Night bus

Le pays Toraja, ça se mérite ! Depuis Manado (nord-Sulawesi), il faut d’abord rejoindre Makassar tout au sud, soit une heure et demie d’avion. Ensuite, c’est 8 à 10 heures de bus pour Rantepao.

Litha & Co

Pas de bol : contrairement à mon périple d’il y a trois ans, je n’ai pas réussi à attraper le bus du matin. Au terminal de la compagnie Litha, on m’apprend qu’il ne reste plus de place qu’en bus de nuit…

Le terminal de la compagnie Litha, à Makassar, d'où partent les bus pour le pays Toraja.

Ah ! Les joies du night bus… On en ressort le dos vermoulu, la nuque raide, les genoux en compote, l’esprit brumeux et les yeux injectés de fatigue, après de longues heures sans sommeil.

Il y a les cahots de la route, pleine de nids de poule. Les audacieuses manœuvres du chauffeur, qui maîtrise parfaitement la conduite à l’indonésienne (je klaxonne et je double). L’irruption soudaine de lumière crue aux arrêts pipi. Les ronflements sonores d’un voisin ventripotent juste derrière. Sans oublier les délicieuses mélodies des chansons indonésiennes sirupeuses que les hauts-parleurs du bus se mettent tout à coup à vomir sans raison, aux petites heures de la nuit…

Saya orang perancis

Bon. Le truc sympa, quand même, c’est qu’on peut pratiquer son bahasa indonesia en attendant l’heure de partir, avec les autres voyageurs. Une petite dame se pousse sur un banc et me fait signe de venir m’asseoir près d’elle. Me voici repartie dans l’inévitable échange de politesses, ponctué de grands sourires…

Dari mana ? D’où venez-vous ? Saya orang perancis, je suis française. Oui, je voyage seule. Oui, je parle un peu indonésien… Mais rien qu’un tout petit peu, hein, setikit setikit, et forcément, la conversation tourne court… J’ai déjà épuisé mon maigre vocabulaire ! En plus, j’ai oublié mon Petit Indonésien de poche à la maison.

L’autre truc sympa, c’est qu’on fait des rencontres. Il y a trois ans, j’avais sympathisé avec une famille de Hollandais dans le bus Litha (ledit bus était autrement plus confortable que ceux que j’ai pris cette année). Ensuite, j’avais même poursuivi mon voyage jusqu’aux îles Togian avec eux. Cette fois-ci, c’est un jeune Norvégien, Sebastian, qui atterrit sur le siège voisin du mien.

Lui aussi voyage seul. Il a pas mal baroudé en Afrique, en Inde. Mais c’est sa première fois en Indonésie.

Comme moi, il a ses petits trucs pour supporter les longs trajets en bus : iPhone bien garni en musique, oreiller d’avion pour soutenir la nuque, petite laine pour lutter contre le froid polaire de la clim systématiquement poussée à fond. On éclate de rire en constatant combien nous sommes ridicules, à essayer en vain d’optimiser le confort étroit des sièges à peine inclinables, avec nos petits boudins gonflables calés autour du cou.

À l’aube, nous arrivons à Rantepao. Là, c’est moi qui jouerai les guides.

Je n’ai rien oublié, je reconnais tout. Je fais stopper le bus devant le resto Riman, au nord de la ville. J’ai besoin d’un café. Un bon kopi noir et parfumé, comme ils savent si bien le faire, ici, dans le pays Toraja. Malgré la fatigue, je suis tellement, tellement heureuse d’être là !

:roll:

À propos de l'auteur

Journaliste, Corinne est aussi blogueuse et “globe-trotteuse”. Ses voyages la mènent souvent en Asie du Sud-Est et dans la zone Indo-Pacifique, où elle se consacre à ses deux passions : la plongée sous-marine et la photographie.

10 Réponses

  1. Malene

    La suite, la suite!
    Je sais, il faut que tu ailles plonger, mais « on » aimerait bien en savoir plus de ton périple en pays Toraja…
    ça doit être vraiment chouette pour que tu sois prête à ces longs trajets plutôt que de rester dans un centre de plongée à être dorlottée par le personnel et observée par les poissons ;-)

    Répondre
  2. fredometeo

    Bonsoir,

    je prends note… :roll:

    ça me donne des envies furieuses de m éloigner de kata et de poursuivre de ce côté ( j ai un clavier qwerty avec mon nouveau mac ,et qq diff avec les racourcis des accents qui ne sont pas indiqué… :P :x 0, 1 min montre en main pour écrire côté (moins maintenant :lol: )

    Bonne poursuite, rencontre, amusement… et bonnes bulles

    fred

    Répondre
  3. Romuh

    Ouais, un récit qui donne envie d’y aller. L’impression d’y être.

    Continue de nous raconter, tu racontes bien.

    Romuh

    Répondre
  4. Ma Poule

    Bonjour et merci pour ce recit et ces photos qui donnent envie d’aller faire un tour du côté de Sulawesi (ce qui ne saurait d’ailleurs trop tarder…)

    Répondre
  5. Corinne

    @Malene: C’est exprès, je fais du « teasing »… :lol:
    Non, en fait, j’ai besoin de temps pour trier mes photos du pays Toraja (en plus de celles de la moisson du jour : hairy frog-fish, blue ring octopus, mimic octopus et quelques nudis… ;-) ). Mais le prochain billet ne saurait tarder (demain ?).
    S’il y a bien une région à découvrir à Sulawesi, c’est celle du pays Toraja. Les paysages de montagnes et rizières sont splendides, l’accueil des gens du coin est chaleureux au possible, leurs traditions, funéraires en particulier, sont fascinantes… Mais je reviens vite (re)raconter tout ça. Pour patienter, mes impressions de 2007 :
    http://petitesbullesdailleurs.fr/2007/07/11/tana-toraja-cest-plus-fort-que-toi/
    http://petitesbullesdailleurs.fr/2008/03/27/a-lemo-les-morts-vous-regardent/
    http://petitesbullesdailleurs.fr/2008/04/15/des-cranes-des-grottes-et-une-piscine/
    http://petitesbullesdailleurs.fr/2008/04/21/balade-dans-les-rizieres-de-batutumonga/

    @fredometeo: Si tu en as l’occasion, je te recommande vivement une petite virée à Sulawesi. Ça vaut vraiment la peine !!!
    :roll:

    @Romuh: Merci !!! Patience, patience, ça arrive…
    ;-)

    @MaPoule: Oh, ben alors, bon voyage !!!
    :-)

    @nani: Oh, oui, je profite à fond ! Vous devriez, comme moi, adorer Sulawesi… Bons préparatifs !
    :D

    Répondre
  6. Marie-Julie

    J’adore… Je suis en «sevrage Twitter et Facebook» (un pari stupide), mais reviendrai «liker» la semaine prochaine! Merci de me faire voyager!!!!!!

    Répondre
  7. Corinne

    @Marie-Julie: Le sevrage est fini aujourd’hui… Tu as à nouveau le droit de « liker »… ;-)
    Tu vas adorer mes aventures de bikeuse des rizières (que je raconterai dans un prochain billet), coincée entre la pluie et la tombée de la nuit, avec un pneu crevé, au milieu des montagnes…
    :D

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

;-) :twisted: :roll: :oops: :mrgreen: :lol: :idea: :evil: :cry: :arrow: :D :?: :-| :-x :-o :-P :-? :-) :( :!: 8-O 8)