Koh Phi Phi (prononcez pi-pi), c’est en fait deux îles. La plus grande, Koh Phi Phi Don, où on réside. Et la plus petite, Koh Phi Phi Leh, inhabitée. Qui garde, malgré les cargaisons de touristes à y débarquer, des allures d’île au trésor, d’île de cinéma.

Excursion en long-tail boat

Entendons-nous bien : ça n’a rien d’une « aventure », hein. Tous les touristes dignes de ce nom (et dont nous sommes, ma copine de voyage et moi, durant ce mini-séjour thaïlandais) font la balade à Phi Phi Leh.

L’excursion n’est pas une expédition. En version courte ou longue, en speed-boat ou long-tail boat, charterisée ou privée, le matin ou l’après-midi, elle est vendue par toutes les agences, tous les hôtels et guesthouses de l’île…

N’empêche. J’adore.

Quand, après avoir longé les falaises de Phi Phi Don, on voit approcher Phi Phi Leh, dans l’axe de la proue du long-tail boat, on a un peu l’impression de découvrir une île mystérieuse, inaccessible, perdue dans l’océan… Une illusion que je savoure avec délice.

Excursion en long-tail boat. Koh Phi Phi, Thaïlande, février 2011.

Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Excursion en long-tail boat. Koh Phi Phi, Thaïlande, février 2011.

Si belle sur la ligne d’horizon

Et puis elle est belle, Phi Phi Leh. Même de loin. Avant comme après l’excursion, je ne me lasse pas de photographier sa silhouette si singulière, qui se profile sur le bleu, depuis les plages de Phi Phi Don.

Des plages pas si gavées de monde, en plus, contrairement à ce que je craignais. C’est plutôt une bonne surprise. Même sur celles qui sont accessibles à pied depuis Tonsai, le « village » touristique, on peut trouver des coins peinards, faire des photos sans craindre la foule.

Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Long-tail boat devant Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Ploufs dans l’eau émeraude

Alors oui, je suis bien contente de l’avoir refaite, la balade à Koh Phi Phi Leh. De m’être baignée à nouveau dans l’eau émeraude de ses criques et plagettes dominées par des falaises renversantes. D’avoir pu observer quelques poissons, déjà, en palmes-masque-tuba. Et d’en avoir pris plein les yeux, encore.

Les parois rocheuses plongeant presque à pic dans l’eau sont spectaculaires. Leur vue me procure toujours la même sensation euphorique, un peu grisante. Je les ai pourtant vues et revues bien des fois lors de précédents voyages, ce n’est pas une découverte. Mais je constate avec plaisir que je ne suis pas blasée. La sensation ne s’émousse pas.

Bien sûr, on n’est pas tout seul. Bien sûr, on sursaute quand un groupe de touristes asiatiques, à quelques mètres de là, se met à pousser des cris aigus depuis son speed-boat au moment de la photo-souvenir. Bien sûr, on trouve ça un peu ridicule, de devoir aller patauger dans l’eau tous en même temps, aux mêmes endroits, sur ordre du boatman.

« Now, swimming and snorkeling. Fifteen minutes. One, five. » Il ne voudrait pas que sa prononciation nous fasse confondre 15 minutes et 50 minutes. Manquerait plus qu’on prolonge nos ébats aquatiques ! À part ça, ce n’est pas un bavard ni un jovial, notre gars. Bon, c’est vrai qu’il bosse, lui… Et promeneur de touristes, ça ne doit pas être folichon tous les jours, comme métier.

Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Maya Bay, la plage ni secrète ni déserte

L’ultime escale, avant le sunset, c’est Maya Bay, alias THE Beach. La fameuse plage où a été tourné le (mauvais) film La Plage, avec Leonardo Di Caprio et Virginie Ledoyen.

Une superbe plage de sable blanc, au fond d’une baie défendue par des falaises impressionnantes. Une vraie plage de cinéma, de rêve hollywoodien.

Cette fois, on a droit à plus d’une demi-heure. Trop sympa.

Bon, ben, j’étais sans illusion sur LA plage. Ça se confirme : il y a autant de monde que lors de mon dernier passage, en 2007. J’avais prévenu l’autre fille, qu’elle ne soit pas trop effrayée. La foule est dense sur la langue de sable farine, si doux sous les pieds.

Heureusement, nous sommes en fin de journée et les speed-boats venus de Phuket commencent à partir. Ne restent bientôt plus que les long-tail boats, qui un à un finissent par s’en aller, eux aussi. La plage retrouve un semblant de calme.

Elle est dans l’ombre, le soleil couchant n’illumine plus que les falaises à l’entrée de la baie. Il aurait sans doute mieux valu venir très tôt, à l’aube, avant la foule quotidienne. Autre option : on peut aussi camper à Maya Beach, ce qui permet, en principe, d’en profiter un peu en-dehors des horaires d’affluence.

Maya Beach, Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Maya Beach, Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Maya Beach, Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Maya Beach, Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

Quand on repart, la Lune est déjà visible et le soleil rasant dore la falaise. Ultimes regards pour un beau voilier en bois dont nous croisons la route…

Maya Beach, Koh Phi Phi Leh. Thaïlande, février 2011.

C’est entendu : Phi Phi Leh n’est ni une île mystérieuse ni une île secrète.  Mais ce n’est pas grave. On peut faire comme si, le temps de la traversée… avant de tomber sur les autres bateaux en excursion  !

:roll :

  Cambodge et Thaïlande - février 2011

17 commentaires

  1. Mélissa

    Magnifique Corinne!

    Si tout va bien, je devrais aller en Thaïlande l’année prochaine.

    Je sais déjà une ou deux choses à ne pas louper grâce à toi.

    Répondre
  2. Corinne

    @Pierre: Tout à fait. C’est un film qu’on peut tout à fait se passer de voir sans s’en porter plus mal…
    😀

    @Lemerou: Oui, ça peut faire peur. Malgré la foule, je garde un certain attachement, quasi sentimental, pour Koh Phi Phi, que je connais depuis longtemps, de bien avant le tsunami… Malgré le côté « ghetto à touristes » du village de Tonsai, on peut y trouver des coins plus calmes vers les plages du nord.
    Koh Lanta aussi est touristique, et là, c’est vers les plages du sud qu’il faut aller pour être tranquille. Et pour ma part, je trouve l’île moins belle, elle ne possède pas de paysages aussi étonnants que les îles de Phi Phi, avec ces spectaculaires falaises calcaires plongeant dans la mer…
    🙄

    @Melissa: Il y a effectivement des coins splendides dans la Thaïlande « touristique » (impossibles à louper), mais pour découvrir une Thaïlande plus authentique n’hésite pas à sortir des sentiers battus aussi…
    😉

    Répondre
  3. Ducal57

    Eh oui, j’ai eu la chance de passer 3 semaines à Phi Phi il y a 15 ans, je peux vous dire que c’était autre chose… J’en garde de beaux souvenirs..

    Répondre
  4. Piotr

    Et il y a aussi :

    Koh Ka Kola
    Koh Fi Dis
    Koh Péh Del Ump
    Koh Mé Dhie

    Je n’ai pas pu m’en empêcher ^^ Bah quoi, c’est presque le we !

    Répondre
  5. Corinne

    @Ducal57: Toi aussi… (soupir) 🙄

    @Piotr: Tu fais bien… 😆 Et puis ça me rappelle qu’il serait temps que je me remette un peu au boulot. Les semaines et les mois filent, et je n’ai toujours pas fini de raconter ce petit périple thailandais…

    Répondre
  6. herren Jean-Bernard

    Bonjour, à la fin de l’année on désire se rendre en Thailande et j’aimerais savoir l’idéal est de rester combien de temps à PHI PHI LEH. J’aimerais aussi savoir les endroits les plus intéressants à visiter.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

72 Partages
Partagez57
Tweetez13
+11
Épinglez1