J’en rêve, je veux les voir, les mantas de Sangalaki. Seront-elles là ? Aurai-je la chance de les croiser, d’admirer le gracieux ballet subaquatique de ces inoffensives géantes ?

Récits et images d’autres voyageurs

L’avant-départ est aussi un voyage… Rêvé, fantasmé. Nourri d’images et de récits d’autres voyageurs.

Je parcours à nouveau, cette superbe galerie de Pierre Poilloux (cliquez sur l’image pour la voir) :

Raies mantas

Je relis et savoure avec envie les mots de Yann Senant :

Face à nous, gueules ouvertes, les divas volent, tournoient, nous frôlent, s’éloignent en un virage magistral et repassent si près qu’on pourrait les caresser.
Énormes. Elles sont énormes. Entre quatre et cinq mètres d’envergure pour celles qui ont le ventre blanc. Les noires sont gigantesques, plus impressionnantes et plus craintives aussi.
Dans une énergie formidable, elles veulent nous montrer qu’elles sont belles, majestueuses, élégantes, gracieuses, agiles.

Je revisite la page qui leur est consacrée sur le site Dive-the-world.com. Sangalaki y est rebaptisé “The Manta Expressway”. Ah, là là ! Pareille propagande touristique me fait carrément de l’effet…

Thaïlande, février 2006

La première fois que j’ai vu des mantas, c’était en février 2006, en Thaïlande, lors d’une croisière-plongée aux îles Similan.

Ce voyage ne figure pas ici sur Petites Bulles d’Ailleurs, mais j’avais tout de même mis quelques photos en ligne, sur mes tout premiers sites web de l’époque :

Similan Islands – Thaïlande 2006
Similan – Photos sub – Thaïlande 2006

Les raies-mantas ont surgi en fin de plongée, alors que j’étais remontée sur le bateau avec le reste de la palanquée… J’ai aussitôt remis palmes, masque et tuba, et sauté à l’eau pour les admirer, en snorkeling !

Superbe visi, instant magique. J’ai palmé à fond, de toutes mes forces. Palmé comme jamais, pour les suivre. C’est qu’elles sont rapides, malgré la lenteur majestueuse de leur « vol ». Mon émotion, mon excitation étaient telles, que je ne ressentais aucune fatigue. Sacrée montée d’adrénaline !

Ci-dessous, la petite vidéo tremblante que j’avais faite à l’époque :

Indonésie, Nusa Penida, juillet 2008

La deuxième fois, c’était l’été dernier (juillet 2008), en Indonésie, dans les eaux de Nusa Penida, au large de Bali.

Conditions difficiles : eau chargée et glacée, courant épuisant. Elles tourbillonnaient autour du rocher bien nommé de « Manta point ». Fascinant spectacle que leur incessant carrousel dans le brouillard bleuté… Et en voilà une, et encore une, et encore deux autres ! ! !…

Vous pouvez retrouver le récit de cette plongée au bout du lien ci-dessous :

→ Le ballet des mantas (16 juillet 2008)

Une raie manta surgit dans le brouillard bleu. Manta Point, Nusa Penida. Bali.

Y aura-t-il une troisième fois à Sangalaki ?

J’en rêve…

Petit ajout au retour du voyage

J’ai vu les mantas de Sangalaki ! ! ! Oui ! Explorez les autres articles liés à ce voyage (lien ci-dessous)… 😉

  Bornéo [Malaisie+Indonésie] - juil 2009

  1. Encore des sales bêtes au même titre que les clowns!
    À en rêver, effectivement.
    Nous devions nous rendre aux Maldives au mois de février qui a suivi le tsunami, mais impossible car notre île avait essuyé d’importants dégâts.
    Donc ou aller?
    Mais aux Maldives bien sûr, nous avons trouvé un hôtel qui a pris notre réservation.
    40 personnes sur l’île, 8 plongeurs et des mantas TOUS-LES-JOURS, rien que pour nous, près à les toucher.
    Les touristes avaient déserté et sous l’eau il n’y avait que nous, avec des plongées à rallonge dans 15m d’eau, et ces animaux majestueux.
    Un vrai délire.

  2. 😀 Ah les mantas… quelle majesté… quelle passion!
    Je ne les ai pas vues aux Similans, mais à chaque voyage à Bali, comme toi à Manta Point, ainsi qu’à Komodo.
    Je leur ai consacré une galerie de photos ici :
    http://www.mantaleau.fr/galeries/2008_nov_komodo_mantas/N4_Galerie_2008_nov_komodo_mantas.html

    J’espère en revoir à Rajah Ampat cette année et… à Sangalaki si j’arrive à y plonger un jour! Autant dire que je suis très très intéressée par ton voyage et toutes les informations que tu nous livreras concernant cette destination!

    ❓ As-tu aussi l’intention de plonger dans le lac aux méduses?
    As-tu trouvé des sites qui précisent quelles sont les meilleures saisons pour plonger là bas? Je ne trouve rien de bien précis à ce sujet…

  3. @Blue Lagoon: Les Maldives, évidemment… J’irai, je te dis, un jour!!!
    😀

    @Manta: Yess!!! Merci pour le lien!!!! J’espère que Rajah Ampat sera à la hauteur de tes attentes. 🙄
    Pour Sangalaki, beaucoup d’incertitudes encore, quant aux plongées… J’aimerais bien faire tous les sites intéressants, dont Kakaban et son lac aux méduses. Mais il faut chaque fois charteriser un bateau et ça coûte un peu cher pour moi toute seule. Donc j’ai intérêt à être sur place en même temps que d’autres plongeurs pour partager les frais… On verra bien. Le trajet Tawau-Derawan s’annonce bien folklo, je raconterai ça dans un projet post… Quant à la « bonne » saison, je ne sais pas non plus. Juillet a l’air pas mal, mais je poserai la question au dive-master indonésien avec qui je suis en contact par email.
    😉

  4. Salut Corinne,

    Merci pour le lien 😉 vers mon carnet…

    J’espère aussi que tu les verras à Sangalaki…. c’est comme partout, il y a une part de chance.

    Tu vas faire le trajet depuis Tawau apparemment ? N’oublies de faire ton visa pour l’Indonésie 1 ou deux jours avant…

    Achètes aussi, et avant ta demande de visa, un billet aller et retour Tawau/Tarakan en bateau.

    Cela fait perdre un peu de temps tout ça, mais c’est inévitable si tu comptes descendre vers Derawan.

    Bises et bons rêves O°o°

    yann

  5. @Yann: Je suis en train de m’organiser pour tout ça… Je sais que ça prend du temps de descendre jusqu’à Derawan. J’ai un contact sur place qui m’a réexpliqué les étapes. Je donnerai les infos que j’ai déjà pu rassembler dans un projet post! Allez, je croise les doigts pour les mantas!!!
    🙄

  6. Hello Corinne,
    cela fait effectivement rêver de pouvoir apercevoir ces animaux majestueux.
    Je vais voir pour faire Manta point cet été avec ma fille. Praticable pour des niveaux 2? Comment est le courant là-bas? Est-il aussi fort qu’on le dit? Ce sont alors de dérivantes les plongées?

    Sinon concernant les visas pour Bali, peut-on les acheter à l’avance pour éviter de faire la queue à Denpasar? Si oui cela m’intéresserai de savoir où et comment 😉

    @ bientôt pour de nouveaux voyages sur votre blog!

    Au fait, c’est pour bientôt le nouveau départ non?

  7. @n@me: Pour le « Manta Point » de Nusa Penida (Bali), pas de problème pour des Niveaux 2 ou AOW; pour des Niveaux 1 ou OW, c’est un peu juste je pense. De même que pour la plupart des autres sites… C’est vraiment sportif!

    Mais à Manta Point, c’est moins le courant que j’avais trouvé dur à gérer (on y était allé à l’étale) que les terribles thermoclines. Le bateau n’allait pas très souvent à Manta Point, qui est difficile d’accès, en raison de la houle à cet endroit.

    En tout cas, oui, les courants sont aussi forts qu’on le dit à Nusa Lembongan/Penida. On fait régulièrement des dérivantes, mais parfois le lendemain, au même site, ce sera tout l’inverse: pépère…

    Le problème, ce n’est pas tant la force des courants, que leurs caprices. On peut partir dans un sens, puis dans l’autre, puis encore dans l’autre au cours d’une même plongée. C’est très troublant, on sent dans les palmes l’eau tourner d’un coup, changer de direction très soudainement; dans ce cas, pas la peine de lutter, ni même de tenter de s’agripper au récif, c’est un coup à s’épuiser bêtement ou à se déchirer les doigts.

    Mais les dive-masters de World Diving (centre que je recommande vraiment) sont très compétents et savent parfaitement encadrer les palanquées, adapter les plongées au niveau des plongeurs, et détecter les caprices du courant. Pour ma part, je n’ai pas tenté « Blue Corner », qui est paraît-il superbe et où l’on rencontre régulièrement des « eagle-raies », mais qui peut se révéler très traître, avec courants descendants et ascendants. Brrr. Pas mon truc.
    😕

    Pour le visa indonésien: on peut le faire faire à l’avance en France, à l’ambassade d’Indonésie. Tous les détails sur le site de l’ambassade (document à télécharger en bas de page), ou sur Action-Visa.com. (Mais ça coûte plus cher que le simple « visa on arrival » de 30 jours à 25$ délivré à l’aéroport, car il s’agit d’un visa touristique de 60 jours.)
    🙄

    Quant au nouveau départ, oui, ça approche: c’est pour la fin du mois!!!
    😀

  8. 21°C à Rennes ? Bigre ! T’as fait une brève pour Ouest France ? 😉
    Très bien Sangalaki, mais profites-en pour aller à Kakaban, c’est à côté. Histoire d’être médusée…

  9. @Francis: Si tu étais passé quelques heures plus tôt, tu aurais halluciné de découvrir qu’il a fait la même température à Rennes en journée (24°C) qu’à Kuala Lumpur en soirée! 😆
    Une brève pour OF? Aujourd’hui, je suis en repos, mais j’aurais pu. À ton avis, qui faisait partie des heureux besogneux d’astreinte en ce week-end ensoleillé, du vendredi au lundi? Hein? 8)
    D’ailleurs, tu ne crois pas si bien dire: il a fait si beau et si chaud (même au mois d’août on n’a pas temps si clément), que le canard s’est fendu d’un papier, lundi, intitulé « La ruée vers le soleil », avec la participation de nos différentes rédactions de la côte. J’y ai échappé, c’est pas trop la ruée à Rennes, ça manque de plages. 😀
    Pour Kakaban et son lac singulier, je compte bien aller y faire un tour… Je me rappelle bien l’expédition médusante d’un certain FLG. 😉

  10. @Marie-net: Oui, mais il paraît (info rapportée par un de mes lecteurs qui a des amis qui reviennent de Derawan) qu’elles sont hélas moins nombreuses qu’avant. Sans doute à cause de la pêche illégale consécutive à la fermeture du resort situé sur l’île de Sangalaki même…
    En tout cas, ça va être une sacrée expédition pour aller jusque là-bas. Mais bon, que ne ferais-je pour nager avec des mantas, des tortues, et les méduses qui ne piquent pas de ce drôle de lac…
    🙄

  11. Les manta c’est surfait
    Quand tu en a vu une, tu en as vu 100
    C’est vrai que les premières fois leur envergure et leur masse impressionnent, mais à la longue ça devient lassant à tel point que beaucoup de guides de plongée font des mots fléchés ou des sudoku sous l’eau pour tuer leur ennui quand ils vont sur une station de nettoyage
    Toutes ces manta grassouillettes qui tournent autour de vous dans une chorégraphie du niveau « Pom Pom girls sur le retour » lors d’un comice agricole, donnent rapidement le tourni
    Non seulement leur grasse (!) est largement surfaite, mais leur grande bouche béante, encadrée de cornes céphaliques et d’yeux aussi expressifs que ceux d’une vache en attente de la traite n’encouragent guère leur fréquentation
    Donc Corinne, le mieux que l’on puisse te souhaiter est de ne pas réaliser ton « Rêve de Manta » à Sangalaki
    Ci-dessous un lien vers les photos d’un ami prises à Maratua, au cas zou…
    http://voyages.pierrelobel.fr/Indonesia/Maratua/Diving/frames.htm

  12. ah les Mantas, j’ai eu l’ocasion de les voir il y a quelques années dans le lagon de Bora Bora, en plus c’était à l’occasion de ma 100è plongée, géniale, depuis à chaque nouvelle 100è de plus je croise des raies! Pour la 200è c’était des torpilles parce que faut pas réver, en Manche on peut avoir des mola mola mais pas encore des Mantas… 😛
    Bref vivement la 400è pour une nouvelle manta, va falloir que je choisisse bien ma destination 🙂

  13. @Laurence: Ah… Moi je vais approcher de la 300e, c’est peut-être bon signe? Et si je m’offrais Bora-Bora pour le voyage qui suivra? Ou les Maldives? 😆 Je ne suis pas encore repartie que je pense déjà au périple suivant!!! En tout cas, pas question de reploufer en Manche, c’est au-dessus de mes forces désormais, j’avoue…

  14. En tout cas, pour le moment, je n’ai pas de voyage avant plusieurs mois 😥 , alors je compte sur toi pour me faire voyager à l’oeil 🙄 avec plein de belles photos ❗

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez