Sea of Fantasy d’Eden Divers, je sais à peu près à quoi m’attendre : c’est avec ce bateau que j’avais déjà plongé, en 2009 (voir → La croisière fait des bulles et les autres liens à la fin de ce post).

Mise à jour : le récit que vous lisez ici correspond à une croisière faite en février 2011. N’essayez pas de réserver chez Eden Divers aujourd’hui, la compagnie n’existe plus… Elle a fait faillite entre les mains d’un Allemand, poursuivi en Autriche pour escroquerie, qui a été arrêté en Thaïlande en mai 2014, si j’en crois les articles publiés dans ThePhuketNews et ChiangRaiTimes [en anglais].

Dans la folle armada thaïlandaise qui embarque chaque jour des plongeurs en croisière sur la mer d’Andaman, c’est l’un des rares bateaux à proposer des cabines individuelles, ce qui m’arrange bien (je n’aime ni payer les exorbitants suppléments single, ni sacrifier mon sommeil pour cause de ronfleur ou ronfleuse dans une cabine partagée).

Il y a trois ans, j’avais bien apprécié le confort et l’encadrement, le Nitrox gratuit, l’ambiance internationale avec des plongeurs de tous âges et tous horizons… J’ai donc décidé de retourner chez eux.

Croisière-plongée Similan. Sea of Fantasy. Février 2011, Thaïlande.

Coup de bol : pour cette croisière, nous ne sommes que 5 clients sur le bateau, fait pour en accueillir 13. De quoi s’étaler sans se bousculer ! Je suis ravie.

L’équipage thaïlandais est aux petits soins, comme toujours. Le dîner est prêt quand on arrive, il n’y a qu’à se mettre les pieds sous la table.

Le programme est simple : manger, dormir, plonger. Eat, sleep, dive.

Mes quatre compagnons de plongée sont tous allemands. Des trentenaires, ouverts et sympas. On s’amusera bien, pendant ces trois jours. Le staff qui encadre cette croisère est allemand aussi. Essen, schlaffen, tauchen…

Bonne ambiance, encore, mais… plus germanique qu’internationale, cette fois-ci !  😛

Sea of Fantasy. Février 2011. Croisière-plongée Similan, Thaïlande.

Coup de malchance : panne de moteur au départ. Et comme il manque aussi une membrane de rechange pour le compresseur Nitrox, il faudra donc plonger « normalement », à l’air.

Bon. Tout ça n’est pas trop grave, cela n’affectera pas la croisière, heureusement. Nous partirons après tous les autres bateaux, beaucoup plus tard, dans la nuit. Deux mécanos thaïlandais vont passer de longues heures à trimer et transpirer, dans l’atmosphère suffocante de la cale, pour réparer le moteur.

Ploufs !

Je me demandais, avant de plonger, dans quel état seraient les coraux, qui ont souffert du blanchiment dû au réchauffement de l’eau. Et maintenant que j’ai vu par moi-même, il m’est difficile de juger, en fait.

C’était ma 3e croisière-plongée aux Similan, mais avec trois ans d’intervalle entre chaque. Mes souvenirs ne sont pas si précis et je ne connais pas les sites par cœur.

Je crois que c’est près de la surface, là où il y avait de véritables « jardins de corail », que les dégâts sont les plus importants. Mais franchement, plus profond, sur tous les sites où nous avons plongé, je me suis régalée.

Le clou du spectacle étant (comme les fois précédentes), dans l’archipel des Surin, le somptueux Richelieu Rock, grouillant de vie, couvert d’une profusion de coraux moux violacés, ondoyant sous le courant. Magnifique !

La vie foisonne au-dessus des coraux... Richelieu Rock. Thaïlande, février 2011.

La vie foisonne au-dessus des coraux… Richelieu Rock. Thaïlande, février 2011.

Richelieu Rock. Thaïlande, février 2011.

Richelieu Rock. Thaïlande, février 2011.

On entend souvent dire que ce serait Cousteau (encore lui !) qui aurait donné son nom à Richelieu Rock, la couleur des coraux mous tapissant le récif lui ayant évoqué le pourpre de la robe du cardinal de Richelieu…

En fait, cette version ne serait qu’une belle légende (de plus). Charlie, du centre de plongée Seafarer Divers, à Phuket, m’explique que ce n’est pas possible :

C’est faux, la “Calypso” de Cousteau n’a jamais été à Richelieu Rock, car j’étais le guide de plongée pour cette expédition durant le tournage du film “Les Forçats de la Mer”.

En 1988, aucun centre de plongée n’avait encore plongé à Richelieu Rock et personne dans la région ne connaissait ce superbe site.

Ce sont les Anglais qui ont probablement donné ce nom, car le cardinal de Richelieu leur en avait fait baver, au XVIIe siècle, avec sa marine de guerre, et comme ce rocher est traître à la navigation, ils ont pu le comparer… au cardinal de Richelieu.

Mais en fait, la véritable explication serait la suivante (merci à Ludovic de m’avoir mise sur la piste, via un article du Bangkok Post, repris notamment sur le blog de Wicked Diving) : Richelieu Rock ne tirerait pas son nom d’une quelconque référence au célèbre cardinal de Richelieu (1585-1642), mais d’un certain Andreas Plessis de Richelieu (1852-1932), qui a marqué l’histoire de la Thaïlande.

Ce Danois, comme ne l’indique pas son nom, fut envoyé au Siam où il s’illustra dans plusieurs batailles navales à la fin du XIXe siècle. Il fut le premier commandant étranger à intégrer la marine siamoise, laquelle le promut au rang de vice-amiral en 1902.

Photos sous l’eau

Contrairement à ce que me prédisaient des oiseaux de malheur, j’ai réussi à ne pas noyer mon 7D !  🙃

Je sais que ça en fait frémir plus d’un, l’idée d’emmener un appareil-photo comme celui-là sous l’eau… Pour ma part, ça ne m’inquiète pas trop. Je prépare toujours très soigneusement mon caisson, sans précipitation, la veille, de préférence. De toute manière, je n’imagine plus plonger sans mon appareil-photo !

Mais il me faut quand même plusieurs plongées pour reprendre mes marques et réussir à faire les images que je souhaite. Petite déception, durant ces trois jours de croisière : le temps plutôt gris, qui ne m’a pas beaucoup aidée pour les photos d’ambiance sous l’eau…

Et mon principal dilemme, d’un site de plongée à l’autre : le choix de l’objectif. Macro ou grand angle ? Petites bêtes ou grosses bêtes ?

Oui, je sais. J’ai de gros problèmes dans la vie…  😛 La preuve en images ci-dessous.

Mérou et crevette nettoyeuse. Février 2011, croisière Similan, Thaïlande.

Nudibranche. Février 2011, croisière Similan, Thaïlande.

Murène. Février 2011, croisière Similan, Thaïlande.

Gorgone. Février 2011, croisière Similan, Thaïlande.

Hippocampe. Février 2011, croisière Similan, Thaïlande.

Crevette arlequin. Février 2011, croisière Similan, Thaïlande.

Corail. Février 2011, croisière Similan, Thaïlande.

Mais où sont passées les mantas ?

À Koh Bon, évidemment, pas de dilemme pour le choix de l’objectif. Grand angle, forcément. C’est LE site des raies-mantas.

Hélas, nous ne les avons pas croisées. Ce n’est pas faute d’avoir insisté. On a plongé et replongé à Koh Bon, en tentant même une incursion dans le bleu, en s’éloignant du récif. En vain. Pourtant, elles ne devaient pas être loin… (Mais j’aurai un tout petit peu plus de chance quelques jours plus tard, après cette croisière, en retournant plonger à Koh Bon à la journée, depuis Khao Lak…)

Enfin, dans la catégorie « grosse bête », nous espérions bien, aussi, croiser la route d’un requin-baleine. Mais non. Pas la queue d’un. Ce n’était pas notre jour. Ni ce jour-là ni les autres.

Je mesure ô combien j’avais eu de la chance, il y a cinq ans : plusieurs raies-mantas et un requin-baleine pour ma toute première croisière-plongée aux Similan !

Bon. Pas de mantas, pas de requin-baleine cette fois-ci. Mais il y avait du « gros », quand même. Des tas de bancs bien impressionnants de carangues et poiscaille similaire. Notre tour-leader, Karin, a vu deux espadons, moi une raie-aigle, les Allemands un requin pointe-noire.

Ceci dit, l’obsession du « gros » ferait presque oublier le reste : la « faune tropicale habituelle », comme j’écris désormais dans mon carnet de plongée pour aller vite. Les rascasses volantes, les murènes, les mérous, les raies à points bleus, les poissons-clowns, poissons-papillons, poissons-perroquets, poissons-anges, poissons-ballons, poissons-trompettes, poissons-scorpions…

Eux, ils sont toujours là !

Rascasse volante. Croisère-plongée Similan. Février 2011, Thaïlande.

Poisson-flûte. Croisère-plongée Similan. Février 2011, Thaïlande.

Poisson-ange. Croisère-plongée Similan. Février 2011, Thaïlande.

Poisson-clown. Croisère-plongée Similan. Février 2011, Thaïlande.

Mes précédentes croisières-plongées

Je remets ici des liens vers les posts et photos que j’avais mis en ligne, après mes précédentes croisières-plongées aux Similan.

Mon séjour de 2006

C’était avec Sea Dragon. J’avais bien aimé l’ambiance à l’époque, plutôt jeune et « backpackers », très bonne option pour les petits budgets.

Mon séjour de 2009

C’était, comme en cette année, avec Eden Divers. Bon confort, un des rares bateaux offrant des cabines individuelles, Nitrox gratos, bonne organisation.

Mise à jour : le récit que vous lisez ici correspond à une croisière faite en février 2011. N’essayez pas de réserver chez Eden Divers aujourd’hui, la compagnie n’existe plus… Elle a fait faillite entre les mains d’un Allemand, poursuivi en Autriche pour escroquerie, qui a été arrêté en Thaïlande en mai 2014, si j’en crois les articles publiés dans ThePhuketNews et ChiangRaiTimes [en anglais].

Croisière-plongée Similan. Février 2011, Thaïlande.

→ Voir tous les articles sur ce voyage : Cambodge + Thaïlande – février 2011

40 commentaires

  1. Wet & Sea / Ludovic

    Même s’il a été confirmé que le magnifique site d’East of Eden est aussi blanchi que les restes de James Dean, c’est rassurant de savoir qu’il existe toujours de la plongée valable sur la zone. 🙂

    Et au passage, elle est magnifique ta photo de mérou chez le dentiste! 8) …et pis franchement, pourquoi qu’il voudrait se baigner ton 7D? 😯

    Si tu avais le bon goût de nous pondre un petit article sur Mimpi Indah, on pourrait mieux attendre ton prochain CR du côté des dragons, tu sais… 😉

    Au passage j’ai rayé Wakatobi de ma liste d’été, le cout exorbitant des vols aura eu raison de moi, et je vais chez Murex Bangka, ceci juste après Weh (mais sur l’autre plage… ce qui me tentait pour Weh c’était aussi l’itinéraire qui me permettait de passer une nuit à Penang au superbe Eastern & Oriental, ce que je gagne sur le billet Wakatobi, je le dépense dans un palace décadent à Penang 😆 ) et avant une semaine à Bali (…que je redoute un peu en août)…. Enfin que des trucs que tu connais finalement…

    Répondre
  2. Corinne

    @Wet&Sea / Ludovic : Oui, moi aussi j’ai été rassurée de voir qu’il y avait encore de quoi s’amuser aux Similan. Suis très très contente de ma photo de mérou : c’était l’une de mes premières photos réussies, lors de la première journée de ploufs…

    Pour Mimpi Indah, tu n’es pas le premier à me réclamer un CR, je m’y colle dans les jours qui viennent, promis.

    Pour le reste, je vois que tu n’en fais qu’à ta tête… 😆

    Répondre
  3. Thomas CONSTANTIN

    Corinne, tes photos sont toujours aussi magnifiques ! J’ai fait pas mal de photos sous l’eau à l’Ile Maurice en snorkel en mars dernier avec mon Canon Powershot D10, mais je mesure là, en voyant les tiennes, l’intérêt d’avoir un reflex 🙄
    Et tes récits donnent toujours autant envie de voyager… Bravo !

    Répondre
  4. Corinne

    @Anne-Marie: Mais de rien, c’est le but de ce blog ! 🙂

    @Thomas: Merci beaucoup ! Mais tu sais, je n’ai ce reflex que depuis un an et même avec un compact, il est possible de faire des photos très correctes. Mes photos sub de 2009 aux Similan, par exemple, dont je mets le lien à la fin de ce post, ont été faites avec plusieurs compacts (le mien, le Powershot A95 qui avait fini par rendre l’âme, et un Powershot S30 qu’on m’avait prêté). 🙄

    Répondre
  5. hallboy

    @Ludo : T’es allé a Weh ? L’autre plage, c’est pas celle du Lumba Lumba, je suppose ???

    J’attends vos CR a tous les deux : Bangka et l’autre bled itou 😉

    Répondre
  6. fabrice

    Tiens, cela fait un moment que j’ai envie de passer le brevet nitrox, tu confirmes, cela vaut le coup?

    Au fait, tu as plongé ailleurs qu’en Asie? A part la Bretagne:-)

    Répondre
  7. hallboy

    Moi en tous cas je confirme. en dehors de la limitation a 40metres, moins de fatigue et plus de securité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.