Tuk-tuk, lady ?

Pour une fois, je ne voyage pas en solo, mais avec une amie. À deux, le tuk-tuk s’avère le moyen de locomotion le plus pratique pour aller d’un temple à l’autre à Angkor et circuler autour de Siem Reap.

Un tuk-tuk et deux ladies

Des tuk-tuks, il n’y en avait pas, ou peu, lors de mes précédents séjours en 2001 et 2003 à Siem Reap. On en trouve désormais à chaque coin de rue, et il est impossible de faire trois pas sans se faire héler par les conducteurs en quête de clients : « Tuk-tuk, ladies ? »

Tuk-tuk à Angkor. Cambodge, février 2011.

Tuk-tuk à Angkor. Cambodge, février 2011.

On adore ça, se faire appeler « lady ». Mais on décline chaque fois la proposition, vu qu’on a le nôtre, de tuk-tuk driver. Il s’appelle Krey, c’est lui qui est venu nous chercher à l’aéroport et qui nous a baladées trois jours durant, parmi les temples d’Angkor.

Pendant qu’on visite, il fait la sieste.

Notre conducteur de tuk-tuk fait la sieste pendant que nous visitons les temples... Cambodge, février 2011.

Pratique, le tuk-tuk !

Avantage de la course en tuk-tuk, cheveux au vent : elle procure séchage rapide et rafraîchissement naturel à la lady qui a transpiré à grosses gouttes sur les escaliers abrupts des fameux « temples-montagnes » khmers, surchauffés par le soleil cambodgien.

Et puis, ça permet de profiter du paysage à vitesse modérée, de voir défiler toutes ces petites scènes de rue typiques de la vie en Asie : marchands ambulants poussant leur carriole, gamins en uniformes qui rentrent de l’école à vélo, échoppes et boutiques qui s’animent le long de la route. Il y a aussi toutes ces motos surchargées de marchandises diverses que nous croisons, parfois un attelage de vaches ou une cargaison de moines en camionnette, le tout entre deux gros bus VIP de touristes…

En tuk-tuk à Siem Reap ! Cambodge, février 2011.

En tuk-tuk à Siem Reap ! Cambodge, février 2011.

Siem Reap. Cambodge, février 2011.

En tuk-tuk autour de Siem Reap. Cambodge, février 2011.

😀

  Cambodge et Thaïlande - février 2011

17 commentaires

  1. Audrey

    Moi qui te cherchais à Rennes… Ça y est, je sais où te trouver: dans un tuk-tuk!!!
    Sencha est encore plus fan des coco taxi cubains 🙂
    Bisou et bonne fin de périple!!! À Rennes, c’est la pluie… 🙁

    Répondre
  2. Corinne

    @Audrey: Mon périple s’achève… Je prends l’avion du retour dans quelques heures. Après le Cambodge, j’ai poursuivi en Thaïlande. Là, on pouvait me trouver sous l’eau, à faire des bulles… 😉
    Je raconterai ça dans de prochains posts. Bizzz

    Répondre
  3. Elyes

    « Tuk tuk », j’ai facilement entendu cette expression 1 000 fois durant mes quelques jours à Bangkok !

    Répondre
  4. Alien

    « Special prrrriiiice for you lady ! One dollar, lady, one dolllaaarrrrrr ! »

    Haha, ça me fera toujours autant rire en me souvenant de leur « ladyyy » !
    A Angkor, j’avais également mon chauffeur de tuk tuk attitré, pour les temples lointain, ayant préféré le vélo pour les plus proches !

    Merci de me faire revivre un bout de mon périple avec votre blog !

    Répondre
  5. Alexis - Objectif Voyage

    Super article ! On retrouve ces petits détails qui font qu’un voyage au Cambodge ne s’oublie jamais. Ce « ladyyyyyyy » ou « Siiiir » si particulier au début et qui à force de revenir sans cesse devient habituel… Ca donne envie de repartir 😀

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partagez
Tweetez
+1
Épinglez