La campagne autour de Tomohon, avec, à l'horizon, le mont Lokon.
La campagne autour de Tomohon, avec, à l'horizon, le mont Lokon.

Maintenant que je suis la reine du mikrolet, j’embarque sans hésiter dans le premier minibus bleu qui affiche “Karombasan” direction “Wanea”. Karombasan est le terminal des bus au sud de Manado.

Prendre le bon bus…

L’endroit est gavé de monde et je suis encombrée par mes gros sacs. Mais un aimable monsieur et sa femme s’emparent de celui qui contient mes affaires de plongée et me conduisent gentiment jusqu’au bus pour Tomohon.

Eux partent passer le week-end à Tondano, comme beaucoup de citadins. Les gens sont vraiment sympas, ici, avec les touristes égarés…

Entraperçu par la fenêtre du mikrolet, un petit bout du marché de Manado, près du terminal Karombasan.
Entraperçu par la fenêtre du mikrolet, un petit bout du marché de Manado, près du terminal Karombasan.

Arrivée sans encombre à Tomohon, dans un bus déglingué, qui, par on ne sait quel miracle, roule toujours.

Au fil des lacets de la route, je découvre la beauté de la région : champs cultivés, petites bourgades provinciales, bouts de forêt, et le panorama sur Manado et sa baie. C’est relativement rapide, trois quarts d’heure de trajet.

La campagne autour de Tomohon, avec, à l'horizon, le mont Lokon.
La campagne autour de Tomohon, avec, à l’horizon, le mont Lokon.

Un bungalow dans les montagnes

À Tomohon, j’opte pour le Happy Flower Homestay, qui appartient également à Tommy, l’Indonésien qui tient Froggies avec Christiane.

Le jardin est joli, mais les quatre bungalows commencent à montrer leur âge. L’eau chaude ne fonctionne que dans deux chambres sur quatre… Et le ménage n’est visiblement pas fait bien souvent.

Tant pis. Bungalow à 120 000 Rp. J’ai la flemme d’aller visiter les deux guesthouses voisines. Je me pose.

Ceci dit, j’ai bien fait d’opter pour le Happy Flower, car Tommy est venu passer le week-end en famille. Et c’est le seul à parler anglais, en dehors d’un guide que je rencontrerai plus tard, qui a ses quartiers ici. Tommy, très sympa, passe un coup de fil, et m’arrange une virée à moto pour le lendemain.

Les paysans rentrent des champs par le chemin qui passe devant la Happy Flower Homestay.
Les paysans rentrent des champs par le chemin qui passe devant la Happy Flower Homestay.

Mon pilote sera Anto. Un gars gentil comme tout, mais avec qui la conversation est extrêmement limitée, vu que son niveau d’anglais est encore pire que mon niveau d’indonésien…

J’apprends, le soir, au retour de Yoce (prononcer Yotché), le guide qui bosse pour le Happy Flower Homestay et qui fait visiter le coin aux rares touristes de passage, que j’ai raté la « french family ». Eh oui ! Olivier et Ariane ont dormi ici, et ils viennent de repartir à Manado, avec leur trois filles. On s’est manqué de peu, simplement parce que dans l’après-midi, je me suis fait une virée au café-internet du coin, pas très loin du homestay.

C’est plaisant et rafraîchissant, Tomohon. Grosse bourgade de province paisible, très étalée, avec tout plein d’églises là encore. J’ai aperçu plusieurs mariages depuis mon mikrolet, avec demoiselles d’honneurs en robe rose bonbon et fanfare…

  Indonésie : Sulawesi - juillet 2007

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez