Quand je ne pose pas avec les requins de Sipadan, je loge à Mabul, l’île voisine. J’habite dans une « longhouse », une « maison longue » sur pilotis au cœur du village.

Un village plein de vie

Le village de Mabul est un dédale de bicoques sur pilotis en tôles et planches de bois mal dégrossies, un peu crado, avec des poules et des enfants qui courent partout.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

L’endroit est plutôt misérable, mais plein de vie.

Les gosses interrompent leurs jeux pour saluer gaiement les touristes qui passent, « Hello ! Hello ! », ils agitent la main, réclament des photos, prennent la pose les doigts tendus.

Et encore une fois, je me sens comme la reine d’Angleterre en visite, à faire ainsi coucou à tous ces gens que je ne connais pas. Les adultes vous saluent d’un hochement d’un tête, d’un sourire radieux.

L’endroit est bruyant, entre le ronflement des générateurs, le volume des télés poussé à fond, les cris des gamins, les coqs qui cocoricotent à plein gosier.

Tandis que les filles sont de corvées de lessive ou de balayage, les jeunes gars se retrouvent le soir au terrain de volley, où ils disputent des parties acharnées.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Certains s’enhardissent à me demander où je vais, quand je traverse le village pour rejoindre le resort de Borneo Divers, avant l’heure du dîner, pour me connecter au wifi. « Jalan, jalan… », je réponds.

La formule magique fonctionne toujours. Je vais, je viens, je me promène, je me balade.

Mabul Village. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Guesthouse sur pilotis

Le confort de ma guesthouse, Arung Hayatt, est rustique, mais c’est plus sympa et moins aseptisé que les grands resorts chics. Et puis ça n’est pas fréquenté que par des plongeurs ou des touristes occidentaux.

Des tas de Malaisiens viennent eux aussi passer un jour ou deux à Mabul, et descendent dans ces longhouses bon marché.

Je ris avec les enfants qui se jettent à l’eau depuis le ponton pour épater la galerie, je sympathise avec deux jeunes Malaisiennes de Kuala Lumpur, venues faire du snorkeling avec leurs amis. Musulmanes et respectueuses des traditions, elles se baignent sans jamais découvrir ni leurs jambes ni leur tête !

Mais l’ambiance est tolérante et bon enfant. Et je pose volontiers à leurs côtés, pour leurs photos de vacances, avec mes cheveux trempés, mon bas de combi et mon haut de bikini. Amusant contraste.

Je quitte Mabul demain. Je suis un peu triste de partir. C’est que je commence à me sentir bien, ici, après une semaine. Presque comme chez moi…

Billabong Scuba pour les plongées

Chez Billabong Scuba, la longhouse voisine, avec qui je plonge, l’ambiance est très sympa aussi.

Le staff est adorable et toutes les nationalités se mêlent : Malaisiens et Philippins, Sud-Africains, Américains, Thaïlandais…

Le ponton de Billabong Scuba, à Mabul. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.
Le ponton de Billabong Scuba, à Mabul. Bornéo, Malaisie, juillet 2009.

Je m’amuse bien, ici. Le soir, on boit des coups au milieu des combis qui sèchent, assis à même le ponton de bois.

Il y a toujours un gars pour gratouiller La chanson de Sipadan sur sa guitare… Cherchez « Sipadan Song » sur YouTube, il y a quantité de vidéos !

 ;-)

Voir tous les articles sur ce voyage :

→ Bornéo [Malaisie+Indonésie] : juillet 2009

  Bornéo [Malaisie+Indonésie] - juil 2009

  1. un ponton en bois, une mer bleue et un ciel….sombre, finalement il fait pas si beau dans ton paradis 😉 ou c’est juste pour ne pas trop nous faire regretter de ne pas être en vacances ❓
    en tout cas sympas les photos.
    Mais tu nous avais annoncé des plongées extraordinaires, donc c’est pas le tout mais on veut des preuves , des photos, des photos ❗ ….

  2. @Laurence: Le « paradis », ici, est sous l’eau. L’île de Mabul ne ressemble pas tellement au cliché exotique « carte postale tropicale » que nous avons tous en tête. Pas de vraie plage de rêve, pas mal de déchets à traîner dans les coins. Quant au temps, il est tropical: trois-quatre jours de grand beau, suivis de deux-trois jours de ciel gris gorgé d’humidité. Nous avons essuyé une grosse tempête un soir, au début de mon séjour. D’où ce ciel sombre et chargé, du plus bel effet, je trouve, par constraste, avec les flots azur. Nettement plus intéressant qu’un ciel uniformément bleu, non?
    Pour les nouvelles livraisons de photos subaquatiques, visite les posts suivants…
    😉

  3. Bonjour Corinne,
    Et bravo pour ton site, il est génial! Je pars dans 15 jours à Sipadan avec mon mari et je me demande s’il vaut mieux loger à Semporna (Dragon Inn) ou Mabul, comme j’ai vu que tu as fait les 2. Quelle expérience as tu préféré?
    Penses tu qu’il faille réserver l’hébergement en avance sur Mabul? Nous on aime bien pas trop prévoir les choses…
    Me recommanderais tu Suba Junkie ou Billabong Scuba pour plonger? Merci!!

    1. @Carine: bonjour Carine, et merci !

      Pour plonger à Sipadan, je trouve qu’il est préférable de loger à Mabul, car on est beaucoup plus près des sites de Sipadan (environ 20-30 minutes de trajet seulement). Depuis Semporna, il faut compter, je crois, de mémoire, autour de 1 heure et demie de trajet, voire plus, selon l’état de la mer, la puissance du moteur, la taille du bateau, l’âge du capitaine, etc.

      Par ailleurs, Semporna est sans grand intérêt. Alors que la vie à Mabul est plus marrante, surtout si vous logez en longhouse au cœur du village.

      Pour plonger, pour l’expérience que j’en ai eu (mais ça fait un bail, mes infos ne sont peut-être plus très fraîchse), j’avais préféré Billabong Scuba : l’organisation est « locale » (avec ce que ça implique de bons et de mauvais côtés), mais j’avais apprécié le fait qu’ils se débrouillaient toujours pour récupérer des permis (il y a tout un trafic entre les différents centres) et réussir à te faire plonger plusieurs fois dans la semaine à Sipadan. J’avais calé les choses avec eux par email avant de partir. Je m’étais fait préciser le nombre de fois où je pourrai plonger à Sipadan même (un total de 3 jours si je me rappelle bien durant mon séjour d’une semaine) et ils avaient tenu parole.

      Pour dormir, le beach resort de Scuba Junkie est beaucoup plus confortable. Mais j’ai ouïe dire que Billabong Scuba avait depuis un an ou deux, des piaules désormais plus agréables.

      Après, ce qui fera la différence pour la qualité des plongées, c’est le guide / divemaster qui vous accompagnera. Il y a toujours eu beaucoup de turn-over chez Scuba Junkie, avec de jeunes DM occidentaux, certains passionnés, d’autres moins, mais ne connaissant pas toujours très bien les sites. Chez Billabong Scuba, c’étaient des guides locaux qui connaissaient à fond le coin, et quelques Occidentaux en formation, j’avais trouvé l’ambiance plus sympa.

      Enfin, oui, il est préférable de réserver à l’avance sur Mabul en général (mais tout dépend aussi de l’affluence selon la saison, et de vos exigences de standing), surtout pour espérer pouvoir plonger à Sipadan (nombre de permis limités par jour).

      Au pire, en débarquant comme ça, vous trouverez bien à vous loger en longhouse dans le village (confort rustique, mais ambiance sympathique), seulement vous risquez de ne pas pouvoir plonger comme vous le souhaitez à Sipadan. Beaucoup de plongeurs qui débarquent comme ça sont déçus, car ils passent la semaine à essayer de quémander des permis à droite et à gauche, sans jamais réussir à en obtenir, les fameux permis étant répartis entre les différents centres qui les gardent pour leurs clients.

      Bonnes bulles !!!
      🙂

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez