Je vais repartir. Fin juin, je m’envole à nouveau en direction de l’Orient. Il m’a suffi de recevoir l’e-ticket sur ma messagerie pour me sentir pousser des ailes.

À 540€ l’aller-retour Paris-Kuala Lumpur, sur KLM, j’ai craqué. Jamais je ne dénicherai meilleur tarif pour l’Asie…

Tableau des vols à la gare TGV de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.
Tableau des vols à la gare TGV de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.

La seule perspective d’un nouveau départ, concrétisée par l’achat de ce billet, me plonge dans des abysses de béatitude. Partir, revenir, repartir. La saveur même de l’existence me semble toute entière suspendue à ce mouvement de balancier. Suis-je normale ?

La crise aidant, la majorité des gens préfère ne pas partir. Ou ne pas partir loin.

La crise aidant, je suis folle de joie quand je réussis à repartir à l’autre bout du monde malgré tout. En visant des coins où le niveau de vie me permet de tenir de longues semaines sans trop débourser. Est-ce indécent ?

Je passe des nuits entières sur internet à jongler avec les horaires, tarifs et liaisons des compagnies aériennes. Je me plonge avec délice dans les blogs de voyageurs qui me ressemblent. Ceux qui n’ont pas peur de laisser un peu place à l’improvisation, au hasard, qui s’en remettent à leur bonne étoile, qui ont confiance. Pour eux, pour moi, être ailleurs est toujours grisant. Par quel miracle ?

À force de repartir, je me dis qu’un jour je pourrais aussi ne plus revenir. Toutes ces « parenthèses d’ailleurs » mises bout à bout depuis tant d’années composent un petit morceau d’existence qui me semble parfois tellement plus précieux que tout le reste… Est-ce bien sensé ?

L'île de Sipadan, près de Bornéo, en Malaisie. Juillet 2006.
L’île de Sipadan, en Malaisie. Juillet 2006.

Je ne sais pas encore trop dans quels coins je vais aller traîner mes tongs, en juillet, à partir de Kuala Lumpur. Préparatifs, mais pas trop ! Seule certitude, je vais retourner tremper mes palmes à Sipadan, au large de Bornéo, accessible d’un coup d’aile avec Air Asia. Après… j’en suis encore au stade où tout est possible.

C’est si bon d’avoir la certitude de repartir, bientôt.

🤗

  Entre deux voyages

  1. Je t’envie, j’aimerai tant partir avec mon homme et mes deux petits mecs. Pas de sous en ce moment, ce sera pour plus tard. Ce n’est pas que la crise mais voilà… Tu as bien raison d’en profiter. Je continuerai de rêver en regardant ton blog.

  2. Mon seul regret , c’est que ….cette fois ci, je ne pourrai pas lire ton blog car….moi aussi je serai partie!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!YES!!!!!!
    On est des veinardes quand même!!!!!

  3. Un conseil pour Sipadan : n’oublie pas ton casque, car le choc frontal avec les tortues est le risque le plus fréquent dans le secteur 😆
    Sinon sur Bornéo, à part les alentours de KK, j’ai fait Miri où les plongées ne sont pas terribles, mais où les parcs aux alentours sont sympas (Gunung Mulu, Lambir hills…) quoique très aménagés et avec moins de bestioles qu’en Papouasie

  4. @Cathy: Oui, pas facile de bouger à quatre. Pour moi, évidemment, c’est plus simple: pas de contraintes familiales. Il me faut juste réussir à économiser le prix du billet. Une fois en Asie, je dépense bien moins pour manger et me loger que si je restais en France… En tout cas, merci de ton petit mot, ça me touche toujours beaucoup de savoir que je parviens à partager un peu de rêve à travers ce blog.
    🙂

    @Hélène: Oui, je mesure bien la chance que nous avons, l’une et l’autre, de pouvoir partir ainsi, à l’autre bout du monde, pour notre agrément. Je pense que tu devrais quand même pouvoir trouver une bécane ou deux pendant ton périple pour te connecter, donner et prendre des nouvelles… Bons préparatifs!
    8)

    @Alimata: Ah, il me tarde de retrouver mes copines les tortues qui hantent en pagaille ces eaux fabuleuses!!! Sur Bornéo, j’ai le projet encore un peu vague de passer la frontière indonésienne et d’aller du côté de Derawan… (Aux dernières nouvelles, les mantas sont de retour autour de Sangalaki, 😈 )
    Ensuite, je ferais bien un saut jusqu’à Alor, en repassant par Bali au retour… Mais faut que j’étudie cet ambitieux projet de plus près (budget/temps/liaisons).
    Pour le reste, je ne suis pas trop fan de jungles impénétrables pleines de bestioles. Les parcs « aménagés » ça me va bien. Mais on verra.

  5. J’ai l’impression que j’aurais pu écrire le même ressenti (en moins bien exprimé!)… cela fait bizarre de lire ses propres pensées écrites par une autre…

    Mon budget N°1 : les voyages et la plongée… dénicher de bons plans… des lieux où l’on peut profiter de la vie avec le sourire pour pas grand chose… et partir!
    Le reste est accessoire… et puis peu importe, je n’aime pas aller au restau, j’adore les pâtes, je n’ai pas besoin d’un mobilier classe, d’une belle voiture ou d’un grand logement… bref, tous ces aspects matériels m’importent peu, tout comme d’économiser pour un avenir inconnu ou pour une retraite qui pourrait n’être qu’illusoire… et si demain on décidait de se poser ailleurs? Je l’ai déjà fait pendant quelques années… le plus dur n’est pas de partir… mais de rentrer… et si un jour on ne rentrait pas?
    En attendant, je pars et je rentre avec le sourire, car je suis sure de repartir encore pour de nouvelles découvertes, aventures et rencontres.

    Je suis consciente d’avoir la chance de pouvoir faire ce choix et de le partager avec mon binôme.
    La crise? La vie est au jour le jour avec ce que l’on a… Si il faut diminuer le budget voyage, il diminuera… mais je n’envisage pas de ne plus rêver un jour à repartir encore!

  6. Ne t’inquiète surtout pas. Tu es normale. Ce balancier qui rythme ta vie est salutaire. Tu t’enrichis de ces voyages et si un jour tu reviens moins, c’est que tu auras fait le choix. Je connais des gens qui sont allés et venus, repartis et rentrés et qui ont fini par ne presque plus revenir. Ils ont une vie riche. Ce serait dommage que tu te freines. Je pars en août pour l’Inde. En juin, je vais voir les Pyramides, il est temps que j’aille visiter ces merveilles, des fois qu’elles s’enliseraient… A chacun ses plongeons. 🙄

  7. Derawan… les plongées y sont assez chères côté budget. Mais si tu pousses jusque-là il faut absolument faire la plongée aux méduses sur l’îlot de Kakaban ! Indescriptible…

    Pour moi c’est direction les Maldives la semaine prochaine… 8)

    J’espère donc les mantas, avec impatience !…

  8. @ Manta : Tu exprimes très bien ce que je ressens aussi. Nous avons la même philosophie quant aux choses matérielles…
    🙂

    @ Nono : Ah, ça m’étonnerait beaucoup que je me freine! Sauf gros soucis de sous… Mais me voici rassurée. Je suis normale!!! D’ailleurs, toi aussi tu pars souvent.
    😀

    @ Marie-Ange (Un monde ailleurs) : Oui, je me rappelle bien le récit que tu avais fait de l’expédition à Kakaban… Compte sur moi, si je vais là-bas, pour tenter cette insolite expérience.
    Côté hébergement, il y a apparemment moyen de loger pas trop cher en losmen à Derawan. Pour les plongées elles-mêmes, on m’a donné un contact. Il faudra sans doute que je me joigne à d’autres plongeurs, pour partager les frais de carburant du bateau… On verra. Je vais me pencher de plus près sur la question ces jours-ci, envoyer des mails. Si les sorties sont chères, j’en ferai moins, voilà tout!
    En attendant, je te souhaite de merveilleuses plongées aux Maldives. Et je dois avouer que je t’envie. (Mais moi aussi, j’irai, un jour!) Je suis persuadée que les mantas seront au rendez-vous! Profites-en bien.
    8)

  9. J’adhère à 500 % moi aussi je crois bien qu’un jour je ne rentrerai pas !! Nous serons du même côté du globe en même temps, d’ici là bon blog ! Sonia

  10. 540 euros? C’est passer à côté qui n’aurai pas été normal. 😉

    «… j’en suis encore au stade où tout est possible». J’aime croire qu’en voyage, tout peut arriver, surtout le meilleur.

    Pour le reste, ai-je besoin d’ajouter que je comprends totalement l’état dans lequel tu te trouves? 🙂

  11. @Marie-Julie: Ça m’aurait étonnée que tu ne captes pas l’état d’esprit qui est le mien en ce moment… 😉
    J’ai enfin quelques jours de repos devant moi, je vais ainsi avoir un peu le temps d’imaginer les étapes de ce nouveau voyage.

  12. Salut Corinne !
    Hé bien si tu passes par les Perhentians fin juin, je devrais y être jusqu’au 29 à priori !
    A l’heure où je te parle, nous sommes à 1 mois, 6jours, 14heures, et 32 minutes du départ !!! C’est génial ces widgets wordpress !!! Tout ça pour dire que c’est trop dur d’attendre !!! Comment tu fais à chaque fois??? 😡

    Ah oui… on t’as battu… nous on les as eu à 530 euros… aaaaaaahhhh c’est bon la crise !!!! 😆

    A bientôt ! 8)

  13. @Anthony: Ah… je ne pense pas repasser par les Perhentian, et puis je décolle de Paris le 29 juin, donc ça risque d’être dur de se croiser… 😉
    En fait, je n’ai toujours pas arrêté mes projets pour ce prochain voyage. Je vais commencer à me pencher sur la question, et je reviendrai en causer dans quelque temps. 😀
    Un mois et six jours? Ah là là, tu tiens le bon bout!!! 8)

  14. Je viens de découvrir ton blog grâce à un ami sur facebook et j’adore ton style, je vais suivre régulièrement tes projets et visionner tes vidéos. Je me contente de quelques heures d’apnées et ne filme qu’avec une Gopro (je suis plutôt un photographe « terrestre »), mais je suis désespéré de constater la périclitation du corail en surface, en Thailande et Malaisie…

    1. @Stéphane: bienvenue sur mes Petites Bulles d’Ailleurs ! Ravie que tu t’y plaises ! 🙂

      Oui, je l’ai constaté aussi, le corail n’est plus en très bonne forme en Thaïlande et en Malaisie, hélas… Je repars bientôt en Indonésie, où on déniche encore des fonds de toute beauté. Mais jusqu’à quand ?

      Bonne continuation !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez